Comptabilité de trésorerie ou comptabilité d'engagement ?

Par Marie Lusset, le 22/03/2021

Toutes les entreprises françaises sont tenues à une obligation de comptabilité.  On distingue deux sortes de méthode pour honorer cette obligation :  la comptabilité de trésorerie et la comptabilité d’engagement.

Le Blog du Dirigeant vous guide pour savoir que choisir ! 

Choisir entre trésorerie et engagement ?

Certaines entreprises en considération de leurs formes juridiques, de leur régime d’imposition ou de leur chiffre d’affaire se voient imposer une catégorie de comptabilité, tandis que d’autres, du fait de leur caractéristiques ont le choix d’opter pour l’engagement ou la trésorerie.

Découvrez nos outils pour gérer votre entreprise !

La comptabilité d’engagement

La comptabilité d’engagement est un système comptable qui consiste à enregistrer les dettes et les créances de l’entreprise une fois acquises, puis de procéder à un second enregistrement quand les flux sont effectivement transférés.

On comptabilise de ce fait une facture des fournisseurs, une facture client qui sont toutes deux enregistrées, puis un autre enregistrement intervient lors du réel règlement des ces dernières.
Cette méthode de comptabilité permet à la société de suivre sa trésorerie de manière très précise, et permet ainsi de voir d’une année sur l’autre, les créances ou dettes non payées à la clôture de l’exercice. Cette méthode permet également de présenter les différents engagement pris ou reçus par l’entreprise

Cette méthode demande beaucoup de rigueur et de précision, et l’inconvénient réside dans le temps consacré.

Bien choisir ses partenaires est déterminant pour une entreprise. Conscient de cette réalité, le Blog du Dirigeant teste et vous propose les meilleures solutions du marché.

> Notre tableau comparatif des solutions de comptabilité !

La comptabilité de trésorerie

La comptabilité de trésorerie est une comptabilité qui consiste simplement en l’enregistrement des recettes encaissées et des dépenses effectuées, on ne comptabilise pas les engagements, mais simplement les flux de trésorerie.

Le principal avantage de la comptabilité de trésorerie est celui du gain de temps et de la simplicité de sa tenue.
L’inconvénient réside dans le fait que la comptabilité de trésorerie est moins précise, et peut donc manquer de pertinence, notamment dans le cas ou des créances ou des dettes sont engagées et non perçues à la date de la clôture de l’exercice.

Attention : dans l’hypothèse ou vous êtes soumis à la TVA et vous avez opté pour la TVA sur les débits, cela exige un suivi particulier, car la TVA se déclare à partir des dates de facturation et non à partir des flux monétaires.

Comptabilité d’engagement ou comptabilité de trésorerie ?

Il vous faut d’abord déterminer si vous relevez des BNC (Bénéfices non commerciaux) ou des BIC ( Bénéfices industriels et commerciaux). 

Dans l’hypothèse où vous relevez des BNC :

Le montant des BNC est d’une importance majeure pour déterminer le régime :

  • si vos BNC sont inférieurs à 70 000 euros : vous relevez du régime micro BNC. Il est toutefois possible d’opter pour la comptabilité de trésorerie.
  • si vos BNC sont supérieurs à 70 000 : vous relevez du régime de la déclaration contrôlée. Le régime de la déclaration contrôlée implique l’application de la comptabilité de trésorerie.

Il est à noter que dans cette hypothèse, vous n’avez pas l’obligation de constater les créances et les dettes en fin d’exercice lors de la clôture. Il est également à noter que les entreprises relevant de ce régime peuvent décider d’opter pour la compatibilité d’engagement.

Dans l’hypothèse où vous relevez des BIC ou si vous êtes imposés à l’IS et au régime réel simplifié d’imposition :

  • si vous exercez une activité de vente de marchandises, avec un CAHT de 170 000 euros à 789 000 euros, ou une activité de prestation de service avec un CAHT allant de 70 000 à 238 000 euros : vous relevez de la comptabilité d’engagement

Il est à noter que dans cette hypothèse une option est possible pour la comptabilité de trésorerie. Vous aurez toutefois l’obligation de constater les créances et les dettes à la clôture de l’exercice.

Dans l’hypothèse ou vous êtes imposés dans la catégorie BIC ou à l’IS, et sous le régime réel normal d’imposition :

Le régime réel normal d’imposition est le régime par défaut : il concerne donc toutes les entreprises dont le CAHT est supérieur à 789 000 euros pour les entreprises de vente et de fourniture de logement, ou 238 000 pour les activités de prestations de service.

Dans l’hypothèse où vous avez des questions ou des interrogations sur le régime le plus adapté ou le régime obligatoirement appliqué à votre entreprise, il est conseillé de faire appel à un expert comptable qui saura vous guider et vous aider à faire le choix le plus judicieux pour votre entreprise.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

Marie Lusset

Marie Lusset est diplômée d’un master en droit des affaires internationales et d'un master en management et développement des entreprises. Elle accompagne les porteurs de projet à créer leur entreprise et développer leur activité.