Ouvrir un commerce : les conseils à suivre

Par Marie Lusset, le 05/10/2020

Ouvrir un commerce tente un grand nombre de français souhaitant sortir du travail salarié, et disposer d’une plus grande indépendante. Mais ouvrir un commerce ne s’improvise pas, et demande une grande préparation.

Le Blog du Dirigeant vous indique les différentes précautions à adopter !

Ouvrir un commerce

Le commerce est défini comme l’activité consistant à acheter des produits à des tiers pour effectuer une revente en état, c’est à dire sans transformations, ou après transformations mineures. 

Les étapes à respecter avant d’ouvrir son commerce

La préparation nécessaire avant d’ouvrir un commerce

Dans le cadre de l’ouverture d’un commerce, il faut connaître le marché dans lequel vous évoluez, c’est un pré-requis primordial. Connaitre son marché nécessite la réalisation d’une ou plusieurs études de marché afin d’être certain d’avoir pris pleinement connaissance de son environnement.

Dans le cadre de la préparation à l’ouverture d’un commerce il faut: 

  • réaliser une étude de marché dans le secteur d’activité dans lequel vous allez exercer ou dans le domaine des produits ou services que vous allez vendre. La santé générale du secteur d’activité est à prendre en considération pour évaluer le potentiel de votre commerce. En effet, certains secteurs sont en plein essor tandis que d’autres connaissent une période de déclin, il est donc primordial d’avoir conscience de ces différences avant d’ouvrir votre commerce.
  • Réaliser une étude de marché dans votre zone géographique, dans votre zone de chalandise.
  • Étudier les différents coûts nécessaires ainsi que le montage financier que vous allez réaliser 

La clientèle est également primordiale dans le cadre de l’ouverture d’un commerce : il vous faut donc analyser la demande de la clientèle ainsi que dresser un portrait type de la clientèle que vous souhaitez cibler. Connaitre sa cible est indispensable pour pouvoir mieux s’y adresser. 

Une fois l’environnement de votre projet étudié, il faut s’intéresser au financement de ce dernier. Le business plan est document essentiel dans le cadre du démarrage d’un projet, le business plan a pour objet de convaincre les éventuels investisseurs et partenaires du bien fondé de votre projet, 

Il faut présenter votre projet de la manière la plus complète possible en présentant votre projet de commerce, votre équipe, le modèle économique de votre projet, les conclusions et enseignements que vous tirez de votre étude de marché, ainsi que les orientations définies, la stratégie mise en place pour développer votre activité. 

La mise en oeuvre du projet

Une fois ces étapes d’anticipation et d’étude de l’environnement passées, il faut vous concentrer sur la définition précise de votre projet, à savoir le nom commercial ou le nom de l’enseigne

La détermination du nom commercial, du nom de l’enseigne est complètement libre, mais ne doit pas empiéter sur vos concurrents.
Il est vivement conseillé de faire une recherche auprès de l’INPI pour être certain de ne pas bafouer les droits de vos concurrents. 

Il est également conseillé de déposer une marque auprès de l’INPI ainsi que de choisir un nom de domaine en cas de création d’un site internet. 

Certaines conditions sont à remplir dans le cadre de l’ouverture d’un commerce. ll y a en effet des formalités administratives propres à la création de nouvelles entités, entreprise ou société. Les formalités à accomplir diffèrent en fonction du statut choisi, qu’il soit auto-entrepreneur, commerçant ambulant… 

La détermination de la forme de commerce

Il faut déterminer de quelle manière vous souhaitez exploiter le commerce : il est possible d’être propriétaire de son fonds de commerce, et dans cette hypothèse de l’exploiter directement. Dans cette hypothèse, vous serez aussi bien propriétaire des murs, des éléments corporels (meubles, marchandises) mais également incorporels tels que le nom commercial, le droit de la PI, composant le fonds de commerce. 

Il est possible d’exploiter un fonds de commerce sans qu’il ne vous appartienne, on parlera alors de location gérance. La location gérance a pour objet la location d’un fonds de commerce, contre le versement d’une redevance. 

Attention : Dans le cas de la vente en ligne, les formalités diffèrent encore.

NB : En fonction de l’activité exercée, des obligations peuvent être imposées telles que des licences ou autorisations spéciales en fonction des services ou produits vendus, comme pour les débits de tabac, les restaurants, les métaux précieux, les activités de sécurité…

Le fait d’ouvrir un commerce peut être motivé par l’envie d’être indépendant, par opposition au travail salarié. Le commerçant indépendant a donc un statut de travailleur indépendant, il est son propre patron et tient le commerce à son compte. 

Le commerçant indépendant est à distinguer des réseaux de franchise également. 

Le choix du local

Dans l’immense majorité des cas, le fait d’ouvrir un commerce nécessite de trouver un local commercial. Le local est un facteur déterminant dans la réussite ou l’échec de votre projet. 

Le choix du local est donc une étape primordiale. Plusieurs critères sont à prendre en compte dans ce cadre : la localisation est bien évidemment un critère de la plus haute importance, car elle aura un impact sur l’affluence, et donc sur votre chiffre d’affaire. Il est donc vivement recommandé d’opter, dans la mesure du possible pour une rue déjà commerçante ou dans un lieu de passage. 

L’accessibilité est un autre facteur à prendre en compte : selon votre zone géographique, il est conseillé de choisir un local bénéficiant d’un parking à proximité, ou dans le cas des grandes villes, une sortie de métro ou un lieu bien desservi par les transports en commun

Les deux facteurs précédemment évoqués, sont à mettre en balance avec le troisième facteur qui est le prix : le loyer est une des charges principales dans le cadre d’un commerce, il faut donc bien délimiter et évaluer la superficie dont vous avez besoin. Prendre un local trop grand aboutira à des dépenses excessives et inutiles. A contrario, prendre un local trop petit peut poser problème dans le cas du développement de votre activité. Il faut donc bien réfléchir et anticiper dans le choix du local.

NB : Pensez à regarder le prix au m2 afin d’éviter les mauvaises surprises. 

Les démarches nécessaires pour ouvrir un commerce

Dans le cadre des formalités de création, il faut choisir sa forme juridique, et s’immatriculer ou se déclarer afin de pouvoir commencer à exercer l’activité. 

Il faut déterminer sa forme juridique. Dans la détermination de la forme juridique, plusieurs facteurs sont à prendre en considération : le montant des investissements nécessaires au démarrage de votre projet, le nombre d’associés participants dans le projet, la protection de votre patrimoine personnel, l’état des lieux de vos autres ressources financières pour la première année. 

Il est possible d’ouvrir son commerce sous la forme d’une micro entreprise. Ce régime juridique présente l’avantage d’être simple à mettre en place, il est facile et rapide de constitution, mais comporte des limites : le seuil de chiffre d’affaire imposé par ce régime constitue la principale limite car oblige à procéder à une transformation dans le cas où votre activité se développe. Ce régime a également pour inconvénient, qu’il ne permet pas de facturer la TVA, ni de déduire vos charges. 

NB : En pratique, le régime de la micro entreprise n’est pas conseillé si vous souhaitez ouvrir un commerce, car du fait de la limite du chiffre d’affaire, il peut être compliqué de couvrir les différents frais professionnels auxquels vous serez soumis.

L’entreprise individuelle ne présente pas de limite de chiffre d’affaires, donc pourrait à première vue convenir. Mais cette forme juridique a un régime social peu avantageux, notamment en raison des cotisations élevées rattachées à son régime. 

Dans le cas où vous optez pour une société commerciale, vous disposez du choix entre les sociétés unipersonnelles si vous souhaitez monter votre projet seul, ou les sociétés pluri-personnelles si vous êtes plusieurs associés à vous investir dans le projet. Les sociétés commerciales ont plus de souplesse, et sont plus aménageables que le régime micro entreprise, et présentent de ce fait l’avantage de s’adapter à vos besoins. 

La création d’une société est donc vivement recommandée : EURL ou SASU dans le cas ou vous créez seul, ou bien SARL et SAS dans le cas ou vous créez à plusieurs. 

Une fois que le choix de votre forme et régime est effectué, il faut ensuite faire les formalités nécessaires à la déclaration de votre entité, déclaration en ligne dans le cas de la micro entreprise, ou immatriculation au RCS dans le cas des sociétés commerciales. 

Les différentes autorisations à obtenir pour ouvrir un commerce

Certaines autorisations sont nécessaires en fonction de votre activité. En voici un petit aperçu : 

L’ouverture d’un commerce indépendant de plus de 1000 m2 nécessite une autorisation particulière, l’autorisation de grande surface commerciale qui s’obtient auprès de la commission départementale d’aménagement commercial. 

Une autorisation d’occupation du domaine public : dans l’hypothèse où votre commerce dispose d’une terrasse qui empiète sur la voie publique, il faut obtenir un permis de stationnement et une permission de voirie. 

L’assurance commerce : même si cela peut paraitre évident, il faut penser à souscrire à une assurance commerce c’est à dire à une assurance responsabilité civile professionnelle, couvrant les risques de votre activité. Pensez également à assurer le local commercial.

La réglementation à suivre pour l’ouverture d’un commerce

Lorsque vous ouvrez un commerce, il faut être conscient des différentes réglementations qui s’appliquent à l’ouverture d’un commerce.

Certaines règlementations sont spécifiques à certains domaines, tandis que d’autres comme les bonnes pratiques commerciales sont générales et s’appliquent à tout type de commerce. 

ll est obligatoire d’afficher les prix des produits et services que vous commercialisez. les prix doivent apparaitre sur une étiquette ou un écriteau. Le prix des produits doit être exprimé en TTC pour le public. Selon le type de produits vendus, il faut indiquer le prix au kilo, à l’unité de poids pour les produits vendus en vrac. 

La vente au déballage, qui permet de vendre des marchandises neuves ou d’occasion est soumise à une réglementation stricte, et doit notamment être déclarée à la mairie. 

Les soldes : si vous ouvrez un commerce, vous pourrez y effectuer des soldes, en suivant les règles strictes les concernant, comme le fait que les produits soldés doivent être en magasin depuis un mois, mais également que la réduction doit être signalée par rapport à un prix de référence. 

Dans l’hypothèse où vous souhaitez ouvrir le dimanche, il faut distinguer les hypothèses  en fonction du fait que vous travaillez seul ou en présence d’employés. Si vous travaillez seul, il est possible d’ouvrir le commerce le dimanche mais dans l’hypothèse ou vous avez des employés, cette possibilité est soumise à la conclusion d’un accord collectif. 

lI existe de multiples structure ou entités d’accompagnement à la création d’entreprise qui peuvent vous guider en fonction de votre projet. 

Il faut vous renseigner à la CCI ou auprès des services création qui disposent de dispositifs d’accompagnement tels que les couveuses, ou des formations et accompagnement individuels. 

Il existe également des possibilités de financement : prêt d’honneur, garantie bancaire, dotation sur concours..

Vous souhaitez ouvrir votre commerce ? Le Blog du Dirigeant a étudié les différentes plates-formes de services juridiques en ligne proposant de vous accompagner dans la création de votre entreprise, par une création d’entreprise en ligne, et les a recensé dans un tableau comparateur afin de vous permettre de les comparer en un coup d’oeil.

Accompagnement personnalisé
Les meilleurs sites pour créer son EURL en ligne
Leader du marché
Les meilleurs sites pour créer sa SASU en ligne
Meilleur rapport Qualité/Prix
Les meilleurs sites pour créer sa SAS en ligne
Les meilleurs sites pour créer sa SARL en ligne
Les meilleurs sites pour créer sa SCI en ligne
Prix GLOBAL MOYEN **340 €368 €353 €328 €329 €
OFFRE GRATUITE
OFFRE STANDARD129 € + frais129 € + frais99 € + frais79 € + frais99 € + frais
OFFRE PREMIUM289 € + frais249 € + frais179 € + frais199 € + frais
TOTAL DES FRAIS (moyenne)212 €239 €255 €250 €230 €
AVIS CLIENTS /109,3386 avis sur Avis Vérifié9,4662 avis sur Avis Vérifié9,5463 avis sur Avis Vérifié9,5120 avis sur Avis Vérifié8,2462 avis sur Avis Vérifiés
PROMOTIONS LBdD
EN SAVOIR + SUR LES TARIFSDécouvrirDécouvrirDécouvrirDécouvrirDécouvrir

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Marie Lusset

Marie Lusset -

Marie Lusset est diplômée d’un master en droit des affaires internationales et d'un master en management et développement des entreprises. Elle accompagne les porteurs de projet à créer leur entreprise et développer leur activité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *