Sélectionner une page
Comment créer son entreprise ? » Réduire la fiscalité de l’entreprise et de son dirigeant » Les régimes fiscaux » Flat Tax à 30% : la taxation des dividendes et plus-values mobilières

Flat Tax à 30% : la taxation des dividendes et plus-values mobilières

par

La question de la flat tax concerne la plupart des entrepreneurs puisqu’à partir du 1er janvier 2018, celle-ci sera notamment applicable aux dividendes perçus ainsi qu’aux plus-values réalisées à l’occasion de la cession de valeurs mobilières.

Céder votre fonds de commerce : les outils

Flat Tax à 30% : la taxation des dividendes et plus-values mobilières

La « flat tax », qui est un prélèvement forfaitaire unique, comprend :

  • les prélèvement sociaux au taux global de 17,2 % (CSG, CRDS, prélèvement social, contribution additionnelle et prélèvement de solidarité) ;
  • L’impôt sur le revenu au taux de 12,8 %.

Le contribuable pourra cependant, sous conditions, continuer à bénéficier du barème progressif en matière d’impôt sur le revenu. Mais attention, l’option pour le barème progressif trouve à s’appliquer pour l’ensemble des revenus et gains normalement soumis à la flat tax. Le choix doit par conséquent être réalisé à partir du’un réflexion prenant en compte l’ensemble des différents revenus pour bien cerner l’opportunité d’une telle option

Dans cet article, le blog du dirigeant s’intéresse à l’application concrète de la flat tax et à ses conséquences en ce qui concerne les dividendes et les plus-values sur valeurs mobilières,

La flat tax à 30% appliquée aux dividendes

Le fonctionnement de la flat tax sur les dividendes

Dès le 1er janvier 2018, la flat tax au taux global de 30 % sera applicable aux dividendes perçus par les personnes physiques.

  • Comme précisé en introduction, il sera cependant possible d’opter pour l’application du barème progressif de l’impôt sur le revenu, ce qui conduira à : La fiscalisation des dividendes aux prélèvements sociaux au taux de 17,2%;
  • L’imposition des dividendes au barème de l’impôt sur le revenu (après application d’un abattement forfaitaire de 40%).

Remarque :

Attention les plus-values sur valeurs mobilières réalisées en 2017 supporteront quand même les prélèvements sociaux à 17,2 % ….

Un acompte de 12,8% d’impôt sur le revenu (IR) devra être versé.

Bien que le montant de cet acompte soit identique à celui de la flat tax, celui-ci n’est cependant pas libératoire puisque le contribuable, selon sa situation, pourra percevoir le remboursement de l’excédent d’impôt ou payer un complément.

Enfin, il convient de préciser que le contribuable pourra également, sous conditions de revenus, être dispensé de l’acompte.

Remarque :
L’abattement de 40% ne concerne que la fiscalisation des dividendes au barème progressif. En cas d’imposition à la flat tax, c’est l’ensemble du montant des dividendes perçus qui sera taxé à 30 %
Remarque 2 :
Le choix entre la flat tax et le barème progressif de l’impôt sur le revenu dépendra essentiellement du taux marginal d’imposition (TMI).

L’application des prélèvements sociaux

Les prélèvements sociaux au taux global de 17,2% seront applicables sur l’ensemble du montant des dividendes perçus et ce quel que soit le mode d’imposition.

Il convient de noter qu’il existe une différence entre la flat tax et le barème progressif de l’impôt sur le revenu en ce qui concerne la déductibilité de la CSG .

En effet, la déductibilité de la CSG ne sera pas possible en cas d’application de la flat tax.

La déductibilité restera en revanche possible à hauteur de 6,8 % dans l’hypothèse d’une imposition des dividendes au barème progressif de l’impôt. Le gain généré par la CSG déductible dépend directement du taux marginal d’imposition, le tableau ci-dessous montre le gain obtenu en fonciton du TMI :

Montant du gain généré par la CSG déductible
TMI de 14%
0,95 %
TMI de 30%
2,04 %
TMI de 41%
2,79 %
TMI de 45%
3,06 %

A partir de quand la flat taxe à 30% est-elle plus intéressante que le barème progressif ?

Pour comprendre quel impôt est plus intéressant, il convient de calculer le taux global d’imposition sur le revenu par tranche en tenant compte de l’abattement de 40%.

Taux global d’imposition en tenant compte de l’abattement de 40%
TMI de 14%8,40 %
TMI de 30%18,00 %
TMI de 41%24,60 %
TMI de 45%27,00 %

Ainsi un taux de 14% équivaut finalement à une imposition de 8,4% sur le montant des dividendes perçus après prise en compte de l’abattement.

Comme évoqué ci-dessus, le taux d’imposition à l’IR compris dans la flat tax est de 12,8%.

Dès lors et d’une manière générale, il est intéressant d’opter pour la flat tax à partir du moment où le taux marginal d’imposition est supérieur à 30%.

A titre d’illustration, si le taux marginal d’imposition est de 14 %, il est préférable de conserver le barème progressif puisque le taux moyen applicable sur l’ensemble des dividendes est de 8,4 %, inférieur au taux de la flat tax de 12,8 %.

En revanche, la flat tax demeure intéressante lorsque le TMI est supérieur à 30%

En pareille hypothèse, il est en effet préférable d’être taxé à 12,8% sur la totalité des dividendes plutôt qu’à 30 % (ou plus) sur 60 %, ce qui équivaut au minimum à une imposition de 18 % .

Comment se calcule la flat tax sur les dividendes des TNS ?

Pour rappel, la taxation des dividendes des TNS (, gérants d’EURL,gérants majoritaires de SARL, associé de SNC…) est scindée en deux parties :

  • La partie des dividendes dont le montant est inférieur au seuil de 10 % de la somme suivante (capital social + primes d’émission + compte courant appartenant au gérant) est soumise aux prélèvements sociaux au taux global de 17,8 % :
  • La partie des dividendes dont le montant dépasse le seuil évoqué ci-dessus est soumise aux cotisations sociales (et non pas aux prélèvements sociaux).

Pour ce qui est de la partie des dividendes soumise aux prélèvements sociaux, celle-ci est de plein droit assujettie à l’impôt sur le revenu au taux de 12,8 % et aux prélèvements sociaux au taux global de 17,2 %.

En revanche, la partie des dividendes soumise aux cotisations sociales est quant à elle uniquement assujettie à l’impôt sur le revenu au taux de 12,8 %. En effet, les « prélèvements sociaux » ne sont pas dus mais la partie des dividendes correspondante supporte es cotisations sociales.

La flat tax à 30% appliquée aux plus-values mobilières

Le fonctionnement de la flat tax sur les plus-values mobilières

En 2018, l’entrepreneur qui réalise des plus-values mobilières aura le choix entre être assujetti :

  • à la flat tax à 30%
  • aux prélèvements sociaux et au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Ceux qui optent pour cette option s’acquitteront donc de 17,2% de prélèvements sociaux et de l’impôt sur le revenu calculé à parti de leur taux marginal d’imposition (TMI). Ils pourront bénéficier de la déductibilité de la CSG et, sous conditions, de l’abattement pour durée de détention .

La flat taxe à 30% est-elle plus intéressante que le barème progressif ?

Les contribuables pouvant bénéficier de l’abattement pour durée de détention auront dans certains cas intérêt à privilégier l’imposition des plus-values au barème progressif de l’impôt sur le revenu plutôt que par la flat tax.

En effet, la flat tax ne sera généralement pas intéressante pour les contribuables qui disposent d’un abattement important. Cela concerne par exemple :

  • l’abattement renforcé de 85% pour lorsque les titres ont été détenus 8 ans et plus.
  • les contribuables qui disposent d’un abattement de 50 % et qui ont un taux marginal d’imposition de 14 % ou moins. L’abattement de 50 % concerne :
    • Le régime de droit commun lorsque les titres sont détenus entre 4 et 8 ans
    • L’abattement renforcé lorsque les titres sont détenus entre 1 et 4 ans.

Remarque :

La déductibilité de la CSG est applicable sur le revenu global l’année de son acquittement. L’impact de la déductibilité de la CSG doit donc être calculé sur les revenus de l’année pendant laquelle elle a été payée (n+1). Une évolution du taux marginal d’imposition est possible d’une année sur l’autre.

La flat tax pour les titres acquis et souscrits à partir du 1er janvier 2018

Les plus-values mobilières réalisées sur les cessions de titres acquis et souscrits à partir du 1er janvier 2018 seront fiscalisées au régime de la flat tax. Ainsi, les entrepreneurs qui auraient par exemple autrefois pu bénéficier de l’abattement renforcé de 85 % subiront une fiscalité plus forte en l’état de la législation en vigueur.

Ce qu’il faut retenir de la flat tax

Tant en ce qui concerne les dividendes que les plus-values mobilières, le contribuable se doit de simuler les montants respectifs des impositions dues par application du régime de la flat tax et du barème progressif.

Voici en résumé ce qu’il faut retenir de cet article.

Pour l’imposition des dividendes, l’entrepreneur privilégiera :

  • Le barème progressif dans le cas où le taux marginal est inférieur ou égal à 14%,
  • La flat tax dans le cas où le taux marginal est au moins égal à 30%

Pour l’imposition des plus-values mobilières, l’entrepreneur privilégiera :

  • le barème progressif lorsqu’il dispose
    • d’un abattement de 85%,
    • d’un abattement de 50% si son taux marginal d’imposition est nul ou égal à 14%.
  • la flat tax dans le cas contraire.
Remarque :
Attention, en toute hypothèse, il convient d’être conscient que l’option pour le barème progressif trouve à s’appliquer pour l’ensemble des revenus et gains normalement soumis à la flat tax. Le contribuable doit donc avoir une vision globale de ses différents revenus pour bien cerner l’opportunité d’une telle option.

Illustration :

Prenons un premier exemple avec un couple dont le mari gagne 20 K€, l’épouse 20 K€ et qui perçoivent 10 K€ de dividendes : Le couple aura un TMI de 14 %.

Le revenu net disponible sera de : 43 442 € au barème progressif et de 42 162 € avec le prélèvement forfaitaire unique (PFU).

Le couple a intérêt à privilégier le barème progressif qui fait gagner 1 280 €.

Dans le deuxième exemple, le mari gagne 40 K€, l’épouse 40 K€ et qui perçoivent 50 K€ de dividendes : Le couple aura un TMI de 30 %.

Le revenu net disponible sera de : 103 233 € au barème progressif et de 104 813 € avec le prélèvement forfaitaire unique (PFU).

Le couple a intérêt à privilégier le PFU ou flat tax qui lui fait gagner 1 580 €.

Dans le troisième exemple, le mari gagne 40 K€, l’épouse 40 K€ et qui perçoivent 150 K€ de dividendes : Le couple aura un TMI de 41 %.

Le revenu net disponible sera de : 167 381 € au barème progressif et de 174 813 € avec le prélèvement forfaitaire unique (PFU).

Le couple a intérêt à privilégier le PFU ou flat tax qui lui fait gagner 7 432 €.

Flat Tax à 30% : la taxation des dividendes et plus-values mobilières
Flat Tax à 30% : la taxation des dividendes et plus-values mobilières

Newsletter

Flat Tax à 30% : la taxation des dividendes et plus-values mobilières

0 commentaires

Télécharger le PDF
Please wait...
créez votre entreprise

Inscrivez-vous à la newsletter !

Chaque semaine, des actus et des articles de fond

Merci ! Votre inscription a été prise en compte.