Sélectionner une page

Le bilan financier est l’approche analytique la plus utilisée par les banquiers pour évaluer la solvabilité d’une entreprise.
Avant d’octroyer un crédit à une entreprise, le banquier doit s’assurer de la capacité de celle-ci à rembourser son emprunt. Le bilan financier est le meilleur moyen pour vérifier cela, car il permet d’analyser la situation financière de l’entreprise dans une approche de solvabilité.

Gestion et Comptabilité : les outils

Qu'est-ce qu’un bilan financier ? La vision du  Banquier

Comprendre comment votre banquier analysera votre bilan vous permet de préparer vos réponses pour mettre en avant ses points forts et mettre en évidences les mesures prises pour combler ses lacunes.

Dans cet article, leblogdudirigeant vous explique, ce qu’est un bilan financier, comment l’élaborer et comment l’analyser.

Qu’est-ce qu’un bilan financier ?

Qu'est-ce qu’un bilan financier ? La vision du  BanquierLe bilan financier comme le bilan fonctionnel, réorganise par le principe de retraitement, les postes composants le bilan comptable après répartition du résultat.

Le bilan comptable est réalisé lors de la clôture de l’exercice ou d’une situation comptable intermédiaire. Pour pouvoir le réaliser il faut au préalable avoir comptabilisé l’ensemble des flux financier de l’exercice dans le logiciel comptable ainsi que les écritures de clôture  comme par exemple la dépréciation des actifs immobilisés.

Il classe les postes de l’actif par leur degré de liquidité et les postes du passif par leur degré d’exigibilité. Concrètement, le bilan financier permet de mettre en évidence la solvabilité de l’entreprise par la comparaison entre ses liquidités (ses actifs à long terme et à court terme) et ses exigibilités.

La différence entre les deux bilans (fonctionnel et financier) réside dans le fait que le premier repose sur une approche liquidative alors que la seconde aborde le bilan comme une étape de  de l’activité.

L’approche liquidative du bilan financier consiste à vérifier la capacité de l’entreprise à couvrir ses dettes exigibles par la vente de ses actifs (les plus liquides et les moins liquides), c’est la raison pour laquelle ces derniers sont évalués à leur valeur réelle ; cette approche est souvent analysée par les tiers de l’entreprise (ex. : le banquier)

Le bilan fonctionnel quant à lui est établi en interne avec une autre logique, celle d’une continuité d’exploitation. Il va par conséquent faciliter l’analyse du fonctionnent des cycles de financement de la société.

Les deux approches constituent des outils d’analyses complémentaires pour mieux cerner la situation financière de l’entreprise.

Comment se présente le bilan financier ?

Le bilan financier est issu de la compta de l’entreprise. Ce document synthèse est produit par le logiciel comptable dans lequel sont saisis les documents comptables.

Il se présente sous forme d’un tableau en deux parties, la partie gauche classe les postes du bilan actif en fonction de leur degré de liquidité (du moins liquide au plus liquide), tandis que la partie droite classe les postes du bilan passif en fonction de leur degré d’exigibilité (du moins exigible au plus exigible).

Le bilan financier peut se présenter de cette manière :

Qu'est-ce qu’un bilan financier ? La vision du  Banquier

Remarque :

La liquidité de l’actif :  c’est l’aptitude d’un poste à être converti rapidement en disponibilité.

L’exigibilité du passif : correspond à l’échéance nécessaire pour payer une dette.

La solvabilité de l’entreprise : signifie sa capacité à répondre à ses engagements (dettes exigibles) par ses liquidités, sans se retrouver en situation de défaut de paiement (dans une perspective de liquidation ou de cessation de paiement par exemple).

  • Actif réel net à plus d’un an : ce sont des actifs qui résident durablement dans l’entreprise, leur liquidité est longue, car ils ne sont pas destinés à être vendus dans l’immédiat (ex. : actif immobilisé ; terrain, etc.) ;
  • Actif réel net à moins d’un an : ce sont des actifs plus liquides, la durée de leur conversion en disponibilité ne dépasse pas un an (stocks hors stock-outil), créances clients à court terme, etc. ;
  • Passif réel à plus d’un an : est composé par les postes du bilan passif qui présentent une exigibilité longue (capitaux propres dettes à long terme)
  • Passif réel à moins d’un an : est composé par les postes du bilan passif qui présentent une exigibilité courte (les dettes à court terme)

 

« Les postes du bilan financier peuvent être évalués à leur valeur de remboursement, de revente ou de liquidation »

Comment passer d’un bilan comptable à un bilan financier ?

Qu'est-ce qu’un bilan financier ? La vision du  BanquierPour passer au bilan financier, il faut procéder par le retraitement de certains postes du bilan comptable. Ce dernier consiste à reclasser les postes de l’actif par degré de liquidité et les postes du passif par degré d’exigibilité.

Pour évaluer le degré d’exigibilité ou de liquidité, l’entreprise peut recourir aux informations situées au pied du bilan ainsi que dans les annexes (ex. : état des dettes et des créances).  Parmi les principaux retraitements à faire, nous citons :

Les reclassements à prévoir :

  • Le capital souscrit non appelé : dans une approche liquidative, les actionnaires sont appelés à apporter leur part du capital non encore versé, dans ce cas le poste capital souscrit-non appelé doit être reclassé dans les créances à court terme en bas du bilan.
  • Les stocks ayant un caractère durable tels que les stocks-outils doivent être reclassés en actif à plus d’un an (ex. : pour pallier aux problèmes de rupture de stock, l’entreprise peut constituer un stock de sécurité, appelé stock-outil).
  • Les créances dont le délai de paiement dépasse la durée d’exercice comptable doivent être reclassées en haut de bilan actif, tel est le cas pour certains clients qui payent leur engagement d’une manière tardive.
  • Les charges et produits constatés d’avance seront ventilés en haut ou en bas du bilan en fonction de leur échéance de liquidité ou d’exigibilité (long ou court terme).
  • Les dettes : sont ventilées en bas ou en haut du bilan en fonction de leur exigibilité.
  • Les provisions sont reclassées en passif à long terme ou à court terme en fonction de la date prévue de leur réalisation, dans le cas des provisions non justifiées, celles-ci doivent être réintégrées en capitaux propres, car elles sont assimilables à des réserves.
  • Comptes courants d’associés : la part des comptes courants bloquée (convention de blocage) est considérée comme une dette à long terme, elle doit donc être reclassée en haut du bilan passif, la part non bloquée, quant à elle, est considérée comme une dette à court terme, à moins que les associés se soient engagés à ne pas de se payer au cours de l’année ;
  • Résultat comptable : le bilan fonctionnel est élaboré après répartition du résultat, si ce n’est pas le cas, il convient de répartir la partie du résultat comptable distribué aux associés en dette à CT ou LT en fonction de l’échéance de distribution, la partie non distribuée est reclassée en réserve dans les capitaux propres ; en cas de non-distribution, le résultat est affecté en report à nouveau.

Certains postes de l’actif immobilisé peuvent être reclassés à court terme, à l’image des dépôts et de cautionnement s’ils sont remboursés au cours de l’année.

Remarque :

Dans l’approche liquidative, les biens financés en crédit-bail ne figurent pas dans le bilan financier.

L’intégration des engagements hors bilan dans le bilan financier

Avec le compte de résultat et les annexes, le bilan comptable fait partie des états financiers issus de la comptabilité générale de l’entreprise qui doivent être produits lors de la clôture de l’exercice comptable.

Certains engagements inscrits hors bilan comptable doivent être réintégrés dans le bilan financier pour une meilleure analyse à l’image des effets escomptés non échus, ceux-ci sont à réintégrer en créances et en dettes à court terme. D’autres engagements peuvent également faire l’objet d’une intégration tels que les plus ou moins-values latentes, et les impôts latents ;

Les éliminations à prévoir :

Certains postes sont à éliminer du bilan financier, car ils ne représentent aucune valeur marchande. Dans une approche liquidative, les actifs qui ne présentent pas de valeur ne sont pas retenus dans l’analyse. Nous citons quelques exemples :

  • Les frais d’établissement
  • Les charges à répartir
  • Prime de remboursement des obligations
  • Les écarts de conversion actif et passif

Remarque :

Les retraitements à effectuer sont à étudier au cas par cas. La liste proposée ci-dessus représente les principaux retraitements à connaitre, ils sont donc non applicables à tous les cas.

Comment évaluer l’équilibre financier du bilan financier ?

Après avoir retraité le bilan comptable, il convient ensuite d’apprécier la santé financière de l’entreprise. Cela passe par l’évaluation de son équilibre financier, la démarche suit pratiquement la même logique que le bilan fonctionnel. Pour évaluer l’équilibre à long terme, il convient de calculer le fonds de roulement financier (fonds de roulement net global dans le bilan fonctionnel) :

Fonds de roulement financier = Capitaux permanents – Passif réel à plus d’un an

Un fonds de roulement financier excédentaire constitue une ressource supplémentaire pour faire face aux imprévus de l’entreprise. À l’inverse l’entreprise doit financer son insuffisance en ressources par ses dettes à court terme.

Qu'est-ce qu’un bilan financier ? La vision du  Banquier

L’analyse de l’équilibre financier de l’entreprise peut également être complétée par l’utilisation des ratios d’analyse financière. Nous citons les principaux d’entre eux, à savoir les ratios de solvabilité et de liquidité.

Le ratio de solvabilité :

Ce ratio est souvent utilisé dans une approche de liquidation d’entreprise, car il permet de mesurer la capacité de l’entreprise à rembourser l’intégralité de ses dettes (long, moyen et court terme) par la vente de son actif net.

Ratio de solvabilité générale : Actif réel net / total des dettes

Ce ratio doit généralement être supérieur à 1 pour que l’entreprise arrive à régler ses dettes. Reste à savoir si cette dernière est capable de vendre son actif avant l’échéance de ses dettes.

Les ratios de liquidité :

Les ratios de liquidité mettent en évidence la capacité de l’entreprise à honorer ses engagements à court terme avec ses liquidités à court terme. On distingue trois ratios qui permettent d’apprécier la liquidité de l’entreprise : le ratio de liquidité générale, le ratio de liquidité restreinte, et le ratio de liquidité réduite.

 Le ratio de liquidité générale : mesure la capacité d’une entreprise à régler ses dettes à court terme (ses dettes fournisseurs, dettes fiscales et dettes sociales, etc.) par l’ensemble de ses liquidités à court terme (stocks, créances, VMP et disponibilité). Ce ratio est calculé par la formule suivante :

  Ratio de liquidité générale :

Actif réel net à moins d’un an / passif réel à moins d’un an

Ce dernier permet de répondre à la question suivante : l’entreprise a-t-elle les liquidités à court terme nécessaires pour répondre à ses échéances à court terme ?

Pour répondre favorablement à cette question, le ratio calculé doit être supérieur à 1, le fonds de roulement financier est donc positif. Pour le banquier, plus ce ratio est élevé (supérieur à 1) plus cela est bon, en revanche, malgré un indice supérieur à 1, l’entreprise peut se retrouver dans une situation délicate (dans le cas où l’échéance de ses exigibilités est plus courte que la durée de conversion de son actif à court terme).

L’entreprise doit chercher dans ce cas la raison qui explique ce décalage de vitesse, provient-il d’une rotation longue des stocks ? le ratio de liquidité restreinte, permet de répondre à cette question, il élimine pour cela le poste stock et ne prend en compte que les créances client, les VMP et les disponibilités à court terme. Ce ratio est calculé par la formule suivante :

Ratio de liquidité restreinte :

(actif net à court terme – stocks) / Passif réel à moins d’un an

 

Plus le résultat est élevé, meilleur est la situation. Néanmoins l’entreprise doit veiller à ce que la durée de conversion des créances (le délai de paiement client) soit inférieure à l’échéance d’exigibilité des dettes à court terme (ex. : dettes fournisseurs).

L’entreprise peut utiliser également un autre ratio appelé liquidité immédiate pour vérifier sa capacité à honorer ses échéances à travers ses liquidités pures (ses actifs immédiatement disponibles tel que les disponibilités), en éliminant cette fois-ci, les créances. Ce ratio est calculé par la formule suivante :

Ratio de liquidité immédiate :

Disponibilités + VMP/ Passif réel à moins d’un an

 Conclusions

L’étude de l’équilibre financier à travers le bilan financier permet de donner une vision pertinente sur la solvabilité de l’entreprise dans une perspective de liquidation, le calcul des ratios est également une solution performante pour approfondir la compréhension de la situation financière de celle-ci.

L’étude du bilan financier peut aussi être utilisée lors d’une création d’entreprise dans le cadre d’un bilan financier prévisionnel. Elaboré à partir d’une compta simplifiée, il est intégré dans le prévisionnel du business plan. Associé au compte de résultat prévisionnel, il permet d’ajuster la future gestion d’entreprise en anticipant les équilibres financiers du projet en création.

Il permet aussi de mesurer certains éléments de gestion ou indicateurs importants comme la trésorerie moyenne, les fonds propres, Bfr (besoin en fonds de roulement), la CAF (capacité d’autofinancement) set de de prévoir des corrections sur certains éléments (immobilisations corporelles et incorporelles, amortissements, …).

Qu'est-ce qu’un bilan financier ? La vision du  Banquier

Newsletter

Qu'est-ce qu’un bilan financier ? La vision du  Banquier

0 commentaires

Télécharger le PDF
Please wait...