Introduction

Démarrer un restaurant est une aventure ambitieuse qui nécessite une préparation méticuleuse et, surtout, un solide plan de financement.

Si vous entreprenez pour la première fois, vous n’êtes peut-être pas familier avec les différentes options de financement disponibles.

Cet article offre un guide essentiel pour identifier les ressources financières pour votre projet de restaurant.

Financer l'ouverture d'un restaurant

Pourquoi a-t-on besoin de financer l’ouverture d’un restaurant ?

Ouvrir un restaurant nécessite un financement conséquent pour couvrir les investissements initiaux et les dépenses courantes qui impacteront la trésorerie de l’établissement. Il faut aussi prévoir le financement du BFR qui, bien qu’il y ait souvent peu d’encours client peut jouer un rôle important. Il nous est difficile de donner des ordres d’idée quant aux montants à prévoir car ils peuvent varier en fonction de la taille du restaurant, de son emplacement, du concept choisi, et des standards de qualité visés.

Le financement des investissements Initiaux

Voici une liste non exhaustive des investissements qu’on retrouve souvent lors de l’ouverture d’un restaurant. Bien évidement la liste est indicative. Elle doit être triée et complétée en fonction de la nature de votre projet.

  • Location ou achat de l’espace commercial : Cela inclut le coût d’acquisition ou le dépôt de garantie pour la location de l’espace où le restaurant sera situé.
  • Rénovations et aménagements : Cet investissement peut être minime lors d’une reprise ou d’une location, limité lorsqu’il s’agit d’un rafraichissement. Il peut aussi être plus important lorsqu’il s’agit de transformer un espace brut en un restaurant opérationnel. L’ouverture du restaurant peut nécessiter des travaux importants, incluant la plomberie, l’électricité, la décoration, tireuse à bière, cave à vin, et l’achat de mobilier. Pensez à faire faire plusieurs devis par des professionnels compétents avant de vous engager.
  • Équipement de cuisine : Les équipements professionnels (fours, réfrigérateurs, systèmes d’extraction, etc.) représentent une part significative du budget initial. Lors du devis, pensez à vous renseigner sur l’entretien et faites noter les réponses par écrit, si possible obtenez un engagement de la part de votre fournisseur.
  • Systèmes de caisse et logiciels de gestion : Les solutions technologiques pour la gestion des commandes, des paiements et des stocks sont essentielles pour le bon fonctionnement du restaurant. Ne choisissez pas de système exotique ! Un bon système de caisse vous fera gagner beaucoup de temps. Allez-vous renseigner chez vos confères, la plupart seront ravi de vous partager leur expérience.

Remarque :

Dès lors que les engagements financiers sont importants, pensez à vous renseigner sur le sérieux, l’histoire et la solvabilité de vos fournisseurs. Trop de dirigeants se retrouvent dans des situations catastrophiques à cause de fournisseurs indélicats pour ne pas dire malhonnêtes.

Par ailleurs ne payez que lorsque vous êtes livrés et après installation et test du matériel.

Les frais de lancement

  • Licences, permis et assurances : Anticipez les coûts (et le temps) pour obtenir les autorisations nécessaires pour opérer légalement un restaurant, ainsi que les assurances requises.
  • Marketing et publicité : Les dépenses pour promouvoir l’ouverture du restaurant, incluant la création d’un site web, les supports de communication imprimés, et les campagnes publicitaires.

La constitution du BFR

Le BFR est une immobilisation de votre trésorerie en stock et en créances client. C’est une notion essentielle à comprendre qui peut être très pénalisante lorsqu’elle est subie.

  • Achats initiaux de stock : Cela comprend les aliments, les boissons, …
  • L’équipement de la salle : Si le mobilier a été prévu dans la partie aménagement, il faut prévoir l’équipement nécessaire au service : plats, vaisselle, couverts, verres, carafes, … et tout autre consommable nécessaire au démarrage de l’activité. En tant que consommables ils intègrent vos stocks et donc votre BFR

Dépenses courantes

L’ouverture d’un restaurant entraîne aussi des dépenses courantes (récurrentes). Voici les principales (liste non exhaustive).

  • Loyer ou remboursement de prêt : Les coûts mensuels pour l’espace commercial doivent être couverts régulièrement.
  • Salaires et charges sociales : La masse salariale pour le personnel, incluant les cuisiniers, serveurs, et managers, représente souvent le plus gros poste de dépense opérationnelle.
  • Réapprovisionnement en stock : L’achat régulier d’ingrédients frais et autres consommables est nécessaire pour maintenir l’activité.
  • Frais d’utilité : Electricité, gaz, eau, et internet sont des services indispensables au fonctionnement d’un restaurant.
  • Maintenance et renouvellement de l’équipement : L’entretien régulier et le remplacement éventuel d’équipements défectueux ou obsolètes pour garantir une offre de qualité.
  • Marketing et promotion continue : Les efforts de marketing ne s’arrêtent pas après l’ouverture. Ils doivent être maintenus pour attirer de nouveaux clients et fidéliser la clientèle existante.
  • Frais administratifs et comptables : La gestion quotidienne du restaurant nécessite également une comptabilité à jour et la gestion des diverses obligations administratives.

Financements nécessaires à l’ouverture d’un restaurant

Le financement de l’ouverture d’un restaurant combine généralement emprunts et capitaux propres.

Les institutions financières offrent diverses solutions adaptées aux besoins spécifiques de financement.

Voici un aperçu des options de financement pour les divers besoins au lancement de votre restaurant :

Besoins de financementApport personnelPrêt bancaireCrédit-bailAides et subventions
Immobilier / Travaux Crédit professionnel (7-20 ans)Crédit-bail immobilierSubventions d’investissement (cas spécifiques)
Équipement / Véhicule de livraisonApport de 30% environCrédit professionnel (2-7 ans)Crédit-bail mobilierSubventions d’investissement (cas spécifiques)
Stock / BFRLes postes constitutifs du BFR sont souvent financés par l’apport personnelSauf cas exceptionnel, le BFR ne fait pas l’objet de financement externe  
TVA Prêt relais (jusqu’à 6 mois)  
Trésorerie initialeApport personnelFacilité de caisse ( à éviter très couteux)  

Notez que les banques évaluent la solidité et la viabilité des projets. Une formation ou une expérience préalable dans le secteur peut être un atout pour rassurer les financeurs.

L’apport personnel : élément essentiel pour financer l’ouverture d’un restaurant

L’apport personnel est la somme d’argent que vous et vos éventuels associés êtes en mesure d’investir directement dans votre projet de restaurant. Cela peut provenir de vos économies ou être rassemblé avec l’aide de partenaires, formant ainsi le capital initial de votre établissement.

Nécessité de l’apport personnel pour le financement du restaurant

Les institutions financières requièrent souvent que cet apport couvre au moins 30% du total des investissements prévus. Le pourcentage précis varie selon plusieurs facteurs, tels que :

  • Le volume du financement requis
  • La catégorie des actifs à financer
  • Votre expérience dans le domaine
  • Votre relation avec l’établissement financier
  • La viabilité financière prévue de votre restaurant

Constitution de l’apport personnel

Pour rassembler votre apport personnel, diverses stratégies peuvent être envisagées :

Épargne personnelle

Fondement de la plupart des apports, bien qu’elle puisse être insuffisante seule.

Love money

Contribution financière de votre entourage proche. C’est une méthode souvent plus accessible et rapide, mais qui peut présenter des risques relationnels en cas d’échec.

Les prêts d’honneurs

Les prêts d’honneur sont accordés sur la base de la confiance. Ils ne requièrent pas de garantie personnelle ou de cautionnement, ce qui les rend particulièrement attrayants pour les porteurs de projet qui n’ont pas la capacité de fournir les garanties habituellement exigées par les banques.

De nombreux organismes proposent des prêts d’honneur, notamment les réseaux d’accompagnement à la création d’entreprise, les associations dédiées au soutien des entrepreneurs, et certaines institutions publiques. Parmi eux, on trouve :

  • Réseau entreprendre : Cette association offre un accompagnement par des chefs d’entreprise expérimentés ainsi que des prêts d’honneur pour aider les nouveaux entrepreneurs à démarrer leur projet.
  • Initiative France : Le réseau Initiative France propose des prêts d’honneur sans intérêts ni garanties personnelles, accompagnés d’un suivi et d’un parrainage par des entrepreneurs expérimentés.
  • France active : Cet organisme s’engage dans le financement des entreprises sociales et solidaires, incluant des prêts d’honneur pour certains projets.
  • Les plateformes de financement local : De nombreuses régions et collectivités territoriales offrent également des prêts d’honneur via des fonds locaux d’aide à la création d’entreprise.

Les aides régionales et nationales

Les communes, les régions et l’état et parfois l’Europe aident de nombreux entrepreneurs à fiancer leur projet. Cela se fait en contrepartie d’un engagement dans un domaine stratégique (recrutement, environnement, engagement RSE, …). Avant de vous lancer dans la recherche de financement étudier les politiques d’aide de votre commune, et de la région et si nécessaire, adaptez votre projet pour faciliter l’obtentions d’aides.

Crowdfunding

Collecte de fonds via des plateformes en ligne de crowdfunding, offrant une grande visibilité et la possibilité de tester l’intérêt pour votre concept. Bien qu’efficace, cette approche demande un engagement conséquent pour réussir.

Investisseurs privés

Recherche de partenaires financiers convaincus par votre projet, prêts à y contribuer financièrement en échange de parts dans l’entreprise. Cette option peut s’avérer onéreuse à long terme mais offre l’avantage de ne pas requérir de remboursement immédiat en cas de difficultés, tout en ajoutant de la crédibilité à votre projet.

Chaque méthode a ses spécificités et peut contribuer de manière significative à la concrétisation de votre projet de restaurant. Il est crucial de bien peser les avantages et inconvénients de chacune pour choisir les plus adaptées à votre situation et à vos objectifs. Pour approfondir le sujet, n’hésitez pas à consulter des ressources dédiées à la constitution d’un apport personnel.

La cautionnement

Se porter caution à titre personnel

Lorsqu’il s’agit de sécuriser un financement pour un projet entrepreneurial, la question du cautionnement est cruciale. Se porter caution à titre personnel peut sembler une solution directe pour rassurer les prêteurs, mais elle comporte des risques significatifs. En effet, cela signifie que vous engagez vos biens personnels en garantie, vous exposant ainsi à des pertes importantes si le projet venait à rencontrer des difficultés financières.

Se faire cautionner par un organisme tiers reconnu

Heureusement, il existe des alternatives plus sûres pour répondre aux exigences de cautionnement des banques. Des organismes comme Bpifrance jouent un rôle essentiel en se portant caution pour une grande partie des emprunts contractés par les entrepreneurs. Grâce à des conditions d’éligibilité axées sur la solidité et la cohérence du projet entrepreneurial, Bpifrance offre une bouée de sauvetage financière, permettant ainsi aux porteurs de projet de limiter leur exposition personnelle au risque.

Mettre les actifs en caution

Au-delà du soutien d’organismes de cautionnement, une autre stratégie consiste à envisager le cautionnement matériel, où certains actifs du projet, comme le mobilier ou l’immobilier, sont utilisés comme garanties. Cette approche présente l’avantage de lier le risque directement au projet d’entreprise plutôt qu’à la situation financière personnelle de l’entrepreneur.

Effet de levier pour financer l’ouverture d’un restaurant

Un aspect crucial dans la structuration du financement d’un restaurant réside dans la capacité à générer un effet de levier financier grâce à l’apport personnel et aux aides disponibles. En accumulant ces capitaux propres, l’entrepreneur parvient à renforcer son dossier de demande de prêt et à augmenter le montant qu’il peut emprunter auprès des institutions financières.

Qu’est-ce que l’effet de levier ?

L’effet de levier consiste à maximiser les apports avant la demande de. Prêt pour optimiser le montant du prêt qui sera porté sur le restaurant. L’apport personnel, complété par des aides et subventions, témoigne de l’engagement de l’entrepreneur dans son projet et de sa capacité à mobiliser des ressources. Cela rassure les prêteurs sur la viabilité du projet et sa gestion prudente, facilitant ainsi l’accès à des conditions de financement plus avantageuses. Plus l’apport personnel et les aides sont significatifs, plus le montant potentiel du prêt peut être élevé, permettant ainsi de financer des investissements plus importants sans compromettre la santé financière du restaurant.

L’un des principaux avantages du prêt d’honneur est qu’il optimise l’effet levier. En augmentant les fonds propres de l’entrepreneur, il facilite l’obtention de financements complémentaires auprès des institutions financières.

L’autre avantage de l’effet de levier

Cet effet de levier n’est pas seulement un moyen d’accroître les fonds disponibles pour le lancement et l’exploitation du restaurant ; il est aussi une stratégie pour optimiser la structure financière de l’entreprise, en équilibrant judicieusement dettes et capitaux propres pour soutenir la croissance tout en maîtrisant les risques.

Le prêt brasseur pour financer l’ouverture d’un restaurant

Le prêt brasseur est un arrangement conclu avec votre fournisseur de boissons qui peut vous fournir un soutien financier ou du matériel pour votre restaurant, tel que des tables, des chaises, des tireuses à bière, des percolateurs, etc. En échange, vous vous engagez à acheter vos boissons exclusivement auprès de ce fournisseur et à passer des commandes d’un volume spécifié sur une période limitée (généralement pas plus de cinq ans). Ces prêts peuvent être particulièrement avantageux lorsque l’accès à des financements bancaires s’avère difficile pour votre établissement. Ils vous lent toutefois à un brasseur et a sa stratégie de développement …

Cependant, il est important de noter que ces accords deviennent progressivement plus complexes à obtenir et à négocier.

Les aides nationales pour l’ouverture d’un restaurant

Explorons une option clé pour le financement d’un restaurant : l’accès aux aides dédiées à la création d’entreprise. Une multitude de programmes et d’organisations offre des soutiens financiers, des subventions, des crédits d’impôt, et des réductions de charges pour aider les nouveaux entrepreneurs.

Voici une sélection de ces dispositifs (cette liste n’est pas exhaustive) :

  • L’ACRE (Aide aux Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise) : Ce dispositif vise à alléger les charges sociales pour les entrepreneurs, notamment les chômeurs qui se lancent dans la création ou la reprise d’une entreprise, avec des montants d’aide variables.
  • Le dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise) : Il propose un prêt à taux zéro destiné aux demandeurs d’emploi, aux bénéficiaires de minima sociaux, aux salariés reprenant une entreprise, et aux jeunes de 18 à 25 ans, soutenant ainsi les projets de création ou de reprise d’entreprise.
  • L’ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise) : Offerte par Pôle Emploi, cette aide se présente sous forme de capital, correspondant à 45% des allocations chômage restantes, et est versée en deux parties.
  • Le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE) : Ce contrat offre un accompagnement personnalisé ainsi qu’un soutien matériel et financier pour concrétiser un projet d’entreprise.
  • Le Fisac (Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce) : Ce fonds a pour objectif de renforcer les commerces de proximité.

Il est également pertinent de considérer deux aides conditionnelles qui permettront de financer l’ouverture d’un restaurant :

  • les fonds de garantie, tels que ceux proposés par BPI France, qui peuvent sécuriser votre trésorerie,
  • le Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes (FGIF), spécialement conçu pour soutenir les projets féminins dans l’entrepreneuriat.

Ces aides représentent une opportunité à ne pas négliger pour les entrepreneurs souhaitant ouvrir un restaurant, offrant une base solide pour le démarrage et le développement de leur activité.

Pas encore de votes.
Chargement...
Sommaire
  • Pourquoi a-t-on besoin de financer l'ouverture d'un restaurant ?
  • L’apport personnel : élément essentiel pour financer l'ouverture d'un restaurant
  • La cautionnement
  • Effet de levier pour financer l'ouverture d'un restaurant
  • Le prêt brasseur pour financer l'ouverture d'un restaurant
  • Les aides nationales pour l’ouverture d’un restaurant
x
Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques
  • Simplicité
    Simple
  • Economie
    Économique
  • Rapidité
    Rapide
Vous souhaitez un accompagnement pour lancer votre entreprise ?

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une augmentation de capital ?

Modifier vos statuts

Besoin de protéger votre marque et logo d’un potentiel concurrent ?

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Avis Trustpilot Legalstart