Performance entreprise : les 3 types de management

Par Laurent Dufour, le 11/09/2019

La capacité managériale est devenue au fil des années une ressource essentielle des entreprises.
L’évolution des comportements et l’importance grandissante des ressources humaines est sensibles dans tous les types d’entreprises, TPE, PME ou grand groupe.

Performance entreprise : les 3 types de management

La relation managériale dépend de l’équilibre entre deux facteurs pour une réelle performance en entreprise :

  • Savoir exiger
  • Savoir motiver

Pour compléter la définition du management de notre précédent article « Manager, les différents styles de  management de projets en entreprise », nous pourrions ajouter que, contrairement à l’adage qui affirme qu’ « Il y a autant de types de management que de  managers« ,  il s’avère que selon le principe énoncé en introduction pour performer en entreprise, les modes de management se répartissent en trois sur une échelle d’autorité  :

  1. Le management laxiste
  2. Le management motivationnel
  3. La management autoritaire

LES TYPES DE 3 MANAGEMENT

Les 3 types de management

1) – Le management laxiste

  • Ce management se situe à l’opposé de l’échelle de l’autorité.  Un manager  laxiste part du principe que les salariés réalisent, à priori, du bon travail, de manière performante et durable, sans qu’il y ait besoin de les motiver pour cela.
  • Ce type de management n’est pas adapté à la réalité  et mène bien souvent vers un manque de contrôle et une insatisfaction.
  • Par ailleurs le laxisme en management transforme bien souvent la délégation en décharge.Déléguer sans contrôler reveint à se décharger d’une mission ou d’une tâche.

2) – Le management motivationnel

  •  Un bon manager doit savoir intéresser et motiver ses collaborateurs ou son équipe, c’est du management plaisir pour les deux camps.
  • Le manager motivationnel doit faire partager sa passion, mais aussi ses objectifsL au jour le jour et sa vision à plus long terme.
  • Il exige des plans d’actions concrets et réalisables, pour mener son équipe à la réussite et aux résultats, en veillant à ne pas mettre trop de pression pour éviter des tensions.
  • Le manager positif  « fête » toutes les réussites  individuelles ou collectives, une manière de valoriser et partager les expériences de ceux qui ont fait le succès.
  • Ce manager sera aussi capable de fixer des règles, sanctionner le « hors-jeu » pour le non respect de ces règles. Il remettre alors en cause le comportement du collaborateur et non pas l’individu en lui-même.

3) – Le management autoritaire

  • Le  manager « à la dur » impose son point de vue
  • Il évite les explications,  et utilise des expressions entières du type :
    • «parce que c’est comme ça, que cela te plaise ou non» ou encore des formules menaçantes comme :
    • «Dans ton propre intérêt, il vaudrait mieux que cela fonctionne comme ça»…
  • Ce management empêche toute discussion puisqu’il impose les seuls choix du  manager
  • C’est un management qui réussit… mais sera de court terme  car il n’apporte pas l’adhésion de l’équipe
  • Par contre, il peut être utile pour des situations ou cas particuliers et exceptionnels, qui nécessitent une mobilisation rapide des membres d’une équipe
  • Utiliser ce type de management de manière régulière est contre productif sur le moyen et long terme car il crée des tensions au sein des équipes
  • Le management autoritaire coupe la communication entre le  manager et son équipe, crée du ressentiment et de la frustration. De plus cette communication écrasante inhibe la prise d’initiative et les compétences de ceux qui veulent s’exprimer.

MANAGER ET LEADER ?

groupe décisionnel positifLes descriptions des deux types sur trois de management, laxiste ou autoritaire,  sont envisageables mais bien trop excessifs. Souvent,  manager oscille entre le management « à la dur » et  management laxiste, utilisant  majoritairement l’un ou l’autre selon es humeurs ou les résultats. Les situations et l’organisation générale ou par service (administratif, commercial, production, ressources humaines, qualité ou autre …) peuvent amener le manager à devoir utiliser ponctuellement un type de management particulier.

Parfois, c’est aussi le responsable de service, qui de part sa personnalité ou son caractère, amène le manager à devoir adapter son style de management. Lorsque c’est le cas, est que la manager se trouve à devoir forcer ou modifier profondément son mode de management naturel, il est souvent préférable de se faire conseiller voir accompagner par un conseil externe qui aide à prendre du recul et faire le point sur les modes de management qui fonctionnent.
Le bon  manager est surtout un leader  qui préfère gagner plutôt qu’avoir raison, motiver plutôt que manipuler, qui sanctionne un comportement au lieu de punir un individu, qui fait raconter des succès pour générer la motivation en entreprise de son équipe.

Il met en pratique les règles du code de managementil adapte son mode de management selon le contexte ou la situation présente,  la philosophie de son entreprise,  sa vision à moyen et long terme, mais aussi selon l’individualité de chaque collaborateur de son équipe.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 3.8/5. Total de 6 votes.
Chargement...

ACHETEZ NOTRE EBOOK

logo Legalstart

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Simple

Économisez sur vos démarches

Économique

Un accompagnement dans vos démarches

Rapide

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Laurent Dufour -