Créer une entreprise de plomberie

Par Aline Tsamo, le 24/06/2021

Pour créer une entreprise de plomberie, il faut accomplir plusieurs démarches importantes et obligatoires. Il faut réaliser le parcours de création étape par étape pour éviter des éventuels risques aussi bien légaux que professionnels.

Creer une entreprise de plomberie

 

Devenir plombier permet d’exercer une activité en contact permanent avec les clients. Mais avant de débuter cette activité réglementée, le futur plombier indépendant doit remplir certaines conditions obligatoires sous peine de sanctions pouvant aller jusqu’à une suspension. Outre les formalités régulières nécessaires, une personne qui souhaite devenir plombier doit posséder toutes les compétences requises pour bien développer l’activité de plomberie.

Cet article vous présente en quelques étapes simples, les qualifications dont il faut disposer et l’encadrement juridique nécessaire pour devenir plombier afin de vous aider à bien vous préparer dans votre parcours de création d’entreprise.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Créer son entreprise de plomberie : Qualifications professionnelles

Comme la majorité des professionnels du bâtiment, le professionnel de la plomberie se confrontera à de nombreux risques. Les compétences requises par la loi pour exercer lui permettront de réduire ces risques :

  • Formation CAP ou BEP plomberie,
  • Ou d’une expérience professionnelle en tant que plombier salarié ou intérimaire d’au moins 3 ans.

Cette obligation est l’une des étapes importantes pour exercer en tant que plombier. Il est aussi possible d’effectuer un SWOT personnel afin de s’assurer d’avoir toutes les aptitudes requises.

Le plombier doit outre ces qualifications, avoir par exemple de réelles qualités relationnelles, être rigoureux et savoir s’adapter et proposer des solutions à ses clients lors de ses interventions.

Créer son entreprise de plomberie : Les formalités de création d’entreprise

Pour débuter une activité de plomberie, l’entrepreneur doit effectuer plusieurs démarches différentes selon la nature de la structure juridique qu’il aura choisi. Les statuts juridiques permettant de créer une entreprise de plomberie peuvent être scindés en deux grandes catégories ; les entreprises pour créer seul son activité et les sociétés permettant de lancer l’activité à plusieurs.

Lorsque le futur plombier veut diriger et/ou exercer seul, il a le choix entre :

  • La micro entreprise ou auto entreprise;
  • L’entreprise individuelle (EI) ;
  • L’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) ;
  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ;
  • La société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU).

Par contre, si le futur professionnel de la plomberie veut créer une société avec d’autres personnes, il peut opter pour l’une des formes juridiques suivantes :

  • La société par actions simplifiées (SAS) ;
  • La SARL (société à responsabilité limitée) ;
  • La société en nom collectif (SNC) ;

Soulignons que le choix du statut juridique doit reposer sur des besoins et objectifs personnels. C’est la forme juridique qui détermine le régime d’imposition et le régime de protection sociale applicables. Il est donc important de tenir compte de cet aspect au moment du choix de la structure juridique.

Créer son entreprise de plomberie : La procédure d’immatriculation

La procédure d’immatriculation permet à une entreprise d’avoir une existence légale. Elle doit être faite 1 mois au plus tard avant le début d’activité. Elle se fait sur place, par courrier ou en ligne et coûte entre 60 euros et 90 euros.

Ainsi, seul ou associé, le futur plombier (TNS ou assimilé salarié) doit entreprendre des démarches afin d’inscrire au registre national sa future entreprise.

  • Pour les entreprises individuelles (EI, EIRL, micro entreprise), la procédure est simple et moins coûteuse. Il s’agit notamment de remplir une déclaration d’activité, une déclaration d’affectation, ou une déclaration d’insaisissabilité, frais de greffe selon les cas.
  • Par contre pour les sociétés (EURL, SASU, SAS, SARL…), la démarche est complexe et onéreuse. Il faut par exemple procéder à la rédaction des statuts, à la constitution du capital social, à la publication d’un avis de constitution dans un journal habilité à recevoir des annonces légales.

Notons que les frais d’accompagnement représentent des dépenses supplémentaires selon les besoins personnels. L’aide d’un professionnel n’est pas une formalité obligatoire.

Lorsque le dossier de création est complet, le demandeur devra le transmettre au CFE compétent en vue de l’immatriculation de son entreprise. Il recevra un extrait K, Kbis (greffe du tribunal de commerce) ou extrait D1 (chambre des métiers te de l’artisanat) numéro d’identification Siren/Siret (Insee) selon les cas.

Créer son entreprise de plomberie : Le stage de préparation à l’installation

Le stage de préparation à l’installation est dispensé par la chambre des métiers et de l’artisanat (CMA). Pour être éligible, le plombier doit au préalable effectuer son immatriculation au répertoire des métiers (RM). Le stage dure 30 heures environ repartis en 4 ou 5 jours. Le stage est dispensé dans les locaux. Néanmoins, certains CMA le dispensent à distance notamment en ligne.

Le stage n’est pas gratuit. Il coûte environ 194 euros. Toutefois, le CMA propose une aide financière à l’attention de certains entrepreneurs. Pour plus de renseignements, rapprochez -vous de votre CMA.

Le stage de préparation est une étape importante bien qu’elle est facultative depuis 2019. La préparation peut être utile pour les entrepreneurs qui ne possèdent pas toutes les connaissances nécessaires pour débuter leur activité.

Créer son entreprise de plomberie : Les assurances professionnelles

En tant que professionnel du bâtiment, le plombier doit souscrire à une ou des assurances. En effet, elles assurent le travailleur en cas de survenance de risques liés à l’exercice de son activité. Le plombier doit ainsi souscrire à :

  • Assurance décennale,
  • Assurance responsabilité civile professionnelle

Les assurances sont nécessaires pour couvrir les dommages liées aux interventions. Leurs coûts généralement très importants, varient selon les compagnies d’assurance. Ce qui justifie l’étape de la recherche de financements pour palier tout besoin financier.

De même, le plombier doit s’assurer de respecter toutes les règles d’intervention (à domicile ou dans les locaux commerciaux) lors de l’exercice de ses missions. Aussi, il doit être en adéquation avec les réglementations thermiques et les normes de sécurité électrique afin d’être à l’abris de tout incident.

Créer son entreprise de plomberie : Débuter son activité

Le plombier qui a effectué toutes les étapes de création peut débuter son activité.

Pour trouver des missions, plusieurs options sont possibles parmi lesquelles :

  • la consultation de la liste des permis de construire du département d’exercice. Cela permettra de se rendre sur place afin de proposer ses services. Par contre, cela peut conduire à devoir disposer de moyens techniques et humains supplémentaires (matériels adéquats, voiture de service, compétences, …). Il est donc important de faire vos recherches en fonction des moyens dont vous disposez.
  • Il existe aussi des sites internet qui proposent des services de divers artisans. Renseignez-vous sur les modalités afin de vous y inscrire pour proposer vos services aux particuliers.
  • De même, vous pouvez débuter par votre entourage (famille, amis voisins…) pour vous aider à trouver vos premiers travaux.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

TOP 5 DES OUTILS DE CREATION

Créer son entreprise en ligne

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Aline Tsamo