Comment financer les besoins de trésorerie à court terme ?

Par Laurent Dufour, le 13/08/2020

Le financement de l’activité est une question essentielle pour les entreprises.

Si les besoins de financement de longs et moyens termes trouvent souvent une solution la question des financements de court terme est souvent beaucoup plus problématique.

Les besoins de trésorerie à court terme

On distingue généralement les financements de court terme qui servent à financer l’exploitation de l’entreprise des financements de moyens et longs termes qui concernent des investissements.

Dans cet article, nous vous présentons ce qu’est un besoin de financement de court terme ainsi que les différentes solutions pouvant permettre de couvrir le manque de trésorerie. Puis, nous étudions les solutions qui peuvent-être envisagées en fonction de la situation à l’origine des difficultés de l’entreprise.

En quoi consiste le financement à court terme ?

Qu’est-ce que le financement de court terme ?

Le financement à court terme permet à l’entreprise de fonctionner au jour le jour en lui permettant de disposer des liquidités nécessaires pour ses dépenses courantes. La plupart des entreprises doivent financer un besoin de trésorerie créé par le décalage entre les dépenses réalisées et les recettes qui ne seront payées que plus tard. Ce décalage issu du cycle d’exploitation est une donnée essentielle qui se mesure par le « besoin de fonds de roulement » ou BFR. Pour plus de précision lire notre article : financer son activité.

Le besoin de financement de court terme survient lorsque la trésorerie de l’entreprise est insuffisante pour financer le besoin en fonds de roulement.

Cycle d’exploitation, model économique et besoins de financement de court terme

Développer une activité économique nécessite de mettre en place un modèle économique rentable provenant du cycle d’exploitation de l’entreprise. Le cycle d’exploitation (j’achète, je transforme afin de créer de la valeur additionnelle et je commercialise mon produit fini) correspond au cœur de métier de l’entreprise. C’est un cycle financier répétitif qui ne fonctionne qu’a deux conditions :

  • Que le montant des ventes soit supérieur au montant des achats et à la création de valeur ajoutée ;
  • que la trésorerie de départ et la marge dégagée parviennent à financer le BFR ou besoins en fonds de roulement.

Le cycle a une périodicité pouvant aller de quelques jours à plusieurs mois en fonction du secteur d’activité concerné.

Lorsque le modèle économique est équilibré, la trésorerie permet au cycle d’exploitation de tourner. Chaque période du cycle apportant une marge bénéficiaire qui alimente la trésorerie et permet à l’entreprise de se développer.

Parfois, le développement trop rapide de l’activité, certains évènements ou la conjoncture apportent une détérioration de la trésorerie qui n’est plus suffisante pour financer le cycle d’exploitation. Dans ce cas, l’entreprise a besoin de financement de court terme qu’il lui faut combler pour continuer son activité.

Les outils de financement

L’amélioration du BFR

La première des solutions est d’améliorer le besoin de fonds de roulement de l’entreprise. Réduire le BFR de 5000 € a les mêmes effets sur la trésorerie que l’obtention d’un découvert du même montant mais il coûte moins cher. Toutefois c’est une démarche qui prend du temps, qui nécessite un travail administratif conséquent (suivi de clients, CGV, …). La mise en place d’un outil de facturation ou d’un CRM peut aider à améliorer le suivi.

Le crédit trésorerie

Le crédit trésorerie est un prêt ponctuel servant au financement de court terme du cycle d’exploitation. Le crédit est généralement assez coûteux, son remboursement se fait en quelques mensualités. Parmi les crédit de trésorerie on distinguera : le découvert bancaire du crédit de campagne.

Le découvert bancaire

Le découvert bancaire est un de découvert autorisé. Lorsqu’un établissement bancaire autorise un découvert bancaire, il ouvre une ligne de crédit avec un montant maximum permettant à l’entreprise de se trouver à découvert jusqu’à ce que le seuil ait été atteint. En d’autres mots, la banque paiera les dépenses effectuées par l’entreprise à concurrence du découvert autorisé. Le découvert bancaire n’est pas un droit, c’est un outil de financement dont les caractéristiques (montant, taux d’intérêts, durée, conditions, …) se négocient et se contractualisent au travers d’une convention entre l’établissement financier et la société.

La facilité de caisse

La facilité de caisse est un découvert autorisé de courte durée (généralement entre 2 et 4 semaines). Ce financement de court terme aide à combler des problèmes de trésorerie de très court terme (imprévu, retard de paiement, …). L’établissement bancaire facture des intérêts. Comme chaque outil de financement, la facilité de caisse fait l’objet d’un contrat qui fixe ses conditions d’application (durée, taux, montant, …).

Les crédits court terme

Les crédits à court terme correspondent à des prêts bancaires de très courte durée (environs 90 jours). Ils sont généralement garantis par d’importantes factures à venir et ont l’avantage de pouvoir se cumuler et se succéder.  Ils prennent souvent la forme de billets financiers.

Le crédit de campagne

Le crédit de campagne est un financement spécifique destiné aux entreprises qui ont une activité saisonnière et dont le besoin de financement de court terme est important pendant quelques semaines. On pourra citer par exemple certains commerces (chocolaterie, marché de Noël, …) ou les secteurs du tourisme ou de l’apiculture. Le crédit de campagne fait l’objet d’une contractualisation au même titre que les autres outils de financement professionnels.

L’affacturage

L’affacturage permet à une entreprise de percevoir le montant d’une créance client avant son terme qui peut être de plusieurs semaines. Une société tierce, le factor ou affactureur, avance le montant de la facture et se charge de son recouvrement auprès du client à la date prévue moyennant le versement d’une commission. La démarche fait l’objet d’un contrat entre l’entreprise et l’affactureur. Le client devra être informé que sa créance à changé de propriétaire et qu’une fois le terme de sa créance échue, il devra la payer auprès du factor et non pas de l’entreprise.

Remarque :

Les solutions d’affacturage en ligne ont permis de baisser les prix et faire évoluer cet outil financier qui est adopté par de plus en plus de sociétés qui souhaitent déléguer le recouvrement des factures.

L’escompte

L’escompte consiste à faire financer un effet de commerce à une banque et avant son échéance afin d’obtenir un paiement anticipé. Pour être valable, l’effet de commerce nécessite un accord signé du client ce qui rassure l’établissement bancaire et facilité l’utilisation de l’escompte. Lorsque l’escompte est accepté, la banque avance le montant de l’effet de commerce en déduisant le montant des intérêts et de la commission.

La Dailly

La Dailly est un financement de court terme qui permet de transférer la propriété d’une facture à une banque, en contrepartie la banque lui ouvre une ligne de crédit contre rémunération. La Dailly se fait généralement sur la base de factures importantes, elle permet de négocier le financement facture par facture.

Trouver un financement adapté au besoin de court terme

Avant de se lancer dans une recherche de financement d’un besoin de trésorerie à court terme le dirigeant doit analyser l’origine du déséquilibre afin de trouver une solution adaptée.

L’analyse du besoin d’investissement

Le manque de trésorerie peut avoir diverses raisons. Plusieurs cas peuvent se présenter, le besoin de trésorerie de court terme peut provenir :

  • D’un manque de rentabilité ;
  • Du besoin en fonds de roulement qui dérape et devient trop important ;
  • D’un accroissement important de l’activité ;
  • D’un besoin de financement régulier et ponctuel du, par exemple à une activité saisonnière.

Pour éviter les coûts et les déséquilibres financiers importants, l’entreprise doit identifier la ou les raisons de ses difficultés de trésorerie et choisir les outils qui l’aideront à solutionner son besoin de financement sans détruire son modèle économique.

Quelles solutions pour quel type de besoin de financement de court terme ?

Nous avons vu qu’il existait de nombreuses solutions qui sont plus ou moins adaptées à votre situation. Connaitre celles qui peuvent être mises en œuvre et sélectionner les plus pertinentes vous aidera à négocier avec votre partenaire financier.

Quelles solutions pour un besoin de trésorerie de court terme provenant d’un manque de rentabilité ?

Si le manque de trésorerie provient d’un manque de rentabilité, l’obtention d’un crédit court terme ne solutionnera pas la situation, au contraire. Le financement de court terme ne sera pas adapté, il est coûteux et risque d’aggraver la situation et s’accroître au fil du temps jusqu’à ce que l’établissement bancaire cesse de perfuser l’entreprise financièrement.

Il est préférable d’envisager une solution de long terme (augmentation du capital social, mise en place d’un crédit de moyen – long terme (idéalement 3 à 5 ans). Le dirigeant devra profiter de ce financement pour revoir sa stratégie d’entreprise (étude de marché, segmentation, attractivité de l’offre, ciblage (faire une analyse Swot), et travail du positionnement grâce au mix-marketing).

Quelles solutions pour un besoin en fonds de roulement qui dérape et devient trop important ?

Un fonds de roulement qui dérape se travaille en interne en réduisant le BFR (baisse des stocks, recouvrement de créances, mise en place d’un suivi des factures grace à un CRM par exemple, …). L’affacturage peut aussi représenter une solution intéressante notamment lorsque le dirigeant rencontre des difficultés à gérer ses compte clients.

Dans certains cas l’entreprise pourra préférer l’escompte à l’affacturage. Elle doit remettre une traite qui une fois acceptée et signée par le client pourra faire l’objet d’un escompte par la banque. Cette solution impose toutefois :

  • Que les clients signent et renvoient la traite rapidement ;
  • D’avoir des clients de qualité validés par la banque ;
  • Que les clients acceptent la solution, certains préfèrent payer par virement à l’échéance.

Quelles solutions pour un accroissement important de l’activité ?

Un accroissement important de l’activité conduit souvent à une forte augmentation du besoin en fonds de roulement. c’est une situation qui pourrait s’apparenter à celle d’une création d’entreprise mais que l’entrepreneur ne peut pas financer de la même manière. Lorsque les banques sont prévenues en amont et que la situation de l’entreprise est saine, elles acceptent la plupart du temps un découvert autorisé. La souplesse de cette outil combinée à une bonne gestion peut en faire une solution intéressante pour l’entreprise. Attention toutefois à surveiller le montant des intérêts et à limiter les cautions personnelles qui peuvent être importantes.

Remarque :

Cette solution nécessite d’avoir la confiance de son banquier, elle est rarement accordée aux jeunes entreprises

Quelles solutions pour un besoin régulier et ponctuel du, par exemple à une activité saisonnière ?

La plupart du temps, les activités saisonnières ont besoin de fonds pour lancer leur activité saisonnière. Le découvert est ici aussi une solution simple qui, lorsqu’il est bien géré, peut-être intéressant.

L’affacturage vous intéresse ? Vous souhaitez être mise en relation avec un expert ? Contactez notre partenaire :

> Découvrir l’offre 

Télécharger l'article en PDF

Vote: 3.7/5. Total de 3 votes.
Chargement...

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Laurent Dufour

Laurent Dufour -

Fondateur du site Le Blog du Dirigeant. Diplômé d’un master en management (droit, finance, marketing et gestion) et ancien cadre dirigeant, Laurent Dufour conseille et accompagne les créateurs et les dirigeants pour créer, développer et gérer leur entreprise depuis 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *