Comment immatriculer une société commerciale ?

Par Wissem Loudjedi, le 22/03/2021

À l’instar d’une société civile, une société commerciale doit être immatriculée au registre du commerces et des sociétés (RCS). Cela peut être une SARL, une SAS, une SA, une SNC ou autre.

s'immatriculer au RCS

Voici les démarches à suivre pour réaliser l’immatriculation de votre société commerciale.

Les démarches communes à toutes sociétés commerciales 

Afin d’immatriculer votre société au Registre du commerces et des sociétés, vous devez : 

  • Réaliser les apports en capital social : les apports en numéraires et faire évaluer les apports en nature ;
  • Effectuer la déclaration des bénéficiaires effectifs sur le site infogreffe.fr. C’est obligatoire à la constitution d’une société commerciale depuis le 1er août 2017. Elle s’effectue lors de la demande d’immatriculation au RCS ou dans un délai de 15 jours à compter de la délivrance du récépissé de dépôt de dossier de création d’entreprise. Notez que cette procédure a un coût, en général entre 20 et 25 euros ;
  • Le formulaire M0 : Dans le cas d’une SAS ou SASU, ce sera le formulaire CERFA n°13959*04 et dans le cas d’une SARL ou EURL, ce sera le formulaire CERFA n°11680*03 ;
  • Déposer la demande d’immatriculation au CFE en ligne sur le site guichet-entreprises.fr, sur place ou par courrier ;

Lorsque votre société sera immatriculée, vous recevrez un extrait K-bis : cela correspond à la carte d’identité de votre société et contient toutes les informations importantes. 

À l’inverse, vous recevrez un courrier vous indiquant les pièces justificatives à ajouter au dossier afin d’immatriculer votre société.

Nous détaillerons certaines étapes importantes de l’immatriculation.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

La rédaction des statuts 

Il est nécessaire de procéder à la rédaction des statuts de la société. Il existe des mentions obligatoires pour toute société : 

  • La forme juridique : SARL, SAS, SA, … ;
  • La durée de la société ;
  • La dénomination sociale : c’est le nom de votre société ;
  • Le siège social : c’est l’adresse de votre société ; 
  • L’objet social ;
  • Le montant du capital social. 

Concernant les SARL et EURL, vous devrez déterminer dans les statuts :  

  • La répartition des parts sociales entre les associés ainsi que leur libération ;
  • Les mentions de la libération des parts sociales le dépôt des fonds (en cas d’apport en numéraire) ; 
  • L’évaluation des apports en nature ;
  • Les modalités de souscription des parts sociales en industrie ;

Concernant les SAS et SASU, vous devrez déterminer dans les statuts : 

  • La direction de la société ;
  • Le nombre d’actions, leur forme (au porteur ou nominative), leur valeur nominale et les droits attachés à celles-ci ;
  • L’évaluation des apports en nature ;
  • Les conditions d’agrément ;
  • Le fonctionnement et le pouvoir des organes de la société ;
  • La répartition des droits des actionnaires (décisions, droit de vote, droit au bénéfice) ;
  • Les conditions de répartition du résultat, de réserves et du boni de liquidation ;
  • L’identité du commissaire aux comptes ;

Les apports en capital social

La seconde étape est la réalisation des apports en capital social. Deux apports vont concourir à la composition du capital social : les apports en numéraire et les apports en nature. 

  • Concernant les apports en numéraire, ils correspondent aux apports d’argent que vous apportez à la constitution de la société. Ceux-ci doivent être libérés à hauteur d’au moins un cinquième de leur montant en SARL et EURL et à hauteur d’au moins la moitié de leur montant en SAS et SASU. La libération peut se faire en une ou plusieurs fois dans les cinq premières années suivants l’immatriculation.

Les sommes doivent être déposées soit dans une banque, soit à la caisse de dépôts et consignations ou chez un notaire. Vous obtiendrez alors un certificat de dépositaire. Le dépôt des fonds et l’adresse de l’établissement doivent également figurer dans les statuts.

  • Concernant les apports en nature, ils correspondent aux biens apportés qui serviront à l’exercice de l’activité. Il sera nécessaire de les évaluer par un commissaire aux apports. Il est souvent nommé par le président du tribunal de commerce mais il peut résulter d’une décision unanime des associés. 

Remarque :

Il n’est pas obligatoire d’évaluer les apports en nature lorsqu’ils représentent moins de la moitié du capital social ou si l’ensemble des apports a une valeur inférieure à 30 000 euros. 

De plus, en SARL, il existe une obligation d’information au conjoint en cas d’apports de biens communs. À défaut, l’acte est nul : le conjoint peut demander la nullité de l’apport dans un délai de 2 ans à compter du moment où il en est informé.

Le conjoint a alors droit à la moitié des parts sociales mais il doit personnellement revendiquer son intention d’être associé.

 La nomination des dirigeants

Les dirigeants de la société sont nommés dans les statuts. Ainsi, ils signent les statuts en faisant précéder leur signature de la mention « bon pour acceptation des fonctions de (préciser l’intitulé du poste) ». 

Lorsque les statuts prévoient un mode de désignation différent du dirigeant, il faudra les désigner dans un délai rapide après la signature des statuts et communiquer une copie de la décision de nomination lors de la demande d’immatriculation de la société.

Publication de l’avis de constitution 

L’avis de constitution doit être publié dans un journal d’annonces légales une fois que les statuts ont été signés. L’avis doit contenir certaines mentions obligatoires : 

  • La signature des statuts par acte sous seing privé ou par acte notarié ainsi que la date ;
  • La dénomination sociale ;
  • La forme juridique de la société ;
  • L’adresse du siège social ;
  • L’objet social ;
  • La durée de vie de la société ;
  • Le montant du capital social, en cas de capital variable seulement le montant du capital minimum ;
  • L’identité du dirigeant ;
  • La ville du greffe ;
  • L’identité du commissaire aux apports ;

S’il s’agit d’une SAS ou d’une SASU, certaines mentions doivent apparaître : 

  • Si le dirigeant est une personne morale : indiquer la dénomination sociale, le montant du capital social, le siège social et la ville du greffe, le représentant personne physique et le numéro d’inscription au RCS ;
  • Les conditions d’admission aux assemblées et d’exercice du droit de vote ou la clause d’agrément et l’organe habilité à statuer sur les demandes d’agrément.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Wissem Loudjedi -

Wissem est étudiante en master de Droit des affaires. Elle se spécialise dans le droit des sociétés et l'accompagnement de l'entrepreneur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *