Calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise : Comment s’y prendre ?

Par Marie Lusset, le 21/10/2021

Différentes méthodes peuvent être utilisées pour calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise. Cet article devrait vous aider à cet effet.

rentabilité du projet

Calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise est une opération utile pour tout entrepreneur. En effet, il est important de savoir si son projet présente une véritable opportunité financière avant de se lancer.

Pour y arriver, il faut maîtriser certaines techniques financières de calcul allant des plus simples aux plus complexes. Voici comment calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Le business plan, un outil utile pour calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise

Il existe en effet dans la structure du business plan une section dédiée au prévisionnel financier. Cette section est un ensemble de tableaux financiers permettant de chiffrer les informations contenues dans le business plan et d’effectuer des simulations.

Quelle est l’utilité du prévisionnel financier ?

Le prévisionnel financier du business plan a deux utilités : permettre à l’entrepreneur d’avoir une vision claire et concise des éléments financiers de son projet, mais également de convaincre de potentiels investisseurs de la rentabilité de son projet.

Pour cela le prévisionnel financier doit comporter :

  • Le bilan prévisionnel ;
  • Le compte de résultat prévisionnel ;
  • Le tableau de trésorerie ;
  • Le plan de financement initial.

C’est à l’aide des informations contenues dans ces différents tableaux qu’il est possible de calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise.

Quelques conseils pour bien rédiger la partie financière de son business plan

Comme évoqué précédemment, les informations du prévisionnel financier servent de base pour calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise. Il convient donc de le réaliser avec le plus grand soin.

Être honnête

La chose à ne surtout pas faire dans un prévisionnel financier est de mettre des chiffres fantaisistes, car la fiabilité des calculs en dépend. Il est difficile pour l’entrepreneur de se projeter sur les implications financières de son projet : il arrive souvent que l’entrepreneur embellisse les potentiels gains de son activité, ou à l’inverse, qu’il ait une vision pessimiste du potentiel chiffre d’affaire de son projet, même si cette hypothèse est moins courante.

Pour estimer le chiffre d’affaires potentiel réel  de son activité, il faut se baser sur les données issues de son étude de marché. Il est ainsi possible de s’appuyer sur des résultats d’études objectifs menées dans le secteur ou de se renseigner sur les chiffres des acteurs du domaine. C’est la raison pour laquelle l’étude de marché est une étape à ne pas négliger dans la préparation de son projet.

Calculer ses frais généraux

L’une des erreurs des entrepreneurs est de ne pas savoir comment recenser ses frais généraux. Et pourtant, leur connaissance est indispensable pour calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise.

Pour s’assurer d’avoir bien recensé tous ses frais généraux, il faut se pencher sur les coûts fixes et les coûts variables (consommation de gaz, d’eau et d’électricité par exemple).

Les charges fixes

Les coûts fixes sont les charges que l’entrepreneur aura à régler de manière régulière, et qui ne sont pas liées au nombre de ventes ou au chiffre d’affaire généré par l’activité. Parmi les coûts fixes à considérer pour estimer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise, on trouve : le loyer, l’assurance, les honoraires de potentiels experts nécessaires à l’activité, ou encore les abonnements téléphoniques ou internet. Tous ces frais seront à régler quel que soit l’activité de l’entreprise.

Les charges variables

Les coûts variables sont les charges que l’entrepreneur aura à régler, mais qui subiront une variation en fonction de l’activité de l’entreprise, et du chiffre d’affaire générées par cette dernière. Parmi les charges variables on retrouve donc les frais de matière premières, les frais d’emballage, les frais de transports…

C’est les charges variables qu’il est souvent compliqué d’estimer pour l’entrepreneur. Encore une fois, c’est l’étude de marché, qui réalisée sérieusement permettra à l’entrepreneur d’envisager des frais variables les plus proches de la réalité.

Après avoir défini les charges variables et fixes dont vous serez redevable, vous pouvez ainsi commencer à estimer les sommes que vous aurez à régler. Commencez à vous renseigner sur les différentes possibilités en terme d’assurance, d’abonnement téléphonique, estimez le nombre de produits ou de services vendus sur une période donnée pour estimer de manière la plus réelle possible les frais variables.

Les charges mixtes

Certaines charges sont également dites “mixtes”, du fait de la difficulté à les classer entre les charges fixes et les charges variables : c’est notamment le cas d’un commercial qui aura un salaire fixe, auquel s’ajoute des commissions en fonction de ses performances commerciales.

Se rémunérer

Bien trop d’entrepreneurs oublient ce point pourtant essentiel. Leur propre rémunération est importante à inclure dans le prévisionnel financier.

Pour l’estimer, il faut tout simplement se positionner sur son revenu actuel afin de s’assurer que son niveau de vie reste le même à minima, après s’être lancé dans l’aventure entrepreneuriale. Attention toutefois, car le calcul de la rémunération du dirigeant ne peut se faire qu’une fois certains choix effectués : en effet, en fonction du statut social du dirigeant, qui dépend lui-même du statut juridique de l’entité,  les calculs de rémunération seront plus ou moins faciles à effectuer.

Faire appel à un professionnel

Le prévisionnel financier étant une section importante et technique, faire appel à un expert-comptable serait un excellent investissement. Il saura permettre à l’entrepreneur d’éviter les erreurs de calcul et proposera son accompagnement tout au long de l’opération. En effet, l’expert comptable par son expérience de l’accompagnement des dirigeants dont il dispose pourra vous aider à établir des projections réalistes en fonction de votre activité, positionnement et statut juridique choisi.

Calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise à l’aide de méthodes simples

Il existe des méthodes classiques pour calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise.

Le seuil de rentabilité

Il s’agit de déterminer à partir de quel revenu, l’activité d’une entreprise est rentable.

Pour ce faire, la connaissance des charges fixes et des charges variables est primordiale. En effet, le seuil de rentabilité correspond au rapport des charges fixes divisé par le taux de marge sur les coûts variables.

Le calcul du seuil de rentabilité s’effectue de la manière suivante :

Seuil de rentabilité = charges fixes / [(chiffre d’affaires – charges variables)/ chiffre d’affaires]

Pour plus d’indications n’hésitez pas à consulter notre article sur le calcul du seuil de rentabilité !

L’entrepreneur peut ainsi procéder à des ajustements qui lui permettront d’atteindre ce seuil de rentabilité :

Le compte de résultat

Il est établi dans le prévisionnel financier et permet de se rendre compte de la rentabilité (rentabilité d’exploitation et rentabilité globale) des opérations de l’entreprise.

Le résultat d’exploitation

Il permet quant à lui de d’apprécier la performance de l’exploitation courante de l’activité de l’entreprise.

Pour calculer le résultat d’exploitation, il faut faire la différence entre les produits d’exploitation de l’entreprise (chiffre d’affaires et autres revenus) et les charges liées à l’exploitation de l’activité (frais généraux, salaires, impôts, etc.).

Le résultat net comptable

Pour calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise, le calcul du résultat net comptable est nécessaire. Ce dernier permet d’apprécier les performances annuelles globales de l’entreprise.

Pour l’obtenir, il faut soustraire les charges de toute nature (d’exploitation, financière, exceptionnelle) des produits de l’entreprise toute catégorie confondue.

Bien choisir ses partenaires est déterminant pour une entreprise. Conscient de cette réalité, le Blog du Dirigeant teste et vous propose les meilleures solutions du marché.

> Notre tableau comparatif des solutions de comptabilité !

Calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise à l’aide de méthodes avancées

Ces calculs sont un peu plus complexes que les précédents, mais permettent de mieux apprécier les performances de l’entreprise en matière de rentabilité.

Le rendement des capitaux propres

Comme son nom l’indique, il permet de déterminer le rendement de chaque euro investi dans le capital social de l’entreprise.

Pour l’obtenir, il faut le rapport du résultat net sur le montant des capitaux propres.

Le taux de marge opérationnelle

Ce calcul de rentabilité permet de mesurer le pourcentage des ventes générant des richesses pour l’entreprise.

Il s’obtient en divisant le résultat d’exploitation par le chiffre d’affaires.

Le taux de rentabilité nette

Ce taux correspond à la rentabilité globale de l’entreprise pour chaque euro de chiffre d’affaires généré. Pour le calculer, il faut diviser le résultat net par le chiffre d’affaires.

Le bénéfice par action

Le bénéfice par action s’obtient en faisant le rapport du résultat net de l’exercice qui peut être attribué aux actionnaires ordinaires sur le nombre moyen d’actions au cours de l’exercice.

Que retenir ?

Il faut retenir que calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise se base sur les données du prévisionnel financier réalisé dans le business plan. Sa détermination dépend en grande partie du seuil de rentabilité.

Toutefois, le calcul du taux de rentabilité nette et celui du rendement des capitaux sont également d’autres méthodes plus poussées visant à calculer la rentabilité d’un projet de création d’entreprise.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 3.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

Marie Lusset

Marie Lusset est diplômée d’un master en droit des affaires internationales et d'un master en management et développement des entreprises. Elle accompagne les porteurs de projet à créer leur entreprise et développer leur activité.