SASU : la fiscalité des dividendes

par

L’actionnaire unique de SASU choisit le mode d’imposition du dividende entre la flat tax et l’imposition classique, dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers.

Créer mon entreprise : Les outils

 

SASU : la fiscalité des dividendes

SOMMAIRE

Pour rappel, la forme juridique de SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle) correspond à une société unipersonnelle en SAS (Société par Actions Simplifiée). Dit autrement, la SASU est une SAS, mais avec un seul associé au capital.

Pour être précis dans le vocabulaire, être associé en SAS ou en SASU se dit « être actionnaire ». On parle également d’action pour désigner les parts sociales de la SAS/SASU.

Le dividende : définition

Le dividende représente la part de bénéfice que touchent les associés d’une société dans laquelle ils ont investi. Le montant des dividendes versés est calculé au prorata de leurs parts dans le capital social. Le dividende intervient en clôture d’exercice comptable, si et seulement si la société dégage un bénéfice.

Le dividende en SASU : un vrai mode de rémunération

Dans une SASU assujettie au titre de l’Impôt sur les Sociétés (IS), le Président et actionnaire unique accède à deux modes de rémunération :

  • une rémunération qui peut être mensuelle au titre du mandat social de Président, si la société a suffisamment de trésorerie pour le rémunérer
  • une rémunération qui peut être annuelle au titre de la qualité d’actionnaire, appelée « dividende », si la société enregistre un bénéfice

En droit des sociétés, on dit que :

  • la rémunération rémunère le travail (fonctions dirigeantes)
  • le dividende rémunère l’investissement au capital (fonction d’actionnariat)
  • dividende et rémunération peuvent être cumulées

L’imposition du dividende en SASU

Une distinction doit être opérée selon que le bénéficiaire des dividendes est une personne physique ou une personne morale.

L’imposition du dividende pour l’actionnaire unique de SASU – personne physique

Le dividende qui intègre le foyer fiscal d’une personne physique est fiscalisé dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers.

Deux modes d’imposition du dividende sont possibles pour l’actionnaire unique de SASU personne physique :

  • la flat tax
  • l’imposition classique

La flat tax et le dividende

Les dividendes versés par la SASU à une personne physique sont soumis à une imposition forfaitaire (flat tax), ce qui conduit à une imposition globale de 30 % décomposée comme suit :

  • impôt sur le revenu : 12,8 %
  • prélèvements sociaux : 17,2 % (CSG, CRDS, prélèvement de solidarité, contribution additionnelle pour l’autonomie)

L’imposition classique du dividende

L’actionnaire unique de SASU, bénéficiaire du dividende, peut également opter pour une imposition au barème progressif de l’impôt sur les revenus et aux titre des prélèvements sociaux.

Dans ce cas, un abattement de 40 % est appliqué sur le dividende, avant intégration au barème de l’impôt sur le revenu.

Parallèlement, l’actionnaire de cette forme juridique, verse directement les prélèvements sociaux, de manière libératoire, à hauteur de 17.2 % du dividende.

Illustration : choisir la fiscalité du dividende en SASU
Une personne physique, dont la tranche marginale d’imposition se situe à 45 %, bénéficie d’une distribution de dividendes à hauteur de 100 000 euros. Celle dispose de deux possibilités :

  1. La flat tax : dans cette hypothèse, l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux représenteront 30 %, ce qui conduira à la perception d’un dividende après impôt de 70 000 € (100 000 – 30 000)
  2. Le barème progressif de l’impôt : dans cette situation, l’IR représentera 27 000 € [ (100 000 x 60 % ) x 45 % ] et les prélèvements sociaux s’élèveront à 17 200 € (100 000 * 17.2 %), soit un dividende après impôt de 55 800 € [ 100 000 – (27 000 + 17 200) ]

Dans cet exemple, l’actionnaire unique de SASU a tout intérêt à demeurer sous le régime de la flat tax pour réduire sa fiscalité (optimisation fiscale).

L’imposition du dividende pour l’actionnaire unique de SASU – personne morale

Depuis le 1er janvier 2018, un Prélèvement Forfaitaire Unique PFU de 30% est appliqué sur les différents revenus mobiliers et des plus-values mobilières. Tout les dividendes que percevrons les associés ou ici l’associé unique seront soumis à ce Prélèvement Forfaitaire Unique PFU. 

Ainsi, depuis le 1er janvier, ce taux qui est est composé de 12,80% pour l’IR et de 17,20% pour les prélèvements sociaux.

Lorsque le bénéficiaire des dividendes de SAS est une personne morale alors il est soumis au titre de l’impôt des sociétés, il y a deux configurations :

  • un régime fiscal mère-fille
  • une situation hors régime mère-fille

La fiscalité du dividende dans le régime mère-fille

Le régime fiscal mère-fille permet une quasi-exonération des dividendes perçus par le gérants majoritaires personne morale.

Plusieurs conditions doivent être réunies pour bénéficier de ce régime :

  • la SASU distributrice et l’associé unique bénéficiaire doivent tous deux être soumises à l’impôt des sociétés
  • le bénéficiaire doit détenir plus de 5 % du capital de la société distributrice (condition respectée en SASU puisque l’associé unique détient l’intégralité du capital social)
  • l’associé unique doit conserver les titres de la SASU pendant au moins deux ans

Lorsque ce régime est applicable, seule une quote-part de 5 % du montant des dividendes perçus est soumise à l’impôt des sociétés

Illustration : fiscalité du dividende dans une SASU au régime mère-fille
Une SASU verse à son associé unique personne morale soumises à l’impôt sur les sociétés un dividende de 100 000 euros. En pareille hypothèse, le régime mère-fille permet au gérants majoritaires qui est l’associé unique de n’être fiscalisé que sur une somme de 5 000 €. Autrement dit, sur 100 000 euros perçus, 95 000 € ne supportent pas d’être soumises à l’impôt des sociétés.

La fiscalité du dividende hors régime mère-fille

Cette hypothèse demeure marginale en pratique.

Lorsque le bénéficiaire des dividendes ne peut pas bénéficier du régime mère-fille, la totalité du montant des dividendes perçus intègre la base imposable.

En reprenant l’exemple précédent, si la société bénéficiaire perçoit 100 000 euros de dividendes, cette somme supportera intégralement l’IS.

Gagner de l’argent en SASU : rémunération ou dividende

En conclusion, la SASU constitue un statut juridique intéressant pour une personne désireuse d’entreprendre seule tout en se réservant la possibilité de se rémunérer en dividende. Plusieurs questions se posent en plus de choisir le mode d’imposition du dividende, notamment celle d’arbitrer entre :

  • une plus grande rémunération mensuelle et se verser un petit dividende
  • une petite rémunération mensuelle et se verser un plus gros dividende

Pour faire votre choix, vous devez savoir que :

  • la rémunération peut être prélevée chaque mois selon le niveau de fonds de roulement de la SASU (votre expert-comptable réalise une fiche de paie)
  • le dividende ne peut être versé qu’en clôture d’exercice social, après le dépôt des comptes annuels et uniquement si la société enregistre un bénéfice

Ensuite :

  • la rémunération constitue l’assiette des cotisations sociales obligatoires du dirigeant : affiliation au régime général de la Sécurité sociale pour la maladie, maternité, invalidité, assurance vieillesse, régime de retraite de base et complémentaire (taux de charges sociales entre 55 et 65 %). Si le dirigeant ne se rémunère pas, lui et ses ayants droit n’ont aucune protection sociale de base.
  • le dividende versé par une SAS/SASU n’est pas soumis à cotisations sociales, mais uniquement aux titre des prélèvements sociaux de 17.2 % (CSG, CRDS…). De ce fait, la taxation du dividende est moins chère, mais elle n’offre aucune protection sociale personnelle pour le dirigeant et sa famille.

Compte tenu de la complexité de la fiscalité et du régime social dans la vie de l’entreprise, le recours aux conseils juridiques et fiscaux d’un professionnel est très important pour :

  • valider votre projet d’entreprise
  • valider votre statut de société SASU
  • choisir la fiscalité et le mode de rémunération les plus intéressants selon votre situation personnelle.

ACHETEZ NOTRE EBOOK

SASU : la fiscalité des dividendes
SASU : la fiscalité des dividendes

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

SASU : la fiscalité des dividendes

Simple

SASU : la fiscalité des dividendes

Économique

SASU : la fiscalité des dividendes

Rapide

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter

SASU : la fiscalité des dividendes

0 commentaires

Click here to get this post in PDF

Please wait...
créez votre entreprise

Inscrivez-vous à la newsletter !

Chaque semaine, des actus et des articles de fond

Merci ! Votre inscription a été prise en compte.