Comment négocier un terrain à bâtir ?

Par Laurent Dufour, le 10/11/2020

Qu’on souhaite construire sa maison ou réaliser un quelconque projet immobilier, avoir un domaine où le faire est la première étape. Mais à défaut d’être propriétaire terrien, il faut tout au moins acheter un terrain.

acheter un terrain à bâtir

Pour cela, il est important de savoir comment négocier un terrain à bâtir. La négociation étant un art et l’immobilier un secteur d’activité complexe, entreprendre l’achat d’un domaine n’est pas chose aisée. Toutefois, il est possible de se tirer d’affaire en ayant les bonnes informations.

Connaitre les contours de son achat !

En matière d’immobilier, toutes les opérations à faire nécessitent une très grande attention. À cause des montants conséquents qu’on y investi, il est toujours prudent de savoir précisément dans quoi exactement l’on s’engage. C’est pourquoi, avant tout achat de domaine, il importe de connaitre les tenants et aboutissants de son investissement avant de le faire. Ainsi, pour négocier un terrain à bâtir, il est par exemple nécessaire de savoir si la région choisie pourra faciliter sur tous les plans son projet immobilier.

En effet, certaines communes ne permettent pas l’exécution de certains plans de construction. Aussi, leur politique de développement local n’autorise pas l’implantation de tout projet immobilier. À cela s’ajoute, les contraintes du terrain : est-il facilement constructible, loti, viabilisé, etc. Il ne servira donc à rien d’acheter un terrain à bâtir sans être en mesure de réaliser ce pour quoi l’on l’a acheté. Pour cela, solliciter un professionnel de l’immobilier en l’occurrence un architecte serait bénéfique. Suite à ses conclusions, l’on pourra ou non négocier un terrain à bâtir avant de l’acheter.

Discuter pour obtenir un meilleur prix

La négociation d’un terrain à bâtir, passe forcément par les discussions pour obtenir un meilleur prix. Les promoteurs immobiliers pour la plupart proposent des prix légèrement supérieurs à ce qu’ils souhaitent obtenir. Bien que le taux de négociation soit de l’ordre de 5%, il est préférable d’aller au-delà pour proposer son prix. Mais avant, il est primordial de se renseigner sur le prix du marché, mais aussi sur la valeur réelle du terrain à acheter pour faire sa proposition. Négocier un terrain à bâtir à un prix élevé dans une zone non viabilisée n’est pas par exemple une bonne affaire.

Les discussions pour l’obtention du meilleur prix doivent donc être objectives pour les deux parties. En négociation, la proposition d’une offre basse crée parfois une sensation de gêne. Ce blocage émotionnel de peur de vexer le vendeur ne doit surtout pas être une raison pour ne pas faire une offre qui semble être juste. Le promoteur immobilier a besoin d’acheteur. Et si l’offre qu’il reçoit lui convient, il ne pourra pas la refuser. Pourquoi ne pas donc volontairement faire une offre basse et en tirer profit pour négocier un terrain à bâtir ?

Intégrer le PLU et les collectivités dans sa négociation

Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) est un facteur qu’il faut également intégrer dans sa négociation de terrain à acheter. En effet, c’est ce document qui réglemente toutes les constructions immobilières dans une commune. Ses règles varient d’une localité à une autre. Il serait donc judicieux d’y recourir pour savoir si le projet immobilier à exécuter sur son terrain à bâtir tient dans ses recommandations. Le recours à un professionnel du domaine en l’occurrence un architecte peut aider à se faire idée du lien entre son projet et le PLU.

Pour négocier un terrain à bâtir, il importe aussi de connaitre sa Surface de Plancher (SDP). Cette dernière définit en effet le nombre de m2 constructible sur la parcelle. Et si cette surface se calcule en rapport avec le PLU, la commune elle-même peut décider d’abaisser la constructibilité, ceci, pour des raisons de voisinage ou de cadre de vie. Ainsi, la SDP peut diminuer et de ce fait, la valeur du terrain aussi. Son prix en sera également impacté ; d’où il faut revoir sa négociation.

Passer aux formalités administratives

Au fur et à mesure que les étapes pour négocier un terrain à bâtir se succèdent, il faut penser aux différentes formalités à faire pour boucler son achat. Ainsi, lorsque le domaine est celui que l’on souhaite acheter, faire une offre d’achat est l’étape suivante. Celle-ci peut d’abord être orale et une fois le prix convenu, se faire par écrit. Seule l’offre d’achat exprimée par écrit est juridiquement valable. Une fois acceptée par le vendeur, la signature d’un avant-contrat peut alors suivre. Ce dernier peut prendre la forme d’une promesse de vente ou d’un compromis de vente.

Comme dans presque toutes les transactions immobilières, les signatures importantes se font uniquement devant le notaire. Négocier un terrain à bâtir pourra alors se conclure par la signature de l’acte authentique de vente devant ce dernier. Il importe donc de bien se faire accompagner à toutes les étapes de la procédure afin de s’assurer de ses décisions.

La signature définitive de ce document qui se fait devant le notaire lui permet de veiller au respect des obligations fiscales et légales qui s’appliquent à l’achat d’un terrain à bâtir. S’ensuit alors le règlement de toutes les factures créées pour négocier un terrain à bâtir.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Newsletter


Laurent Dufour

Laurent Dufour -

Fondateur du site Le Blog du Dirigeant. Diplômé d’un master en management (droit, finance, marketing et gestion) et ancien cadre dirigeant, Laurent Dufour conseille et accompagne les créateurs et les dirigeants pour créer, développer et gérer leur entreprise depuis 2010.