Ouvrir un bar, comme toute création d’entreprise n’ s’improvise pas, et s’effectue étapes par étapes !

Le Blog du Dirigeant vous donne 6 étapes pour maximiser vos chances de réussite ! 

étapes pour ouvrir un bar

Ouvrir un bar est une idée de projet qui séduit de plus en plus d’entrepreneurs. En effet, créer un espace de convivialité où il est possible de réaliser d’importants gains en proposant des boissons appréciées par le plus grand nombre est une entreprise qui a tout pour réussir.

De plus, le côté festif du bar laisse penser aux futurs entrepreneurs que leur activité sera tout aussi festive, mais l’exercice de ce métier demande don de soi et rigueur pour réussir.

Cependant, concrétiser ce dessein peut se révéler délicat pour toute personne ne maîtrisant pas les rouages de l’activité.

En effet, ce secteur est régi par plusieurs normes qu’il faut respecter pour avoir le droit d’exercer. De plus, c’est un investissement qui peut s’avérer risqué en cas de conjoncture économique.

Dans ce sens, il convient de se renseigner sur la bonne procédure à suivre pour ouvrir un bar afin d’optimiser ses chances de rentabiliser son projet.

Étape 1 : La définition du concept

Avant de se demander comment ouvrir un bar, il peut être judicieux de songer au concept que ce dernier devra adopter. En effet, de nombreux paramètres du projet vont dépendre du type d’établissement à créer. Cela peut concerner :

  • L’ambiance ;
  • La décoration ;
  • Le nom commercial ;
  • La dénomination sociale.

Le choix du concept est un élément primordial dans l’élaboration de votre projet. L’offre d’établissements ne manque pas pour les clients, et développer un véritable concept vous permettra de vous distinguer de la concurrence et de vous constituer une clientèle régulière.

Il est alors recommandé de procéder à une étude de marché, pour avoir un aperçu de ce qu’il se fait dans la zone où vous comptez vous établir, et arriver à déterminer les besoins de la clientèle, ainsi que les établissements et les offres déjà présentes. Parallèlement, une attention particulière doit être apportée à l’emplacement de l’établissement, car un local bien situé se fait connaitre plus facilement.

Par conséquent, il est préférable d’ouvrir un bar café dans une zone pratiquée par des étudiants. Tandis qu’il est plus adéquat d’ouvrir un bar à cocktail dans une zone à forte affluence touristique.

Dans l’élaboration du concept, il peut être pertinent de se demander la valeur ajoutée de votre bar : pourquoi les clients viendront dans votre établissement plutôt qu’un autre ? Le nombre de bar présents en France rend cette question indispensable car la concurrence dans ce milieu est rude. La réponse à cette question se dessinera notamment au travers de votre étude de marché.

L’étape de la définition du concept est une des étapes prenant le plus de temps de votre projet : prenez le temps de bien réfléchir, car une fois votre projet lancé, bien qu’il soit toujours possible de procéder à des ajustements, il sera plus compliqué de changer de direction en cours de route. Le temps passé sur cette étape est variable d’un entrepreneur à l’autre : en effet, certains se lancent dans la création en raison d’un concept inédit qu’ils veulent développer, alors que d’autres, passent plus de temps à définir la valeur ajoutée et le concept de leur futur établissement.

La phase de l’élaboration du concept doit être bien réfléchi, et effectuée parallèlement à votre étude de marché qui permettra de confirmer ou infirmer le concept vers lequel vous vous dirigez.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Étape 2 : L’étude de marché

Cette étape se révèle importante non seulement pour définir un thème pour ouvrir un bar, mais aussi pour savoir si le projet est réalisable d’un point de vue commercial.

Elle consiste à analyser le secteur d’activité, la clientèle et les concurrents. Il est conseillé de faire une prospection commerciale qualitative et quantitative avant d’ouvrir un bar, afin d’obtenir des résultats précis qui permettront de mieux visualiser la réalisation du projet.

De plus, les conclusions issues de cette analyse de marché peuvent servir à déterminer avec plus ou moins de précision les prix à appliquer, les fournisseurs avec qui collaborer, les produits à vendre, les horaires d’ouvertures…

L’étude de marché sert à obtenir le maximum d’informations avant de lancer son bar, afin de maximiser ses chances de réussite : connaitre les concurrents et leurs produits permet de savoir comment vous différencier, mais éventuellement se servir de leurs erreurs pour ne pas les reproduire. Vous observez que la plupart des bars de votre commune sont fermés le lundi ? Une fois cette constatation effectuée, à vous d’en connaitre les raisons ! La clientèle de bar n’est peut être pas au rendez vous le lundi, ou alors le fait que les autres établissements soient fermés est peut être une chance de vous démarquer ? Vous observez que la plupart des bars proposent une Happy Hour de 17 à 19heures ? Proposez une amplitude horaire plus large pour la votre !

Au vu de sa complexité, pour la réaliser, il peut être judicieux de se faire aider par un expert-comptable ou un professionnel du domaine.

Étape 3 : Le business plan

L’élaboration du business plan s’avère nécessaire pour déterminer la viabilité du projet.

Le Business plan contient une partie écrite et une partie chiffrée, complémentaire l’une de l’autre, permettant de présenter l’intégralité du projet.

La partie rédigée a pour but de présenter le projet dans son ensemble. Elle permet de présenter le projet, l’idée, l’identité, la valeur ajoutée… Ce qui fera que votre bar attirera les clients, et sera viable économiquement parlant. Il faut également au sein de la partie rédigée, effectuer une présentation du fondateur du projet, et de l’équipe, ainsi que les différentes compétences présentes au sein du projet.

L’équipe porteuse du projet est quasiment aussi importante que l’idée en elle-même. La partie rédigée, s’achève en mettant l’accent sur la valeur ajoutée de votre établissement, ce qui permettra de le distinguer, mais également avec votre étude de marché, et les conclusions tirées de cette dernière.

Ensuite, le business plan comporte une partie chiffrée : c’est dans cette partie, qui va démontrer en chiffre la viabilité financière de votre projet.

La construction de la partie chiffrée de votre business plan demande d’avoir d’ores et déjà une idée assez précise des tarifs pratiqués, des produits vendus, de la marge réalisée…  Votre business plan doit également tenir compte des frais engagés pour recruter le personnel nécessaire à la gestion et tenue de votre établissement.

Le business plan ne doit pas oublier d’inclure les différentes charges à payer pour l’ouverture de l’établissement. Ce secteur fait l’objet de réglementations et formations à suivre pour pouvoir exploiter un bar, et le coût de ces formations est donc un coût à ne pas négliger.

De plus, dans le cas où le capital n’est pas suffisant, le business plan peut être d’une grande aide pour trouver un financement auprès de potentiels investisseurs, car il présente le projet de manière exhaustive. Ainsi, en dehors du budget prévisionnel, il inclut divers éléments tels que :

  • Le bilan prévisionnel ;
  • Le compte de résultat prévisionnel ;
  • Le tableau de financement ;
  • Le plan de trésorerie.

Pour rédiger le bon business plan avant d’ouvrir un bar, il faut prendre le temps d’effectuer les calculs adéquats et prendre en compte les possibles ajustements en fonction des résultats de vos recherches, et notamment de votre étude de marché.

En outre, il est conseillé d’écrire un premier document qui tiendra compte des prévisions et des attentes positives de l’entrepreneur en toute objectivité.

Un deuxième document devra être écrit dans l’objectif de simuler une situation de conjoncture financière. Cela permettra d’éviter les mauvaises surprises pouvant se solder par la perte de l’investissement.

Étape 4 : Les réglementations en vigueur

Pour ouvrir un bar, il ne suffira pas de vérifier la pérennité et la pertinence de l’idée, il faudra aussi s’assurer de respecter les obligations légales liées à cette activité.

Plusieurs réglementations sont à respecter : des formations sont nécessaires pour avoir le droit de vendre des boissons alcoolisées, mais il faut également respecter les différentes règles sanitaires avec le respect des normes d’hygiène imposées à ce type d’établissement. A ces obligations s’ajoutent, les obligations d’accessibilité pour les ERP (établissement recevant du public), les normes de sécurité. Enfin, les bars sont soumis à différents affichages obligatoires.

En effet, ce secteur d’activité est régi par une réglementation stricte. L’exploitant doit suivre une formation qui se soldera par l’obtention d’un permis d’exploitation pour ouvrir un bar.

Ensuite, il faudra acquérir une licence de débit de boisson de licence 4, si la vente de boissons alcoolisées doit y être réalisée.

Pour ouvrir un bar, il faudra aussi veiller à ce que le local respecte les normes de sécurité et d’hygiène en vigueur.

Enfin, au sein de l’établissement, il doit y avoir des affiches obligatoires pour témoigner du respect de la législation répressive contre l’ivresse publique et pour la protection des mineurs contre les dangers de l’alcool.

Étape 5 : La création de l’entreprise

Une fois le business plan établi, il faut se renseigner sur les différentes options qui permettent de créer son entreprise dans l’objectif d’ouvrir un bar. Concrètement, il faudra choisir entre la création d’une société, la location-gérance ou le rachat d’une entreprise pour ouvrir un bar.

Créer une société

La création d’une enseigne pour ouvrir un bar revient à tout mettre en place, depuis la définition du concept à la déclaration de l’ouverture de l’établissement. Pour ce faire, il est impératif de bien choisir son statut juridique pour ouvrir son bar, afin de faciliter la mise en place de l’activité.

La plupart des bars sont créés sous la forme d’une SARL lorsque plusieurs personnes veulent s’associer pour créer, du fait de la stabilité qu’offre ce statut, ou sous la forme d’une EURL lorsqu’une personne seule souhaite créer, version unipersonnelle de la SARL.

Toutefois, le choix du statut juridique dépend de divers facteurs, il est donc nécessaire de bien se renseigner sur les implications et conséquences de chaque statut.

Il faudra également se renseigner sur les différentes démarches administratives requises pour fonder une entreprise.

Le fait de créer un bar ex nihilo convient essentiellement aux personnes ayant une idée précise du concept à mettre en œuvre.

Passer par la location-gérance

La location-gérance est un contrat par lequel un propriétaire cède l’exploitation de son fonds de commerce à une tierce personne appelée locataire-gérant, pour une durée déterminée. Généralement, ce contrat précède celui de la cession du fonds de commerce.

Cette solution pour ouvrir un bar permet d’évaluer le potentiel et la rentabilité de l’établissement sans prendre trop de risques. En effet, au terme du contrat, aucune des parties contractantes n’a une obligation d’achat ou de vente du bien.

Cela peut également permettre de se former au métier par l’exploitation d’un bar déjà en activité, ayant normalement déjà constitué sa clientèle et définit son concept.

Le rachat

Racheter un bar existant est une option qui permet de reprendre une activité déjà en cours, ce qui favorise un lancement quasi immédiat de l’affaire. Bien que plus pratique, et plus rassurant que la création d’un bar de toute pièce, cette option demande généralement un investissement plus conséquent.

C’est la raison pour laquelle pour effectuer cette opération, il est préférable de choisir un établissement avec un concept proche de celui de son projet.

Diverses formalités juridiques sont nécessaires à l’ouverture d’un bar : n’hésitez pas à vous renseigner pour bien anticiper l’ouverture de votre établissement.

Étape 6 : Le local pour ouvrir un bar

Que ce soit pour ouvrir un bar à cocktail, un bar à jus ou encore un bar à tapas, il est nécessaire de disposer d’un local. Deux options sont alors envisageables.

La location du local

Pour ouvrir un bar, louer un local peut être une solution intéressante, car elle est la moins coûteuse. En dehors de la location-gérance présentée plus haut, il est possible d’obtenir un espace en devenant titulaire d’un bail commerçant.

En outre, dans le cas où l’établissement rencontre un franc succès, il est possible d’acquérir le local.

L’achat du local

Opter pour l’achat d’un local pour ouvrir un bar est une option qui peut se révéler rentable sur le long terme en comparaison de la location.

Cependant, il s’agit d’un investissement qui peut se révéler assez élevé. Il faudra donc choisir le local avec soin en tenant compte de son emplacement, de sa taille et de son état. Il va sans dire que le choix ne pas pas être fait à la légère, en considération de la somme engagée dans l’achat.

Toutefois, pour choisir cette alternative, il faut s’assurer que les fonds possédés puissent couvrir l’ouverture de l’établissement et le coût de l’achat.

Le choix du local dépendra également de votre étude de marché. En effet, il se peut qu’aucun local en location ne soit disponible dans la zone qui vous intéresse, et inversement. Prenez bien le temps d’examiner les différentes offres dans la zone vous intéressant et d’envisager les différentes options. Cette donnée peut métamorphoser votre projet, et avoir des conséquence sur votre business plan, et votre besoin de financement.

Ainsi, au regard de la complexité de certaines étapes pour ouvrir un bar, il peut être raisonnable de prendre son temps pour évaluer au mieux la faisabilité du projet avant de se lancer. De plus les compétences nécessaires à l’ouverture d’un bar sont à ne pas négliger dans le cadre de la préparation de votre projet !

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

Marie Lusset

Marie Lusset est diplômée d’un master en droit des affaires internationales et d'un master en management et développement des entreprises. Elle accompagne les porteurs de projet à créer leur entreprise et développer leur activité.