Comment ouvrir mon salon de coiffure ? 

Par Sarah Jarwé, le 09/03/2022

Ouvrir un salon de coiffure peut se révéler un projet intéressant aussi bien sur le plan professionnel que financier. Or avant de vous lancer dans cet univers, il convient de vous renseigner sur la réglementation et les démarches administratives à réaliser. 

Faut-il avoir un diplôme pour ouvrir un salon de coiffure ? Faut-il créer une société pour ouvrir son salon de coiffure ?  Quelle est la réglementation à respecter pour l’activité de coiffure ? Cet article répond à vos questions et vous explique point par point comment créer votre salon de coiffure en toute sécurité.

Quels sont les diplômes requis pour ouvrir son salon de coiffure ?

Afin d’ouvrir votre salon de coiffure, vous devez être titulaire d’un des diplômes suivants :

  • Le brevet de maîtrise de coiffure ; ou le brevet professionnel de coiffure ;
  • Un diplôme inscrit au répertoire national de certification professionnelle dans un domaine directement lié à celui de la coiffure.

Cependant, il est possible d’ouvrir son salon de coiffure sans diplôme à condition qu’une personne détenant un diplôme requis soit présente et exerce un contrôle effectif et permanent sur l’activité. Ce peut être un salarié ou votre conjoint par exemple.

Remarque :

Lorsqu’il s’agit d’un salon de coiffure pour homme et que l’activité est exercée en complément d’activité principale dans une commune de moins de 2000 habitants, la possession d’un diplôme n’est pas obligatoire.

Remarque : 

Depuis la loi Pacte, le stage préalable à l’installation (SPI) est devenu facultatif. Toutefois, ce stage de préparation à l’installation reste vivement recommandé. Il permet d’acquérir les connaissances essentielles à la création et à la gestion d’une entreprise artisanale. En plus des articles que nous vous proposons gratuitement

Leader du marché

Meilleur rapport Qualité/Prix

Simple, rapide, et efficace

Rapide et Pro

Prix GLOBAL MOYEN ** 368 € 329 € 329 € 329 €
OFFRE GRATUITE
OFFRE STANDARD 129 € + frais 99 € + frais 119 € + frais 129€ + frais
OFFRE PREMIUM 249 € + frais 199 € + frais 138 € + frais 249€ + frais
TOTAL DES FRAIS (moyenne) 239 € 230€ 230€ 230 €
AVIS CLIENTS /10 9,2
3022 avis sur Avis Vérifié
9,4
2776 avis sur Trustpilot
9,0
432 avis sur Avis Vérifié
9,5
3490 avis sur Avis Vérifié
PROMOTIONS LBdD code promo plateforme juridique
EN SAVOIR + SUR LES TARIFS Découvrir Découvrir Découvrir Découvrir

Quelles sont les étapes indispensables pour ouvrir un salon de coiffure ?

Ouvrir un commerce ne s’improvise pas. Pour sécuriser votre projet et vous assurer que le temps, l’énergie et les investissements que vous allez réaliser vous permettront de développer une activité rentable, il est nécessaire d’être méthodique. Notre article sur la démarche à suivre pour ouvrir un commerce de proximité reprend l’ensemble des étapes permettant de garantir la réussite de votre projet.

Dans ce paragraphe, nous évoquons les étapes qu’il est essentiel de préparer avec soin. Suite à notre expérience de la création et aux nombreux échanges que nous avons avec les créateurs nous vous conseillons d’etre attentifs aux points suivants :

1° étape : Etudier le marché

Connaitre votre marché est essentiel. Si vous n’exercez pas la coiffure à l’endroit ou vous souhaitez vous installer, vous ne pouvez pas connaître suffisamment bien le marché pour garantir votre réussite. Il sera nécessaire de réaliser une étude du marché qui vous permettra d’analyser votre marché.

L’étude de marché est un élément fondamental. Elle permet de vous assurer qu’il existe un marché et de concevoir une offre qui répond aux attentes des clients cibles. Elle vous permet aussi d’établir une stratégie adaptée qui contribuera au développement de votre salon de coiffure. Toutefois, même si c’est un élément essentiel, il n’est pas toujours nécessaire d’y affecter un budget important. Il est souvent possible de faire son étude soi-même, cela permet aussi de mieux prendre conscience des spécificités du marché et de sa segmentation.

Pour ouvrir un salon de coiffure, il est essentiel d’étudier la zone de chalandise. Cela vous permet entre autres choses de mesurer votre potentiel commercial, d’identifier les zones privilégiées pour vous installer, de géolocaliser vos clients cibles et de situer l’emplacement de vos concurrents.

2° étape : Etudier votre modèle économique et votre proposition de valeur

On en parle top peu souvent, pourtant l’étude du modèle économique est un point essentiel, même pour une activité connue comme la coiffure. Cela consiste à élaborer une proposition de valeur qui réponde très précisément aux attentes des clients que vous allez servir et à étudier la recette économique que vous allez mettre en place.

Bien qu’un salon de coiffure ne soit pas une startup il parait important de prendre connaissance d’un chiffre éloquent : avoir lancé une activité avec un modèle économique inadapté aux besoins des clients représente 42% des fermetures de startups. Cela signifie que près de 50% des startups ferment parce que leur modèle économique n’est pas adapté à ce qu’attendent les clients.

3° étape : Le choix de l’emplacement

Vous le savez certainement, l’emplacement d’un commerce est essentiel.

Choisissez un local adapté et bien placé. L’idéal est que le local soit situé dans des endroits fréquentés comme dans un centre commercial ou bien dans une rue passante en centre-ville ce qui vous permettra de bénéficier d’une visibilité importante.

Si pour des raisons budgétaires, ou stratégiques il est situé dans un lieu moins fréquenté il faudra lancer des actions marketing pour vous faire connaître (distribuer des flyers dans la rue, communiquer sur les réseaux sociaux, avoir une page Google, créer un site web…).

Pour trouver un local, vous disposez de plusieurs options :

  • La location qui nécessite de conclure un bail commercial ;
  • L’achat d’un salon de coiffure existant (ce qui permet de bénéficier d’une clientèle existante et le contrat de bail)
  • Recourir à la location-gérance.

Un bail commercial est généralement signé pour une période de 9 ans, pensez à vous informer auprès de la mairie des plans d’urbanisation, des travaux de voiries à venir, des événements commerciaux, …

Choisissez une ville dynamique avec un maire qui écoute et prend soin de ses commerçants. La période poste Covid permet par exemple d’étudier les mesures prises par la mairie pour relancer le commerce.

4° étape : Réaliser un business plan de qualité

La réalisation d’un business plan est une étape importante à plus d’un titre. Elle vous aide à structurer votre démarche, à étudier l’équilibre financier de votre projet d’ouverture du salon de coiffure et à vous préparer à gérer l’activité.

Le business plan vous aide à préparer votre projet car pour l’élaborer, il est nécessaire d’aborder chacun des aspects du projet. Il vous aide à avoir une vue à 360° de votre projet et à faire en sorte que votre projet est complet, homogène et cohérant. Cette raison à elle seul suffit à justifier son importance.

Le business plan vous permet d’étudier chacun des aspects financiers du projet. Il vous aide à mesurer les besoins financiers du projet, permet de vous assurer qu’il est suffisamment rentable pour vous assurer le revenu que vous attendez. Il assure de la rentabilité et de la fiabilité de votre modèle économique ou business model.

Le Business plan est indispensable en cas de recherche de financement. C’est le document qui vous permettra de convaincre votre banque de vous accorder un prêt ou un partenaire de financer l’ouverture de votre salon de coiffure.

Remarque : 

Il existe plusieurs moyens pour financer son projet d’ouverture de salon de coiffure : Love Money, Financement participatif, Le prêt d’honneur, Aide à la création d’entreprise, l’emprunt bancaire…

5° étape : Le choix du statut juridique et de la fiscalité de votre salon de coiffure

Le choix du statut juridique

Une fois ces étapes réalisées reste à choisir le statut juridique le plus adapté pour ouvrir son salon de coiffure. Plusieurs possibilités s’offrent à vous.

Vous pouvez exploiter l’activité en nom propre.

Information importante : La suppression de l’EIRL a été actée par l’entrée en vigueur de la loi du 14 février 2022 en faveur de l’activité professionnelle indépendante. Cette réforme prend effet à partir du 15 mai 2022. L’EI est donc devenue le statut unique, combinant les avantages de l’EIRL et ceux qui lui sont propres. L’entrepreneur individuel peut séparer son patrimoine professionnel de son patrimoine personnel. Notre article dédié vous éclaire sur ce sujet !

Pour exploiter l’activité en nom propre, il faudra choisir entre l’autoentreprise, l’entreprise individuelle ou l’EIRL :

  • L’autoentreprise ne représente pas un choix adapté. En effet, elle ne permet pas de déduire les charges liées à l’exploitation du bénéfice imposable. Or votre salon de coiffure engagera des dépenses importantes (loyer commercial, matériel de coiffure, agencement du local, eau et énergie, rémunération du personnel, …).
  • L’entreprise individuelle est le statu le moins onéreux, tant pour la création que pour le suivi juridique. Toutefois il ne protège peu le dirigent notamment en ce qui concerne son patrimoine personnel
  • L’EIRL est un statut peu utilisé. Pourtant, c’est une entreprise individuelle qui protège le patrimoine personnel du dirigeant. Elle offre la possibilité de choisir entre l’imposition sur le revenu et l’imposition sur les sociétés
Exploiter l’activité en société

Exploiter l’activité en société permet séparer le patrimoine de l’entrepreneur et celui de la société. Cela offre une protection efficace pour le patrimoine du dirigeant.

Si vous créez seul, vous avez le choix entre EURL et SASU. Les principales différences se situent au niveau du statut social du dirigeant et de la fiscalité :

  • EURL : le dirigeant est Travailleur Non Salarié (TNS). Il dépend de la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI, anciennement RSI). L’entreprise peut être fiscalisée durablement à l’impôt sur le revenu (IR) ou l’impôt sur les sociétés (IS).
  • SASU : le dirigeant est assimilé salarié. Il dépend du régime général (Urssaf). L’entreprise est fiscalisée à l’impôt sur les sociétés (IS). Il est possible d’opter pour l’option à l’IR, sous conditions afin d’être fiscalisé à l’IR pendant 5 exercices.

Si vous créez à plusieurs, vous avez le choix entre SARL et SAS et SASU. Il y a de nombreuses différences entre ces deux statuts. Notre article SARL ou SAS vous aidera à choisir le statu le mieux adapté pour votre projet.

La fiscalité des salons de coiffure

L’imposition des bénéfices réalisés

Les bénéfices de votre salon de coiffure seront fiscalisés en tant que bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Ils sont imposables :

  • Soit à l’impôt sur le revenu (bénéfices imposés au nom de l’entrepreneur à l’IRPP),
  • Soit à l’impôt sur les sociétés (bénéfices imposés au nom de la société à l’IS) selon le choix du statut juridique qui a été fait et éventuellement l’option choisie

Le choix entre impôt sur le revenu (IRPP) et impôt sur les sociétés (IS) n’est possible qu’en cas de création d’EIRL, d’EURL, de SASU, de SARL ou de SAS. Elle est aussi inapplicable en cas de choix de l’option micro entreprise (déconseillé dans le cas de l’ouverture d’un commerce de proximité comme coiffeur). Votre choix est à indiquer sur votre formulaire de création d’entreprise.

La TVA et les autres impôts commerciaux

Les salons de coiffure sont assujettis au taux de normal TVA. Ils peuvent choisir parmi les 3 régimes de TVA (franchise de TVA, régime réel simplifié de TVA, Régime réel normal de TVA). Le choix se fait lors de la création de l’entreprise, il peut être modifié par la suite sous conditions. En cas de vente additionnelle, les produits vendus en salon de coiffure sont assujettis aux taux de TVA fixé par l’administration fiscale. Les produits utilisés pour les prestations de coiffure, sont à intégrer dans le montant de la prestation et fiscalisé au même taux de TVA. Le choix du régime de TVA doit être indiqué lors de la création sur le formulaire de création d’entreprise (M0 ou P0).

Les salons de coiffure son des activités commerciales qui sont assujetties aux autres impôts et taxes habituels : la CFE, la CVAE, la TVS…

Si vous souhaitez ouvrir votre salon de coiffure, le conseil d’un spécialiste sur le choix du statut juridique ou de la meilleure option fiscale peut s’avérer nécessaire. Le choix du statut juridique aura des répercutions directe sur votre responsabilité, votre protection sociale et sur le régime fiscal.

Si vous ne connaissez pas d’avocat compétent, n’hésitez pas à utiliser nos outils pour en trouver un. Il est essentiel de disposer de bons conseils pour faire les choix les mieux adaptés à votre situation.

Vous avez une question juridique ou fiscale ?

Profitez des conseils d’un avocat spécialisé et bénéficiez d’un tarif forfaitaire et préférentiel de 26 € avec le code promo LBDD :

Inscription gratuite
Grand choix d’avocats
Aucune attente
Service client 7 / 7

Le Blog du Dirigeant en partenariat avec Call A Lawyer

étapes salon coiffure

Comment créer votre salon de coiffure ?

Les formalités de création

Les formalités de création pour ouvrir un salon de coiffure dépendent de la forme juridique choisie :

  • si vous avez choisi de créer une société, il faudra déposer votre capital social sur un compte bloqué, publier une annonce légale dans un journal officiel et constituer votre dossier d’immatriculation. Le dépôt s’effectue auprès du centre de formalité des entreprises dont dépendra votre entreprise. Voir notre article sur les formalités à suivre pour créer sa société.
  • Si vous créez une entreprise individuelle, les démarches sont identiques à l’exception du dépôt du capital social et de la rédaction des statuts. Voir notre article sur les formalités à suivre pour créer son entreprise individuelle.

Les créateurs d’entreprise qui ouvrent un salon de coiffure ont la qualité d’artisan. Ils dépendent de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et doivent s’inscrire au répertoire des métiers. Si le salon de coiffure est exploité en société commerciale, il doit aussi se faire immatriculer au RCS (Registre du Commerce et des Sociétés).

Quelle option choisir pour créer votre salon de coiffure ?

Trois options s’offrent à vous, créer votre entreprise, vous-même, passer par une plateforme en ligne ou passer par un professionnel.

Créer votre entreprise vous-même

Créer votre entreprise vous-même est l’option la moins coûteuse. L’utilisation de cette méthode est toutefois faible car elle nécessite de compétences juridiques. Elle est aussi souvent longue et fastidieuse.

Créer votre entreprise en ligne

Créer une entreprise en ligne est une solution souvent utilisée pour les créations simples. Cela permet de créer son entreprise facilement, à moindre prix (entre 100 et 300 euros) et rapidement (48 heures).

Attention toutefois de choisir la bonne plateforme juridique, toutes ne se valent pas.

Demander à un avocat ou un expert-comptable de créer votre salon de coiffure

Confier votre création à un avocat ou à un expert-comptable est la solution la plus rassurante. C’est la solution la plus coûteuse (entre 1200 et 2500 euros). C’est une solution à privilégier dès lors qu’il est nécessaire de personnaliser les statuts juridiques.

Quelle est la réglementation applicable aux salons de coiffure ?

Pour vos prestations de coiffure, vous êtes libre de pratiquer les prix que vous souhaitez. Cependant il existe des obligations en matière de publicité des prix et de facturation. Par exemple l’affichage des prix doit être toutes taxes comprises de manière bien visible et compréhensible, à l’intérieur et à l’extérieur du salon. La facture doit contenir la somme à payer hors taxes et toutes taxes comprises.

En outre, le salon de coiffure étant un établissement recevant du public doit respecter les règles de sécurité relatives aux incendies. Il faut également se conformer à toutes les règles d’hygiène et d’environnement applicables. Pour plus de renseignements, contacter la chambre des métiers et de l’artisanat pour plus d’informations.

Pour diffuser de la musique au sein de votre établissement, vous devez obtenir une autorisation de la SACEM. Une redevance est à payer à cet organisme.

Enfin, si vous envisagez de différencier votre offre en proposant des services associés comme des services de beauté ou un coin détente bien être avec par exemple un Spa, informez-vous au préalable. Des réglementations particulières en matière sanitaire sont susceptibles de s’appliquer.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

Sarah Jarwé

Sarah Jarwé est diplômée d’un Master en Droit des Affaires. Elle accompagne les entrepreneurs dans leurs problématiques juridiques afin de les aider à faire les meilleurs choix.


créer et gérer en ligne
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.