Fabriquer son prototype et lancer son invention : Comment procéder ?

Par Laurent Dufour, le 11/10/2022

Concevoir et commercialiser un nouveau produit, voir un objet ou un service innovant ne s’improvise pas. Pour fabriquer son prototype et lancer son invention, certaines étapes doivent être respectées. En effet, il existe toute une procédure permettant d’élaborer puis de mettre sur le marché un nouveau produit.

Fabriquer son prototype

Pour être entièrement efficace, il est essentiels de fabriquer une maquette un MVP ou à défaut un prototype au plus tôt. Parfois il peut être intéressant d’enclencher cette procédure très en amont. Dès la naissance de l’idée qui conduira à l’invention. Il faut alors très rapidement penser à protéger son idée car tout se sait très vite.

Ainsi, réussir la fabrication de son prototype et son lancement peut commercer par la protection du concept, avant d’aboutir à l’industrialisation du produit.

Apprenez-en plus ici sur les différentes étapes pour fabriquer son prototype et lancer son invention, ainsi que divers aspects de la procédure.

Protéger son idée ou son invention

S’il y a bien une chose à laquelle doit penser tout inventeur avant même de fabriquer son prototype, c’est bien de protéger son idée. Cela étant, la meilleure façon d’y parvenir est de garder secret son concept innovant.

Remarque :

Attention, la réussite d’un projet ne tient pas uniquement dans la qualité de l’idée ! Elle réside aussi dans l’existence d’un marché et d’une demande réelle ainsi que dans la qualité de la mise en œuvre. D’ailleurs, en matière d’entrepreneuriat, une bonne idée de création se définit comme une idée qui offre une solution concrète et réalisable à une attende du marché ou de l’un de ses segments.

Google n’a pas été le premier moteur de recherche, mais celui qui a offert la meilleure réponse produit aux attentes des internautes. Les premiers à avoir travaillé concrètement dessus sont Archie en 1990 et Wanderer en 1993. S’en est suivi de Yahoo dont le premier annuaire a eu un succès immédiat. A l’époque l’indexation était manuelle.

Puis en 1995 sont apparus, Lycos, Excite et AltaVista. Ce dernier a été à l’origine de la première base de données de recherche de texte intégral au monde. Google n’a été créé qu’en 1998, il fait évoluer le moteur de recherche avec une interface dépouillée qui répondait aux attentes du marché.

Qu’apporte la protection de votre idée ?

Protéger une idée est un point important qui permet de conserver une avance sur ses concurrents directs et de réserver une image de leader.

Sur le terrain, la primauté n’existe pas. Il existe de nombreuses entreprises qui sont prêtes à copier des idées novatrices appartenant à autrui pour leur bénéfice. Ainsi, protéger son idée sécurise en partie votre projet pendant un certain temps. Ce n’est toutefois pas suffisant pour passer outre l’analyse du marché, de ses caractéristiques, de son fonctionnement et de sa segmentation.

Alors, si l’inventeur ne souhaite pas voir son idée détournée, il lui faudra s’assurer que son concept ne soit surtout pas ébruité. Le secret doit être gardé au moins jusqu’à ce que les démarches nécessaires à sa protection soient effectuées.

Un inventeur a le choix parmi 3 méthodes de protection pour son invention.

Recourir à un accord de confidentialité avec un partenaire

Cette méthode consiste à préserver le secret d’une idée en faisant signer à un partenaire intervenant dans la réalisation du projet, un accord de confidentialité. Cet accord devra nécessairement être signé par toutes les personnes impliquées.

Par ailleurs, il devra contenir des clauses imposant la préservation du secret sur toute la durée du contrat, mais également après la réalisation du projet. Pour éviter tous les risques, il faudra que la préservation du secret soit valable même en cas de rupture du partenariat.

Dans les cas où les pourparlers amènent à un accord permettant la révélation de l’idée ou de l’invention, la précaution à prendre est très simple.

L’accord devra imposer au partenaire de limiter très strictement la communication du secret à ses propres collaborateurs ou partenaires tout en leur imposant sa préservation.

Remplir une enveloppe Soleau

Bien que n’étant pas très connue, l’enveloppe Soleau offre aux inventeurs la possibilité de prouver l’existence de leurs inventions à une certaine date.

Cette méthode de protection des inventions est bien moins onéreuse et plus simple que le dépôt de brevet. Cependant, sa validité se limite à 5 années.

Une fois l’enveloppe Soleau remplie, l’inventeur devra la déposer auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI). Il est fortement recommandé à l’inventeur de s’aider d’un expert pendant l’exécution de cette étape.

Déposer un brevet à l’INPI

Il s’agit là de l’ultime solution pour toute personne souhaitant fabriquer son prototype et lancer son invention. Cela dit, il est souvent utile et nécessaire de faire appel aux services d’un expert en propriété intellectuelle pour procéder à un dépôt de brevet.

En effet, le coût d’un dépôt de brevet est plus important que celui du dépôt d’une enveloppe Soleau.

Etudier le marché

Pour fabriquer un prototype et lancer son invention sans risquer un échec commercial, l’inventeur doit connaître son marché cible. Le but est de s’assurer que son invention trouvera bien son public. C’est une étape essentielle dans le processus de lancement d’une invention.

Si l’inventeur ne dispose encore d’aucun appui financier, cette étude de marché servira à préparer le dossier de lever des fonds.

Si cependant, celui-ci possède déjà les ressources financières nécessaires, il lui est recommandé de fabriquer son prototype dès le début du projet. Cela permet d’obtenir les conclusions sur sa pertinence le plus tôt possible et d’être plus crédible auprès des futurs acquéreurs.

Ces derniers seront nettement plus susceptibles d’être convaincus par un produit fonctionnel à moitié fini que par une idée.

Afin de réussir son étude de marché, l’inventeur devra trouver des réponses à de nombreuses questions comme :

  • Pour quelles raisons ce produit n’est-il pas déjà présent sur le marché ?
  • À quel point la clientèle est-elle prête à acheter un pareil produit ?
  • Quelle concurrence indirecte le produit pourrait-il avoir ?
  • Quel prix serait accepté par la clientèle pour ce produit ?
  • Quel est le segment le plus porteur ?
  • La taille du marché (du segment cible) est-elle suffisante ?

Certaines techniques innovantes comme le Lean startup, le Design thinking ou encore le Design sprint peuvent contribuer à l’élaboration d’un MVP ou d’une version simplifiée du prototype. Toutefois, contrairement à ce qui peut être annoncé, elles ne remplacent pas l’étude de marché. Les avis clients obtenus au cours des diverses itérations ne suffisent pas à définir, comprendre, mesurer et segmenter un marché.

Fabriquer son prototype

En fonction de la méthode choisie et des moyens disponibles, l’inventeur a la possibilité de fabriquer son prototype beaucoup plus tôt dans la procédure comme il peut le faire bien plus tard. Quoi qu’il en soit, il devra, pour y arriver, respecter un certain nombre d’étapes.

Comment fabriquer son prototype

La fabrication du prototype dépend de divers facteurs. Il s’agit notamment de la nature de l’innovation, des objectifs du produit, des ressources et des compétences personnelles de l’inventeur de même que bien d’autres facteurs spécifiques au projet.

La réussite d’un prototype commence par la réalisation d’une analyse fonctionnelle du produit. Concrètement, il faut au cours de cette étape, rédiger une liste de toutes les applications possibles de l’invention et les classer suivant un ordre d’importance.

Une fois cette tâche effectuée, l’étape suivante sera d’élaborer un cahier des charges fonctionnel et technique. L’importance de cette étape se situe dans le fait qu’elle permet de décrire la façon dont les fonctionnalités du produit sont censées répondre aux besoins des consommateurs.

Ensuite, il y aura lieu de trouver les différentes solutions à mettre en place afin de répondre à ces besoins. Après l’exécution de ces étapes, l’inventeur pourra proprement fabriquer son prototype. Il pourra se servir à cet effet d’outils numériques permettant de modéliser le prototype en 2D ou 3D.

Où fabriquer son prototype ?

En fonction du projet, diverses options s’offrent à l’inventeur pour la fabrication de son prototype. En adoptant le DIY par exemple, un inventeur a la possibilité de fabriquer son prototype partout où il dispose de l’équipement nécessaire.

Parallèlement, il est possible pour un inventeur de s’abonner à un Fab Lab qui lui permettra de se servir de nombreuses machines professionnelles de qualité pour fabriquer son prototype. Au-delà de l’équipement, les Fab Labs proposent à leur clientèle un suivi dans l’utilisation des divers outils.

Dans d’autres cas de figure où la fabrication du prototype nécessiterait des ressources matérielles plus conséquentes, il peut s’avérer nécessaire de recourir à des prestataires.

Pour ce faire, l’inventeur a le choix entre des prestataires en freelance et des structures spécialisées dans la fabrication de produits innovants.

Bien que cette solution puisse paraître coûteuse, l’inventeur pourra profiter de nombreux avantages comme le partage d’expérience ou l’accès à des laboratoires.

Pour finir, un inventeur a également la possibilité de se faire fabriquer son prototype par des écoles d’ingénieurs, par exemple dans le cadre de stages encadrés par un enseignant.

Envisager la création d’une entreprise

L’inventeur, intéressé par la création d’une entreprise, sera amené à choisir un statut juridique en fonction des projets à venir, mais devra aussi réfléchir à l’expansion de sa structure. Les frais et dépenses liés à la conception du projet et à la préparation du projet peuvent être affectés à l’entreprise. C’est pour cette raison qu’il est important de conserver les factures liées aux achats qui seront pris en charge par l’entreprise.

De façon générale, si de nombreuses entreprises innovantes optent pour la souplesse des formes juridiques par action (SAS ou SASU) l’EURL ou la SARL peuvent être tout aussi pertinentes. Nos nombreux articles sur le sujet montrent que le choix dépend en grande partie de critères liés à la personnalité et aux contraintes des associés. Ils sont donc personnels et rien ne peut permettre de conseiller un statut plutôt qu’un autre sans avoir étudié l’ensemble des critères à prendre en considération.

Pour autant, les sociétés par actions comme la SAS et la SASU offrent à l’inventeur la plus grande flexibilité pour une évolution optimale dans le temps de son entreprise.

Industrialiser son invention

Réussir l’industrialisation de son invention est une phase des plus essentielles sinon la plus essentielle de la réussite d’un projet d’invention. À cette étape, la production devra être optimisée pour une industrialisation simplifiée.

Aussi, l’inventeur devra veiller à ce que le coût de revient de son invention soit le plus bas possible sans pour autant affecter la qualité du produit. Pour ce faire, il lui faudra :

  • S’assurer que les ententes avec les fournisseurs ou partenaires soient rentables ;
  • Privilégier les processus efficaces et efficients ;
  • Éviter le plus possible le gaspillage.

Par ailleurs, l’inventeur devra garder à l’esprit que la qualité de son produit aura une très grande influence sur l’image de marque de sa structure.

De plus, il est fortement déconseillé, de s’accorder des délais trop courts pour l’industrialisation d’un produit. La mise sur le marché d’une invention est susceptible de prendre jusqu’à une année pour être effective.

Aussi, il est tout à fait pertinent de rappeler que la plus petite modification, une fois la production en série démarrée, est en mesure d’engendrer d’énormes coûts.

L’inventeur averti prendra donc le soin de s’assurer du bon fonctionnement du prototype et de sa correspondance avec les besoins des utilisateurs avant d’enclencher toute industrialisation.

Au final, le lancement d’une invention nécessitera à l’inventeur de protéger son idée, d’étudier le marché et de fabriquer son prototype avant de procéder à son industrialisation.

Pour aller plus loin : 

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

TOP 5 DES OUTILS DE CREATION

Créer son entreprise en ligne

xLe Blog du Dirigeant
Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques
  • Simplicité
    Simple
  • Economie
    Économique
  • Rapidité
    Rapide
Vous souhaitez un accompagnement pour lancer votre entreprise ?
Créer votre entreprise
Un changement d’adresse ? Une augmentation de capital ?
Modifier vos statuts
Besoin de protéger votre marque et logo d’un potentiel concurrent ?
DÉPOSER VOTRE MARQUE

Avis Trustpilot Legalstart

Newsletter


Laurent Dufour

Fondateur du site Le Blog du Dirigeant. Diplômé d’un master en management (droit, finance, marketing et gestion) et ancien cadre dirigeant, Laurent Dufour conseille et accompagne les créateurs et les dirigeants pour créer, développer et gérer leur entreprise depuis 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.