Comment calculer les frais d’embauche d’un salarié ?

Par Wissem Loudjedi, le 18/04/2021

Embaucher un salarié est peut être un choix envisageable quand votre activité se développe. Mais vous ne savez pas comment calculer ce coût d’embauche ? En effet, le calcul des frais n’est pas simple puisqu’il concerne non seulement le salaire mais également les charges directes et indirectes. 

le coût de l'embauche

Avant d’embaucher un salarié, il est important de connaître tout le budget nécessaire préalable. Nous vous détaillons dans cet article comment y procéder. 

La rémunération du salarié 

Un salarié perçoit une rémunération, généralement celle-ci est réalisée en fin de mois ou en début de mois suivant. Cette rémunération est assez libre même si elle est également encadrée par la loi. 

Il est possible de distinguer deux types de rémunération : 

  • La rémunération nette : c’est le salaire que vous versez à votre salarié ;
  • La rémunération brute : c’est la rémunération qui est indiquée dans le contrat de travail. Elle correspond au salaire net et aux cotisations salariales qui sont reversées à l’URSSAF ;

Les charges salariales représentent généralement 22% du salaire brut. Elles concernent : 

  • L’assurance vieillesse ;
  • La cotisation chômage ;
  • La cotisation pour la retraite complémentaire ;
  • La CSG ;
  • La contribution pour le remboursement de la dette sociale 

Bénéficiez d’un accompagnement quotidien sur le juridique de votre entreprise !

  • Posez toutes vos questions à votre juriste dédié : création, gestion des salariés, contrats commerciaux…
  • Bénéficiez d’une base de documents rédigés et mis à jours par des avocats pour répondre à 100% de vos besoins juridiques
Plus d’une quarantaine de modèles de documents juridiques
Un juriste dédié à votre entreprise
Seulement 29€/mois
Bilan de santé juridique de votre entreprise

> Un mois d’essai gratuit ? J’en profite !

Les charges patronales 

Vous devez également vous acquitter des charges patronales. Elles représentent 42% du salaire brut et concernent : 

  • L’assurance maladie ;
  • Les allocations familiales ;
  • La retraite complémentaire ;
  • La cotisation chômage ;
  • La contribution solidarité autonomie ;
  • Éventuellement les formations professionnelles. 

Ces charges sont payées mensuellement ou trimestriellement au même moment que la déclaration sociale nominative à l’URSSAF. 

Le coût total de votre salarié revient donc à :  salaire brut + charges patronales

De plus, des coûts supplémentaires peuvent apparaître tels que le 13e mois, les tickets restaurants, les frais de déplacement ou éventuellement certaines primes. 

Comment réduire les coûts d’embauche d’un salarié ?

L’Etat a mis en place certaines aides afin de soutenir les employeurs et inciter à l’embauche salariale. 

  • Vous pouvez bénéficier du CICE : le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. Cela vous permet de faire baisser les charges patronales en respectant cette condition: 
  • Le salaire ne doit pas dépasser plus de 2,5 fois le SMIC mensuel brut, soit 3 642 euros ;

Ainsi, les charges patronales bénéficient d’un abattement de 6% sur les rémunérations versées sur l’année civile.

  • La réduction générale des cotisations patronales (ex-réduction Fillon) : Cela consiste à baisser les cotisations patronales pour les salaires n’excédant pas 2 487,33 euros ou 16,40 euros de l’heure ou 29 848 euros sur une année.

Comment calculer la réduction ? Le taux dépend du nombre de salarié. À partir du 1er janvier 2021, le taux est de : 

  • 0,3206 s’il y a moins de 50 salariés ;
  • 0,3246 s’il y a plus de 50 salariés ;

Vous devez le coefficient ainsi : (T/0,6) x (1,6 x18 655 € (montant du Smic annuel brut) / rémunération annuelle brute -1)

Cette réduction s’applique sur les cotisations :

  • D’assurance maladie, maternité, invalidité, décès et d’assurance vieillesse de base ; 
  • De la  contribution au Fonds national d’aide au logement 
  • D’allocations familiales ;
  • De la contribution solidarité autonomie ; 
  • D’assurance chômage ;
  • De retraite complémentaire légalement obligatoires.

Remarque : 

Cette réduction ne s’applique pas aux employeurs particuliers ainsi qu’à l’Etat, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs, scientifiques ou culturels, les chambres de commerce et d’industrie, chambres d’agriculture, chambres de métiers de l’artisanat. 

  • Le contrat unique d’insertion (CUI) : C’est un contrat qui associe formation et accompagnement professionnel au bénéficiaire et offre une aide financière à l’employeur. Ainsi, cela facilite l’embauche des personnes ayant des difficultés d’insertion. De plus, il offre un allègement des charges patronales réservé aux entreprises du secteur non-marchand. Vous devrez embaucher les personnes suivantes  : 
  • Chômeurs de longue durée ;
  • Les seniors ;
  • Les travailleurs handicapés ;
  • Les bénéficiaires de certains minima sociaux tels que le RSA, l’ASS ou l’AAH. 

Les coûts supplémentaires indirects 

Il peut y avoir d’autres frais découlant de l’embauche d’un ou de plusieurs salariés. En effet, vous pourriez solliciter l’aide d’une entreprise extérieure telle qu’un cabinet de recrutement. Il existe un système de budgétisation : le cabinet vous facture une commission peut aller jusqu’à 25% du salaire brut de l’employé.

Vous aurez également l’obligation de vous acquitter des frais de gestion en comptabilité quant au contrat de travail de votre salarié. Ceci représente un coût tant à la rédaction du contrat de travail qu’à l’établissement de la fiche de paie.

Enfin, vous devez être également très vigilant et disposer de connaissances en droit du travail car c’est un secteur très réglementé. Toute fin de contrat engendre des coûts (à l’exclusion de la démission et de la période d’essai). 

De plus, vous pouvez voir vos coûts augmenter en cas de congé maternité, prise en charge des frais de déplacement, médecine du travail, etc. 

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Wissem Loudjedi

Wissem est étudiante en master de Droit des affaires. Elle se spécialise dans le droit des sociétés et l'accompagnement de l'entrepreneur.