Introduction

Comme toute société, la SASU verse un impôt, des taxes, des charges sociales pour la rémunération du Président et des frais de fonctionnement liés à son modèle économique. Voici la liste des charges récurrentes en SASU.

le compte courant d'associé bloqué

Quelles sont les charges pour une SASU ?

Une Société anonyme Simplifiée Unipersonnelle (SASU) paye plusieurs types de charges pour fonctionner :

Juridiquement en droit des sociétés, la SASU est une société unipersonnelle relative au statut juridique de SAS – société par actions simplifiée unipersonnelle. Il s’agit d’une société commerciale, dotée de la personnalité juridique / personnalité morale.

Créer sa SASU en ligne

Créer sa SASU en ligne permet de bénéficier d’un service rapide à des tarifs intéressants. Si cette démarche se démocratise, il peut être compliqué de choisir un site de création adapté à votre situation. En fait, chaque plateforme juridique a ses propres spécificités, et sera donc plus ou moins adaptée à vos besoins.

Pour vous aider à les choisir, nous les avons testés sur les principales plateformes dont nous détaillons les caractéristiques dans notre article sur les plateformes juridiques et avons présenté les résultats dans le tableau comparateur suivant.

Comparez et choisissez

Offre starter
Offre standard
Offre premium
Total des frais (moyenne)
Le +
Accompagnement à la création
Offre de domiciliation
Offre d’expertise comptable
Avis clients / 5
Test et avis LBDD
Offre LBDD

Leader du marché

471,17€ TTC 
(frais administratif + réduction LBDD inclus)

350 000 entrepreneurs accompagnés
1€*
169€* + frais
229€* (Express) + frais
259,39€
Un accompagnement complet pour les entrepreneurs
Par téléphone dans la formule Premium
via KandBaz
par Legalstart

(4128 avis sur Avis Vérifié)

15% de réduction avec

LBDD15

Meilleur rapport Qualité / Prix

397,21 TTC **
(frais administratif + réduction LBDD inclus)

+300 000 entrepreneurs accompagnés
99€*(Express) + frais
199€* (Express) + frais
246,86€
Déléguez le juridique, et bien plus !
Assistance d’un juriste dans la formule Premium
via LegalPlace
via Legalplace

(4 852 avis sur Trustpilot)

15% de réduction avec

LBDDIR15

Simple, rapide et efficace

530,24€ TTC **
(frais administratif + réduction LBDD inclus)

99% des clients satisfaits
129€* + frais
249,90€ + frais
246,95€
Création d’entreprise mais aussi contrats, droit social…
Vérification du dossier par un formaliste
via Contract Factory

(3526 avis sur Avis Vérifié)

20% de réduction avec

LBDD20

Rapide et Humain

138€ TTC
(Frais de greffe à payer séparément)

+ de 400 créations par mois
0€ + Frais
194€
Un arbre planté à chaque création d’entreprise
par un conseiller spécialisé et un formaliste
via Sedomicilier.fr
via Swapn

(390 avis)

*Tarifs relevés le 09/01/2024

** Tarifs pour l’offre incluant le traitement express des demandes


15% de réduction
LBDD15


4,4 sur 9425 avis

15% de réduction
LBDDIR15


4,4 sur 11 434 avis

Les charges sociales en SASU

Pour cette forme juridique, le statut du gérant majoritaire ou Président est au régime social des assimilés salariés. Il est obligatoirement affilié au régime général de la Sécurité sociale pour sa couverture sociale :

  • Maladie
  • Retraite de base
  • Retraite complémentaire
  • Invalidité, décès
  • Formation professionnelle
  • Prélèvements sociaux : CSG/CRDS, allocations familiales…

L’assiette des cotisations est sa rémunération. Le taux de cotisation sociale global va de 55 à 67 % de la rémunération (taux évolutif par tranche de rémunération). Si le Président est non rémunéré, la SASU ne verse pas de charges sociales. En revanche, les dividendes perçus par l’associé unique ne sont pas soumis aux cotisations sociales. Les dividendes versés vont être soumis aux prélèvements sociaux à hauteur de 17,2%. Cependant, il ne bénéficie d’aucune protection sociale personnelle.

En détail :

Cotisation Assiette Taux
     
Maladie-maternité Rémunération 13 %
Assurance vieillesse de base Tranche A Tranche B 15.45 % 2.30 %
Retraite Tranche A Tranche B & C + contribution Tranche A B C 7.75 % 20.55 % 0.35 %
Prévoyance Tranche A 1.5 %
Accident du travail Rémunération Taux variable selon le risque de l’entreprise (code APE)
Formation professionnelle Rémunération 0.55 % (ou 1 % si la SASU emploie + de 10 salariés)
Allocations familiales Rémunération 5.25 %
Prélèvements sociaux : csg crds 98.25 % de la rémunération 9.70 %
AGFF Tranche A Tranche B & C 2 % 2.20 %
Aide au logement Rémunération 0.10 % dans la limite du plafond de la Sécurité sociale
APEC Tranche B 0.06 %

  Dans le tableau, les tranches de rémunération A B et C sont les suivantes :

  • Tranche A : jusqu’à 3 111 € mensuels
  • Tranche B : de 3 112 à 13 244 € mensuels
  • Tranche C : de 13 245 à 26 488 € mensuels
>

Attention

Malgré une cotisation APEC minime, le Président de SASU qui est aussi actionnaire unique n’a pas droit à l’assurance chômage ni aux allocations chômage. En effet, il ne peut bénéficier de l’assurance chômage ou des allocations chômage puisqu’il n’a pas de lien de subordination dans ses fonctions (il est assimilé salarié).

Quand payer les cotisations sociales du Président de SASU

Ces cotisations sont payées tous les trimestres sur la base de sa rémunération des trois derniers mois (mentionnée dans l’équivalent d’une fiche de paie éditée par l’expert-comptable). Il n’y a aucun forfait minimum à payer, ni d’avance de cotisation sociale avec régularisation, comme c’est le cas pour le statut social d’entrepreneur individuel, de dirigeant d’eurl ou de dirigeant majoritaire de SARL affilié à la SSI (anciennement Rsi). 

Le gérant majoritaire président de la SASU, qu’il soit associé unique ou pas, est assimilé salarié, ce qui signifie qu’il est affilié au régime général de la sécurité sociale. En l’absence d’une rémunération, il n’est pas affilié et n’a donc aucune couverture sociale.

Jusqu’à 20% de réduction sur la création d’une SASU avec le Blog du Dirigeant

Les impôts et taxes de la SASU

L’impôt sur les sociétés

La SASU est assujettie de plein droit au régime fiscal de l’Impôt sur les Sociétés (IS). Le résultat de l’activité (chiffre d’affaires de l’exercice diminué des charges déductibles) constitue l’assiette de l’IS. En 2019, le taux d’IS est égal à :

  • 15 % pour un résultat compris entre 0 et 38 120 €
  • 28 % pour un résultat entre 38 120 et 500 000 €
  • 31 % pour un résultat supérieur à 500 000 €

Dès janvier 2020 :

  • 15 % pour un résultat compris entre 0 et 38 120 €
  • 28 % pour un résultat supérieur à 38 120 €

À partir du 1er janvier 2021 :

  • 15 % pour un résultat compris entre 0 et 38 120 €
  • 5 % pour un résultat supérieur à 38 120 €

À partir du 1er janvier 2022 :

  • 15 % pour un résultat compris entre 0 et 38 120 €
  • 25 % pour un bénéfice supérieur à 38 120 €

Quand payer l’impôt des sociétés

Le résultat imposable est calculé pour chaque exercice social, à la clôture des comptes (dans le compte de résultat issu du dépôt des comptes annuels). Le montant d’impôt à payer n’est donc pas calculé avant la clôture de l’exercice.

Dans ce contexte, la SASU va verser un impôt en année N, calculé sur le résultat de l’année antérieure (N-1). Une régularisation intervient en N+1 (quand le résultat de N est connu). L’IS de la SASU est payé en plusieurs acomptes aux échéances fixes :

  • Le 15 mars
  • Le 15 juin
  • Le 15 septembre
  • Le 15 décembre
  • Le solde (régularisation) intervient le 15 mai de l’exercice suivant (N+1) si la SASU clôture ses comptes le 31 décembre ou au maximum le 15e jour du 4èmemois suivant la clôture de l’exercice si elle ne clôture pas le 31 décembre

L’option pour l’impôt sur le revenu

Si le dirigeant est aussi actionnaire unique de cette forme juridique (la SASU), il peut opter pour le régime fiscal des sociétés de personne, à savoir le régime de l’IR (impôt sur les revenus). L’option dure maximum 5 ans et uniquement durant les 5 premiers exercices de la vie de l’entreprise (sous conditions).

Au-delà, la SASU rebascule au régime de l’IS. Avec cette fiscalité, la SASU n’est pas soumise à imposition sur ses bénéfices. Elle n’a pas d’imposition en direct, mais le dirigeant réintègre le résultat de l’entreprise dans le revenu imposable de son foyer fiscal :

  • Dans la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) si la SASU exerce une activité industrielle, artisanale, de prestations de services ou une activité commerciale
  • Dans la catégorie des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) pour les professions libérales ou pour une société d’exercice libéral

Ici, le dirigeant d’entreprise n’intègre pas sa rémunération au barème de l’imposition sur le revenu, mais le résultat de sa société. Par ailleurs, sa rémunération n’est pas déductible du résultat de l’entreprise.

Les autres impôts et taxes

Fiscalement, la SASU paye d’autres impôts et taxes :

  • La TVA (sauf si la SASU est en franchise en base de TVA comme dans le régime micro ou l’auto entreprise)
  • La Cotisation Foncière des Entreprises (CFE)
  • La Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) si la société déclare un chiffre d’affaires annuel supérieur à 152 500 € hors taxes
  • La taxe sur les Véhicules de Société (TVS) si la SASU a des véhicules de tourisme ou des véhicules de catégorie N1
  • La taxe d’apprentissage et la participation à la formation professionnelle continue si la SASU comptabilise un effectif salarié
  • La participation à l’effort de construction si la SASU emploie plus de 19 salariés.

Les charges d’exploitation de la SASU

Une entreprise investit, achète des matières premières, du matériel, elle fait appel à des sous-traitants et des prestataires, elle paye des assurances, elle embauche des salariés… Toute entreprise a des frais de fonctionnement qui varient selon leur activité et leur propre organisation (leur modèle économique). Votre SASU a donc des charges d’exploitation pour faire tourner l’activité.

Les frais pour créer une sasu

À la création de l’entreprise, n’oubliez pas :

  • Les frais de constitution de sas auprès du centre de formalités des entreprises : frais d’immatriculation au RCS (immatriculation au registre du commerce et des sociétés)
  • Les frais de publication dans un journal d’annonces légales
  • Les frais de conseils juridiques pour le choix du statut juridique et pour immatriculer la société
  • Les frais de rédaction des statuts de société
  • Les frais d’expert-comptable pour faire les prévisions financières, faire les simulations fiscales et sociales et choisir le statut fiscal
  • Les autres frais liés au projet de création d’entreprise (dépôt de marque, brevet, achat de licence…)

En bref, créer une SASU nécessite des investissements de départ puis des charges et des frais professionnels récurrents pour faire tourner l’activité. À cela s’ajoutent les charges sociales et les impôts et taxes.

Des prévisions financières vous aideront à modéliser votre modèle économique, c’est-à-dire comptabiliser tous vos frais de fonctionnement et savoir combien de chiffres d’affaires vous devez faire pour être rentable. Dans ces prévisions financières, vous intégrez le régime fiscal et social et les charges afférentes pour modéliser le projet d’entreprise dans sa globalité. Dans un souci d’optimisation fiscale, vous en profitez  pour choisir le mode d’imposition entre impôt sur le revenu et IS.

Comment créer votre SASU à moindre frais ?

Créer une entreprise ampute de manière plus ou moins importante  les fonds financiers qui seraient souvent bien utiles pour développer la société en création. Surtout lorsqu’on fait appel à des conseils, notamment pour des questions juridiques (experts-comptables,  avocats, juristes …).

Pour réduire les frais liés à la création, il est possible de faire soi-même le dossier de constitution de sa SASU et de le déposer au CFE concerné (CCI, Chambre des métiers, URSSAF, Greffe du tribunal de commerce …). Cela prend généralement du temps et peut être source d’erreurs, notamment fiscales et juridiques, coûteuses et souvent compliquées à corriger.

Il est aussi possible de passer par des plateformes juridiques en ligne qui, lorsqu’on sait les choisir, représentent une solution intermédiaire de qualité. Surtout que lorsqu’on crée une SASU, il n’y a qu’un associé, ce qui réduit les risques juridiques liés à la mésentente entre associés. Si cette solution vous intéresse, nos avons comparé et sélectionné (en fonction de leurs offres, de notre expérience et du retour des lecteurs du blog) les plateformes qui nous semblent les plus intéressantes et les plus sérieuses.

L’article sur la bonne démarche pour créer son entreprise en ligne décrit l’intérêt et le fonctionnement de chaque plateforme et vous propose un tableau comparateur que nous tenons à jour en fonction de l’évolution des offres et de retours d’avis des créateurs.

Distribuer les dividendes d’une SASU

Lorsque la SASU est assujettie à l’IR aucune distribution de dividendes n’est possible. En effet, il n’y a aucune distribution puisque les bénéfices vont être pris en compte dans le foyer fiscal.

En revanche, quand la SASU est imposée à l’IS alors elle peut verser des dividendes à l’actionnaire. Ainsi, les dividendes perçus vont être considérés non pas comme une rémunération mais plutôt comme des revenus de capitaux mobiliers.

Le fonctionnement

Comme à chaque fin d’exercice comptable, la SASU va procéder l’affectation du résultat (bénéficiaire ou déficitaire).

Lorsqu’il y a une bénéficie, l’associé unique peut

  • Se verser l’intégralité des bénéfices sous forme de dividendes,
  • Le reporter à l’exercice comptable suivant (fonds propres de la société)
  • Le porter en réserve (légale, statutaire ou facultative).

Lorsque l’entreprise dégage des bénéfices et que l’actionnaire souhaite se verser des dividendes, il doit se les verser dans un délai maximum de 9 mois après la clôture de l’exercice.

Vote: 4.3/5. Total de 17 votes.
Chargement...
Sommaire
  • Quelles sont les charges pour une SASU ?
  • Les charges sociales en SASU
  • Les impôts et taxes de la SASU
  • Les charges d’exploitation de la SASU
  • Comment créer votre SASU à moindre frais ?
  • Distribuer les dividendes d'une SASU
x
Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques
  • Simplicité
    Simple
  • Economie
    Économique
  • Rapidité
    Rapide
Vous souhaitez un accompagnement pour lancer votre entreprise ?

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une augmentation de capital ?

Modifier vos statuts

Besoin de protéger votre marque et logo d’un potentiel concurrent ?

Déposer votre marque

Avis Trustpilot Legalstart

Commentaires
17 commentaires
Vote: 4.6/5. Total de 9 votes.
Chargement...
4.6/5


  1. Nicolas GUIET
    26 mars 2018, 09:56
    Bonjour et merci pour vos articles, Je suis actuellement en période de reconversion et souhaite passer d'une activité salariée ( cadre commercial dans l'automobile) à une activité d'agent commercial dans l'immobilier. La question du statut se pose donc et j'hésite entre l'entreprise personnelle et la SASU. J'avoue avoir un peu de mal à bien cerner les répercussions fiscales des différentes solutions. Votre aide me serait précieuse. Pouvez-vous m'aider. Cordialement.
    • Dufour Laurent
      26 mars 2018, 14:21
      Bonjour, Nous proposons à nos lecteurs de les aider en évoquant pendant 10 - 15 mn avec eux les différentes possibilités qui s'offrent à eux et les conséquences liées au choix de tel ou tel statut. Si cela vous intéresse vous pouvez nous contacter en utilisant notre page contact : https://www.leblogdudirigeant.com/qui-sommes-nous/#contact nous serons ravi de vous aider. Cordialement, L’équipe créer son entreprise LBdD
  2. Séb
    22 avril 2017, 17:47
    Bonjour, J'envisage de rejoindre prochainement une société en qualité d'agent commercial. je devrais réaliser un CA annuel estimé entre 25000 et 50000€. La sécurité de la SASU (protection sociale et du patrimoine) est intéressante mais comment évaluer l'IS et estimer les charges afin de déterminer la meilleure option ? Comment faire pour choisir au mieux le statut ? Quels sont les points exact à prendre en compte svp ? Merci d'avance pour l'aide que vous pourrez m'apporter.
    • Dufour Laurent
      24 avril 2017, 15:42
      Bonjour, Le meilleur moyen de répondre à vos questions est de réaliser un prévisionnel voir même un business plan. Pour cela vous pouvez vous faire accompagner par les BGE, les chambres de commerce ou un expert comptable. Par ailleurs, la majeur partie des réponses aux questions que vous vous posées se trouvent dans le blog (il y a plus de 1200 articles, pour y avoir accès de manière illimitée il suffit de prendre l’abonnement annuel de 30€). Vous pouvez utiliser la barre de recherche du site en utilisant les mots clés (prévisionnel, business plan, statut juridique, ....). Vous trouverez ci-dessous un certain nombre d'articles intéressants : Business plan https://www.leblogdudirigeant.com/introduction-business-plan/ https://www.leblogdudirigeant.com/business-plan-pourquoi-faire/ https://www.leblogdudirigeant.com/business-plan-seduir-banquier/ https://www.leblogdudirigeant.com/business-plan-construction-plan-financier-03272014ala2/ <strong>statut juridique</strong> https://www.leblogdudirigeant.com/statut-juridique-choisir/ https://www.leblogdudirigeant.com/statut-juridique-choisir/ https://www.leblogdudirigeant.com/statut-juridique-choisir/ https://www.leblogdudirigeant.com/eurl-ou-sasu-04032014at32/ <strong>statut du dirigeant</strong> https://www.leblogdudirigeant.com/%EF%BB%BF-statut-dirigeants-dentreprise-sarl-eurlsas-sasuentreprise-individuelle-auto-entreprise/ https://www.leblogdudirigeant.com/assimile-salarie/ https://www.leblogdudirigeant.com/forme-juridiques-consequences-dirigeant/ https://www.leblogdudirigeant.com/protection-sociale-du-dirigeant/ <strong>fiscalité entreprise</strong> https://www.leblogdudirigeant.com/creation-dentreprise-quel-regime-fiscal-choisir-is-ou-ir/ https://www.leblogdudirigeant.com/createur-dentreprise-guide-fiscal-de-la-creation-dentreprise/ <strong>prévisionnel</strong> https://www.leblogdudirigeant.com/previsionnel-financier-creation-entreprise/ https://www.leblogdudirigeant.com/le-bilan-previsionnel-et-le-compte-de-resultat-previsionnel/ https://www.leblogdudirigeant.com/previsionnel-financier-indicateur-03112014albddlau1/ https://www.leblogdudirigeant.com/plan-de-tresorerie-previsionnel/ https://www.leblogdudirigeant.com/previsionnel-commercial-efficace/ https://www.leblogdudirigeant.com/calculer-le-chiffre-d-affaires-previsionnel-10112014albddlau1/ Cordialement, L'équipe création d'entreprise LBdD
    • Séb
      15 juin 2017, 10:04
      Bonjour, Merci beaucoup pour ces informations. Cdt,
    • Dufour Laurent
      19 juin 2017, 16:32
      Bonjour, Nous sommes heureux d'avoir pou vous aider. N'hésitez pas à consulter les centaines d'article sur le sujet dans ce blog. Cordialement L'équipe création d'entreprise LBdD
  3. Beuvard
    2 mars 2016, 15:02
    Bonjour, Je suis actuellement auto-entrepreneur (activité libérale) et l'activité que j'ai créé rencontre - pour mon plus grand bonheur - un vif succès. : aujourd'hui, je me rends compte que je vais facilement dépasser le seuil autorisé avant la fin de l'année ... Je me suis mise en auto-entrepreneur en 2012 pour "tester" mon idée (le service que je propose est innovant et n'existait pas vraiment avant que je m'installe), mais maintenant j'ai peur de me tromper en changeant de statut, et de "casser" ma principale source de revenus. Je me trouve face à un dilemme : soit je "contrains" mon activité et je reste auto-entrepreneur (avec donc un petit salaire non évolutif, mais l'assurance d'avoir un minimum), soit je passe le cap et je monte, pourquoi pas, une société (SASU ? ). N'ayant aucune culture entrepreneuriale, je suis un peu effrayée par tout ce que je lis, et je ne comprends pas grand chose. J'ai commencé à rencontrer des comptables, mais les sons de cloches sont très différents de l'un à l'autre. Je suis surtout embêtée par la TVA puisque je travaille avec des particuliers (donc, aucun intérêt pour eux), et j'ai surtout des frais de déplacement (sur lesquels à priori on ne récupère pas de TVA). Je sais donc déjà que mes tarifs vont augmenter de 20 % (énorme pour des particuliers !) sans pour autant me rapporter plus. J'aimerais aussi proposer des missions de travail ponctuel à plusieurs personnes (ce qui me permettrait de faire encore plus évoluer les services que je propose et d'augmenter ma clientèle) pour me seconder, et j'entends dire pire encore quand il s'agit "d'embaucher". Tout ça est très décourageant... et en même temps j'ai vraiment envie d'évoluer dans mon entreprise. A qui faut-il s'adresser pour être bien conseillé quand on veut développer son entreprise et faire les bons choix en terme de statut ? (les comptables parlent beaucoup chiffres, et ont un langage fiscal et financier très difficile à saisir pour des néophytes). Je pense que pour une première année je pourrais tourner autour des 50 K de CA ? Est-il envisageable dans ce cas de penser à une SASU ? J'ai aussi fait des démarches auprès de ma banque pour obtenir un prêt pour développer mon activité, mais je les trouve très évasifs... Y'a t-il des banques spécialisées auprès des jeunes créateurs d'entreprise ? Aujourd'hui, tout mon réseau s'accorde à dire que j'ai eu LA bonne idée, et qu'il ne faut surtout pas que je lâche... mais je suis carrément perdue en ce qui concerne les décisions "entrepreneuriales" que je dois prendre...
    • Hugo
      3 mars 2016, 09:26
      Bonjour Monsieur, En effet, le passage de l’auto-entreprise à la société est complexe, beaucoup de chose change dans la gestion au niveau fiscal et social. Si votre idée est vraiment innovante il ne faut pas la laisser tomber. Malgré la complexité du droit de nombreux créateurs ont réussi à développer leur activité. https://www.leblogdudirigeant.com/qui-sommes-nous/#contact N’hésitez pas nous contacter par ce lien, nous vous renverrons un numéro de téléphone sur lequel vous pourrez nous joindre directement afin que nous puissions essayer de répondre à vos questions. (ce service est gratuit). Nous pensons qu’un entretien téléphonique serait plus efficace qu’un long commentaire en langage technique… Nous devrions normalement vous rappeler des demain. Si jamais cette solution ne vous convient pas, remettez nous un commentaire et nous vous essayerons alors de répondre à vos questions. Cordialement L’équipe création d’entreprise Lbdd
  4. jojo
    11 décembre 2015, 01:52
    Bonjour Quel statut est plus intéressant pour ouvrir un restaurant je suis maman de 2 enfants au chômage jusqu'à l ouverture de mon restaurant et j aurais 2 employés . J hésite entre le sasu et l entreprise individuelle à votre avis quel est le plus avantageux pour moi ?
    • Charles Neguede
      11 décembre 2015, 17:00
      Madame bonjour, Les deux statuts que vous évoquez et pour lesquels vous hésitez sont complétement différents. L'entreprise individuelle (EI) n'est pas une société, ce qui signifie qu'il n'y a aucune séparation formelle entre vous et votre entreprise. D'ailleurs on appelle cela exercer en nom propre. Cela aura pour conséquence tout d'abord que le bénéfice de votre entreprise sera imposé à l'impôt sur le revenu (IR) dans la tranche à laquelle vous êtes assujettie. Au niveau social, vous serez TNS (travailleur non salarié) et cotiserez au RSI (régime social des indépendants). La SASU quant à elle, est une société et elle est donc juridiquement indépendante. Même si vous êtes seule associée, elle possède son nom et son patrimoine propre et vous ne serez que la représentante (présidente). Le bénéfice, sauf option pour l'IR, sera soumis à l'impôt sur les sociétés (IS). En tant que présidente, votre régime social sera celui d'assimilée-salariée et vous cotiserez au régime général de la sécurité sociale. Notez que la protection sociale du RSI coûte moins chère que celle du régime général mais que comme vous cotisez moins, vous êtes moins bien protégée et bénéficiez d'une retraite moins avantageuse. Mais comme vous cotisez moins, vous pouvez compléter avec des assurances privées (type contrats Madelin...). En tout état de cause, il est très difficile de savoir lequel de ces statuts vous conviendrez le mieux car de nombreux autres critères vont entrer en jeu, tenant notamment à votre activité et à ses modalités (loyer à payer, investissement...). De plus, il existe d'autres formes sociales que vous n'évoquez pas et qui serez susceptibles de vous convenir. C'est pourquoi, nous vous invitons à prendre contact avec nous via le formulaire contact : https://www.leblogdudirigeant.com/qui-sommes-nous/#contact Nous pourrions tout d'abord échanger par téléphone et entrer plus dans le détail des différentes formes juridiques existantes et en savoir plus sur votre situation personnelle. Puis dans un second temps, si votre projet nécessite l'intervention d'un professionnel, nous pourrons vous mettre en relation avec des partenaires qui pourraient vous accompagner dans toutes les démarches afférentes à votre projet. En espérant vous avoir éclairé même si dans l'incapacité d'être exhaustif. Bien cordialement. L’équipe création d’entreprise LBdD
  5. LLMN
    2 novembre 2015, 14:41
    Bonjour, En entreprise individuelle depuis avril 2015, je voudrais changer de statut juridique pour ne plus dépendre du RSI. Je pense à la SASU ou l'EURL ? qu'elle serait la plus avantageuse ? comme vous le savez les premières années sont très difficiles et commencer à payer des forfaits énormes alors qu'on a déjà du mal à entrer de l'argent vu qu'il faut déjà se construire une clientèle, c'est tout simplement honteux. Je regrette que le comptable ne met pas donner toutes les informations sur les différents statuts, je pense que je n'aurai pas opter pour l'EI. Merci pour votre réponse, Cordialement
    • Charles Neguede
      2 novembre 2015, 17:31
      Bonjour, Tout d'abord, sachez que le gérant d'EURL est un travailleur non salarié (TNS) cotisant au RSI donc si vous voulez vous en affranchir, il faudra opter pour la SASU car en tant que président vous aurez un statut d'assimilé salarié et cotiserez au régime général de la sécurité sociale. Mais attention, en tant qu'assimilé salarié, les cotisations sociales ne seront pas moins élevées, bien au contraire. D'ailleurs, vous trouverez prochainement sur notre blog un article qui compare les deux régimes (TNS et assimilé salarié) pour les dirigeants, ce qui vous permettra de vous faire une idée. Ensuite, pour passer d'une entreprise individuelle à une société, vous aurez plusieurs "montages" possibles dont vous trouverez le descriptif ici : https://www.leblogdudirigeant.com/entreprise-individuelle-societe/ En tout état de cause, il faudra impérativement vous faire accompagner par un expert-comptable pour ce passage d'EI en société car il aura de nombreuses conséquences, notamment fiscales. Demeurant à votre disposition. Cordialement L’équipe création d’entreprise LBdD