Etapes et conditions pour devenir courtier en assurance

Par Laurent Dufour, le 07/04/2021

Devenir courtier en assurance est une option qui peut convenir aux personnes souhaitant travailler avec des particuliers et des entreprises et qui ont le sens du relationnel.

En outre, il est possible de cumuler cette profession avec le métier de mandataire d’assurance pour obtenir un revenu plus intéressant.

ouvrir un cabinet de courtier en assurance

L’activité de courtier en assurance étant régie par un ensemble de règles très strictes, l’accès à la profession est contrôlé.

Ainsi, disposer de compétences ou d’une expérience dans le domaine ne suffit pas. Il faut également respecter certaines conditions et réaliser certaines formalités pour obtenir le droit de devenir courtier en assurance.

Dans cette optique, il peut être judicieux de s’informer sur le métier ainsi que sur les démarches à effectuer pour devenir courtier en assurance afin de proposer ses services en toute légalité.

Le courtier en assurance : un intermédiaire de choix

Avant de détailler les différentes étapes pour devenir courtier en assurance, il est important de bien comprendre en quoi consiste ce métier. Selon le Code des assurances, le courtier fait partie des intermédiaires du secteur au même titre que :

  • L’agent général ;
  • Le mandataire ;
  • Le mandataire intermédiaire.

Son activité consiste à présenter, proposer et aider à conclure des contrats d’assurance ou de réassurance.

Concrètement, le courtier remplit une fonction d’accompagnant pour ses clients. Sur la base de sa connaissance des produits d’assurance, il est en mesure d’orienter sa clientèle vers des garanties adaptées à leurs besoins et à leurs demandes. Il a donc une mission de conseil.

En outre, il peut négocier avec des compagnies d’assurance pour trouver des tarifs avantageux pour les contrats de ses clients.

Il est possible de devenir courtier en assurance et d’exercer en tant que généraliste ou opter pour une spécialisation dans un domaine comme l’automobile.

Ainsi, avant de prendre la décision de devenir courtier en assurance, il est conseillé de réaliser une étude de marché afin de déterminer les secteurs les plus rentables et les moins concurrentiels. Celle-ci peut être succincte, elle est toutefois souvent très utile pour identifier les différents acteurs et les réseaux présent sur le secteur ciblé.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Les compétences et qualités requises pour devenir courtier en assurance

Pour devenir courtier en assurance, il faut disposer de certaines compétences professionnelles. Quelques qualités peuvent également se révéler bénéfiques pour exercer ce métier.

Les compétences pour devenir courtier en assurance

La législation valide plusieurs moyens pour permettre à une personne d’acquérir les compétences nécessaires pour exercer le métier de courtier en assurance.

La capacité professionnelle de niveau 1

La réglementation du domaine des assurances exige que tous les professionnels qui souhaitent proposer des produits d’assurance soient capables de justifier d’une capacité professionnelle de niveau 1 au minimum.

Remarque :

Cette capacité s’acquière en suivant des formations de plusieurs jours et qui coutent plusieurs milliers d’euros. Il est par conséquent important de bien étudier votre projet avant e vous lancer. Pour ce faire n’hésitez pas à rencontrer plusieurs courtiers et à les interroger sur leur métier afin de bien comprendre ses principaux aspects.

Il est aussi recommandé de suivre une formation de 150 heures au moins dans une entreprise d’assurance pour acquérir plus de compétences utiles.

L’expérience professionnelle

La capacité professionnelle requise pour devenir courtier en assurance peut également s’obtenir si l’aspirant peut justifier d’une expérience professionnelle en gestion de contrat d’assurance ou de capitalisation dans une société spécialisée.

Un salarié devra justifier d’une expérience de 4 ans au minimum. Pour un cadre, 2 ans suffiront.

Le diplôme

Par ailleurs, un diplôme de niveau licence ou master obtenu avec une spécialité finance, banque et assurance peut également suffire pour avoir la capacité professionnelle nécessaire pour devenir courtier en assurance.

Les qualités pour devenir courtier en assurance

L’obtention de la capacité professionnelle est une obligation pour devenir courtier en assurance.

Cependant, ces compétences techniques ne suffisent bien souvent pas pour exercer la profession. Ainsi, pour devenir courtier en assurance, il peut aussi être intéressant d’avoir un bon sens du relationnel.

En effet, le courtier doit pouvoir créer et fidéliser son réseau de clients et de partenaires. Dans l’exercice de ses fonctions, il est amené à conseiller ses clients, à les accompagner lorsque l’assurance est activée et à négocier avec des compagnies d’assurance.

Pour devenir courtier en assurance, il sera donc important de disposer de compétences d’écoute, de synthèse et de capacité de synthèse. Il faudra aussi savoir tenir un discours clair et compréhensif sur des sujets parfois techniques ou délicats. Enfin, le cas échéant, il faudra savoir défendre ses clients faces aux règles parfois inadaptées des compagnies.

Dans le même sens, il est important de prêter une certaine attention à la domiciliation de son entreprise. Ce critère joue un rôle sur l’image de la société et permet de mettre les futurs clients et partenaires en confiance.

L’intermédiaire doit aussi être flexible pour s’adapter facilement aux besoins de ses clients.

Par ailleurs, toute personne souhaitant devenir courtier en assurance doit posséder une certaine rigueur et de bonnes connaissances juridiques pour réussir à déchiffrer les contrats, repérer les éventuelles failles et proposer les meilleures offres à ses clients.

Les conditions nécessaires pour exercer le métier

Pour devenir courtier en assurance, il faut s’assurer de respecter certaines conditions juridiques et financières.

Respecter les conditions d’honorabilité

Pour optimiser ses chances de devenir courtier en assurance, il est important de posséder un casier judiciaire vierge ou de ne pas avoir subi de condamnation au cours des dix dernières années.

En effet, un délit peut considérablement réduire ses chances d’exercer le métier s’il est en rapport avec :

  • Le blanchiment d’argent ;
  • Le trafic de stupéfiants ;
  • La fraude fiscale ;
  • La corruption ;
  • L’escroquerie.

Les articles L322-2 du Code des assurances et L500-1 du Code monétaire et financier expliquent mieux l’impact des délits et des crimes pour ceux qui souhaitent devenir courtier en assurance.

Disposer des garanties obligatoires

Le Code des assurances oblige toute personne voulant devenir courtier en assurance à souscrire à une assurance de responsabilité civile professionnelle.

Celle-ci permet de protéger les clients des risques qui pourraient survenir suite à une erreur de conseil ou de proposition de la part de l’intermédiaire.

Ce dernier doit s’assurer que sa garantie soit en mesure de couvrir jusqu’à 2 millions d’euros. Une somme conséquente pour laquelle il peut être intéressant de trouver un financement.

De plus, le courtier en assurance est amené à encaisser des fonds que ce soit de la part de ses clients ou de ses partenaires. Pour remplir ses fonctions au mieux, il doit donc disposer d’une garantie financière, qui doit être capable de couvrir des dépenses de 115 000 euros au minimum.

Les démarches administratives à effectuer

Une fois que toutes les conditions sont remplies, il est possible d’entamer les procédures pour créer son entreprise spécialisée en courtage d’assurance.

Le choix de la forme juridique

Pour devenir courtier en assurance, il convient de choisir un statut juridique en adéquation avec l’organisation et la gestion de son activité. Par exemple, dans le cas où l’entreprise serait dirigée par une seule personne, il serait préférable d’opter pour un statut de micro-entreprise.

Par contre, en présence d’un ou de plusieurs associés, il peut être préférable de constituer une SARL (Société à responsabilité limitée). Ainsi, il faudra tenir compte de certains facteurs pour bien choisir son statut juridique afin de devenir courtier en assurance.

Les formalités juridiques

Après avoir déterminé le statut qui convient le mieux à son activité, il convient de réaliser certaines formalités juridiques obligatoires pour devenir courtier en assurance.

Le courtier en assurance est considéré comme un commerçant. Par conséquent, une inscription au Registre des Sociétés et du Commerce est obligatoire pour exercer.

Une fois, l’immatriculation faite, il faudra aussi faire enregistrer l’entreprise au Registre Unique des Intermédiaires en Assurances auprès de l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurances (ORIAS).

Selon l’article L512-1 du Code des assurances, cette inscription est obligatoire. Pour effectuer son inscription, il faudra constituer un dossier qui comprendra :

  • L’extrait Kbis de sa société ;
  • Un exemplaire du bulletin n° 2 du casier judiciaire ;
  • Des justificatifs de compétences ;
  • L’attestation RCP.

Le coût de cette inscription auprès de l’ORIAS s’élève à 25 euros. Le professionnel devra ensuite s’assurer de renouveler cette procédure chaque année, sous peine d’être radié de l’ordre des métiers d’assurance.

Ainsi, au vu des règles strictes qui régissent ce secteur d’activité, il est important de bien étudier les conditions légales et les différentes étapes pour devenir courtier en assurance.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Laurent Dufour

Fondateur du site Le Blog du Dirigeant. Diplômé d’un master en management (droit, finance, marketing et gestion) et ancien cadre dirigeant, Laurent Dufour conseille et accompagne les créateurs et les dirigeants pour créer, développer et gérer leur entreprise depuis 2010.