Sélectionner une page

Trésorerie d’entreprise : les différents moyens de paiement

par | 0 commentaires

Toute entreprise, quelle qu’elle soit, effectue des transactions monétaires avec ses clients et fournisseurs.

Créer sa société : les outils

Trésorerie d'entreprise : les différents moyens de paiement

Un dirigeant d’entreprise se doit de connaître les modalités de paiement de ses opérations de trésorerie. Si certaines sont utilisées par les particuliers, d’autres sont spécifiques à la gestion financière d’une Société.

Le blog du dirigeant fait le point sur les moyens de paiement qui peuvent être utilisés pour vos différentes opérations de trésorerie.

1) – Le paiement en espèces

Le paiement en espèces est utilisé pour payer des dépenses ne pouvant être réglées par un autre moyen compte tenu des petits montants d’achat. Les plafonds autorisés sont différents  selon que :

  • Les personnes physiques agissent dans un cadre privé, dans ce cas elles sont autorisées à effectuer des versements à d’autres personnes physiques sans limite de montant.
  • Lorsque la dépense est dans le but de payer un professionnel  deux cas possibles :
    • Domicile fiscal en France : 3.000€  pour une dépense personnelle et, 3.000€ pour une dépense à titre professionnel.
    • Domicile fiscal à l’étranger : 15.000€  pour une dépense personnelle et 3.000€  pour une dépense à titre professionnel.

Bon à savoir :

  • Un créancier a obligation d’accepter le paiement en espèces, à partir du moment ou celui-ci n’est pas expressément interdit.
    • A noter : Un professionnel ou un particulier ne peut refuser un paiement en espèces à partir du moment ou celui-ci ne dépasse pas le plafond autorisé (sauf à recevoir une grosses coupure pour payer une somme dérisoire ou si le paiement est effectué à l’aide de plus de 50 pièces.)
  • Exception pour le paiement de salaires :
    • Jusqu’à 1.500 € maximum par mois pour le versement d’un salaire ou acompte sur salaire.

2) – Le paiement par chèque

La date de validité d’un chèque est de 1 an et 8 jours  exactement, faute de quoi il n’a plus aucune valeur. Un chèque se libelle sans rature et comporte quelques mentions obligatoires comme  :

  • Le montant du chèque avec la somme écrie en chiffres et en lettre sachant qu’en cas d’erreur ce sera la somme en lettre qui est retenue,
  • Le nom du bénéficiaire du chèque, écrit lisiblement,
  • Le lieu et la date du jour de l’émission du chèque. N’émettez pas ou n’acceptez pas un chèque postdaté.
  • La signature du débiteur qui doit être conforme à celle du modèle déposée auprès de l’établissement bancaire.

3) – Le paiement par carte de crédit ou carte bancaire

Cette opération de trésorerie est prélevée au comptant ou en différé, en fonction du mode de prélèvement défini entre le payeur et sa banque.

  • Une signature est obligatoire sur la facturette en cas d’achat supérieur à 1.500 €.
  • Une demande d’autorisation auprès de la banque émettrice  de la carte bancaire peut être demandée en fonction du montant de l’achat ou de la prestation.

Bon à savoir :

Pour ces deux derniers paiement (paiement par chèque ou par carte bancaire) une pièce, voire deux pièces d’identité peuvent vous être demandées pour vérifier la concordance identité/paiement.

Tout professionnel est en droit de refuser ces deux moyens de paiement, à partir du moment où l’information figure avant le passage en caisse ou l’achat d’une prestation.

4) – Les autres moyens de paiement en entreprise

Le virement bancaire

Un bénéficiaire fournit un Relevé d’Identité Bancaire à l’Entreprise qui se charge de donner l’ordre à sa banque de virer la ou les sommes dues. Comptez 2 à 4 jours ouvrables pour être crédité.

Le prélèvement automatique

Opération de trésorerie effectuée à une date déterminée pour le paiement de charges récurrentes par exemple.

L’envoi d’une autorisation de prélèvement à la banque est nécessaire pour qu’elle accepte les prélèvements demandés.

Les effets de commerce papier

Ces effets à payer sont spécifiques aux Entreprises. Ils ont l’avantage de rassurer le fournisseur par le fait de l’engagement de la date de paiement.

La traite ou Lettre de Change Relevé  papier ou dématérialisé

Le tiré (débiteur/client) émet un effet à payer (traite), le bénéficiaire (créancier/vendeur) l’accepte et la domicilie avant de donner l’ordre à son banquier de payer à une date fixée au préalable.

Ce moyen de règlement peut être écrit ou informatisé, souvent utilisé dans les pays étranger par l’intermédiaire des banques. Doivent être indiquées sur ce document :

La somme tirée La date du règlement La signature de la personne qui verse le règlement La domiciliation du versement, généralement les coordonnées de la banque

La lettre de change papier existait déjà au moyen âge pour payer dans la monnaie du pays de la créance. Aujourd’hui l’affacturage  vient outrepasser le domaine de la lettre de change.

Le billet à ordre

Rédigé et émis par le souscripteur (débiteur/client) s’engageant à verser une somme d’argent, à une date précise, à un bénéficiaire (créancier/vendeur).

Ce moyen de paiement professionnel est peu utilisé, il peut être comparé à une reconnaissance de dette. Il doit indiquer :

La somme tirée La date du règlement La signature de la personne qui verse le règlement La domiciliation du versement, généralement les coordonnées de la banque

Les nouveaux moyens de paiement

La digitalisation de l’économie bouleverse la donne dans de nombreux domaines dont celui des moyens de paiement. En effet, l’arrivée des blockchains permet de sécuriser les échanges internet et donc de donner naissance à de nouveaux moyens de paiement voir de nouveaux concepts. Les dirigeants se trouvent confronté à l’apparition de nouveaux moyens de paiement (sans contact, SMS, QR code, montre, …) mais aussi de nouvelles solution de paiement comme paypal, ou encore de nouvelles monnaies comme le bitcoin. Les études montrent que le paiement par carte bancaire (+52%) le prélèvement automatique (+28%), mais aussi les virement (+24%) augmentent au détriment du paiement par espèce (-12%) et par chèque (-44%). (Source : étude Harris Interactive 2016).

Faut-il intégrer ces nouveaux moyens de paiement dans la démarche commerciale de l’entreprise. Si oui comment ? A quel prix.  … Tous ces éléments feront l’objet d’un article spécifique dédié à la numérisation des moyens de paiement.

Conclusion

La diversité des moyens de paiement cadre toujours aux modes de paiement déterminés en accord avec le fournisseur ou créancier  et aux différentes situations dans lesquelles les entreprises se trouvent lors de leurs transactions. La souplesse existe dans les moyens de paiement, y compris les moyens de paiement électroniques. Elle vise à garantir leur fluidité, à favoriser toutes opérations financières tout en limitant des litiges éventuels.

Retenez qu’un paiement non automatisé permet le contrôle de tous les paiements, alors qu’à l’inverse le paiement automatique ne permet plus le contrôle «direct» dudit paiement mais a le précieux avantage du gain de temps en traitement administratif.

Trésorerie d'entreprise : les différents moyens de paiement

Newsletter

Trésorerie d'entreprise : les différents moyens de paiement

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Télécharger le PDF
Please wait...
créez votre entreprise

Inscrivez-vous à la newsletter !

Chaque semaine, des actus et des articles de fond

Merci ! Votre inscription a été prise en compte.