Devenir dentiste : les étapes pour ouvrir son cabinet dentaire

Par Eloïse Vairon, le 04/03/2022

Devenir dentiste puis ouvrir un cabinet dentaire n’est pas une mince affaire. Plusieurs étapes sont indispensables pour débuter au mieux votre activité médicale !

Le Blog du dirigeant est là pour répondre à vos questions : qui peut ouvrir un cabinet ? Quel est mon modèle économique ? Quel statut juridique choisir pour créer un cabinet dentaire ?

devenir dentiste

Pour certains, devenir dentiste est une vocation. Puis se pose la question de la création d’un cabinet dentaire… Dans cet article, nous vous guidons dans l’ouverture de votre cabinet dentaire en résumant les étapes à suivre.

Qui peut devenir dentiste et ouvrir un cabinet dentaire ?

Pour ouvrir un cabinet dentaire, vous devez attester de :

  • L’obtention du diplômé d’État (DE) de docteur en chirurgie dentaire ;
  • L’inscription à l’Ordre des chirurgiens-dentistes de votre région ;
  • Avoir une connaissance suffisante de la langue française.

Vous pouvez ouvrir votre cabinet dentaire soit, au terme des études de chirurgien-dentiste ou d’une première expérience professionnelle. Il faut savoir qu’en tant que chirurgien-dentiste, vous devez exercer personnellement votre profession dans votre cabinet principal.

Le lieu d’exercice d’un chirurgien-dentiste est celui de la résidence professionnelle transmis au moment de l’inscription au tableau du conseil départemental. De plus, vous ne pouvez pas vous installer dans l’immeuble où exerce un de vos confrères sans son accord ou l’autorisation du conseil départemental de l’ordre.

Il est interdit de s’installer à titre professionnel dans un local ou immeuble quitté par un confrère pendant les deux ans qui suivent son départ. Cependant, cela reste possible à condition que les deux praticiens concernés soient d’accord ou par autorisation du conseil départemental de l’ordre.

Leader du marché

Meilleur rapport Qualité/Prix

Simple, rapide, et efficace

Rapide et Pro

Prix GLOBAL MOYEN ** 368 € 329 € 329 € 329 €
OFFRE GRATUITE
OFFRE STANDARD 129 € + frais 99 € + frais 119 € + frais 129€ + frais
OFFRE PREMIUM 249 € + frais 199 € + frais 138 € + frais 249€ + frais
TOTAL DES FRAIS (moyenne) 239 € 230€ 230€ 230 €
AVIS CLIENTS /10 9,2
3022 avis sur Avis Vérifié
9,4
2776 avis sur Trustpilot
9,0
432 avis sur Avis Vérifié
9,5
3490 avis sur Avis Vérifié
PROMOTIONS LBdD code promo plateforme juridique
EN SAVOIR + SUR LES TARIFS Découvrir Découvrir Découvrir Découvrir

Les études nécessaires pour devenir dentiste ?

Pour devenir dentiste, les lycéens doivent choisir le cursus d’odontologie. Pour cela, il y a deux parcours proposés par les universités : le PASS (parcours d’accès spécifique santé) ou une L.AS (licence avec option accès santé).

En fin de 3ème année, les étudiants obtiennent les étudiants obtiennent le DFGSO (diplôme de formation générale en sciences odontologiques). Puis, en fin de 5ème année, le DFASO (diplôme de formation approfondie en sciences odontologiques) est obtenu.

En 6ème année, la validation des épreuves et de la soutenance de thèse permet d’obtenir le diplôme d’État de docteur en chirurgie dentaire. La délivrance du DE est la première étape pour devenir dentiste et ouvrir votre cabinet dentaire.

La formalité juridique du métier de chirurgien-dentiste

Pour créer votre cabinet dentaire, trois étapes sont à suivre :

1° Inscription au Conseil de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes : cela permet de…

  • Pratiquer la dentisterie en France.
  • Obtenir un certificat d’inscription sur lequel figure votre n° RPPS. Ce numéro est l’identifiant que vous conservez toute la durée de votre exercice professionnel, peu importe le lieu et le mode d’exercice ;

2° L’enregistrement du diplôme : le mois suivant votre installation auprès de la préfecture et du greffe du Tribunal d’instance de votre département.

3° L’affiliation à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie.

Les étapes pour ouvrir un cabinet dentaire

1° étape : définir son projet

Voici deux questions pour vous aider à définir et connaître votre projet :

  • Quelles prestations proposées aux patients ?
  • Proposer une spécialité dentaire ? Par exemple, en orthodontie, en médecine bucco-dentaire ou encore en chirurgie orale.

L’ouverture d’un cabinet dentaire nécessite une organisation rigoureuse et une qualité des locaux irréprochable.

Lorsque vous connaissez la localisation de votre cabinet dentaire, vous pouvez procéder à l’analyse du profil de la population existante. Le but est de cibler les besoins et attentes du patient pour constituer votre patientèle et la fidéliser.

Pour constituer une clientèle, nous vous conseillons de vous faire connaître. La communication est essentielle pour attirer une patientèle et créer un lien de confiance médicale.

2° étape : établir la faisabilité entrepreneuriale

Il faut votre projet défini, posez-vous les deux questions suivantes :

  • La faisabilité personnelle : Quelles sont les ressources personnelles dont vous disposez ? Quelles sont vos compétences professionnelles, votre capacité financière, votre capacité de gestion ? (Secrétaires, stagiaires, vérifier les stocks de produits, performance des équipements, scanner…).
  • La faisabilité technique : quelles sont les obligations en rigueur concernant les chirurgiens-dentistes ?

Puis il faut analyser la faisabilité entrepreneuriale de votre projet, grâce aux étapes suivantes : l’étude du/de marché, la proposition de valeur et le modèle économique.

L’étude du marché

L’étude du marché a pour but de connaître les différents acteurs de votre future activité :  la typologie de patients, les fournisseurs d’équipements médicaux, les confrères autour de vous. Grâce à l’étude, vous pouvez concevoir une offre adaptée.

L’étude de marché 

Après l’étude du marché réalisée, il faut se focaliser sur l’environnement où sera localisé votre cabinet. Cette étude est la clé pour définir le fonctionnement du secteur de la dentisterie et de sa réglementation. L’étude demarché et l’étude du marché permettent de segmenter le marché et de vérifier que le service répond aux attentes de la patientèle.

La proposition de valeur 

Pour ouvrir un cabinet dentaire, il faut également élaborer une proposition de valeur. Cette proposition se matérialise par quelques phrases synthétiques pour décrire l’offre. L’offre présentée doit répondre aux attentes de la patientèle.

Le modèle économique                                                                                           

Élaborer son business model

Le business model est une aide indispensable à la préparation du bon fonctionnement économique du projet. A cette étape, on pense à la recette économique du projet.

Établir un modèle économique de qualité demande une description précise de chaque étape permettant d’élaborer et de commercialiser l’offre. Pour plus d’informations, nous vous invitons à lire notre article Business model Canvas.

La préparation de l’offre commerciale

Pour préparer l’offre commerciale, vous devez définir la gamme de services que vous allez proposer aux clients. Par exemple : pour les équipements médicaux, il faut la délivrance du marquage CE. On peut citer également, les produits de désinfection du matériel buccal et du dispositif médical.

Le lieu de l’exercice fait également partie de l’offre commerciale. Il faut donc un local de taille adaptée à un cabinet dentaire (salle d’attente, lieu d’encaissement, sanitaires, salle de soins, salle de scanner…). Votre local doit répondre à des exigences de qualité et de propreté.

Facteurs de rentabilité de l’activité d’un cabinet dentaire

Les étapes précédentes permettent de faire le point sur les atouts de votre cabinet dentaire. Vous faites le point sur la qualité de la prestation, le professionnalisme de votre équipe, la communication, le marketing…

Veillez à vous fixer des objectifs à atteindre. Cela débouchera sur un plan d’action chiffré objectif et de ressources disponibles.

3° étape : Réaliser votre prévisionnel et votre business plan

Réaliser un prévisionnel                                                                                                           

Un prévisionnel vous permet de chiffrer votre faisabilité financière, d’évaluer la rentabilité et la pertinence de l’investissement. Pour réaliser le prévisionnel, il faut :

  • Déterminer un chiffre d’affaires prévisionnel à partir des résultats de l’étude de marché et de vos hypothèses ;
  • Chiffrer les investissements nécessaires : le coût d’installation moyen est estimé entre 150 000 à 200 000 € (aménagement des locaux, matériel médical et dentaire, mobilier) ;
  • Ajouter les charges d’exploitation à prévoir (assurances, taxes…).

Réaliser un business plan                                                                                                       

Après avoir fait le prévisionnel, la rédaction du business plan intervient. On parle du document de présentation du cabinet dentaire. La présent complet et synthétique du projet. Il regroupe toutes les informations essentielles : une partie descriptive de présentation ; une partie chiffrée.

L’étape du business plan est indispensable, notamment parce qu’il :

  • Présente le projet à de potentiels partenaires ;
  • Apporte une vue d’ensemble sur le projet ;
  • Identifie le besoin initial de financement.

devenir dentiste : créer cabinet dentaire

4° étape : financer la création de votre cabinet dentaire

Deux financements de départ doivent être pris en compte :

  • Le financement de la préparation du projet : pour rémunérer le dirigeant et de couvrir les frais de préparation du cabinet.
  • Le financement pour le lancement de l’activité : il faut chiffrer l’achat/location du local du cabinet, des appareils médicaux (machines, chaise de consultations…) ainsi que la rémunération des assistants dentaires, secrétaires…

Pensez à l’effet de levier pour accroitre le montant des emprunts : Effet de levier pour financer la création d’entreprise.

Les aides financières accordées pour les cabinets dentaires

Diverses aides financières sont à votre disposition pour vous soutenir dans l’ouverture du cabinet dentaire :

  • Les aides de l’Assurance maladie pour un cabinet dentaire situé dans une zone dite « très sous dotée ».
  • Les aides fiscales et sociales nationales pour un cabinet dentaire situé dans les zones de revitalisation rurale (ZRR).

5° étape : Le choix du statut juridique et de la fiscalité de votre cabinet dentaire

Ce n’est qu’à partir de la 5ème étape, que se pose la question du statut juridique du cabinet dentaire.

Le choix du statut juridique

Information importante : La suppression de l’EIRL a été actée par l’entrée en vigueur de la loi du 14 février 2022 en faveur de l’activité professionnelle indépendante. Cette réforme prend effet à partir du 15 mai 2022. L’EI est donc devenue le statut unique, combinant les avantages de l’EIRL et ceux qui lui sont propres. L’entrepreneur individuel peut séparer son patrimoine professionnel de son patrimoine personnel. Notre article dédié vous éclaire sur ce sujet !

En nom propre
  • La Micro-entreprise : réservée aux professions pouvant cotiser à la CIPAV, une gestion allégée mais une limite de chiffre d’affaires ;
  • L’EI : une simplicité mais une protection moindre du patrimoine personnel ;
  • L’EIRL : une protection de votre patrimoine personnel, la possibilité d’intégrer d’autres associés en se transformant en SARL.
Créer seul en société

Une profession libérale permet d’opter pour la Société d’exercice libéral unipersonnelle (SEL) :

  • SELASU / SELAS unipersonnelle : une liberté dans la détermination du montant du capital social, l’option pour l’IS ou IR.
  • SELEURL / SELARL (unipersonnelle) : réservée aux professions libérales réglementées, elle assure une responsabilité limitée au montant des apports et le choix d’opter pour l’IR ou IS.
En société
  • La SARL est encadrée d’où la rédaction des statuts peu adaptables. La responsabilité est limitée à hauteur des apports. Elle peut opter pour l’IS/IR. Le conjoint peut avoir le statut de conjoint-collaborateur lorsqu’il travaille dans l’entreprise sans être rémunéré.
  • La SNC est propriétaire du cabinet et les associés (inscrits au registre de l’Ordre) sont titulaires des droits et devoirs. Il y a une responsabilité solidaire et indéfinie sur les biens personnels des associés des dettes contractées. Elle peut opter pour l’IS/IR.

Une profession à caractère libérale peut accéder aux sociétés d’exercice libéral pluripersonnelles :

  • La SELARL (pluripersonnelle) : l’option pour l’IS ou IR.
  • La SELAS : un fonctionnement et une administration simplifiés.

Spécialement réservée aux les professions ayant un statut législatif ou réglementaire comme les professions de santé (médecins, infirmiers, kinésithérapeute…), la Société Civile Professionnelle vous permet assure une souplesse de rédaction des statuts pour organiser la gouvernance de la société ou les rapports entre associés. Cependant, étant une société civile, la responsabilité des associés est indéfinie et solidaire.

Ce résumé est repris et développé dans notre article dédié !

La fiscalité du cabinet dentaire

Les bénéfices des pharmaciens provenant de l’exploitation de leur officine entrent dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Selon le choix du statut juridique de l’officine, les bénéfices imposés au nom propre sont soumis à l’impôt sur le revenu (IR ou IRPP) et les bénéfices imposés au nom de la société relèvent du régime de l’impôt sur les sociétés (IS).

Pour la création d’EIRL, d’EURL, de SASU, de SARL ou de SAS, l’IS ou l’IR peut être choisi. L’option n’est pas disponible lors de la création d’entreprise soumis au régime fiscal de la microentreprise relevant uniquement de l’impôt sur le revenu (régime ouvert à l’EI, l’EIRL, EURL).

6° étape : les formalités

Les formalités de création d’un cabinet dentaire sont différentes en fonction de la forme juridique. Les démarches administratives sont plus conséquentes à la création d’une société :

  • En cas de création d’une personne morale (société) : il faut rédiger les des statuts, publier une annonce légale et constituer un dossier d’immatriculation.
  • L’absence de création de personne morale (entreprise) : seul suffit le dépôt du dossier auprès du Centre de Formalités des Entreprises (l’option en ligne est possible).

Remarque : à partir du 01/01/2023, l’immatriculation doit être faite auprès du registre national unique des entreprises.

La méthode pour créer un cabinet dentaire

  • Ouvrir un cabinet dentaire par vous-même : solution la plus économique à risques non négligeables.
  • Sollicitez une plateforme en ligne : une solution plus économique et sécurisée.
  • Demander à un avocat ou un expert-comptable : une sécurité optimale à prix coûtant.

Les assurances à souscrire

Devenir dentiste implique de souscrire plusieurs assurances :

  • Souscrire à une Responsabilité Civile Professionnelle car cela vous protège en cas protéger de faute ou accidents professionnels.
  • Lorsque vous avez des salariés, il faut souscrire à une mutuelle santé. Lorsque vous êtes à votre compte, cette option est facultative.
  • Souscrire à une assurance multirisque officine. Une telle assurance permet de couvrir des risques liés à des dommages causés à votre cabinet et à son contenu (matériel et équipements dentaires) ainsi que vos frais et pertes.

La réglementation du monde dentaire

Avant d’ouvrir un cabinet dentaire, vous devez connaître les réglementations en vigueur :

  • L’affichage de publicité préventive et des honoraires ;
  • Le respect des normes d’hygiènes ;
  • La sécurité du logiciel médical utilisé ;
  • La prescription d’ordonnances ;

Remarque générale : veillez à respecter le code de déontologie et les dispositions spécifiques aux chirurgiens-dentistes !

En conclusion, cet article vous livre toutes les étapes pour devenir dentiste et créer votre cabinet dentaire. Par ailleurs, n’hésitez pas à consulter nos articles détaillant toutes les étapes en profondeur !

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Eloïse Vairon

Diplômée d’un Master 1 Globalisation and Law à l’université de Maastricht, Eloïse se spécialise en droit des affaires et de la concurrence. Elle porte un intérêt certain pour la création d’entreprise.


créer et gérer en ligne