Introduction

Pour garantir leur liquidité et améliorer leur gestion de trésorerie, les entreprises ont à leur disposition diverses solutions, parmi lesquelles l’affacturage inversé, bien que moins répandu, offre des avantages significatifs dans certaines situations. Mais qu’est-ce que l’affacturage inversé exactement ? Comment fonctionne cette méthode de financement ? Ces questions trouvent leurs réponses dans l’article suivant.

reverse factoring

Qu’est-ce que le reverse factoring ou affacturage inversé ?

L’affacturage inversé, également connu sous le nom de reverse factoring, est une méthode de gestion financière proposée aux entreprises pour régler leurs dettes fournisseurs avant leur échéance prévue, sans puiser dans leur trésorerie. Ce mode de paiement alternatif gagne en popularité, principalement adopté par les grandes entreprises, les centrales d’achat et les services d’approvisionnement.

Le fonctionnement de l’affacturage inversé

L’affacturage inversé permet aux entreprises de payer leurs factures fournisseurs avant l’échéance, sans mobiliser leurs fonds propres. En effet, c’est la société d’affacturage qui prend en charge le règlement des factures fournisseurs dès la livraison des marchandises ou l’achèvement de la prestation de service. Ainsi, cette méthode permet de financer les factures sans affecter immédiatement la trésorerie de l’entreprise. Contrairement à l’affacturage traditionnel, c’est le client lui-même qui sollicite cette solution de paiement, et non pas ses fournisseurs.

Actuellement, de nombreuses entreprises ont la possibilité d’utiliser le reverse factoring. Cependant, les sociétés d’affacturage exigent souvent un seuil minimal de chiffre d’affaires pour y accéder. Ainsi, il est nécessaire d’avoir un chiffre d’affaires estimé entre 20 et 30 millions d’euros pour être éligible.

Le mécanisme de l’affacturage inversé implique plusieurs parties prenantes, à savoir :

  • Le donneur d’ordre : l’entreprise cliente.
  • Le fournisseur : détenteur des créances de son client.
  • La société d’affacturage, ou factor : un établissement financier agréé par la Banque de France, qui avance les liquidités en échange de la facture.

Le processus de l’affacturage inversé se déroule en plusieurs étapes :

  • Le fournisseur envoie sa facture à l’entreprise cliente.
  • Avec l’accord du fournisseur, l’entreprise cliente transmet la facture au factor.
  • Après déduction de l’escompte pour paiement comptant, les fournisseurs sont payés par le factor.
  • Temporairement, la société d’affacturage remplace le débiteur et verse l’escompte à l’entreprise cliente moyennant une commission.
  • Les factures fournisseurs sont ensuite payées à échéance par l’entreprise cliente à la société d’affacturage selon les termes convenus.

Ses avantages et inconvénients

1) Les avantages de l’affacturage inversé

Cette méthode de paiement offre plusieurs avantages.

  • Elle optimise la gestion de trésorerie des entreprises en leur permettant de conserver leurs liquidités plus longtemps.
  • De plus, elle permet à l’entreprise cliente de négocier des remises avec ses fournisseurs en échange d’un paiement anticipé par le factor, offrant ainsi une solution avantageuse tant pour l’entreprise que pour le fournisseur.
  • Éviter les retards de paiement : en payant les fournisseurs dans les délais convenus via le factor, l’entreprise cliente minimise les risques de retard de paiement.

2) Les Inconvénients de l’affacturage inversé

Malgré ses avantages, l’affacturage inversé présente des inconvénients. Contrairement à l’affacturage traditionnel, c’est l’entreprise cliente qui supporte les coûts de cette méthode. De plus, les garanties exigées par les factors peuvent rendre l’affacturage inversé inaccessible aux PME.

Quel est le coût du reverse factoring ?

Le coût de l’affacturage inversé se compose principalement de deux types de commissions perçues par le factor ou la société d’affacturage.

Premièrement, il y a la commission de services, qui varie généralement entre 0,1% et 0,7% et la commission de financement, évaluée en fonction du taux de référence de l’EURIBOR à 1 mois ou à 3 mois, auquel s’ajoute une marge de la société d’affacturage. Cette commission fluctue généralement entre 0,5% et 3%.

À ces commissions, peuvent s’ajouter des frais de dossier ou une contribution à un fonds de garantie destiné à couvrir le risque d’impayé.

Pour les TPE ou PME, les sociétés d’affacturage proposent généralement des formules tarifaires au forfait, avec un nombre prédéfini de factures remises et d’agréments.

Il est important de noter que la marge appliquée est souvent proportionnelle au volume du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Quelles différences entre le reverse factoring et l’affacturage classique ?

Ces deux méthodes diffèrent significativement dans leur mécanisme, leurs parties prenantes et leur initiative.

Dans l’affacturage classique, c’est le fournisseur qui prend l’initiative de céder ses créances à une société d’affacturage. Cette dernière avance alors une partie du montant des factures au fournisseur dès leur validation, généralement entre 70% et 90%. Par la suite, lorsque le client règle la facture à échéance, la société d’affacturage verse le solde restant au fournisseur, après déduction des frais.

En revanche, l’affacturage inversé est initié par l’entreprise cliente. Cette dernière sollicite l’affacturage pour financer les factures de ses fournisseurs. La société d’affacturage paie alors rapidement les fournisseurs dès la livraison des biens ou la réalisation des services. L’entreprise cliente rembourse ensuite la société d’affacturage à la date d’échéance convenue pour ses propres factures.

En termes de parties prenantes, l’affacturage classique implique le fournisseur, le client et la société d’affacturage. Dans ce cas, le risque principal est supporté par la société d’affacturage, notamment en ce qui concerne le risque de non-paiement des factures par le client. Les avantages pour le fournisseur incluent un accès rapide à des liquidités et une réduction du risque de crédit.

À l’inverse, l’affacturage inversé implique l’entreprise cliente, le fournisseur et la société d’affacturage. Les risques sont principalement assumés par l’entreprise cliente, notamment les coûts associés au financement et les garanties demandées par la société d’affacturage. Les avantages pour l’entreprise cliente incluent une meilleure gestion de trésorerie, la possibilité de négocier des remises avec les fournisseurs et la minimisation des retards de paiement.

Pas encore de votes.
Chargement...
Sommaire
  • Qu'est-ce que le reverse factoring ou affacturage inversé ?
  • Le fonctionnement de l'affacturage inversé
  • Ses avantages et inconvénients
  • Quel est le coût du reverse factoring ?
  • Quelles différences entre le reverse factoring et l'affacturage classique ?
x
Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques
  • Simplicité
    Simple
  • Economie
    Économique
  • Rapidité
    Rapide
Vous souhaitez un accompagnement pour lancer votre entreprise ?

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une augmentation de capital ?

Modifier vos statuts

Besoin de protéger votre marque et logo d’un potentiel concurrent ?

Déposer votre marque

Avis Trustpilot Legalstart

Commentaires
0 commentaires
Pas encore de votes.
Chargement...
0/5