Introduction

L’affacturage est un mode de financement qui permet aux entreprises d’améliorer rapidement leur trésorerie. De plus, contrairement à l’emprunt bancaire le factoring aide à financer l’activité. Découvrez comment décrypter une société d’affacturage et les comparer ! 

questionnaires en ligne

Qu’est ce qu’une société d’affacturage ? Quels sont les critères de choix pour distinguer les différentes sociétés ? Explications !

En réduisant l’encours client, l’affacturage fait baisser le besoin en fonds de roulement et contribue au financement de l’activité. Toutefois, avant de se lancer pour confier ses factures à une société d’affacturage, il est important de savoir sur quels critères baser sa sélection, et comprendre le fonctionnement de l’affacturage.

Dans cet article nous expliquons ce qu’il faut savoir pour choisir le meilleur factor.

fygr logo

Votre gestion de trésorerie à partir de 59€ avec le Blog du Dirigeant

Qu’est-ce qu’une société d’affacturage ?

Définition et utilité de l’affacturage

L’affacturage

est une technique qui permet aux entreprises d’être payées de leurs factures clients avant qu’elles n’arrivent à échéance.

Cette technique passe par des sociétés d’affacturage qui financent immédiatement les factures de l’entreprise et se chargent de leur recouvrement. En contrepartie, les affactureurs ou factors perçoivent deux commissions :

  • une commission financière au titre de l’avance financière effectuée
  • et une commission de service qui permet de rémunérer les démarches administratives nécessaires pour le recouvrement.

Le fonctionnement de l’affacturage

L’affacturage permet à l’entreprise d’obtenir plus rapidement les fonds dont elle a besoin pour respecter ses obligations et se concentrer sur son activité commerciale. Le paiement des factures par le factor se fait en deux versements :

  • Le premier versement couvre entre 80% et 90% du montant de la facture prise en charge. Il a lieu dès que les produits/services associés à la facture ont été livrés
  • Le solde du versement constitué des 10 à 20% restants servent à constituer un fonds de garantie.

Le paiement en deux étapes permet au factor de constituer un fonds de garantie qui lui permet de se couvrir à l’encontre des impayés, des avoirs, ou des factures litigieuses que les clients refusent de payer.

Le fonds de garantie représente généralement 10% du montant des factures. Toutefois il peut être supérieur, ce qui réduit de facto le taux d’avance et impacte la rentabilité de l’opération. Comme nous l’expliquons dans notre article : Comment facturer les taux d’affacturage, pour étudier la rentabilité il ne faut pas se contenter d’étudier le taux présenté mais s’attacher à calculer le prix recouvré par euro confié.

Avis clients
Pour qui ?
Avis LBDD

A partir de 150 € /mois 


6 240 avis
Pour les entreprises de 5 à 10 000 salariés

A partir de 49,99 € /mois 


175 avis
Pour les indépendants et TPE

A partir de 59 € /mois 


56 avis
De l’indépendant à l’entreprise

Sur quels critères choisir une société d’affacturage ?

Une société d’affacturage se différencient selon plusieurs critères, la meilleure d’entre elles est celle qui sera la plus à même de répondre à vos attentes dans chacun des 7 critères suivants.

1. Quel type d’affacturage offrent les factors ?

La plupart des sociétés d’affacturage se spécialisent au choix sur une offre avec affacturage avec recours ou sans recours. Certaines offrent les deux. Il faut bien évidemment étudier les conditions qu’elles proposent (tarif, conditions de recours, qualité du service, …). Dans une transaction d’affacturage sans recours, en cas d’impayé, vous n’avez pas à rembourser l’affactureur. Cette option sera efficace pour se prémunir contre la défaillance imprévue d’un client en difficulté financière grave (liquidation ou cessation de paiements).

2. Avec quelles industries travaillent les sociétés d’affacturage ?

La plupart des sociétés d’affacturage se disent généralistes et prétendent travailler dans une majorité de secteurs d’activité.

Cependant, il faut reconnaître que les meilleures ont tendance à se spécialiser dans quelques secteurs précis. Il est par conséquent préférable de privilégier un factor qui connait bien votre secteur d’activité, ses acteurs et ses habitudes.

Pour évaluer si le factor connait bien votre secteur, vous pouvez poser des questions spécifiques, voir techniques au commercial sur quelques sujets liés à votre cœur d’activité. Cela permet d’évaluer son niveau de connaissance. Vous pouvez aussi lui demander une liste de références clients appartenant à votre secteur d’activité. La plupart des sociétés d’affacturage sont heureuses de présenter des références clients lorsque vous vous informez ou faites une demande de devis.

3. Le taux de garantie est-il élevé ?

Le taux permettant de constituer le fonds de garantie n’est pas toujours de 10%, il peut être bien supérieur et varie selon les secteurs d’activité. Voyez quelle est la moyenne du secteur et comparez les offres.

4. Y a-t-il des commissions minimales ?

Les sociétés d’affacturage peuvent avoir des offres avec ou sans commissions minimums fixes.

La commission minimum est le montant que l’entreprise doit payer au début de chaque période (mois, trimestre ou année). Cet élément joue sur la rentabilité de l’opération si vous n’avez pas la possibilité ou la volonté de lui confier le montant convenu de factures à recouvrir.

Les minimums ne sont pas nécessairement mauvais si vous parvenez à les utiliser comme outil de négociation pour obtenir un taux beaucoup plus bas. Toutefois, fixez un minimum suffisamment bas pour vous assurer que vous serez toujours au-dessus, notamment en cas de saisonnalité de votre Chiffre d’affaires.

5. Leur prix est-il concurrentiel ?

Le prix de l’affacturage

est basé sur le montant moyen de vos factures, le volume total que vous prévoyez de lui confier, et la solidité financière de vos clients. En moyenne, les taux financement varient de 1,15 % à 3,5 % annuels et sont calculés sur des périodes mensuelles. Les prix inférieurs à 1,15 % sont habituellement proposés pour des périodes de financement de moins de 30 jours, ils peuvent aussi être proposés lorsqu’il existe des coûts cachés.

Certains affactureurs ont des présentations de tarifs qui rend difficile d’évaluer précisément le coût du service. Attention aux taux trop bas, ils cachent souvent des facturation annexes difficiles à maîtriser.

6. En combien de temps un compte peut-il être ouvert ?

La plupart des sociétés d’affacturage peuvent ouvrir compte en quelques jours ouvrables. Toutefois, la mise en place d’un affacturage ou le transfert de factor nécessite du temps de mise en place. S’il n’y a pas d’urgence, le délai d’ouverture et de configuration d’un compte ne doit pas être un critère important dans le choix de votre prestataire d’affacturage. Il est plus important de comparer les sociétés d’affacturage sur d’autres critères plus stratégiques.

7. Qu’en est-il de la qualité de service ?

Toutes les sociétés d’affacturage vous expliqueront qu’elles offrent le meilleur service. Cette assurance affichée risque de de repousser au second plan un critère essentiel, voir stratégique, dans le choix de votre partenaire d’affacturage.

La seule façon de déterminer si un factor offre une bonne qualité de service est de leur demander des références clients, et de contacter certains de leurs clients comparables à votre entreprise. Prenez le temps de les interroger attentivement, c’est réellement important.

8. Depuis combien de temps existent-ils ?

Cette question est l’une des plus importantes à poser au factor. Les meilleures sociétés d’affacturage, à quelques exceptions près, existent depuis plus d’une décennie. Cette longévité signifie qu’elles ont l’expérience nécessaire pour s’adapter aux différentes situations économiques. Il est souvent difficile d’être le meilleur dans un domaine dans lequel on débute.

9. Comment le factor est-il financé ?

La façon dont votre société d’affacturage se finance est cruciale pour la santé de votre entreprise. Les factors mal financés peuvent devoir cesser de financer vos factures de façon inattendue ou réduire votre marge de crédit. Cela est arrivé à un certain nombre d’entreprises d’affacturage.

Les meilleures sociétés d’affacturage sont en mesure de financer une partie de leurs factures en propre.

Comment trouver la meilleure société d’affacturage pour votre entreprise

Choisir sa société d’affacturage

nécessite de suivre un processus. Le processus comprend les étapes suivantes :

1. Sélectionner et interviewer les candidats

Recueillir les noms et les contacts de trois ou quatre sociétés d’affacturage et les interroger afin de vous assurer qu’elles répondent aux 8 critères de sélection précédemment cités.

Retenir rapidement 3 ou 4 sociétés évite de se trouver submergé tout en offrant la possibilité de comparer.

Puis sélectionnez 2 ou 3 sociétés à consulter.

2. Début du processus de demande

La plupart des sociétés d’affacturage établissent leurs devis sur des bases similaires. Selon la taille de votre entreprise, vous devez fournir des renseignements sur le dirigeant et l’entreprise. Vous devez également fournir tous les éléments nécessaires pour évaluer la solidité financière de vos clients et de votre organisation administrative et juridique (CGV, délais de paiement, taux d’avoir, retours clients, …).

Il faudra peut-être fournir d’autres éléments comme les bilans et comptes de résultat de l’entreprise.

3. Comparer leurs conditions pour déterminer la meilleure offre

Bien que les propositions d’affacturage puissent être semblables, elles présentent souvent des différences. Les structures tarifaires, les avances, les modalités, peuvent varier de manière importante varient.

La comparaison peut parfois être difficile, voici un exemple constitué de chiffre simples :

  • Le factor A propose un taux de financement de 3 %, une prise en charge de 30 jours et un taux de garantie de 20 % (son taux d’avance est donc de d’avance de 80 %).
  • Le factor B propose un taux de 3,43 % une prise en charge de 30 jours et un taux de garantie de 10 % (son taux d’avance est donc de d’avance de 90 %).

Pour connaitre le prix réel de la meilleure offre, il faut évaluer le coût de l’affacturage par euro financé.

4. Prendre la décision

Une fois la décision prise, le factor rédige un contrat de partenariat qu’il faut lire attentivement et signé.

Que se passe-t-il après avoir choisi un factor ?

La dernière étape du processus est le « premier financement », dans lequel la société d’affacturage fournit une première avance. Le processus varie selon le factor, mais en général, il se déroule de la manière suivante :

  1. Vous soumettez toutes les factures au factor ;
  2. Chacun de vos clients est informé de la prise en charge de vos factures par le factor et des modifications à effectuer pour le paiement de vos factures (nouveau numéro de compte, nouvel interlocuteur, …)
  3. Vos factures sont vérifiées.

Les fonds sont versés sur votre compte.

Les nouveaux types de factors

L’affacturage était autrefois réservé aux entreprises de taille conséquentes, disposant de créances clients importantes, qui leur permettait de céder l’intégralité de leurs portefeuille client à des factors. L’affacturage était donc peu utilisé par les petites et moyennes entreprises. Or, avec l’essor de la digitalisation du monde de l’entrepreneuriat, et le développement de la technologie, un nouveau type d’affacturage dit “innovant” permet d’ouvrir le secteur de l’affacturage à des entreprises de moindre taille.

En effet, l’affacturage innovant dispose de plusieurs avantages en comparaison avec l’affacturage traditionnel : ce dernier permet dans un premier temps de ne vendre que quelques factures, contre l’affacturage traditionnel qui exigeait la plupart du temps de céder l’intégralité de ses créances clients. De plus, dans l’affacturage innovant, aussi appelé l’affacturage en ligne, la solvabilité étudiée est celle du débiteur, et non de l’entreprise cédant ses factures, cela facilite donc le processus.

Enfin, l’affacturage innovant permet de réduire les délais de financement des factures : en quelques clics, vous pouvez simuler la vente de vos factures, voir quelle somme vous sera reversée, et procéder à la vente de ces dernières si les conditions vous conviennent. Ces mécanismes ont considérablement réduit les délais de financement.

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...
Sommaire
  • Qu’est-ce qu'une société d’affacturage ?
  • Sur quels critères choisir une société d'affacturage ?
  • Comment trouver la meilleure société d’affacturage pour votre entreprise
  • Que se passe-t-il après avoir choisi un factor ?
  • Les nouveaux types de factors
x
Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques
  • Simplicité
    Simple
  • Economie
    Économique
  • Rapidité
    Rapide
Vous souhaitez un accompagnement pour lancer votre entreprise ?

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une augmentation de capital ?

Modifier vos statuts

Besoin de protéger votre marque et logo d’un potentiel concurrent ?

Déposer votre marque

Avis Trustpilot Legalstart

Commentaires
16 commentaires
Vote: 3.8/5. Total de 4 votes.
Chargement...
3.8/5


  1. Julien
    4 avril 2017, 17:07
    Bonjour, J'aurais une question concernant la durée de l'ARE. J'ai créé ma société début 2016. Je perçois la totalité de l'ARE correspondant à un reliquat de droits datant d'un premier emploi. Ces droits viennent de se finir (15 mois) et je touche maintenant des droits ouverts à la suite d'un second emploi. Sur mon espace personnel il est indiqué que ces nouveaux droits couvrent une période de 18 mois (cohérent avec la durée de mon dernier emploi). Est-ce normal que le cumul des anciens et nouveaux droits (33 mois) dépasse la durée maximale de l'ARE (24 mois)? Y'a-t-il une erreur sur mon espace personnel ou bien est-ce normal? Merci d'avance pour votre réponse Julien
    • Dufour Laurent
      4 avril 2017, 17:32
      Bonjour, Il m'est difficile de vous répondre sans connaitre votre dossier, il faudrait vous renseigner au près de votre conseiller pole emploi. Cordialement, L’équipe création d’entreprise LBdD
  2. Mathieu
    27 janvier 2016, 22:24
    Bonjour, Nous sommes 4 futurs associés. Dans plusieurs sources nous trouvons que nous pourrons tous prétendre à ACCRE (25% de capital chacun). Mais aucune sources sur le fait que nous puissions tous maintenir l'ARE. On parle souvent de ce cas pour le dirigeant, mais nous ne pourrons pas tous être dirigeant. Existe-il une solution dans notre cas ? Cordialement, Mathieu
    • Hugo
      28 janvier 2016, 10:56
      Bonjour, Il semble que le maintien des ARE soit possible pour plusieurs associés à conditions que ceux-ci soit bien gérant de l’entreprise. N’hésitez pas contacter pôle emploi afin d’être certains que le maintient de l’ARE est possible. Il est possible d’avoir plusieurs gérants dans une entreprise. Ils doivent être désignés soit par les statuts soit par un acte séparé. Les gérants ont alors des pouvoirs étendus pour agir au nom de la société dans les rapports avec les tiers. Cependant attention un nombre important de gérant peut rendre la gestion de la société compliqué. En effet, ils ont tous le pouvoir d’engager la société par leur signature. Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas revenir vers nous. Cordialement. L’équipe création d’entreprises LBdD.
  3. Rovira
    18 novembre 2015, 09:19
    Bonjour, Merci pour votre blog et votre disponibilité. Je suis artisan taxi depuis 2006, les inconvénients le RSI lorsque vous faites une bonne année vous faites l'objet d'un rappelle alors que vous êtes sur une année avec un chiffre d'affaire inférieures, ensuite la protection sociale si vous avez un accident ou problème de santé... je souhaiterais passer en SASU. Quels conseils pouvez-vous me donner en terme de statut. Merci pour votre réponse.
    • Laurent Dufour
      18 novembre 2015, 14:28
      Bonjour, Selon moi, la toute première chose à faire est de réaliser une simulation pour vous assurez que votre choix est le bon. Si la SASU offre certains avantages, elle a quand même quelques contraintes et notamment le taux de charges sociale qui est plus élevée que celui de la SARL (pour 1000 euros de revenu, vous aurez environ 650 euros de charges en SASU contre 450 pour la SARL). Pour votre simulation demandez l'aide de votre expert-comptable, la plupart du temps le prix de la simulation est compris dans les honoraires annuels. La transformation d'une entreprise à un coût car elle nécessite la plupart du temps l'intervention d'un commissaire à la transformation (CAC). Ici encore le conseil et l'accompagnement d'un expert-comptable vous sera certainement utile. Il vous aidera notamment pour la rédaction des statuts ce que je ne peux malheureusement pas faire sans une meilleure connaissance de votre dossier. Cordialement, L'équipe création d'entreprise LBdD
  4. Etienne
    16 octobre 2015, 20:17
    Bonjour, Tout d'abord, merci pour votre blog, vos articles et commentaires sont extrêmement pertinents et une aide précieuse pour tous ceux qui, comme moi se posent la question de la création d'entreprise. J'ai deux questions : 1 - La réponse de Charles Neguede à "froment" indique que les ARE sont maintenues pour une durée maximale de 24 mois. Pouvez-vous, s'il vous plait, confirmer ou infirmer car j'avais cru comprendre que dans le cas d'un cumul ARE + salaire, la "part" des ARE soustraite chaque mois était reportée et décalait la date de fin des ces indemnisations dans le futur. Comme le dit froment, il me semble aussi que l'on peut donc continuer de toucher les ARE à une date ultérieure à ces 24 mois du fait du report. Par exemple : J1 - Ouverture des droits ARE du président : 730 jours (24 mois) à 50€ par jour soit 1500€ d'ARE par mois. J1 - Ouverture d'une SAS et salaire brut de 750€ versé mensuellement pour le président. Chaque mois le président touchera 750 de salaire + (1500 - 0.7 x 750) d'ARE = 1725€ Le report mensuel en jours sera de 750 / 50 = 15 jours. Donc chaque mois, les ARE sont décalées de 15 jours. A ce rythme, l'épuisement total de ses ARE sera dans 48 mois ou 4 ans. Ai-je bien compris ? 2 - En fait, ma question initiale : Supposons qu'après m'être inscrit à PE, j'ouvre une SASU + ACRE, m'octroie un salaire de 120% du smic la 1ere année (pour utiliser le bénéfice de l'ACRE), puis j'arrête de me verser un salaire jusqu'à épuisement de mes ARE. Si j'ai choisi l'option d'imposition IR, les éventuels bénéfices de ma SASU seront sur ma feuille d'impôts sur lerevenu (je précise, pas de salaire versé par la SASU, éventuellement des dividendes mais ça ne change pas ma question). Pôle emploi ne risque-t-il pas de "confondre" le bénéfice de ma SASU avec des revenus imposable "d'ex salarié" et me demander le remboursement de mes ARE ? Je pense que les bénéfices de la SASU ne sont pas à être reportés sur la feuille d'IR dans la même case, mais comme je ne sais pas, je me permets de vous poser la question car ça me taraude ;) Je vous remercie pour le temps que vous prendrez à me répondre et espère que ma question sera utile à d'autres lecteurs de votre blog. A bientôt. Etienne
    • Laurent Dufour
      19 octobre 2015, 16:20
      Bonjour, Merci pour votre message, effectivement il y avait une erreur dans la réponse de Charles, les indemnités non versées sont reportables ce qui permet de rallonger au delà de 24 mois la durée d'indemnisation. Votre exemple semble bon, même si n'étant pas de pôle emploi je ne peux que vous conseiller de vous le faire confirmer par un conseiller de votre agence PE. Pour la seconde partie de votre question, tout dépend du statut du dirigeant. <strong>Lorsque vous êtes gérant,</strong> ce n'est pas que Pôle Emploi risque de confondre, c'est que pour eux toutes les rémunérations sur lesquelles sont payées des cotisations sociales sont des revenus qui entrent dans le calcul du revenu annuel. Ainsi, lorsqu'un gérant majoritaire de SARL se verse des dividendes, la partie des dividendes qui dépasse le seuil de 10% de : (votre capital social + moyenne des comptes courants) sera soumise aux charges sociales. Pole Emploi, obtient le montant des dividendes versés grâce à la DSI qui lui est transmise par le RSI, il intégrera le montant des dividendes soumis aux cotisations sociales dans son calcul annuel de votre revenu ce qui viendra réduire le montant de vos ARE. <strong>Lorsque vous êtes assimilé salarié</strong> (président de SAS / SASU ou gérant minoritaire ou égalitaire de SARL), les dividendes que vous percevez ne sont pas soumis aux cotisations sociales mais aux prélèvements sociaux (CSG/CRDS). La nature des dividendes n'est donc plus la même, ce sont des capitaux mobiliers (aux même titre que les dividendes d'actions d'une entreprise du CAC 40 que vous auriez perçu). Pôle emploi ne les intègre donc pas dans vos revenus annuels. Pôle emploi ne peux pas confondre vos bénéfices puisque qu'il na pas votre bilan, la seul information dont il dispose pour connaitre votre rémunération est votre salaire. Cordialement, L'équipe création d'entreprise LBdD
  5. Jerome
    11 septembre 2015, 09:42
    Bonjour, Merci pour ce blog et ses explications. Avec les "nouvelles règles", quid du créateur de SASU à l'IS simplifié bénéficiant de l'ARE et qui ne se verse pas de salaire ? Faudra-t-il, comme on le lit ici et là, qu'il rembourse ses droits lorsque Pôle Emploi découvrira un CA et un résultat ? C'est important pour une entreprise comme la mienne qui cherche à réaliser un investissement avec le résultat, mais qui serait "condamnée" à l'utiliser pour rembourser des droits ARE. Merci de votre avis
    • Laurent Dufour
      11 septembre 2015, 10:19
      Bonjour, En tant que président de SASU, vous avez le statut d'assimilé salarié. Du fait de ce statut social, Pôle Emploi ne vous demandera pas d'autre justificatif que votre fiche de paie à 0€. Si vous ne vous versez pas de salaire,vous n'avez pas de risque à devoir rembourser les indemnités perçues, cela concerne les TNS pour qui Pôle Emploi ne connait la rémunération que l'année suivante. N'hésitez pas à demander conseil auprès de votre expert-comptable. Cordialement L’équipe création d’entreprise LBdD
    • Jerome
      11 septembre 2015, 10:38
      Merci beaucoup pour votre réponse. Votre site est une mine d'informations intéressantes et, en plus d'apporter une aide précieuse à beaucoup d'entre nous, vous êtes d'une grande réactivité. Bravo et encore merci.
    • Laurent Dufour
      11 septembre 2015, 10:42
      Bonjour, Merci pour vos compliments, nous sommes ravi d'avoir pu vous aider. Si le blog vous plait n'hésitez pas à le faire connaitre en vous abonnant à la newsletter et en relayant les articles que vous trouvez intéressants aux autres créateurs et dirigeant d'entreprise. Cordialement L’équipe création d’entreprise LBdD
    • Jerome
      11 septembre 2015, 13:16
      Je reviens rapidement sur ma question suite à un échange ce midi avec mon expert comptable. Il me dit avoir dans ses clients des cas de personnes ayant fait l'objet d'une enquête de la part de Pôle Emploi visant à prouver que le résultat de la SASU (Il parle de 100 000€) était suffisant pour générer une rémunération alors que le dirigeant ne se verse aucun salaire tout en percevant l'ARE. D'après lui, Pôle Emploi aurait engagé une procédure pour obtenir le remboursement de l'ARE perçue. Est-ce un scénario crédible ? Pour éviter cela, il conseille à ses clients de passer en mode ARCE. Qu'en pensez-vous ?
    • Guillaume Jankowski
      16 septembre 2015, 13:31
      Bonjour, Votre commentaire est très intéressant, nous vous en remercions. A notre avis, la décision de ne pas se rémunérer (report à nouveau des bénéfices) apparaît comme une décision de gestion. Dès lors que le formalisme nécessaire est correctement réalisé (assemblée générale...), il semble difficile de venir contester le fait de ne pas avoir perçu de rémunération. En tout état de cause, le bénéficiaire des ARE pourrait justifier cette décision (besoin de fonds propres pour financer des projets...). il semble donc difficile de caractériser une fraude. Bien cordialement L'équipe Lbdd