L'essentiel à savoir pour ouvrir une pizzeria

Par Marie Lusset, le 13/09/2021

Ouvrir une pizzeria est un projet dont la mise en application requiert la connaissance de quelques informations pratiques. Les détails sont présentés ici ! 

Ouvrir une pizzeria

Ouvrir une pizzeria, comme ouvrir un restaurant,  nécessite une préparation minutieuse pour éviter toute erreur. Certes, le marché est florissant avec des centaines de milliers de consommateurs en France, mais il existe une démarche à suivre afin d’en tirer profit.

Pour se lancer dans l’aventure avec toutes les chances de succès, il importe de trouver des réponses pertinentes aux questions liées au type de pizzeria, à son mode de fonctionnement et aux besoins en ressources humaines ou en matériel.

Il faut également penser à l’aspect juridique, aux formations, aux assurances et aux normes en vigueur dans le secteur. Trouvez ci-dessous un point sur les informations essentielles à connaître et sur la démarche à adopter pour ouvrir une pizzeria.

Ouvrir une pizzeria : De nombreuses questions pratiques

L’une des premières questions à solutionner concerne le type de pizzeria que l’on désire ouvrir. Les autres questions sont relatives à l’aspect financier, aux modalités d’exercice de l’activité ou encore à la stratégie rentable à adopter.

Choisir entre l’indépendance et la franchise

Est-ce qu’il faut ouvrir en franchise sa pizzeria ou se lancer seul ? Cette interrogation est centrale pour se faire une idée du budget à mobiliser et des démarches à effectuer. Entre le réseau de franchise et l’exercice indépendant, chaque option présente des avantages et des inconvénients.

Dans l’hypothèse de l’ouverture d’une pizzeria dans le cadre d’une franchise, l’entrepreneur bénéficie dès le départ de formations sur des thèmes tels que :

  • La gestion d’une pizzeria ;
  • La gestion de la comptabilité ;
  • Les approvisionnements ;
  • La méthode de vente à adopter.

Il bénéficie également d’une formation continue pour la bonne gestion des activités et reçoit des aides matérielles et financières afin de trouver un local et l’équiper conformément aux normes sanitaires en vigueur.

L’inscription au réseau de franchise permet également d’exploiter les supports marketing de l’enseigne ainsi que ses campagnes de communication. C’est en effet la meilleure option pour profiter de la notoriété d’un acteur majeur du secteur.

Toutefois, rejoindre le réseau d’une marque pour ouvrir une pizzeria requiert un apport personnel pouvant aller de 40 000 à 80 000 euros. Il y a également des redevances à verser au franchiseur. L’entrepreneur est en outre tenu de respecter :

  • L’image de marque du franchiseur ;
  • La composition des pizzas ;
  • Le prix fixé par le franchiseur ;
  • La décoration souhaitée par l’enseigne.

À l’opposé, ouvrir une pizzeria en tant qu’indépendant offre l’avantage de pouvoir gérer son activité en toute liberté. L’entrepreneur peut même se distinguer en apportant une touche personnelle à la recette des pizzas.

La principale difficulté de cette option est qu’il est seul face aux efforts nécessaires pour concevoir les supports marketing et se construire un réseau de clients. Dans cette hypothèse, les dépenses d’ouverture de la pizzeria peuvent aller jusqu’à 120 000 euros.

Les autres questions pratiques

Diverses autres questions requièrent des réponses précises pour ouvrir et avoir du succès avec sa pizzeria. Il faut ainsi déterminer :

  • Quelle zone de chalandise choisir ;
  • Quelles sont les caractéristiques de la clientèle cible ;
  • Quelles sont leurs préférences en ce qui concerne les ingrédients ;
  • Quels sont les concurrents à considérer, leurs forces et leurs faiblesses.

Les résultats d’une étude de marché permettent d’analyser l’environnement économique du produit et de répondre à ces questions ainsi qu’à bien d’autres.

D’autre part, l’entrepreneur doit choisir entre la vente ambulant par l’ouverture d’un camion-pizza et l’installation dans un local commercial. Dans le second cas, la principale préoccupation est relative à l’espace dédié à la consommation et à son ameublement.

Il faut aussi déterminer si les pizzas sont à consommer sur place, à emporter ou à livrer aux clients. Un autre point à considérer est relatif au personnel, à son effectif et à ses qualifications.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Définir les besoins

Divers besoins sont à considérer pour lancer une pizzeria. Un plan bien pensé doit ainsi être conçu afin de prévoir les charges, d’y faire face et d’éviter les surprises désagréables.

Les compétences requises

Si aucun diplôme spécifique n’est requis pour ouvrir une pizzeria, quelques formations pratiques sont cependant nécessaires.

Le promoteur peut démarrer son activité s’il maîtrise les rudiments de la préparation de pizza. Pour une personne complètement novice en la matière, une formation de pizzaiolo est recommandée afin d’en apprendre plus sur des thématiques telles que :

  • Les étapes de fabrication de la pizza ;
  • La gestion du stock ;
  • La gestion de la pression.

Il est par ailleurs conseillé aux nouveaux chefs d’entreprise de faire un stage de préparation à l’installation (SPI). Ce stage permet d’acquérir des compétences en matière de comptabilité et de gestion sociale d’entreprise.

Une formation obligatoire pour ouvrir une pizzeria est celle relative à la sécurité et à l’hygiène alimentaire. Elle dure environ 14 heures et coûte environ 200 euros. Selon les dispositions en vigueur, au moins un membre du personnel de la pizzeria doit avoir reçu cette formation.

Les charges à prévoir

Pour l’installation et le fonctionnement de la pizzeria, le chef d’entreprise doit se préparer à faire face à diverses obligations financières. Celles-ci varient avec le type de pizzeria et les modalités d’exercice de l’activité.

Pour une pizzeria installée à bord d’un camion-pizza, les charges à prévoir concernent entre autres :

  • Les frais d’achat ou de location du camion-pizza ;
  • Les dépenses liées à son aménagement ;
  • Le coût des équipements à employer ;
  • Les redevances à verser pour les emplacements ;
  • L’assurance du véhicule ;
  • Les dépenses liées à l’entretien et au carburant.

Lorsque le promoteur fait l’option d’un local commercial, les premières charges à considérer sont le loyer, l’aménagement du local, les équipements de cuisine et le mobilier. A cela s’ajoutent les frais d’assurance du local et de l’activité.

Outre ces charges, avant d’ouvrir une pizzeria, il faut généralement envisager :

  • Les dépenses liées à l’étude de marché ;
  • Les dépenses de publicité ;
  • Le prix des boîtes d’emballage des pizzas pour les livraisons et les ventes à emporter ;
  • La masse salariale du personnel employé ;
  • Le coût des stocks alimentaires de départ.

Par ailleurs, cette liste de prévisions n’est guère exhaustive, car il faut également tenir compte des démarches et dépenses relatives à la création d’entreprise.

Ouvrir une pizzeria : Les formalités de création de l’entreprise

Il est ici question des formalités légales à accomplir. Le promoteur doit choisir entre plusieurs statuts juridiques puis obtenir l’immatriculation de l’entreprise. Il peut décider d’ouvrir une pizzeria avec des associés.

Le choix du statut juridique

Les divers statuts juridiques prévus pour les entreprises présentent chacun des avantages et des inconvénients. Un entrepreneur qui désire lancer sa pizzeria seul a le choix entre :

  • L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) ;
  • La micro-entreprise ;
  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) ;
  • La société par actions simplifiées unipersonnelle (SASU).

Pour ouvrir l’entreprise avec des associés, les promoteurs peuvent choisir de créer :

  • Une société par actions simplifiées (SAS) qui partage les mêmes caractéristiques que la SASU ;
  • Une Société à responsabilité limitée (SARL) qui rejoint l’EURL sur bien des points.

L’immatriculation

Une fois le statut juridique choisi et les éventuels statuts rédigés, l’étape suivante pour ouvrir une pizzeria est l’immatriculation de la société.

Elle se fait à travers la constitution et le dépôt d’un dossier à cet effet auprès du greffe du tribunal ou du centre de formalité des entreprises (CFE), qui procède à l’inscription de l’entreprise au registre du commerce et des sociétés (RCS).

Les frais requis pour remplir les formalités peuvent aller jusqu’à 450 euros.

Les formalités administratives complémentaires

Hormis le choix du statut juridique et l’obtention de l’immatriculation de l’entreprise, d’autres formalités administratives sont requises pour ouvrir une pizzeria. Elles sont relatives :

  • Aux normes d’hygiène et de sécurité ;
  • Aux autorisations liées à l’exercice de l’activité ;
  • Aux différentes assurances à contracter.

Les normes à respecter

Dans le cadre de ses activités, l’établissement doit se plier rigoureusement aux normes sanitaires définies par le règlement n° 852/2004 du 29 avril 2004, relatif à la sécurité sanitaire. Une hygiène irréprochable est à observer sur les lieux et l’interdiction de fumer doit faire l’objet d’une affiche visible.

L’entrepreneur est également tenu de veiller à l’affichage des tarifs, des menus et doit renseigner sa clientèle sur les allergènes potentiels compris dans ses produits.

Lorsque l’activité implique la manipulation, la transformation ou la vente de produits d’origine animale, une déclaration est à adresser à la direction départementale en charge de la protection des populations (DDCPP).

D’autre part, la pizzeria étant un établissement recevant un public, elle est soumise au respect de normes définies quant à la sécurité et l’accessibilité.

Les autorisations à obtenir

Outre les normes auxquelles il faut se plier pour ouvrir une pizzeria et la faire fonctionner, quelques licences et autorisations sont également nécessaires. Sur la liste de ces autorisations, l’on retrouve :

  • La licence pour la vente de boissons alcoolisées ;
  • La licence pour un commerce en camion-pizza ;
  • L’autorisation de la SACEM lorsque l’activité implique de diffuser de la musique ;
  • La carte de commerçant ambulant pour exploiter un camion-pizza ;
  • L’autorisation d’occupation d’emplacement.

Les assurances professionnelles

Il est nécessaire de souscrire des assurances professionnelles pour ouvrir une pizzeria. Cette précaution permet de parer d’éventuels dommages ou incidents, de protéger les investissements et de pérenniser l’activité. A ce titre, il faut prévoir :

  • Une assurance en responsabilité civile professionnelle ;
  • Une assurance contre les vols et cambriolages ;
  • Une assurance incendie ;
  • Une assurance pour le camion-pizza lorsque l’activité est exploitée suivant cette modalité.

Toutes ces précautions ont pour objectif de protéger l’activité et d’en permettre une exploitation apaisée et profitable. Elles sont essentielles pour ouvrir une pizzeria, exercer en toute sécurité et voir s’accroître son chiffre d’affaires.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Marie Lusset

Marie Lusset est diplômée d’un master en droit des affaires internationales et d'un master en management et développement des entreprises. Elle accompagne les porteurs de projet à créer leur entreprise et développer leur activité.