Financer une start-up : Les clés pour y parvenir

Par Laurent Dufour, le 09/04/2021

Financer une start-up est une étape indispensable pour envisager de mener à bien le projet d’entreprise porté par ses promoteurs. Les besoins en financement existent dès la phase de lancement et peuvent persister sur le long terme, jusqu’à la phase de croissance.

le financement d'une startup innovante

La satisfaction de ces besoins passe par la mobilisation de financements. Une entreprise délicate, surtout lorsque le secteur d’activité concerné est mal connu et peu éprouvé. Divers modes de mobilisation de ressources financières sont applicables aux start-ups.

Certains, relativement simples et présentés ici comme étant de base, sont assez faciles à exploiter. D’autres modes de financement nécessitent des démarches plus complexes, mais permettent d’accéder à des montants élevés pour financer une start-up qui a dépassé la phase d’amorçage.

Le financement de l’entreprise après son démarrage est aussi une option à envisager. Indépendamment du mode de financement retenu, financer une start-up nécessite toujours de prendre quelques dispositions spécifiques pour séduire les investisseurs.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Start-up : Quels ingrédients pour attirer du financement ?

Convaincre un investisseur d’accorder des ressources pour financer une start-up est toujours un défi. La présentation d’un dossier pertinent est cependant un argument de poids pour y arriver. A cet effet, l’élaboration d’un business plan est essentielle.

Mais le document n’a pas simplement à exister, il doit aussi et surtout être bien conçu et se baser sur des prévisions réalistes et des analyses objectives. L’équipe en charge de la mise en œuvre du projet doit être finement constituée et adaptée aux défis à affronter.

Une étude de marché bien exécutée, des tests préalables et des résultats encourageants quant aux produits, à la technologie ou aux services à proposer, sont autant de points à même de faciliter l’obtention des ressources pour financer une start-up.

Sur le même registre, mobiliser des fonds propres pour effectuer un apport personnel est un effort qui montre aux investisseurs sollicités, outre l’intérêt du projet démontré par le business plan, la confiance des promoteurs en leur idée et le degré de leur propre engagement à cet effet.

La mobilisation du patrimoine personnel constitue cependant un risque car en l’absence de succès, l’aventure palpitante peut se transformer en une faillite retentissante.

Les mécanismes de base pour financer une start-up à son démarrage

Les mécanismes simples ci-dessous permettent de mobiliser assez aisément du financement au profit de sa start-up.

Le soutien des proches

Les parents et amis sont le premier cercle vers lequel les promoteurs peuvent se tourner pour solliciter du financement. Ce financement peut être accordé sans intérêt ou avec des taux très faibles et constituer ainsi un avantage notable.

Le délai de remboursement peut lui aussi être très flexible. Une possibilité consiste à accorder des parts de l’entreprise aux proches sollicités. La démarche reste cependant extrêmement délicate en raison du risque de dégradation des relations en cas de non remboursement ou d’échec du projet.

Les aides publiques

La banque publique d’investissement (BPI) est une excellente adresse pour se renseigner sur les aides publiques permettent de financer une start-up. Outre cette institution, divers autres dispositifs peuvent être sollicités à cet effet. L’on y retrouve :

  • Les universités ;
  • Les chambres de commerce et d’industrie ;
  • Les subventions publiques.

Il convient, pour bénéficier de ces dispositifs publics, de disposer de projets convaincants et de pouvoir en faire une présentation qui en valorise le potentiel et les perspectives. Les conditions de ces offres sont bien plus avantageuses que celles attachées aux autres modes de financement.

Les concours de création d’entreprise

De nombreux concours de création d’entreprise sont lancés chaque année suivant diverses modalités. Ils sont autant d’occasions de trouver des conditions avantageuses pour financer sa start-up.

Outre le financement, ces concours peuvent offrir l’occasion de bénéficier de formations utiles, de rencontrer des investisseurs ou de profiter de facilités particulières dans divers domaines. Il s’agit d’excellentes occasions pour accéder à des opportunités.

Des mécanismes plus complexes

Outre les méthodes proposées ci-dessus, il en existe d’autres qui nécessitent plus d’efforts pour financer une start-up. Elles s’appliquent notamment aux besoins financiers moyens à élevés.

Recourir au crowdfunding

Le crowdfunding est un mécanisme de financement participatif qui se décline sous plusieurs formes :

De nombreux investisseurs sont mobilisés et peuvent contribuer à la réalisation du projet lorsque celui-ci leur tient à cœur. Diverses contreparties peuvent être proposées à ces contributeurs et de nombreuses plateformes existent à cet effet.

Lever des fonds

Les levées de fonds sont un moyen assez usité pour financer une start-up à travers l’apport d’un capital de démarrage. Pour avoir du succès dans cette démarche, un plan d’affaire rigoureusement conçu et une excellente présentation sont des armes dont disposent les promoteurs.

Les investisseurs, sur la base de leur expérience, s’intéressent aux perspectives du projet et une valorisation préalable de la start-up leur permet d’en avoir une idée assez précise.

Pour les promoteurs, financer leur entreprise naissante grâce à une levée de fonds permet d’octroyer des parts en échange de ressources financières, et de ne pas s’endetter.

Le capital-risque

Le capital-risque est une modalité suivant laquelle une société investit des montants importants dans une start-up et en acquiert des parts ou actions. Par ce procédé, la société de capital-risque a un poids important dans l’actionnariat de la start-up et peut influer sur ses orientations.

Les sociétés de capital-risque optent généralement pour les entreprises disposant déjà d’un certain historique. Le capital-risque peut aussi prendre une autre forme, celle du corporate venture.

Solliciter un crédit bancaire

Les emprunts bancaires sont l’une des modalités les plus fréquentes pour obtenir du financement. Ils peuvent aussi être exploités pour financer des start-ups. Disposer d’un certain niveau de fonds propres, d’un plan d’affaires convaincant et de garanties, facilite l’accès au crédit.

Certains crédits bancaires sont conçus exclusivement à l’attention des start-ups, que ce soit pour financer leur démarrage ou pour accompagner leur développement. Leurs modalités sont définies pour correspondre à des projets relevant de secteurs spécifiques.

Le crédit bancaire génère néanmoins des intérêts qui peuvent rapidement s’accumuler et les échéances de remboursement peuvent arriver assez vite, laissant à l’entreprise peu de temps pour y faire face.

Convaincre un business angel

Ces investisseurs apportent à la fois du financement et des conseils avisés. Il s’agit habituellement d’anciens cadres disposant à titre personnel de ressources relativement importantes et capables de financer une start-up sur ces ressources.

Ils ont divers profils et désirent généralement bénéficier de parts au sein de l’entreprise en contrepartie du financement apporté.

Financer une start-up après son démarrage

La phase d’accélération d’une start-up se caractérise bien souvent par des besoins financiers en rapport avec ses besoins de croissance.

Outre les mécanismes présentés précédemment, certains sont réservés au financement de la start-up qui a déjà passé la phase de démarrage. Suite à cette phase, une start-up a généralement besoin de ressources importantes lorsqu’elle est en pleine croissance.

L’autofinancement

Cette modalité pour financer une start-up ne peut être envisagée qu’après le passage de la phase de démarrage. Après cette phase, l’entreprise peut dans certains cas, générer suffisamment de revenus pour que l’autofinancement soit une option.

Cette option peut cependant rarement être envisagée toute seule car les profits générés par l’activité ne suffisent généralement pas à couvrir les besoins importants qui marquent la phase d’accélération.

La levée de fonds post-démarrage

La levée de fonds peut aussi être envisagée après le démarrage de l’activité de l’entreprise. L’exercice prend alors la dénomination de capital développement. En profitant d’une valorisation plus fidèle à la réalité, l’entreprise peut bénéficier d’un financement plus fourni.

Les formes que peut prendre le financement d’une jeune pousse sont nombreuses. La palette d’outils disponibles à cet effet permet de couvrir une large variété de besoins et de financer une start-up suivant les modalités qui conviennent le mieux à ses promoteurs.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Laurent Dufour -

Fondateur du site Le Blog du Dirigeant. Diplômé d’un master en management (droit, finance, marketing et gestion) et ancien cadre dirigeant, Laurent Dufour conseille et accompagne les créateurs et les dirigeants pour créer, développer et gérer leur entreprise depuis 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *