Guide détaillé pour réaliser votre business plan étape par étape

Par Laurent Dufour, le 17/08/2021

Bien qu’il s’agisse d’un passage obligatoire et souvent stratégique, réaliser son business plan n’est pas toujours la démarche préférée des entrepreneurs. En effet, la structuration et la rédaction de ce document est plus complexe qu’il n’y parait et souvent un peu fastidieuse.

Et pourtant, il existe une démarche simple qu’il est possible de suivre afin d’éviter les idées confuses et le manque de recul permettant d’élaborer un business plan de qualité.

Comment rédiger son business plan ?

A l’aide de conseils d’experts du domaine, voici le mode d’emploi pour réaliser son business plan en deux temps principaux :

  1. Déterminer la structure du business plan pour lister et faciliter l’ordonnancement des sujets à aborder.
  2. Détailler le contenu de chaque partie pour vous aider à rédiger chacune de vos parties en élaborant un document à la fois synthétique, complet et consistant.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Quelle structure adopter pour réaliser son business plan ?

Rédiger un business plan ne s’improvise pas. Il est important d’avoir une vision claire de la manière dont vous présenterez votre projet, de ses forces et de ses faiblesses. Il faut aussi construire votre présentation en suivant une structure claire et logique. Cela participe à la bonne compréhension du projet et permet de ne rien oublier pendant la phase de rédaction du business plan.

Commencer par préparer votre démarche est une étape primordiale. Cela permet d’évoluer de manière plus aisée au moment de la réalisation proprement dite. Voici les grandes lignes du plan que vous pouvez suivre :

  1. Introduire votre business plan,
  2. Présentation du projet et de son origine,
  3. Démontrer la faisabilité et l’intérêt du projet,
  4. Présenter les caractéristiques et votre offre de bien et/ou service,
  5. Présentation des éléments structurant la mise en œuvre du projet,
  6. Le lancement de l’entreprise et de son activité.

Vous souhaitez réaliser un Business Plan ? Venez consultez les différents modèles à personnaliser ou construisez votre Business Plan sur mesure ! 

 Des dizaines de modèles adaptés à chaque secteur  
Possibilité de rédiger son Business Plan sur mesure
Partie financière et calcul automatisés
Business plan qualitatif pour vos partenaires

> Je démarre mon Business Plan Bénéficiez de 10% de remise avec le code promo LBDD10

Comment introduire votre business plan ?

L’idéal est de commencer votre business plan par un sommaire, un résumé de quelques lignes et la présentation de la société si celle-ci existe déjà.

Le résumé du business plan

Souvent appelé Executive Summary, le résumé du business plan présente de manière succincte tout ce qu’il y a à savoir à propos du projet, de l’entreprise et de ses activités. Cela permet au lecteur de savoir de quoi il s’agit, d’évaluer l’état d’avancement de votre projet et d’aller directement aux points qui l’intéressent.

Les informations les plus importantes doivent y figurer. Il est recommandé de le finir en précisant le besoin en apport de capital social de l’entreprise. On termine ainsi sur l’un des points fondateurs du business plan la recherche de financement.

L’identité de la société

Cette partie consiste à présenter la société en indiquant les points essentiels comme :

  • Sa forme juridique ;
  • Son domaine d’activité ;
  • L’identité de ses dirigeants, fondateurs et actionnaires ;
  • Son adresse de domiciliation.

Soyez bref, précis et concis, il s’agit de regrouper l’ensemble des éléments administratifs et juridiques, les explications et éventuelles justifications viendront dans un second temps.

La présentation du projet et de son origine

Le business plan n’est pas une suite d’information techniques. Le lecteur à besoin de comprendre la genèse et l’histoire du projet. Cette partie comprend au moins deux sous parties, la présentation du besoin et la formulation du projet.

L’identification du besoin : à quel besoin allez-vous répondre ?

Créer une entreprise c’est apporter une solution à un ou plusieurs besoins exprimés par les consommateurs.

Il est important de commencer par présenter et définir le besoin auquel vous allez répondre. Celui-ci peut être un problème, un loisir, un manque, une douleur, une envie, … Il est nécessaire de le présenter afin que le lecteur comprenne en quoi la valeur ajoutée que vous proposez va combler le besoin.

La présentation du projet de création

Une fois que le besoin a été présenté, il est important d’expliquer à quel type de client il s’adresse et comment ces derniers seront démarchés.

Lorsque le business plan est présenté alors que le projet n’est pas tout à fait finalisé, il est important d’apporter des éléments qui démontreront son intérêt. Pour cela vous pouvez présenter les résultats de votre POC (Proof Of Concept) ainsi que tous les éléments qui vous ont permis de valider la faisabilité du projet.

Les étapes de mise en place du projet

Pour certains projets, il peut être intéressant de présenter les différentes étapes qui vous ont amené à présenter le projet, les réussites, le planning de développement (voir nos diagrammes de Gantt), les associations, recrutements, études, formations et autres étapes significatives. Tous ces éléments peuvent paraitre secondaires, pourtant ils contribuent à la crédibilité de votre projet et à montrer votre sérieux et votre capacité à mener à bien votre projet entrepreneurial.

Démontrer la faisabilité et l’intérêt du projet

La faisabilité d’un projet tient en deux points :

  • démontrer la faisabilité commerciale en prouvant l’existence d’un marché suffisamment important pour que l’activité se développe,
  • montrer comment l’activité va générer du profit et créer un modèle économique lui donnant les moyens financiers de se développer.

Les conclusions de l’étude de marché

L’étude de marché constitue l’une des clés de voûte pour réaliser son business plan. En effet, une société commerciale ne se développe que si elle dispose d’un marché porteur.

Montrer au lecteur en quoi le marché ciblé est porteur le rassurera quant à l’importance et la nature du risque qu’il prend. Cela peut aussi être utilisé pour attiser son intérêt. Cette section présente les conclusions de l’étude du marché. C’est à partir de ces conclusions que vous motiverez votre volonté de lancer votre projet. Vous les reprendrez-aussi pour expliquer votre stratégie de développement.

Que devez-vous présenter ?

  • L’historique, les récentes évolutions et les perspectives du marché global ;
  • Eventuellement la segmentation du marché lorsqu’elle existe et qu’elle intervient dans la stratégie commerciale ;
  • Les besoins exprimés par la cible du ou des segments remarquables ainsi que ses habitudes de consommation ;
  • L’analyse des offres concurrentes (directes et indirectes) ;
  • Le répertoire des partenaires potentiels (fournisseurs, influenceurs, prescripteurs, …) ;
  • L’analyse des caractéristiques propres au marché local lorsqu’il y en a un ;
  • La zone de chalandise idéale pour un commerce physique ou la portée du site internet ;
  • Le contexte de la réglementation pour l’activité envisagée.

Vous devez penser à montrer plusieurs éléments :

  • Le fonctionnement du marché (le comment) ;
  • Quels sont clients types les plus intéressants pour votre offre commerciale (le qui) ;
  • Quel potentiel représente le projet (le combien).

Comment réaliser une étude de marché ?

Une étude de marché est indispensable pour réaliser son business plan. Voici quelques conseils pour la réussir.

Effectuer une étude globale à propos du marché

Il s’agit ici d’analyser le marché dans sa globalité en s’appuyant sur l’analyse de la demande, la taille du marché et ses perspectives d’évolutions. Il existe plusieurs études permettant d’avoir ce genre d’informations à propos du secteur d’activité sur lequel un entrepreneur souhaite se lancer.

Se renseigner sur ses concurrents directs et indirects

Il ne faut pas oublier d’identifier les autres acteurs du domaine ainsi que leurs parts respectives de marché. En quoi sont-ils différents les uns des autres ? Sur quels segments se positionnent-ils ? Quels sont leurs modes d’approvisionnement ?

Faire le point de ses partenaires potentiels

Faire le point de ses concurrents, c’est bien, mais procéder à un inventaire de ses partenaires, c’est encore mieux. Il faut ainsi se renseigner sur les prestataires avec lesquels il est possible de travailler et obtenir une grille tarifaire en entamant si possible des négociations.

Procéder à une étude qualitative du terrain

Cette dernière permet d’en savoir plus sur les habitudes et les comportements d’achat de la cible. Des études déjà réalisées peuvent permettre d’obtenir ce genre d’information, mais si le budget le permet, il ne faut pas hésiter à faire ses propres analyses.

Pour cela, des questionnaires à remplir, des prospections en face-à-face ou encore des sondages en ligne sont d’une grande aide.

Faire une étude quantitative

Cette étude permet d’en savoir plus sur le nombre de personnes prêtes à acquérir un produit ou un service donné. L’échantillon de personnes à interroger est souvent important, mais il est nécessaire de collecter le plus d’informations possibles.

La mise en place d’un modèle économique rentable

Pour accepter de devenir partenaire du projet, l’investisseur cherchera à comprendre la manière dont l’entreprise va générer du profit en lisant votre business plan.

Le business model permet d’expliquer comment l’entreprise compte rentabiliser ses coûts et gagner de l’argent. C’est un peu la recette financière du projet. Sa présentation peut aller jusqu’à l’évocation de la grille tarifaire des produits et/ou services ainsi que les différents canaux publicitaires prévus si nécessaire.

Le business model Canvas  est un outil visuel de formalisation synthétique du modèle économique de l’entreprise et de ses avantages concurrentiels. Le business model Canvas peut s’avérer très utile pour préparer et présenter votre business model.

Attention toutefois, c’est un outil connu, si vous l’utilisez, n’hésitez pas à vous faire relire par une personne compétente afin de vérifier qu’il est bien fait et complet.

Présenter les caractéristiques et votre offre de bien et/ou service

L’offre commerciale est le cœur de votre projet. Ce sont ses caractéristiques et ses fonctionnalités qui déterminent la qualité de la proposition commerciale que vous pourrez faire aux clients cibles. Elle démontre par conséquence la pertinence de votre projet. Présenter votre offre comprend :

  • la présentation de la valeur ajoutée qu’elle va générer et de ses caractéristiques techniques,
  • la présentation de la manière dont elle sera produite et livrée aux clients (organisation, achats, production, équipe, sous-traitance, logistique, délais, …),
  • les perspectives de développements,
  • les tests et retours clients,
  • la stratégie de développement.

Elle comprend différentes parties plus ou moins importantes selon la nature de votre projet et se termine sur un point de synthèse qui montre à quel point le projet est finalisé et prêt à être lancé.

Présenter l’offre commerciale de l’entreprise dans le business plan

L’importance de cette partie tient dans le fait qu’elle démontre la cohérence entre la valeur ajoutée commerciale du produit ou service et les attentes des clients potentiels. Cette partie du business plan permet de montrer comment le projet répond aux besoins du marché.

Elle se construit en partant des résultats de l’étude de marché (besoin des clients dans les différents segments) et en mettant en face de chaque besoin les solutions apportées par le projet. La présentation des solutions doit mettre en avant :

  • la manière dont les caractéristiques et les fonctionnalités de l’offre répondent aux besoins du marché, et à certains segments en particulier,
  • les différences de l’offre par rapport aux offres concurrentes existantes (directes et indirectes) ainsi que les avantages, innovations ou évolutions qu’elle apporte,
  • les facteurs clés de succès qui la compose et la rendent à la fois unique et incontournable pour les clients cibles.

C’est une partie qui peut rapidement devenir complexe. Il est important de rester clair. L’objectif est multiple :

  1. expliquer en quoi la proposition de valeur répond précisément aux attentes des clients,
  2. exposer les segments sur lesquels il sera intéressant de se positionner,
  3. montrer en quoi elle se différencie de la concurrence et ce qu’elle apporte de nouveau.

La validation de votre offre par les clients

Il est important de montrer à vos lecteurs que votre offre a été validée par les clients et que ceux-ci sont prêts à l’acheter en l’état. Plusieurs moyens peuvent vous y aider :

  • Des avis clients (retour d’info, étude de marché, …)
  • La validation de votre MVP (Produit Minimum Viable),
  • Des pré-commandes ou préventes,
  • Un début d’activité,

La constitution de l’équipe

La mise en œuvre est au moins aussi importante que la qualité de l’idée et du projet. Que vous soyez seul ou à plusieurs, et que le projet soit simple ou ambitieux, il faut indiquer :

  • qui porte le projet,
  • comment sera organisée l’entreprise.

Qui porte le projet

Cette partie sert à présenter l’équipe fondatrice. Il s’agit ici d’indiquer quelles seront les personnes en charge du projet et quelles valeurs ajoutées elles apportent : compétences, expériences, qualités personnelles, réseau, … Il peut être utile de joindre les CV en annexe.

L’organisation de l’entreprise

Pour atteindre sa cible et déployer les stratégies prévues, il faut du personnel avec certaines qualifications. C’est la stratégie d’acquisition de cette ou ces compétences ainsi que l’organisation opérationnelle des ressources humaines que vous prévoyez de mettre en place que cette partie présente.

Cela consiste à indiquer dans le business plan la ou les solutions que vous privilégiez pour disposer des compétences et des ressources techniques indispensables sur le long terme : recrutement, formation, association, sous-traitance, …

La stratégie de développement

La stratégie d’entreprise consiste à définir le meilleur chemin pour atteindre l’objectif qu’on s’est fixé en tenant compte des ressources dont on dispose et des caractéristiques du marché.

Présenter la stratégie générale

Exposer sa stratégie dans un business plan commence par expliquer ou on veut aller. Il faut pour cela indiquer quelle est votre vision. Celle-ci fixe l’objectif à long terme de l’entreprise. Elle dévoile ce que vous souhaitez que votre entreprise devienne.

Certains projets nécessitent aussi de définir la mission et les valeurs de l’entreprise. La plupart du temps, pour une société en création ces 2 aspects sont secondaires, voire prématurés car ils peuvent faire perdre une certaine souplesse.

Il faudra ensuite présenter les ressources dont vous disposez et reprendre les caractéristiques du marché pour présenter le chemin qui vous permettra d’atteindre les objectifs. Pour définir et expliquer votre stratégie vous pourrez vous appuyer sur une analyse SWOT. Cet outil aide à identifier la meilleure stratégie en fonction de vos forces et faiblesses ainsi que des opportunités et dangers du marché.

Exposer votre stratégie se conclut par la présentation de votre plan d’action. Celui-ci se compose d’un ensemble d’actions précises et concrètes visant chacune un objectif déterminé. La réalisation coordonnée et planifiée de ces actions contribue à exécuter le plan stratégique général. Il peut être intéressant d’évoquer succinctement les indicateurs de suivi et le mode de pilotage prévu.

Présenter la stratégie opérationnelle dans le business plan

En utilisant les résultats de l’étude de marché, du business model et des caractéristiques de l’offre commerciale, il est possible de décliner la stratégie générale en plusieurs stratégies opérationnelles qu’il est important de présenter dans le business plan.

Ces stratégies se déclinent généralement suivant les services de l’entreprise, service RH (recrutement, formation, …), service financier (budget, financement, …), service commercial (marketing, promotion, …), etc.…

La plupart du temps, lorsqu’il s’agit d’une création la stratégie opérationnelle se résume à la stratégie marketing. Celle-ci se détermine en 5 étapes :

  • La segmentation du marché
  • L’étude de l’attractivité sur les différents segments
  • L’étude de la compétitivité de l’offre sur chacun des segments
  • Le ciblage des segments cibles
  • Le positionnement de l’offre sur chaque segment.

La partie la plus concrète de la stratégie est le positionnement qui correspond la plus souvent à la démarche de marketing mix sur les segments les plus stratégiques (démarche de 4P ou des 7P selon la nature du projet).

La stratégie opérationnelle consiste donc le plus souvent à déterminer un positionnement pour l’offre commerciale sur le ou les segments cibles en fonction de la proposition de valeur élaborée.

Il est recommandé de chercher un positionnement différent des autres acteurs du marché. La différenciation peut se faire suivant différentes caractéristiques qui reprennent généralement les 4P évoqués ci-dessus (Prix, Produit, Promotion, Place) :

  • La grille tarifaire (price) ;
  • Le type de prestations (product) ;
  • Le mode de distribution des produits et/ou services (place) ;
  • Les canaux publicitaires exploités (promotion) ;

Lorsque l’offre concerne un service, la stratégie pourra intégrer une différenciation via les 3P supplémentaires de la règle des 7p (Public cible, Process, Preuves) ; :

  • La clientèle visée (people) ;
  • Le processus de vente (process) ;
  • Le service client (physical evidence).

Le point de synthèse pré-lancement

Une fois votre projet et sa mise en œuvre présentés, reste à exposer les démarches juridiques financières et administratives que vous allez mettre en œuvre pour lancer l’activité. Avant de vous lancer dans cette partie plus technique du business plan, il peut être nécessaire de résumer votre offre, son intérêt, le marché qu’elle cible, ses caractéristiques et ses forces en quelques lignes.

Présentation des éléments structurant la mise en œuvre du projet,

Votre offre commerciale est finalisée, il faut maintenant mesurer, chiffres à l’appui le niveau de rentabilité du le projet, définir le cadre réglementaire qui lui permettra de se développer (forme juridique, fiscalité, …), expliquer quels financements seront nécessaires et le montant d’investissement dont vous avez besoin pour vous lancer. Il faudra aussi évoquer votre planning des 100 jours dans votre business plan et enfin préciser comment vous envisagez le lancement de l’activité.

Choisir un local

Le choix du local est un élément qui peut être important à bien des égards :

  • Pour les commerces il joue évidemment sur le potentiel commercial, il faudra utiliser l’étude de la zone de chalandise pour trouver le local le mieux situé possible.
  • Pour les entreprises de production de négoce, l’accès à de axes logistiques importants (route, voie ferrée, axe de navigation, …) peuvent avoir leur importance.
  • Pour les sociétés de sous-traitance comme dans l’automobile, le choix du lieu a aussi son importance pour pouvoir livrer rapidement les fournisseurs extrêmement exigeants.
  • Les sociétés innovantes ont souvent besoin de se rapprocher d’un centre d’activités, d’autres entreprises innovantes ou zones technologiques leur permettant de profiter du dynamisme de l’écosystème (incubateur, plateau de Saclay, …)

D’autres critères devront aussi être pris en considération et valorisés dans le cadre du business plan.:

  • La réglementation en vigueur ;
  • La relation avec les administrations locales pour ce qui des autorisations, des aides et subventions, … (Food Truck, dark kitchen, …)
  • Les exigences (aménagements à faire, équipements à installer, capacité d’accueil, etc.) de l’activité.

Déterminer les objectifs de l’entreprise dans le business plan

Il est important de présenter à ses futurs partenaires et investisseurs la vision de son entreprise. Pour réaliser son business plan, il faut donc penser à présenter ses objectifs à la fois réalistes et ambitieux à court, moyen et long terme.

Cette section doit présenter les aspirations de l’entreprise aussi bien sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif. Pour cela, il faut se donner des dates butoirs et analyser les résultats obtenus.

Voici quelques exemples d’objectifs :

  • Objectif sur le chiffre d’affaires : avoir réalisé un certain montant de chiffre d’affaires ou pris une part de marché à une date déterminée ;
  • Objectif sur un développement de l’activité : avoir signé un certain nombre de contrats commerciaux, vendu une quantité de produits, … ;
  • Objectif qualitatif : faire partie des sociétés les plus innovantes de son secteur ;
  • Obtenir 10 nouveaux clients dans un rayon de 100 kilomètres à la fin de chaque mois.

Pour rappel, ils doivent idéalement être SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables et Temporairement définis) et faire l’objet d’un plan d’action.

Choisir sa forme juridique

Pour réaliser son business plan, le choix de la forme juridique est important. Comme vu plus haut, cela fait partie des premières informations à faire figurer dans le document.

Pour choisir sa forme juridique afin de réaliser son business plan, il faut se renseigner à propos de la réglementation juridique du secteur. C’est elle qui oriente sur la forme qu’il est possible d’adopter et les diverses contraintes qui y sont liées.

De manière générale, voici les divers statuts juridiques qu’il est possible d’adopter pour son entreprise :

  • L’entreprise individuelle,
  • L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) ;
  • La Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle (SASU) ;
  • La Société A Responsabilité Limitée (SARL) ;
  • La Société par Actions Simplifiées (SAS) ;

L’entreprise Individuelle est la forme la plus simple et la moins coûteuse, toutefois elle ne protège pas le patrimoine du dirigeant. Tout comme l’EURL et la SASU, l’entreprise individuelle est destinée à un entrepreneur qui souhaite lancer son activité seul.

L’EURL fait partie des formes juridiques les plus souples en matière de formalités, mais également l’une des plus limitées pour un entrepreneur.

Les entrepreneurs qui choisissent l’entreprise individuelle ou l’EURL peuvent opter pour le régime de la microentreprise. Ce régime leur permet de tester leur projet et/ou démarrer leur activité à moindre coûts et avec des contraintes administratives et fiscales simplifiées. Toutefois, le chiffre d’affaires qu’il est possible de faire est limité.

Pour convaincre des investisseurs, il est plutôt recommandé d’opter pour les SARL, SAS ou encore SASU. En cas d’entrée d’un investisseur au capital la SASU se transformera en SAS. Lorsque le projet est innovant (startup par exemple) on privilégiera les sociétés par actions (SA ou SASU). Ces formes juridiques offrent une plus grande souplesse juridique, elles sont aussi un gage de sérieux et permettent de trouver plus facilement du financement.

Présenter votre prévisionnel financier dans votre business plan

Le prévisionnel financier joue un rôle important puisqu’en démontrant le potentiel de rentabilité de l’activité, il rassure l’investisseur sur l’intérêt financier de l’investissement.

Présenter le prévisionnel financier dans un business plan

Le prévisionnel financier sert à démontrer la faisabilité financière du projet et à mesurer sa rentabilité. Cette partie technique est le plus souvent confiée à un expert-comptable, mais avec un peu de dextérité et d’apprentissage, il est possible de le faire soi-même, surtout si l’activité n’est pas complexe.

Il peut être plus ou moins complet selon la nature du projet et comporte plusieurs tableaux financiers. Il se compose au minimum :

  • D’un bilan prévisionnel et d’un compte de résultat prévisionnel ;
  • D’un tableau de trésorerie ;
  • D’un plan de financement initial.

Il s’agit de l’un des derniers point à présenter dans le business plan car il permet de donner un aperçu chiffré de toutes les étapes précédentes. Il ne peut être finalisé qu’après avoir collecté l’ensemble des informations nécessaires à sa réalisation. Il est par conséquent important de collecter des données qui faciliteront son établissement dès le début du projet :

  • Les données de l’étude de marché pourront vous aider à évaluer le volume d’activité prévisionnel ainsi que le prix de vente recommandé afin de calculer le chiffre d’affaires prévisionnel ;
  • De nombreux éléments peuvent être collectés lors de la réalisation du prototype (coûts et quantité des matières nécessaires, temps de travail, sous-traitance, …)
  • Le choix de la forme juridique aura des impacts sur la fiscalité de l’entreprise et sur le statut social du dirigeant qui se répercuteront sur les charges de l’entreprise ;
  • Les aides de Pôle Emploi (ACRE, ARE, ARCE, …), de la région (NACRE, …) ou d’autres organisations (France Initiative, Réseau entreprendre, …) contribueront au financement du projet ;
  • Les financements externes : love money, crowdfunding, emprunt, …

Pour établir un prévisionnel financier, il faut partir d’hypothèses réalistes et crédibles basées sur les éléments les plus concrets possibles (étude de marché, observations, précommandes, comparaison avec des concurrents, …) afin de faire des estimations les plus précises possibles.

Il faut aussi estimer les dépenses de manière réaliste afin d’établir une série de tableaux financiers ayant chacun des objectifs bien définis, et cela, sur une période donnée. L’entrepreneur devra ensuite répartir le chiffre d’affaires et les charges mensuellement en estimant leur évolution et en tenant compte d’une éventuelle saisonnalité.

Pour éviter de s’y perdre, l’astuce est d’établir une version simplifiée avant de procéder au prévisionnel, proprement dit.

L’inventaire des frais généraux et la bonne connaissance des subtilités de son régime d’imposition sont nécessaires pour cette étape.

Le compte de résultat prévisionnel

Ce tableau financier est un récapitulatif des produits et charges (frais généraux, impôts, cotisations, salaires, achats, etc.) liés à l’activité. Il permet de mettre en exergue la rentabilité de l’entreprise ainsi que le calcul du résultat net.

Le tableau de trésorerie

Ce dernier offre une vision des flux (entrant et sortant) de trésorerie. Établi sur plusieurs mois ou exercices, il permet de déterminer si l’entreprise peut faire face à des décaissements, et à quelle hauteur.

Le plan de financement initial

Ce tableau est indispensable pour réaliser son business plan. Il permet de présenter le besoin en financement initial de l’entreprise auprès des investisseurs et de détailler l’utilisation des fonds prévus à cet effet.

Le bilan prévisionnel

Il permet de visionner en temps réel le patrimoine de l’entreprise et de s’assurer que l’entreprise est toujours à flot.

Les ratios financiers

Les investisseurs étudieront votre projet au travers des tableaux financiers mais aussi d’un certain nombre de ratios financiers qu’il est préférable de présenter. Parmi les principaux on citera :

  • Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR)
  • La capacité d’autofinancement (CAF)
  • La capacité de remboursement = Endettement net / Capacité d’autofinancement
  • Le ratio d’indépendance financière = Capitaux propres / (Capitaux propres + Endettement)
  • La rentabilité de capitaux propres = Résultat d’exploitation / Capitaux propres
  • La rentabilité d’exploitation = EBE ou CAF / Chiffre d’affaires
  • Couverture des emplois durables = Capitaux stables / Immobilisations
  • Les liquidité ou solvabilité à court terme = (Stocks + Créances clients) / Dettes fournisseurs, fiscales et sociales

Présenter le besoin d’investissement dans votre business plan

La plupart du temps un Business plan est fait pour présenter le projet auprès de financeurs (banque, associés potentiels, Business Angels, investisseurs, …). Après le prévisionnel financier, ou à la fin du document, il est important de présenter deux choses :

  • vos besoins financiers et la manière dont vous souhaitez les combler ;
  • comment vous allez utiliser le financement pour développer votre projet.

Vos besoins financiers

Bien que vos besoins financiers apparaissent clairement dans votre prévisionnel, il est important de les reprendre et de préciser la manière et les conditions que vous avez prévu pour les financer. Cette partie du business plan peut être plus ou moins simple selon la nature et le montant du financement et la valeur que vous donnez à votre projet.

Pour votre présentation, gardez à l’esprit la règle financière de bon sens, le financement de long terme finance le long terme, et le financement de court terme finance le court terme.

Si vous vous êtes éloigné de cette règle, pensez à en expliquer clairement les raisons.

Lorsque l’activité est lancée, elle peut intégrer une évaluation du projet notamment lorsque vous souhaitez ouvrir le capital. Dans ce cas il est généralement utile de se faire aider par un professionnel.

Comment vous allez utiliser votre financement

Les investisseurs aiment connaître à l’avance la manière dont seront utilisés les fonds qu’ils mettront à la disposition du projet. Il peut être intéressant d’expliquer à quoi serviront les financements et quand ils seront utilisés. C’est ce qui est parois appelé le plan d’action des 100 jours qui présente l’ensemble des actions qui seront menées dans les 3 mois qui suivent la mise à disposition des financements.

Sachez que les banques préfèrent financer du matériel que du BFR et qu’un investisseur préfère voir son investissement utilisé afin de développer l’activité plutôt que d’être conservé sur un compte pour des raisons de sécurité.

Choisir sa domiciliation

La domiciliation d’entreprise est également nécessaire pour réaliser son business plan. En effet, il s’agit de l’adresse officielle de l’entreprise pour toutes ses opérations juridiques et administratives.

Il existe plusieurs façons d’obtenir une adresse de domiciliation pour sa société :

  • Avoir une adresse de domiciliation sociale correspondant à son adresse d’exercice d’activité ;
  • Recourir à une entreprise de domiciliation.

Dans le cas où l’adresse d’exercice commerciale ne serait pas optimale pour avoir son adresse sociale, recourir à une entreprise de domiciliation est une bonne idée.

Encore une fois, l’une ou l’autre des options est guidée par les conclusions de l’étude de marché. En effet, l’adresse de domiciliation d’une entreprise, lorsqu’elle est bien choisie, constitue un avantage certain pour son essor.

C’est le cas de la domiciliation dans la ville de Paris par exemple : notoriété des entreprises déjà installées, cotisation foncière la moins élevée de France, rayonnement international de la ville, multitude de centres d’affaires, etc.

Remarque :

Domicilier son entreprise dans une société de domiciliation est aussi le moyen de bénéficier des services administratifs qui vous feront gagner du temps et vous aideront à vous concentrer sur votre valeur ajoutée.

Immatriculer son entreprise

L’immatriculation de l’entreprise fait partie des étapes à suivre pour réaliser son business plan. Les formalités pour ce faire dépendent fortement du type de statut juridique choisi et des réglementations adaptées à chaque secteur.

Mais de façon générale, voici les principales exigences :

  • Le dépôt de capital social sur un compte bloqué (pensez à choisir votre banque ou banque en ligne par anticipation) ;
  • La publication d’un avis de constitution de société dans un Journal d’Annonces Légales (JAL). Il est possible de publier votre annonce légale en ligne, c’est plus rapide et moins cher ;
  • La rédaction et la signature des statuts de l’entreprise (si vous créez une société) ;
  • La constitution du dossier d’immatriculation :
    • Identité du ou de dirigeants ;
    • Adresse et justificatif de domiciliation de l’entreprise ;
    • Formulaire Cerfa (M0 ou P0) ;
    • Attestation de dépôt du capital ;
    • Attestation parution annonce légale ;

Le dépôt du dossier d’immatriculation se fait au répertoire des métiers s’il s’agit d’une entreprise artisanale et au niveau du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) s’il s’agit d’une société commerciale.

Adapter et faire relire votre business plan

Il doit donc être rédigé dans les règles de l’art et présenter l’activité telle que prévue par les dirigeants de l’entreprise.

Il est important de faire relire votre business plan afin de vous assurer qu’il est complet, clair, compréhensible et synthétique. Il faut aussi vérifier la cohérence entre les informations qu’il contient. Parfois les mises à jour entrainent des modifications qui nécessitent une relecture complète.

Pensez à contrôler l’orthographe

Il peut aussi être utile de l’adapter en fonction du destinataire. On ne donnera pas le même document à un banquier qui s’impliquera peu dans le projet, à une associé potentiel ou un investisseur.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 3 votes.
Chargement...

Laurent Dufour

Fondateur du site Le Blog du Dirigeant. Diplômé d’un master en management (droit, finance, marketing et gestion) et ancien cadre dirigeant, Laurent Dufour conseille et accompagne les créateurs et les dirigeants pour créer, développer et gérer leur entreprise depuis 2010.