Comment créer une entreprise de carrelage ?

Par Aline Tsamo, le 11/06/2021

Créer une entreprise de carrelage permet d’exercer une activité physique et relationnelle. Le spécialiste de la rénovation et de la construction exerce son activité pour le compte des particuliers et professionnels. Pour devenir carreleur, il est nécessaire d’accomplir plusieurs formalités administratives et juridiques.

entreprise de carrelage

Les carreleurs sont des spécialistes des travaux de carrelage. En effet, ces professionnels du bâtiment effectuent des travaux de revêtement des sols et murs. Ils sont en pratique très sollicités pour des travaux d’esthétiques intérieurs et extérieurs. Le secteur du bâtiment est un secteur très actif.

Pour exercer en tant que carreleur, le futur dirigeant doit accomplir toutes les formalités de création du métier.

Cet article vous présente ce que vous devez savoir pour devenir carreleur.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

La présentation du marché du carrelage

Pour commencer, le marché du carrelage est un secteur à la fois large et dynamique. Il est important de définir le marché ou le segment que le créateur ciblera en tant que professionnel mais aussi d’étudier les grandes tendances de ce secteur d’activité.

Le professionnel carreleur

Le carreleur est un spécialiste du carrelage. Il effectue tous les travaux intérieurs ou extérieurs de revêtement mural et de pose de carrelage au sol. Il intervient après la réalisation des travaux de maçonnerie et du plâtrier. Les carreleurs exercent une activité :

  • artisanale lorsque l’artisan-carreleur dirige une structure juridique de moins de 10 salariés.
  • commerciale lorsque la structure a plus de 10 salariés. La convention collective applicable dépend du nombre de salariés.

Les carreleurs exercent leur activité en B to C ou en B to B auprès de promoteurs ou d’architectes. Chaque typologie de client dispose de caractéristiques différentes (typologie des travaux, marge, complexité, taille des chantiers, …). Bien souvent, la rentabilité d’une structure tient dans sa spécialisation ou au contraire dans sa capacité à maintenir un équilibre entre ces trois typologies de clients.

Le secteur d’activité

Soulignons qu’il existe en France plusieurs dizaines de milliers d’artisans carreleurs. Leur chiffre d’affaires global est d’environ 3,5 milliards d’euros par an. La majorité d’entreprises du secteur de la pose de carrelages comptent moins de 20 salariés.

En pratique, il s’agit pour la majorité d’entreprise familiale. Dans le même sens, plusieurs carreleurs exercent sous le statut de micro-entrepreneur (auto-entreprise). Ceci parce qu’en général, leur chiffre d’affaires annuel respecte les seuils de la micro entreprise.

Pour plus de renseignements, consultez le site internet du carreleur mosaïste .

Les règles du secteur d’activité

L’activité de pose de carrelage intérieur et extérieur est un métier très encadré. En effet, il faut avoir des qualifications personnelles ou une certaine expérience professionnelle. L’activité de pose de revêtements utilise le code APE 43.33Z : Travaux de revêtement des sols et des murs. Le code concerne les activités de pose à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments et des constructions.

  • pose de papiers peints,
  • revêtements de sols et de murs en granito, pose de marbre, en granit ou en ardoise
  • moquettes et revêtements de sols en linoléum, en caoutchouc ou en plastiques,
  • revêtements céramiques muraux ou carrelages céramiques, en béton ou en pierre de taille ou de poêles en céramique,
  • pose collée des parquets et revêtements de sols en bois, revêtements muraux en bois (pour un effet bois),

Le code vaut aussi pour l’installation de faux planchers sur structure métallique pour des installations informatiques

Les qualifications ou expériences professionnelles du carreleur

Il est primordial d’être titulaire d’un diplôme spécialisé ou d’une expérience professionnelle significative dans le bâtiment pour devenir un expert des carreaux en céramique.  

Les principales qualifications pour exercer comme carreleur

Pour exercer comme carreleur, il faut avoir un diplôme en la matière. Les principales qualifications pour exercer comme carreleur sont les suivantes : 

  • Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) carreleur-mosaïste,
  • Bac professionnel carreleur-mosaïste, aménagement du bâtiment, technicien du bâtiment,
  • Brevet de technicien supérieur (BTS) bâtiment ou aménagement finition,
  • Brevet de maîtrise carreleur-mosaïste,
  • DMA décor architectural option décor du mur,
  • Titre de carreleur AFPA.

L’expérience professionnelle pour exercer comme carreleur

Pour commencer, lorsque la condition de diplôme n’est pas remplie, les candidats doivent justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans dans l’exercice des métiers du bâtiment. Avant de se lancer, il est important d’avoir de bonnes connaissances sur l’activité du revêtement.

De même, le dirigeant d’entreprise doit également savoir gérer et manager. Le professionnel du carrelage en terre cuite devra par exemple planifier des chantiers, gérer son personnel et s’approvisionner en gamme de produits brico neufs. 

Ensuite, le professionnel du carrelage extérieur doit avoir certaines qualités personnelles.

  • Il doit par exemple être rigoureux et précis mais aussi savoir donner du goût et proposer de l’originalité,
  • assurer un travail de qualité et par la même occasion assurer un travail soigné,
  • pouvoir offrir un bon rapport qualité à ses clients,
  • maîtriser les techniques de pose et les types de carrelage…

Enfin, les artisans avaient l’obligation de suivre un stage de préparation à l’installation avant de débuter leur activité. Aujourd’hui, il est facultatif. Néanmoins, le stage peut constituer un bon pilier pour les chefs d’entreprise qui ne possèdent pas de connaissances approfondies en la matière.

Le business plan pour créer une entreprise de carrelage

Il faut dire que le business plan ou plan d’affaires n’est pas qu’un simple document de plusieurs pages. En effet, il structure le projet et la démarche de création d’entreprise. C’est un outil de communication pour trouver des investisseurs financiers ou des associés. Il doit donc être bien réalisé, structuré. En bref, il présente la stratégie financière et commerciale de l’entreprise.

Il n’est pas obligatoire et sa réalisation dépend des objectifs de chaque créateur d’entreprise.

Les formalités de création d’une entreprise de carrelage

Une fois le projet d’entreprise élaboré, l’étude de marché réalisé, le modèle économique étudié et l’offre de service finalisée, il faut étudier les questions juridiques fiscales et financières. Pour commencer une activité de carrelage, il faut effectuer certaines étapes.

D’abord, il faut choisir son statut juridique : le carreleur peut choisir de créer :

  • une micro entreprise ou auto entreprise,
  • une entreprise individuelle,
  • une EIRL,
  • une EURL,
  • une SASU

Ensuite, sur le plan social, le professionnel du carrelage doit être très attentif sur sa protection sociale. En effet, en cas de risques liés au travail, il n’aura plus droit à rémunération. La souscription d’une assurance chômage, d’une complémentaire santé, mutuelle, prévoyance est très importante.

De la même manière, lorsque vous effectuez un métier du bâtiment, il peut être très intéressant de souscrire à une assurance responsabilité civile avant tout début d’activité. Elle est très importante mais non obligatoire. Par contre, l’assurance responsabilité civile décennale est obligatoire pour tout exercice dans de gros chantiers.

Enfin, :

  • immatriculer l’entreprise : les formalités d’immatriculation dépendent de la forme juridique. Elle permet d’inscrire l’entreprise au RCS ou au RM.
  • le cas échéant obtenir le label “reconnu garant de l’environnement” (RGE). Il permet aux clients de demander certaines aides telles le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou encore l’éco-prêt à taux zéro. Il s’obtient après une formation auprès d’un organisme agréé. On a par exemple le RGE Eco artisan.
  • ouvrir un compte bancaire professionnel

La réglementation de l’exercice de l’activité de carreleur

Le carreleur doit avant tout se conformer à la réglementation des métiers du bâtiment. Pour commencer son activité, il doit à cet effet :

  • souscrire à une assurance décennale,
  • solliciter la carte BTP pour chaque salarié de l’entreprise le cas échéant,
  • délivrer une autorisation de conduite aux salariés conduisant des engins de chantier le cas échéant. Précisons qu’il est rare que les salariés utilisent des engins automoteurs et des appareils de levage,
  • assurer la sécurité des travailleurs et habilitation électrique le cas échéant. C’est une obligation de l’employeur. Elle permet d’assurer la prévention de ses salariés sur les chantiers mais aussi celle de la santé des jeunes travailleurs.
  • présenter un devis résumant tous les détails de la prestation proposée,
  • respecter les normes de sécurité, d’accessibilité de gestion des déchets imposées aux entreprises recevant du public (ERP).

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

TOP 5 DES OUTILS DE CREATION

Créer son entreprise en ligne

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Aline Tsamo