Devenir plombier chuffagiste : compétences professionnelles, formalités de création...

Par Aline Tsamo, le 13/09/2021

La plomberie est un domaine d’activité dynamique. De nombreux entrepreneurs choisissent de s’installer en tant que plombier.

Ils parviennent à vivre confortablement de leur activité en restant indépendants ou à créer une société qui peut atteindre plusieurs dizaines de personnes.

Devenir plombier

Pour commencer son activité de plomberie, l’entrepreneur doit respecter toutes les conditions obligatoires sous peine de sanctions pouvant aller jusqu’à la suspension.

Il doit être en parfaite adéquation avec les réglementations en vigueur, avoir les expériences professionnelles requises et effectuer toutes les formalités administratives liées à l’immatriculation de son entreprise.

En pratique, les entrepreneurs du métier obtiennent des formations supplémentaires pour effectuer des missions plus complexes. Ils sont pour la plupart des plombiers-chauffagistes. 

Cet article vous explique comment se mettre à son compte pour devenir plombier indépendant.

En quoi consiste le métier de plombier-chauffagiste ?

Le plombier-chauffagiste est bien plus qu’un simple technicien du dépannage de la plomberie. En effet, il effectue des missions beaucoup plus développées. Il intervient aussi bien dans une installation existante que dans une construction neuve.

Le plombier-chauffagiste est également un technicien de maintenance. De ce fait, il doit parfois intervenir dans l’urgence, tout comme le serrurier ou l’électricien. Il intervient ou effectue la réalisation d’ouvrages dans les domaines suivants :

  • l’installation de systèmes de chauffages/équipements de chauffage,
  • les travaux de plomberie sanitaire (installation sanitaire/équipements sanitaires/ appareils sanitaires),
  • les canalisations de distribution de gaz,
  • l’installation de systèmes thermiques spécifiques (pompe à chaleur, géothermie, panneaux chauffants, …)

Remarque :

Le métier de la plomberie n’est pas épargné par la transformation digitale. Les évolutions technologiques transforment peu à peu le métier en intégrant de nouveaux outils comme les capteurs de pression ou la domotique ainsi que d’autres technologies en pleine évolution. Cela offre une possibilité de différenciation aux entrepreneurs qui souhaitent s’installer sur un segment de marché spécifique.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Devenir plombier chauffagiste : Présentation du marché de l’activité 

Le plombier-chauffagiste est un professionnel des dépannages à domicile. Il effectue des travaux de pose de tous les éléments nécessaires à l’installation de chauffage et d’équipement sanitaire (eau chaude sanitaire, robinet, évier, salle de bain…). Il assure également le bon fonctionnement des tuyauteries de canalisations d’eau froide, de lavabos…

En fonction du nombre de salariés, l’activité peut être :

  • Artisanale : moins de 10 salariés. Pour une entreprise artisanale, l’immatriculation se fait auprès de la chambre de métiers.
  • Commerciale : plus de 10 salariés. L’enregistrement se fait au RCS.

Il existe en France plusieurs milliers d’entreprises spécialisées en plomberie-chauffage avec environ 70 000 salariés actifs.

Les travaux de plomberie-chauffagiste relèvent des codes APE suivants :

  • 43.22A pour les travaux d’installation d’équipement thermique et/ou de climatisation,
  • 43.23B en ce qui concerne les travaux d’installation d’eau et/ou de gaz en tous locaux.

La majorité des plombiers commencent par exercer sous le statut d’auto entrepreneurs dans le domaine de l’artisanat. Selon la nature de leur projet et le développement de leur activité, il transforme leur micro entreprise en entreprise individuelle, en EURL ou en SASU.

 

Remarque :

La convention collective nationale des employés, techniciens et agents de maîtrise du bâtiment du 12 juillet 2006 encadre l’activité des plombiers-chauffagistes.

 Devenir plombier-chauffagiste : Les compétences professionnelles

Pour devenir plombier indépendant, il est important d’être titulaire d’un diplôme de plombier et des qualités personnelles.

Les qualifications professionnelles

L’obtention d’un diplôme est en principe obligatoire pour débuter une telle activité. Le plombier professionnel peut aussi avoir un titre professionnel supplémentaire pour compléter ses connaissances.

En tant qu’ouvrier qualifié, le plombier-chauffagiste doit avoir au moins l’un des diplômes suivants :  

  • Certificat d’aptitude professionnelle : Formation CAP Installateur plombier sanitaire, CAP plomberie, CAP installateur thermique, CAP installateur sanitaire, zinguerie ;
  • Brevet professionnel : BEP Techniques des installations sanitaires et thermiques, monteur en installation du génie climatique et sanitaire, métiers de la piscine, installations de chauffages ;
  • Bac pro TMSEC – technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques ;
  • Bac pro métiers du froid et des énergies renouvelables ;
  • BTS Fluides, énergies, domotique, environnements, option sanitaire et thermique.

Remarque :

Outre les certifications précitées, le plombier indépendant peut passer des habilitations en parallèle pour offrir un maximum de services à ses clients : PGN (professionnel gaz naturel), RGE (reconnu garant de l’environnement), PGP (professionnel gaz propane).

Le titre professionnel installateur sanitaire et thermique est un diplôme délivré à l’issue d’une formation de plombier effectuée en continue. 

Avec de l’expérience, le plombier indépendant peut devenir chef d’équipe.

Par exception, lorsque la condition de diplôme ne peut être remplie, l’entrepreneur doit justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans dans l’exercice d’un tel métier.

Le stage de préparation à l’installation est facultatif depuis 2019. La préparation peut tout de même être utile pour les entrepreneurs qui n’ont pas toutes les connaissances nécessaires pour lancer leur activité. 

Les compétences professionnelles du plombier 

Pour exercer le métier de plombier, il faut posséder certaines compétences requises pour exercer son activité. Voici les compétences non limitatives que doit avoir le professionnel plombier :

  • capable de lire un plan d’architecte et savoir anticiper les problèmes ;
  • connaissance de la maçonnerie, la soudure, l’électricité, la réalisation de finitions… et des normes de sécurité et lois en vigueur relatives à la plomberie,
  • connaître les outils de travail ;
    • connaître les règles d’établissement des devis et de facture ;
    • réaliser des installations… 

    Les qualités d’un plombier 

    Pour effectuer des travaux de plomberie, l’entrepreneur peut avoir les qualités suivantes non limitatives :

    • bonne condition physique,
    • bon relationnel,
    • assurer un travail de qualité,
    • sens du commerce,
    • rigueur,
    • autonomie…

    Devenir plombier : Formalités de création de l’entreprise

    Pour créer une entreprise de plomberie, l’entrepreneur doit accomplir plusieurs démarches administratives liées à l’immatriculation.

    L’immatriculation permet d’inscrire l’entreprise dans un registre légal national. Elle lui reconnaît une existence juridique qui lui permettra d’accomplir les actes de la vie courante. Selon la forme juridique, elle aura ou pas la personnalité morale. Pour la démarche à suivre, consultez nos articles sur les différentes formes juridiques qui peuvent accueillir cette activité : EI, EIRL, micro entreprise, EURL, SASU, SAS, SARL.

    Remarque :

    Les métiers du bâtiment disposent de certaines spécificités comme une caisse des congés payés spécifique. Ces caractéristiques représentent souvent des coûts complémentaires à prendre en considération dans le business model et à prévoir dans le prévisionnel financier.

    Devenir plombier : Les assurances nécessaires

    En tant que métier du BTP, le métier de plombier requiert la souscription de garanties souvent obligatoires pour débuter l’activité. Elles lui permettent d’être à l’abri de la survenance des dommages pouvant survenir lors de ses interventions. La souscription d’une assurance est donc essentielle.

    L’artisan plombier doit de ce fait souscrire à une assurance décennale ou assurance BTP. Elle couvre les dommages liés aux fuites d’eau, de gaz… pendant une période de 10 ans.

    Il doit également souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle. Elle assure les dommages corporels, matériels et immatériels causés à autrui par le fait du plombier (clients, fournisseurs…).

    Comment créer son entreprise de plomberie pas cher ?

    Créer une entreprise de plombier indépendant n’est pas un projet à risques importants comme la création d’une société industrielle ou d’une start-up innonvante. Les dépenses liées à la création dépendent essentiellement du projet et du choix de la forme juridique. 

    La création d’une micro entreprise

    La création d’une micro entreprise ou d’une auto-entreprise est assurément ce qui reviendra le moins cher. Il faut répondre aux contraintes réglementaires (être majeur, avoir le droit d’exercer une activité économique et respecter les seuils de chiffre d’affaires légaux). 

    La création en elle-même peut se faire en ligne. Il suffit de remplir une déclaration de début d’activité. La démarche est gratuite, rapide et simple à réaliser. Nul besoin de passer par des plateformes qui n’apportent que peu de valeur ajoutée et augmentent le prix de création.

    La création d’une entreprise individuelle

    La création d’une entreprise individuelle ne demande pas de dépôt de capital social. Elle est assez simple et peut être réalisée en ligne par l’entrepreneur. Certaines spécificités comme le dépôt d’une déclaration d’affectation du patrimoine (EIRL) ou déclaration d’insaisissabilité (EI) sont toutefois à réaliser. Il peut alors être utile de prendre conseil ou de créer sa société en passant par une plateforme juridique en ligne.

    La création d’une société (EURL ou SASU)

    La création d’une société passe par une procédure un peu plus lourde et complexe. Elle entraîne la création d’une nouvelle entité économique appelée personne morale qui protège les biens personnels du dirigeant (contrairement à la micro entreprise et à l’entreprise individuelle). Elle nécessite le dépôt d’un capital social (qui peut être d’un euro), de la publication d’une annonce légale, de la rédaction de statuts juridiques et la constitution d’un dossier de création qui sera à déposer au CFE ou au greffe du tribunal de commerce.

    Toutes ces démarches peuvent être faites par un professionnel ou via une plateforme juridique en ligne. Si la plupart du temps créer sa société avec un professionnel coûte entre 1.000 et 1.500 euros il est recommandé pour des créations simples de passer par une création en ligne.

    Ainsi créer sa SASU en ligne ou créer son EURL en ligne coûte entre 150 et 400 euros (frais obligatoires compris). C’est aussi une démarche simple et rapide à réaliser. Les tests que nous avons réalisés sur les différentes plateformes de création vous aideront à choisir la meilleure d’entre elles (voir notre avis sur Legalstart, notre avis sur Legalplace, notre avis sur Captain Contrat).

     

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Aline Tsamo