Créer une franchise, ce qu'il faut savoir a faire

Par Elodie Janquert, le 24/09/2019

Élaborer un concept d’entreprise n’est pas toujours chose aisée pour la personne désireuse de monter son affaire.

En l’absence d’un tel concept, le créateur d’entreprise peut s’interroger sur l’opportunité de débuter son activité « clé-en-main » en se tournant vers la franchise.

Image d'essai

Le blog du dirigeant vous propose d’appréhender en détail les différents aspects de cette relation commerciale.

1 – La franchise : de quoi s’agit-il ?

La franchise représente un mode de collaboration permettant à une entreprise, le franchisé, de bénéficier du concept entrepreneurial mis au point par une autre entreprise, le franchiseur.

Dans le cadre de cette collaboration, le franchiseur met à la disposition du franchisé :

  • Les signes de ralliement de la clientèle, c’est-à-dire les marques, les enseignes et plus généralement l’image permettant à la clientèle d’identifier le concept d’entreprise ;
  • Le savoir-faire, lequel trouve sa consistance dans l’information et la formation qui est offerte au franchisé pour lui permettre d’exploiter ce concept ;
  • Les produits et services qui ont été élaborés ou acquis par le franchiseur et qui seront, par la suite, fournis à la clientèle par le franchisé.

En contrepartie de ces avantages, le franchisé verse au franchiseur une rémunération, laquelle peut prendre différentes formes (droit d’entrée, redevances, marge sur les produits et services vendus…).

Illustration :

Un créateur d’entreprise souhaite se lancer dans la restauration rapide.

Conscient que les investissements demeurent conséquents et que le développement de la clientèle sera difficile face à la concurrence (absence de marque, de savoir-faire, de produits et services connus…), le créateur peut décider de signer un contrat de franchise aux termes duquel un franchiseur lui fournira les marques qui font sa réputation et son savoir-faire, ainsi que ses produits.

En contrepartie, le franchisé versera un droit d’entrée dès le début de la collaboration et une rémunération tout au long de cette collaboration.

2 – La franchise : quels peuvent être ses avantages et ses inconvénients

Comme toute collaboration, la franchise est susceptible de présenter des avantages et des inconvénients que le créateur se doit d’appréhender en amont de toute prise de décision.

Les principaux avantages de la franchise

Le principal avantage de la franchise réside dans le fait qu’elle permet de faciliter l’installation du franchisé (transmission du savoir-faire, formation, publicité…), lequel n’a pas à consacrer du temps et des fonds importants dans l’élaboration d’un concept à la réussite parfois incertaine.

Cette collaboration offre ainsi au franchisé l’opportunité de bénéficier immédiatement d’une image connue et assimilée par la clientèle.

On constate ainsi, de manière générale, qu’une entreprise qui débute son activité sous contrat de franchise à davantage de chance de réussite qu’une entreprise indépendante.

Les avantages générés par la franchise ne trouvent par ailleurs pas uniquement leur consistance dans le lancement d’activité.

En effet, tout au long de la relation entre les parties, le franchisé bénéficie de l’assistance du franchiseur pour lui permettre de s’améliorer et de faire face aux difficultés liées à l’exploitation (formation continue, assistance commerciale, technique…).

Par ailleurs, le fait d’intégrer un réseau de franchise demeure avantageux en ce qu’il permet d’avoir une « force de frappe » importante quant aux actions à mener (par exemple, pour organiser une campagne de publicité d’envergure dont la faisabilité n’aurait pas été possible pour une simple entreprise indépendante).

Enfin, le franchisé dispose de la possibilité de vendre son affaire sous réserve que le repreneur soit agréé par le franchiseur.

Attention : dans cette dernière hypothèse, le franchiseur demeure propriétaire de la marque et du savoir-faire.

Les principaux inconvénients de la franchise

Le principal inconvénient de la franchise demeure son coût.

En effet, dès le début de la collaboration, le franchisé doit verser un droit d’entrée, lequel est souvent plus élevé que pour une « création classique. »

En plus dudit droit d’entrée, le franchisé doit généralement dédommager le franchiseur pour les coûts supportés (versement de royalties) et le rémunérer tout au long de la relation contractuelle.

Un autre désavantage de la franchise réside dans le fait que le franchisé demeure moins indépendant que dans le cadre d’une création d’entreprise « classique. »

Celui-ci est en effet tenu de respecter la politique et les normes imposées par le franchiseur (agencement des locaux par exemple).

A cet égard, le franchisé doit accepter de se soumettre à des contrôles réguliers émanant du franchiseur.

Cette perte d’indépendance peut également être renforcée dans le fait que, généralement, le franchisé a l’obligation de s’approvisionner auprès du franchiseur (approvisionnement exclusif), ce qui limite sa marge de manœuvre.

3 – Quelques précautions à prendre avant d’opter pour la franchise

Certains secteurs d’activités nécessitant des qualifications particulières, le créateur doit, au préalable, veiller à posséder ces dernières car le franchiseur ne peut pas les lui transmettre (qualification d’opticien par exemple pour pouvoir intégrer ce domaine d’activité en franchise).

Du point de vue économique, le créateur se doit de bien analyser le marché local avant d’intégrer une franchise

Par exemple, il doit chercher à analyser les résultats du réseau afin de déterminer si ces derniers affichent une tendance générale à la hausse ou à la baisse.

Cette analyse préalable permet d’avoir une tendance sur « la santé » du secteur dans lequel l’entreprise sera ultérieurement amenée à évoluer.

De manière plus précise, une attention particulière doit être portée sur l’existence d’autres franchisés sur le secteur géographique, afin d’anticiper la zone d’implantation de l’entreprise et l’intensité de la concurrence future.

Sur un plan plus juridique, une étude précise du contrat de franchise s’avère nécessaire afin de bien identifier les obligations respectives de chacune des parties et, plus précisément, de veiller à l’équilibre de la convention dans sa globalité.

Conclusion

Au regard des spécificités de la franchise, il apparaît nécessaire au créateur d’entreprise de bénéficier d’un accompagnement afin de déterminer si celle-ci demeure ou non opportune pour débuter son aventure entrepreneuriale.

A cet égard, les conseils d’un professionnel spécialisé peuvent constituer un gage de sécurisation et d’optimisation pour maximiser les chances de réussite du projet.

Télécharger l'article en PDF

Pas encore de votes.
Chargement...

ACHETEZ NOTRE EBOOK

logo Legalstart

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Simple

Économisez sur vos démarches

Économique

Un accompagnement dans vos démarches

Rapide

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Elodie Janquert -