Guide pour se lancer dans la restauration rapide

Par Laurent Dufour, le 18/03/2021

Pour de nombreux passionnés de nourriture, se lancer dans la restauration rapide revient à travailler dans son domaine de prédilection. Ce secteur d’activité concilie le besoin de s’alimenter avec les impératifs de souplesse et de célérité qui caractérisent le quotidien de nombreux actifs.

se lancer dans la restauration rapide

Mais au-delà de la passion, une entrée dans la restauration rapide nécessite pour être réussie, d’avoir une bonne connaissance du secteur. Cela passe par la maîtrise des dépenses à prévoir et des charges qui caractérisent l’activité, mais également des différentes normes applicables.

Le rapport de la restauration à la santé publique est en effet étroit et fait l’objet d’un encadrement strict. Diverses règles permettent d’assurer la protection, aussi bien du public qui fréquente le restaurant, que de celui dans la proximité duquel l’établissement est implanté.

A l’instar de toute entreprise, l’ouverture d’un établissement de restauration rapide est soumise à des formalités administratives. Outre celles liées à la création de l’entreprise, se lancer dans la restauration rapide en impose d’autres, suivant les prestations que l’on prévoit de fournir.

Généralités sur la restauration rapide

Une activité de restauration rapide assure la fourniture d’aliments et de boissons dans des conditionnements à usage unique. Les clients de cette activité peuvent consommer les produits sur place ou les emporter avec eux.

Lorsqu’elle fournit des plats à emporter ou à livrer, concoctés de manière artisanale à l’aide de produits frais, l’activité de restauration rapide a un caractère artisanal. Elle devient commerciale dès lors qu’elle emploie plus de 10 salariés ou qu’elle propose aux clients de consommer sur place.

Il est possible de se lancer dans la restauration rapide sous diverses formes. Celles-ci incluent entre autres :

  • Les sandwicheries et les friteries ;
  • La vente de crème glacée en chariots ;
  • Les salons de thé ;
  • Un établissement de restauration qui propose essentiellement des plats à emporter ;
  • La confection de repas sur les marchés ;
  • Les camions à pizza et les food trucks.

Se lancer dans la restauration rapide en qualité de gérant ou d’investisseur ne nécessite pas de justifier d’un diplôme particulier. Il est cependant indispensable qu’au moins l’un des membres de l’équipe qui exerce l’activité dispose d’une formation en hygiène alimentaire.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Se lancer dans la restauration rapide : Les prérequis

Certaines connaissances sont nécessaires pour faire ses premiers pas dans la restauration rapide avec sérénité. La réussite commerciale du projet impose au créateur un minimum de compétence en termes de gestion (nature et montant des charges, sui de la trésorerie, suivi de la facturation, règlementation sur les caisses enregistreuses, …

De même, il est indispensable de connaitre les normes et la réglementation liées au secteur d’activité de la restauration et potentiellement de la restauration ambulante.

Il faudra enfin disposer de l’expérience et/ou des formations requises.

Les besoins à prévoir

Comme toute autre activité professionnelle, se lancer dans la restauration rapide requiert un certain nombre d’investissements. En fonction des modalités prévues pour mettre en œuvre l’activité, ces investissements concernent notamment :

  • Le droit au bail lorsque l’on souhaite exploiter un local ;
  • Les frais d’acquisition du camion ou du food truck lorsque cette modalité est retenue ;
  • Les divers équipements servant à la cuisine ;
  • Les divers équipements dédiés à la vente de boissons ;
  • Le mobilier pour les clients désirant consommer sur place ;
  • Les autres équipements de terrasse ;
  • La décoration et les divers aménagements ;
  • La caisse enregistreuse ;
  • Le stock de produits pour démarrer l’activité.

Outre ces besoins relatifs au lancement, diverses charges de fonctionnement sont à prévoir. Elles sont relatives :

  • Au renouvellement des stocks de produits alimentaires et de boissons ;
  • Au loyer de l’emplacement exploité ;
  • Aux frais d’entretien ;
  • Aux charges de personnel ;
  • Aux frais de consommation d’électricité, d’eau et de gaz.

A cela s’ajoutent des frais de promotion qui s’avèrent bien souvent indispensables pour assurer la visibilité de l’activité et pour y attirer des clients.

En dépit du grand nombre et de l’apparente lourdeur de ces besoins et charges, il est utile de préciser que les chiffres relatifs au secteur sont de nature à encourager toute personne désireuse de se lancer dans la restauration rapide.

En moyenne, l’activité assure des marges s’élevant jusqu’à 65% du chiffre d’affaires dont la moyenne par établissement se situe aux environs de 170 000 euros.

Les règles et normes

La réglementation applicable à la restauration rapide concerne de nombreux aspects de l’activité. Elle a pour but de veiller à la santé des personnes qui consomment les produits proposés mais aussi à la tranquillité de l’environnement dans lequel s’exerce l’activité.

Il importe donc pour toute personne désirant se lancer dans la restauration rapide, de disposer d’une bonne connaissance de la règlementation et des normes en vigueur. Celles-ci concernent notamment :

  • Les obligations qui s’appliquent aux établissements recevant du public (ERP) ;
  • La présence d’au moins une personne titulaire d’une formation en hygiène alimentaire au sein de l’équipe d’exploitation de l’établissement de restauration rapide ;
  • Le strict respect des règles sanitaires et d’hygiène.

Pour se lancer dans la restauration rapide, il faut aussi être conscient de l’obligation de communiquer certaines informations aux clients. Elles sont relatives :

  • Aux plats de confection artisanale ;
  • A l’origine des viandes servies ;
  • Aux ingrédients susceptibles de provoquer des allergies ;
  • Aux prix des prestations qui doivent être affichés à l’intérieur de l’établissement ou figurer sur une carte ou un menu ;
  • Aux tarifs des boissons et des produits habituellement proposés qui doivent être affichés à l’extérieur.

Après avoir servi les repas, le restaurateur est tenu de présenter aux clients une note ou une facture datée et indiquant la dénomination de l’établissement et son adresse, de même que les détails tarifaires liés aux prestations fournies.

Une bonne connaissance de la TVA applicable au secteur est utile pour définir ses tarifs et s’acquitter régulièrement de cette taxe.

la restauration rapideEn ce qui concerne la protection de l’environnement au sein duquel s’exerce l’activité, il est essentiel de s’informer auprès de la préfecture quant aux horaires d’ouverture et de fermeture.

Il est par ailleurs nécessaire d’afficher sur les lieux, les règles d’ordre public qui s’appliquent à la protection des mineurs et à la répression de l’ivresse publique. L’interdiction de fumer doit aussi être rappelée au moyen d’une méthode de signalisation.

Se lancer dans la restauration rapide : Les principales étapes

Se lancer dans la restauration rapide passe par l’accomplissement des démarches administratives communes à toute création d’entreprise, mais aussi par l’obtention d’autorisations spécifiques.

Les démarches administratives

Il est nécessaire de procéder à l’immatriculation de l’entreprise de restauration rapide afin de lui conférer une existence légale. La démarche passe principalement par la constitution d’un dossier de création à déposer au centre de formalité des entreprises (CFE) compétent.

L’immatriculation est matérialisée par l’inscription de l’entreprise au registre du commerce et des sociétés (RCS). Lorsque l’activité est artisanale et non commerciale suivant les critères définis plus haut, elle requiert également une inscription au répertoire des métiers.

Il est possible de choisir entre plusieurs statuts en ce qui concerne la forme juridique de l’entreprise.

Les autorisations à obtenir

Diverses autorisations et licences doivent être obtenues pour se lancer dans la restauration rapide. Celles qui sont requises varient avec les modalités d’exercice de l’activité. Mais en tout état de cause, une licence d’exploitation est obligatoire.

Des licences sont également nécessaires pour vendre des boissons alcoolisées, que ce soit à emporter ou à consommer sur place. Ces licences sont délivrées suivant plusieurs catégories et conviennent à des situations spécifiques.

Il est aussi nécessaire de procéder à une déclaration préalable d’ouverture lorsque l’on envisage de vendre de l’alcool au sein de son établissement de restauration rapide.

Exercer cette activité sous la forme ambulante, c’est-à-dire en bordure d’une route, au sein d’un marché ou dans le cadre d’une manifestation impose aussi de détenir une carte à cet effet.

D’autres autorisations sont nécessaires pour diffuser de la musique sur le lieu de l’activité ou encore pour préparer, transformer, entreposer, exposer ou vendre des produits d’origine animale.

Une règlementation fournie encadre donc ce type d’activité et elle doit faire l’objet d’une attention particulière de la part de l’entrepreneur avisé qui désire se lancer dans la restauration rapide.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

TOP 5 DES OUTILS DE CREATION

Créer son entreprise en ligne

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Laurent Dufour

Fondateur du site Le Blog du Dirigeant. Diplômé d’un master en management (droit, finance, marketing et gestion) et ancien cadre dirigeant, Laurent Dufour conseille et accompagne les créateurs et les dirigeants pour créer, développer et gérer leur entreprise depuis 2010.