Introduction

Face à un monde des affaires en constante évolution et à l’émergence de nouvelles opportunités économiques, de plus en plus d’individus sont séduits par l’idée de devenir dirigeant(e) d’entreprise.

Endosser ce rôle ne se résume pas seulement à prendre des décisions stratégiques ou à guider une équipe : il s’accompagne de responsabilités juridiques spécifiques. Dans cet article, nous explorerons la définition précise d’un(e) dirigeant(e), ses missions principales et les implications juridiques associées à ce poste emblématique.

dirigeant

La direction d’une entreprise n’est pas seulement un poste, c’est une responsabilité et un engagement. Un dirigeant se situe à la confluence des aspirations des actionnaires, des attentes des employés et des exigences du marché. Avant de détailler le rôle et la nature des dirigeants selon les structures juridiques de la société, il est essentiel de comprendre la base de cette position.

Qu’est-ce qu’un(e) dirigeant(e) d’entreprise ?

Le rôle du dirigeant de société

Un dirigeant, qu’il soit à la tête d’une société ou d’une entreprise individuelle, occupe une position centrale dans l’organisation. En tant que mandataire social, il représente l’entité dans tous ses actes quotidiens, englobant la gestion, la prise de décision, la mise en œuvre de stratégies, ainsi que la direction générale de l’entreprise vers l’atteinte de ses objectifs.

La responsabilité du dirigeant de société

Les responsabilités du dirigeant sont variées. Elles vont du recrutement des salariés à la gestion administrative, en passant par la tenue de la comptabilité. En sa qualité de représentant légal de la société, il est tenu de rendre des comptes aux associés ou actionnaires de l’entité. Ses décisions et actions ont des répercussions non seulement sur la santé financière et opérationnelle de l’entreprise, mais aussi sur les employés et l’environnement sociétal dans lequel l’entreprise évolue.

Le risque pris par l’entrepreneur(se) individuel(le) sur son patrimoine personnel

Il est crucial de souligner que pour les entrepreneurs individuels, qu’ils opèrent en tant qu’auto-entrepreneurs ou non, la distinction entre la personnalité juridique de l’entrepreneur et celle de l’entreprise est inexistante. Cela signifie que le patrimoine personnel du dirigeant et celui de l’entreprise sont confondus, rendant l’entrepreneur potentiellement responsable de manière indéfinie vis-à-vis des dettes et obligations de son entreprise.

Quel est le statut social des dirigeants d’entreprise

En France, les dirigeants sont généralement affiliés au régime social des travailleurs non-salariés (TNS) ou au régime général de la Sécurité sociale, selon la forme juridique de la société et leur position. Par exemple, un gérant majoritaire de SARL est affilié au régime des TNS, tandis que le président d’une SAS relève du régime général.

Le statut social des dirigeants de SARL / EURL / SCI

Dans une SARL (Société à Responsabilité Limitée) ou EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée), le(la) dirigeant(e) est appelé(e) “gérant(e)”. Dans une SCI (Société Civile Immobilière), il est aussi désigné sous le terme de gérant(e). Ce gérant peut être une personne physique ou morale et est nommé dans les statuts ou par un acte séparé.

Les gérant majoritaires ou cogérants appartenant à une gérance majoritaire ont le statut de TNS. Ils sont à ce titre affilié au régime des indépendants (Sécurité Sociale des Indépendants ou SSI, ex RSI). Les gérants minoritaires ont le statut d’assimilé salarié.

Le statut des dirigeants de SAS / SASU

Dans une SAS (Société par Actions Simplifiée) ou SASU (forme unipersonnelle de la SAS), le(la) dirigeant(e) est le président(e). Tout comme pour la SARL, le président peut être une personne physique ou morale.

Les dirigeants de sociétés par actions (SAS, SASU, SA) le statut d’assimilé salarié. Ils sont à ce titre affilié au régime générale de la sécurité sociale, l’Urssaf.

Rémunération des dirigeants : quelles règles ?

Que vous soyez gérant ou président d’une société, la manière dont vous êtes rémunéré revêt une importance majeure. Toutefois, fixer le montant de la rémunération d’un dirigeant et en définir les modalités peuvent se révéler complexes.

Il est crucial de comprendre que, en tant que dirigeant, ce que vous percevez n’est pas un salaire classique, mais une rémunération liée à votre statut de mandataire social. Elle diffère d’une rétribution qui serait issue d’un contrat de travail traditionnel. Voici quelques principes essentiels à connaître sur ce sujet.

Le montant et la nature de la rémunération est issu d’une décision collective

Si votre entreprise compte d’autres associés, votre rémunération ne sera pas le fruit d’une décision unilatérale. Elle devra impérativement être approuvée par eux.

Confidentialité de la rémunération

La somme exacte de votre rémunération n’a pas à être inscrite dans les statuts de l’entreprise. Elle peut ainsi demeurer confidentielle.

Montant net et charges sociales

Le montant net que vous percevrez en tant que dirigeant sera nettement inférieur à la somme initialement sortie des caisses de l’entreprise. Selon la nature du statut social du dirigeant, les charges sociales peuvent varier du simple au double. Elles sont de l’ordre de 40% lorsque le dirigeant est Travailleur Non salarié (TNS) et dépend du SSI. Elles sont proches de 80% lorsque le dirigeant est Assimilé salarié, il dépend alors du régime général (Urssaf). Les cotisations sociales sont déduites du montant brut de la rémunération.

Des outils en ligne de l’administration fiscale peuvent aider l’entreprise ou le porteur de projet à évaluer la rémunération nette et brute du dirigeant.

Choix de la non-rémunération

Certains dirigeants, souvent par conviction ou par nécessité, choisissent de ne pas percevoir de rémunération et exercent ainsi leurs fonctions de manière bénévole.

La nature de la rémunération du dirigeant

La rémunération peut prendre diverses formes : montant fixe, bonus, avantages en nature, actions (BSPCE, BSAAIR, actions gratuites, …) entre autres. Pour les dirigeants de sociétés par actions, les dividendes peuvent également constituer une source de revenus intéressante et stratégique sur le plan fiscal. Attention, ces décisions nécessitent un accord et une décision des associés.

Conformité réglementaire

Il est impératif de s’assurer que toute forme de rémunération soit conforme aux normes fiscales et sociales en vigueur.

Le changement de dirigeant

Chaque entreprise peut être confrontée à la nécessité de changer son dirigeant, que ce soit à cause d’une démission, d’une révocation ou d’un événement imprévu comme un décès. Comprendre le processus et les implications juridiques est essentiel pour assurer la continuité et la stabilité de l’entreprise. Voici un guide pour vous éclairer sur le sujet.

Comment changer de gérant ou de président ?

Le changement de gérant ou de président peut être motivé par diverses raisons : fin du mandat, démission, révocation ou toute autre circonstance. La procédure à suivre est standardisée.

Décision des associés

Il est impératif que les associés se réunissent pour décider du changement. Cette décision doit généralement être prise en Assemblée Générale.

Publication dans un Journal d’Annonces Légales (JAL)

Il est nécessaire d’informer le public du changement par le biais d’une annonce légale.

Formalités au greffe

Une fois la décision prise, un dossier doit être déposé auprès du greffe du Tribunal de commerce pour officialiser le changement. Après enregistrement, un nouveau Kbis sera délivré.

Astuce : Si le dirigeant a été nommé via un acte distinct annexé aux statuts, le processus peut s’avérer moins onéreux.

La Démission et révocation du dirigeant de société : comment procéder ?

Un dirigeant peut choisir de démissionner pour diverses raisons, allant d’un changement de cap personnel à des divergences avec les associés. Parfois, les associés peuvent également décider de révoquer le dirigeant pour insatisfaction ou autres motifs. Quelques points essentiels à retenir :

La liberté de démission : un droit inaliénable

Un dirigeant, qu’il soit en SCI, SARL ou SAS, est toujours libre de démissionner.

La révocation du dirigeant de société

Bien que le dirigeant puisse être révoqué, il est essentiel de consulter les statuts de la société. Ceux-ci peuvent en effet imposer certaines conditions ou exiger un motif spécifique pour la révocation.

Que se passe-t-il en cas de décès du dirigeant de société ?

La disparition soudaine d’un dirigeant peut engendrer des perturbations au sein de l’entreprise. Dans de tels moments, voici la procédure à suivre :

Nomination d’un nouveau dirigeant

En l’absence d’un dirigeant, la priorité est de désigner un remplaçant pour assurer la continuité de l’entreprise.

Assemblée générale

Elle doit être convoquée, souvent par l’associé ayant la plus grande part du capital, pour procéder à cette nomination.

Formalités administratives

Comme dans le cas d’une démission ou d’une révocation, il est essentiel de notifier le changement au greffe du Tribunal de commerce.

Le dirigeant est-il nécessairement le leader ?

Si à première vue, les termes “dirigeant” et “leader” peuvent sembler interchangeables, ils recouvrent en fait des réalités distinctes, voire complémentaires. Comprendre la différence est essentiel dans le contexte d’un monde en mutation rapide, avec des défis inédits et des opportunités à saisir.

Dirigeant et leader : 2 missions, 2 horizons

Le dirigeant donne la vision et décide de la stratégie

Un dirigeant est souvent vu comme le capitaine du navire. Sa mission est globale et englobe la vision, la stratégie et l’anticipation des évolutions de l’environnement de l’entreprise. Le dirigeant pense à l’avenir, aux trajectoires possibles, et se prépare aux opportunités et menaces à venir. Il doit avoir une vue d’ensemble, prenant en compte tous les paramètres : économiques, sociaux, réglementaires, opérationnelles …

Le leader motive et manage les équipes

Le leader D’un autre côté, un leader se concentre davantage sur le “comment”. Comment atteindre les objectifs définis par le dirigeant ? Comment motiver et manager les équipes pour qu’elles soient en phase avec la vision de l’entreprise ? Si le dirigeant définit le “quoi”, le leader se consacre au “comment”.

Le leadership concerne la capacité à influencer, à inspirer et à guider les autres pour accomplir une mission. C’est l’une des raisons qui poussent les entreprises à distinguer le conseil d’administration, le PDG du DG et d’y adjoindre parfois d’autres organes de direction afin de bien distinguer les missions de chacun.

Le nouveau visage des entreprises dans un monde en mutation

Nous vivons une époque de bouleversements sans précédent, caractérisée par de multiples innovations extrêmement diversifiées, impactantes et rapides. Les entreprises voient aussi la montée en puissance de nouvelles de contraintes, notamment environnementales. Ces changements transforment les critères de choix des consommateurs, les modes de consommation et, par extension, les modèles économiques des entreprises.

Les consommateurs, qu’ils soient individuels ou entreprises, sont de plus en plus conscients des enjeux environnementaux et sociaux. Cela les pousse à opter pour des solutions plus durables, éthiques et respectueuses de l’environnement. Les entreprises qui ne s’adaptent pas à cette réalité se retrouvent rapidement dépassées, perdant la faveur des consommateurs au profit de concurrents plus innovants ou de start-ups qui bouleversent les codes établis.

Ces mutations imposent aux dirigeants une attention accrue et spécifique à ces évolutions. Ils doivent également être prêts à prendre des risques dans des domaines qu’ils maîtrisent peu. Malheureusement, de nombreux dirigeants, accaparés par l’opérationnel du quotidien, retardent l’étude et l’intégration des innovations, laissant ainsi la porte ouverte à ceux qui sont prêts à saisir ces nouvelles opportunités.

Un autre indicateur frappant de l’impact de ces changements est la durée de vie réduite des entreprises. En effet, depuis les années 60, la durée de vie moyenne des entreprises a chuté de moitié. Plusieurs études montrent que l’espérance de vie des entreprises continue de se réduire significativement. Cela illustre la rapidité et la complexité des défis auxquels les dirigeants sont confrontés.

Ce constat met en exergue l’importance pour les entreprises de rester agiles, de s’adapter rapidement et d’adopter une approche proactive face à l’évolution constante du paysage économique et social.

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...
Sommaire
  • Qu'est-ce qu'un(e) dirigeant(e) d'entreprise ?
  • Quel est le statut social des dirigeants d’entreprise
  • Rémunération des dirigeants : quelles règles ?
  • Le changement de dirigeant
  • Le dirigeant est-il nécessairement le leader ?
  • Le nouveau visage des entreprises dans un monde en mutation
x
Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques
  • Simplicité
    Simple
  • Economie
    Économique
  • Rapidité
    Rapide
Vous souhaitez un accompagnement pour lancer votre entreprise ?

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une augmentation de capital ?

Modifier vos statuts

Besoin de protéger votre marque et logo d’un potentiel concurrent ?

Déposer votre marque

Avis Trustpilot Legalstart

Commentaires
0 commentaires
Vote: 5.0/5. Total de 3 votes.
Chargement...
5/5