Réussir sa campagne de financement participatif (ou crowdfunding)

Par Laurent Dufour, le 14/09/2020

Pour rappel, le financement participatif (ou « crowdfunding ») est un système de mise en relation, sur le web, entre des entreprises en recherche de financements et des particuliers soucieux d’investir dans les projets de leur choix.

Réussir sa campagne de financement participatif (ou crowdfunding)

 

Associations, entreprises commerciales ou artistes, tout le monde peut tenter sa chance !

Le blog du dirigeant vous aide à mieux comprendre comment ça marche.

Réussir sa campagne de financement participatif

Quel que soit le mode de financement sélectionné, financement participatif, prêt d’honneur, demande d’emprunt, levée de fonds, love money ou même demande de subvention, l’entreprise doit éveiller la curiosité de l’investisseur, le faire adhérer à ses valeurs puis le rassurer. Pour cela, certains éléments clés sont à appuyer :

  • La présentation du projet : le produit ou le service proposé ainsi que ses avantages concurrentiels seront clairs et nets. L’entreprise doit montrer quels seront les bénéfices pour l’internaute à investir dans le projet.
  • Une image de marque clairement définie : logo, charte graphique, slogan. La communication ne doit pas être laissée au hasard. Au-delà d’un code uniforme, l’image de marque doit refléter les valeurs de l’entreprise. N’oublions pas que les internautes ne financent que les entreprises auxquelles ils s’identifient.
  • Des vecteurs de communication « sexys ». L’objectif est d’éveiller la curiosité. La tendance est au film, non pas institutionnel, mais sous forme de « teaser » de cinéma. L’entreprise n’en sera que plus dynamique et dans l’air du temps.
  • Une communauté active. Imaginez-vous hésiter entre un restaurant bondé et un autre complètement vide. Lequel choisirez-vous ? Parce que la foule attire les foules, les réseaux sociaux sont aussi là pour rassurer les internautes quant à la qualité du projet.

Le contributeur du financement participatif

Le financement participatif ou crowdfunding peut prendre différentes formes pouvant aller jusqu’à offrir cadeau contre un don financier. Sur ce type de plateforme, l’internaute contribue au projet à coups de 5, 10, 30 euros (ou plus). La contrepartie proposée par l’entreprise n’est pas financière. Elle sera un cadeau.

Pour susciter l’envie, il va donc falloir proposer une contribution attractive ! Les entreprises locales peuvent profiter de la proximité avec leurs donateurs pour organiser une soirée exceptionnelle en leur présence ou encore proposer des événements récurrents aux fins de dynamiser le quartier… Évidemment, offrir le service ou le produit concerné reste la contrepartie la plus alléchante.

Quelles entreprises peuvent être concernées par le financement participatif ?

Le financement participatif est particulière indiqué pour l’amorçage de certaines startups, pour ces créations de blogs ou de projets éco-responsables. Ils offrent la possibilité à de petits investisseurs de promouvoir des projets qui leurs parlent et répondent à leurs aspirations.

Ils peuvent aussi concerner les associations, les projets artistiques, les petites entreprises locales, les projets « mode, loisir » qui permettent une contrepartie à hauteur des attentes de l’internaute (offrir le produit).


Le prêteur (crowdlending)

La plateforme Unilend a le crowdlending qui est un financement participatif sous forme de prêt entre particuliers en France. Elle se base sur le mode de fonctionnement du très célèbre site américain Lending Club. Aux internautes prêteurs de sélectionner les projets de leur choix, le montant du prêt, le taux et la durée. En général, les sommes investies débutent à 20 euros par projet, pour des taux allant de 5 à 7 % et un portefeuille global grimpant à 100 euros.

Ici, l’aspect « retour sur investissement » prime. Le prêteur veut être sûr qu’il sera remboursé, avec les intérêts. Pour cela, l’entreprise doit :

  • Justifier d’un passif : en montrant des comptes financiers sains, l’entreprise rassure sur sa capacité de remboursement. D’ailleurs, seules les entreprises qui existent depuis au moins trois exercices comptables, validés par un expert, ont le droit de déposer leur projet sur la plateforme.
  • Présenter un excédent brut d’exploitation et niveau de fonds propres positifs.
  • Obtenir une bonne « note de confiance » attribuée par la plateforme et allant de 1 à 5. La note compile des critères comme la performance financière, l’attractivité du marché et la complémentarité de l’équipe dirigeante.

Pour obtenir un prêt, il faut savoir rassurer sur sa stabilité financière passée.

Quelles entreprises peuvent être concernées par le crowdlending ?

Le financement d’un projet via un prêt professionnel concerne essentiellement les entreprises dont le model économique est établit et rentable ou sur le point de l’être comme les jeunes entreprises, les TPE et les PME.

L’investisseur actionnaire

Ici, les sommes sollicitées atteignent des milliers ou des centaines de milliers d’euros. Les web investisseurs sont de véritables Business Angels. Leurs attentes sont financières et stratégiques. Pour convaincre, l’entreprise doit :

  • Justifier d’un prévisionnel financier optimiste, mais réaliste, au vu des données du marché et de la capacité de production de l’entreprise.
  • Montrer un résultat multiplié par 4, sous 3 à 5 ans.
  • Justifier d’une stratégie commerciale originale ou innovante.
  • Mettre en avant une équipe de dirigeants complémentaires et rassurants

Quelles entreprises peuvent être concernées par l’ouverture de leur capital à des investisseurs ?

Notre article sur la levée de fonds explique quels sont les différents types de financements ainsi que les stades d’avancement du projet auxquels ils correspondent. Financer son projet par une cession ou augmentation de capital  social ne s’improvise pas.
Si les financements conventionnels (emprunts, aides, love money, …) peuvent être sollicités par tout types d’entreprise, les levées fonds en série A, B ou C sont généralement réservées aux startups, les projets à haut potentiel, les entreprises innovantes.


Finalement, présenter un business plan de qualité permettrait de réussir sa campagne de financement participatif. Une stratégie cohérente, une image de marque valorisante, des prévisions financières réalistes…

Si les particuliers sont moins obnubilés par les ratios financiers que les banques, ils n’en restent pas moins soucieux de placer leur argent dans des entreprises durables. Les mots d’ordre : rassurer et séduire !!

L’affacturage vous intéresse ? Vous souhaitez être mise en relation avec un expert ? Contactez notre partenaire :

> Découvrir l’offre 

Télécharger l'article en PDF

Vote: 4.5/5. Total de 2 votes.
Chargement...

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Laurent Dufour -


2 commentaires pour “Crowdfunding : Campagne de financement”

  • Goget dit :

    Merci pour cet article intéressant

    Pas encore de votes.
    Chargement...

  • Jacquesdaize1 dit :

    Bon article

    Pas encore de votes.
    Chargement...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *