Introduction

Pour porter ses fruits, une stratégie RSE doit se concevoir et se déployer avec méthode. Des outils et boîtes à outils sont à disposition des dirigeants, pour leur permettre de se saisir d’un ou plusieurs enjeux de la RSE -> pour fédérer et impacter concrètement leur écosystème.

 

Les outils de la RSE sur Le Blog du Dirigeant

Panorama des outils de la RSE

En tant que dirigeant d’entreprise, il est important de sélectionner les outils adaptés à ses enjeux et ses objectifs en matière de RSE.  

Pour vous aider à vous repérer dans ce paysage, nous vous proposons une gamme d’outils spécifiques à la RSE. Nous vous expliquons aussi la manière dont ils peuvent être intégrés à votre organisation, voire combinés entre eux.

Voici le listing des principaux outils :

  • normes et certifications
  • diagnostic RSE
  • matrice de matérialité
  • bilan carbone
  • temps forts RSE
  • applications et plateformes de centralisation

Les normes, certifications et évaluations relevant de la RSE

Classés parmi les outils RSE, les labels RSE garantissent que les pratiques de l’entreprise sont en accord avec certains standards.

lls sont aussi un moyen de communiquer.

Le diagnostic RSE

Selon une enquête menée par Citizenwave, 36 % des dirigeants se tourneraient en priorité sur un diagnostic RSE pour monter leur stratégie.  

Le diagnostic RSE est efficace, car il aide à évaluer l’état des pratiques RSE de l’entreprise. Il permet d’ identifier les domaines nécessitant des améliorations ou des ajustements. Il fait office d’audit d’avant-stratégie.

La matrice de matérialité

Cet outil permet de prioriser les enjeux RSE. La priorisation se fait en fonction de leur importance pour les parties prenantes et de leur impact sur l’entreprise. Cette vision aide à focaliser les efforts et les ressources de manière stratégique.

La matrice est un outil de visualisation des différentes options qui s’offre à l’entreprise, avec :

  • les investissement et démarches associés
  • les retombées espérées

Le bilan carbone

Cet outil quantifie les émissions de gaz à effet de serre d’une ou plusieurs activités de l’entreprise, d’un événement ou même du modèle économique de l’entreprise au complet. Essentiel pour planifier des stratégies de réduction efficaces.

Les temps forts RSE

 Incluant la fresque du climat et la fresque de la RSE : les entreprises utilisent ces événements à titre ponctuel pour sensibiliser et engager les collaborateurs autour des enjeux RSE.

Les applications et plateformes de centralisation 

Une app’ RSE est un outil qui permet de centraliser toutes les actions RSE de l’entreprise : pour les organiser, les analyser et structurer la démarche RSE au global.

Zoom sur la matrice de matérialité

La matrice de matérialité permet à une entreprise d’identifier et de prioriser les enjeux sociaux, environnementaux et économiques selon leur importance pour les parties prenantes internes et externes et leur impact potentiel sur l’organisation. Voici comment elle fonctionne et pourquoi elle est essentielle :

Fonctionnement de la Matrice de Matérialité

Identification des enjeux :

L’entreprise commence par recenser tous les enjeux RSE possibles qui pourraient affecter l’entreprise ou sur lesquels l’entreprise pourrait avoir un impact. Cela peut inclure des sujets comme le changement climatique, les droits de l’homme, la gouvernance, l’éthique des affaires, etc.

Consultation des parties prenantes :

L’entreprise consulte les parties prenantes, y compris les employés, les clients, les fournisseurs, les investisseurs, les communautés locales et les régulateurs. L’objectif est de recueillir leur perception de l’importance des différents enjeux. Cette consultation peut se faire à travers des enquêtes, des interviews, des groupes de discussion, etc.

Évaluation de l’impact :

Parallèlement, l’entreprise évalue l’impact que chaque enjeu peut avoir sur son activité, en termes de risques et d’opportunités. Cela implique souvent une analyse interne approfondie et parfois l’aide de consultants externes.

Création de la matrice :

Les résultats de ces évaluations sont placés dans une matrice bidimensionnelle. L’axe horizontal représente l’importance pour les parties prenantes, et l’axe vertical l’impact sur l’entreprise. Chaque enjeu se positionne sur cette matrice -> ce qui permet de visualiser leur matérialité.

Importance de la matrice de matérialité

La matrice aide les entreprises à allouer leurs ressources aux enjeux les plus critiques, ceux qui ont le plus grand impact sur l’entreprise et qui sont les plus importants pour leurs parties prenantes.

La matrice aide en parallèle à identifier les risques potentiels des actions, notamment en termes de conformité réglementaire à obtenir.

Elle permet à l’entreprise de communiquer ouvertement sur les domaines où elle concentre ses efforts de RSE.

Enfin, en mettant régulièrement à jour la matrice, l’entreprise peut s’adapter aux changements dans les attentes des parties prenantes et dans l’environnement externe, pour maintenir sa stratégie de RSE pertinente, dans la durée.


15% de réduction
LBDD15


4,4 sur 9425 avis

15% de réduction
LBDDIR15


4,4 sur 11 434 avis

Zoom sur l’outil de bilan carbone

Le bilan carbone sur Le Blog du Dirigeant
Le bilan carbone en entreprise : un outil concret

Un outil de bilan carbone est conçu pour aider les entreprises à mesurer les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées à leurs activités.

Cela leur permet de mieux comprendre leur impact environnemental et de développer des stratégies pour réduire ces émissions. Voici les grandes lignes du fonctionnement d’un tel outil :

Comment ça marche

Définition du périmètre :

Avant de commencer, il est crucial de définir le périmètre de l’analyse. Cela peut inclure des opérations directes (émissions scope 1), l’énergie indirecte (émissions scope 2), et d’autres émissions indirectes résultant de la chaîne de valeur de l’entreprise (émissions scope 3).

Collecte de données :

L’étape suivante consiste à collecter des données précises sur les activités qui génèrent des émissions de GES. Cela peut inclure la consommation d’énergie (électricité, carburant), les déplacements d’affaires, le digital, les processus industriels, et les activités des fournisseurs.

Calcul des émissions :

Les données collectées sont utilisées pour calculer les émissions de GES. Ces facteurs convertissent les unités de consommation (comme les kilowattheures d’électricité ou les litres de carburant) en équivalents tonnes de CO2 (CO2e).

Analyse et rapport :

Les résultats sont exploités de manière à identifier les principales sources d’émissions et les tendances. Ces informations apparaissent via des tableaux de bord qui facilitent la compréhension et la communication des résultats auprès des équipes.

Planification de la réduction :

Basé sur le bilan, l’entreprise peut élaborer un plan d’action pour réduire ses émissions. Cela peut inclure des améliorations de l’efficacité énergétique, le passage à des énergies renouvelables, des modifications des processus de production, ou des changements dans la logistique.

Quels avantages à utiliser le bilan carbone ?

La réduction des émissions entraîne généralement une baisse de la consommation d’énergie -> et donc une baisse des charges de l’entreprise.

Ensuite, en démontrant un engagement envers la durabilité, les entreprises améliore leur image de marque, leur marque employeur et leur attractivité auprès des consommateurs et des investisseurs.

Enfin, comprendre les émissions peut aider les entreprises à anticiper et à gérer les risques liés au changement climatique.

Zoom sur le diagnostic RSE ?

Le diagnostic RSE est un outil d’évaluation qui aide les organisations à mesurer leur performance en matière de développement durable et de responsabilité sociale.

Il permet de dresser un état des lieux des pratiques actuelles de l’entreprise et d’identifier les domaines d’amélioration.

Comment ça marche

Définition des objectifs :

Avant de commencer, l’entreprise doit définir clairement les objectifs du diagnostic et le périmètre de l’analyse. Cela peut concerner l’ensemble de l’organisation ou des départements spécifiques. Les objectifs peuvent inclure :

  • l’évaluation de la conformité aux normes
  • la performance environnementale, sociale et économique
  • la préparation à une certification RSE

Collecte de Données :

Cette étape implique la collecte de données qualitatives et quantitatives sur divers aspects de l’entreprise. Cela peut inclure des politiques internes, des procédures, des rapports financiers et non financiers, des statistiques sur l’emploi, la consommation d’énergie, les émissions de gaz à effet de serre, etc.

Analyse et Évaluation :

Les données recueillies sont analysées pour évaluer la performance de l’entreprise dans les domaines clés de la RSE. Cela peut inclure l’analyse de la gouvernance d’entreprise, des droits de l’homme, des conditions de travail, de l’environnement, des pratiques commerciales équitables, et des impacts sur la communauté.

Diagnostic :

Vous obtenez un rapport de diagnostic. Celui-ci met en lumière les forces et les faiblesses de l’entreprise en matière de RSE. Il identifie également les risques et les opportunités liés aux pratiques actuelles. Il propose des axes d’amélioration.

Plan d’action :

À partir des résultats, l’entreprise développe un plan d’action. Elle aborde ainsi les lacunes identifiées et elle renforce ses pratiques de RSE.

Ce plan peut inclure des initiatives spécifiques, des objectifs à court et à long terme, ainsi que des stratégies pour engager les parties prenantes.

Pourquoi faire un diagnostic RSE ?

Le diagnostic RSE aide les entreprises à aligner leurs opérations et stratégies avec les objectifs de développement durable.

Il permet aux entreprises :

  • de s’assurer qu’elles respectent les règlements en vigueur
  • de réduire les risques associés à la non-conformité

Le processus de diagnostic est périodique. Il évalue ainsi de manière continue les pratiques RSE et il détecte les axes d’amélioration.

Zoom sur les normes et label RSE

Les normes et labels de la RSE sur Le Blog du Dirigeant
Le vaste paysage des labels RSE

Les normes et labels RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) fournissent un cadre structuré pour l’intégration des principes de développement durable dans les opérations d’une entreprise.

Ils offrent également une reconnaissance formelle des engagements et des performances en matière de RSE.

Voici quelques-unes des principales normes et labels relevant de la Responsabilité Sociale des Entreprises / RSE.

Normes Internationales

ISO 26000 :

La norme ISO 26000 fournit des lignes directrices sur la manière dont les entreprises peuvent opérer de manière socialement responsable.

Elle ne conduit pas à une certification mais offre des recommandations . Celles-ci visent à intégrer la responsabilité sociale dans l’ensemble des valeurs et pratiques de l’entreprise.

Global Reporting Initiative (GRI) :

GRI est un ensemble de normes internationales pour le reporting de la durabilité. Elle permet aux entreprises de rendre compte de leur impact sur des sujets tels que le climat, les droits de l’homme et la corruption.

SA8000 :

La norme SA8000 est un standard qui vise les droits de l’homme au travail. Elle se base sur des conventions internationales telles que celles de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) pour garantir des conditions de travail éthiques.

B Corp :

La certification B Corp est délivrée aux entreprises qui répondent à des normes élevées de performance sociale et environnementale, de transparence et de responsabilité. Elle évalue l’impact global de l’entreprise sur ses diverses parties prenantes.

Labels européens et français

Label Lucie :

Le label Lucie est l’un des labels RSE les plus reconnus en France. Il se base sur les principes de l’ISO 26000. Il certifie que les entreprises mettent en œuvre des pratiques éthiques et durables.

Label ESG (Environmental, Social, Governance) :

Principalement appliqués dans le domaine de l’investissement, les critères ESG sont désormais utilisés pour évaluer les pratiques des entreprises en matière de durabilité.

Label RSE de l’AFNOR :

Ce label évalue les entreprises selon des critères spécifiques à la norme ISO 26000. Il vise le marché français.

Autres Labels Sectoriels ou Régionaux :

Fair Trade :

Dans le secteur commercial, le label du commerce équitable certifie que les conditions de production respectent les standards de travail équitable, et contribuent au développement durable des communautés productrices.

LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) :

LEED est pertinent pour les entreprises qui investissent dans des infrastructures durables. Ce label vise principalement les bâtiments (habitation privée ou collective, ERP…).

Pourquoi adopter une norme RSE ?

Ces normes et labels aident les entreprises à structurer leur démarche RSE. Mais ils permettent aussi de renforcer la crédibilité et l’attractivité des entreprises en démontrant un engagement réel.

Pas encore de votes.
Chargement...
Sommaire
  • Panorama des outils de la RSE
  • Zoom sur la matrice de matérialité
  • Zoom sur l’outil de bilan carbone
  • Zoom sur le diagnostic RSE ?
  • Zoom sur les normes et label RSE
x
Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques
  • Simplicité
    Simple
  • Economie
    Économique
  • Rapidité
    Rapide
Vous souhaitez un accompagnement pour lancer votre entreprise ?

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une augmentation de capital ?

Modifier vos statuts

Besoin de protéger votre marque et logo d’un potentiel concurrent ?

Déposer votre marque

Avis Trustpilot Legalstart