Avocats : comment assurer sa présence digitale ?

Par Axel Lefebre, le 23/10/2020

Depuis 1971, les avocats ont le droit de faire de la publicité en France, ce qui n’était pas le cas auparavant, autorisation renforcée par la loi Hamon de 2014 permettant même le démarchage et la sollicitation, mais uniquement dans un but fonctionnel (et non personnel).

Avocats : comment assurer sa présence digitale ?

Cependant, il reste rare aujourd’hui d’en apercevoir, tant les traditions perdurent, contrairement à des pays comme les Etats-Unis où cela ne semble pas poser de problème. Mais pourquoi est-il si difficile de faire la promotion de son activité en tant qu’avocat en France ? Comment assurer sa présence et faire connaître ses services sur le net, surtout quand on exerce sans l’appui d’un cabinet de renom ?

La problématique de la publicité pour les avocats

De par leur profession, les avocats ont un code déontologique à respecter ainsi qu’une certaine dignité professionnelle. On comprend aisément que l’image d’un avocat s’accorde difficilement avec celle de la publicité, souvent perçue de façon négative, voire péjorative. De plus, l’autorisation de faire de la publicité concerne de manière précise la fonction d’avocat, faire la promotion de ses services et non pas de la personne elle-même. Certains supports sont toujours interdits, tels que les tracts ou les spots TV, mais en revanche, internet bénéficie de plus de souplesse. Ainsi, la création de site web pour avocat, de pages de réseaux sociaux ou de blog d’avocat viseront à promouvoir l’activité uniquement, mais ils doivent répondre à des critères assez stricts :

  • le nom de domaine doit citer le nom de l’avocat ou de son cabinet
  • les noms de domaines génériques sur le titre d’avocat, un domaine précis tel que avocat-d-entreprise ou encore une activité relative sont interdits
  • la publicité sur ce site est interdite également, autres que celle consacrée à la profession elle-même
  • dans tous les cas, il conviendra de respecter le code déontologique de la profession

Sachant cela, il n’est pas évident pour un professionnel du barreau de se lancer dans sa propre promotion, même dans un but entièrement informatif. De plus, si la sollicitation ou démarchage est autorisée pour la profession d’avocat, elle ne concerne en réalité que la sollicitation personnalisée s’adressant directement à une personne physique ou morale, jamais par téléphone ou par SMS par exemple : elle doit en effet respecter l’honneur, la dignité et la délicatesse inhérents à la profession.

Le secret professionnel est également une composante essentielle de l’activité d’avocat. Il est donc hors de question pour lui de promouvoir ses services en s’appuyant sur les avis ou recommandations d’anciens clients, ni même d’exposer des cas clients pour mettre en avant ses compétences, au nom du secret professionnel.

presence-digitale

Le référencement naturel, la solution pour assurer une présence digitale

De nos jours, la majorité des personnes engagées dans une démarche de renseignement cherchent leurs informations sur internet, et souvent au moyen de leur téléphone mobile. Le web est en effet la première solution vers laquelle on se tourne lorsqu’on cherche des réponses, et c’est vrai aussi pour les clients des cabinets d’avocat. Qu’ils aient besoin de poser une question sur un point de légalité, qu’ils souhaitent entamer une démarche juridique ou qu’ils se renseignent simplement sur les honoraires d’un avocat, les internautes français passent à 91% par le moteur de recherche Google. Sachant que 88% des propriétaires de mobile l’utilisent pour aller sur le web, et 70% utilisent la géolocalisation, on peut rapidement cerner la problématique à laquelle se confronte un avocat qui veut se faire connaître.

Utiliser le SEO

La promotion de son activité d’avocat passe donc par une présence digitale efficace, ce qui est indissociable d’un bon référencement sur les moteurs de recherche. Cela commence par la création d’un site web pour avocat optimisé pour Google (SEO), rapide à charger même sur mobile, fluide pour faciliter la navigation et proposant des pages au contenu clairement hiérarchisé et structuré, dans le respect des règles de l’Ordre des avocats. Vous devez également proposer une page d’accueil attractive, professionnelle et qui reflète le sérieux de votre démarche. Votre nom et celui de votre cabinet d’avocat si vous en avez un, doivent également figurer sur cette page. Votre page contact fournira également de précieux renseignements, que vous pouvez relayer au moyen de votre fiche Google MyBusiness.

Ce site web, ce blog d’avocat ou cette page de réseaux sociaux doit également être perçue comme active, avec la publication régulière de contenu sémantiquement riche en rapport avec l’actualité du droit et plus largement avec l’activité de l’avocat, tout en respectant le secret professionnel. Pour assurer la création de ce contenu enrichi, il est possible de le faire soi-même (ce qui demande souvent du temps qu’un avocat n’a pas toujours à consacrer) ou de faire appel à des rédacteurs web spécialisés dans la rédaction juridique. Il faut en effet passer du temps à examiner les mots-clés les plus tapés par les internautes qui tombent sur votre site web, ou les mots-clés que vous visez. En vous adressant à des professionnels du droit, vous évitez toute approximation ou erreur sur les contenus que vous publiez, de façon à préserver votre crédibilité.

Être affiché en première page de Google

En publiant régulièrement du contenu informatif de très grande qualité, vous contribuerez naturellement à faire croître la notoriété de votre expertise en tant qu’avocat. Si de plus, votre nom, et plus généralement l’adresse de votre site, est repris sur d’autres plateformes qui vous citent comme (bon) exemple (appelé “backlink”), le moteur de recherche Google sera plus enclin à attribuer à votre site web un meilleur score d’autorité. Améliorer ce score va vous placer petit à petit dans une position plus favorable sur certains mots-clés recherchés par vos clients. Si vous êtes spécialisé en droit des entreprise, en expertise juridique pour contrats d’entreprise ou que vous offrez du conseil pour toutes les questions légales relatives à une société, vous viserez en particulier les mots-clés relatifs au champ sémantique de votre profession. L’ensemble de ces techniques se nomme SEO et peut vous aider à promouvoir votre activité d’avocat tout en restant dans un cadre légal (“white hat”).

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Newsletter


Axel Lefebre -