Le Groupement d’Intérêt Economique (GIE)

Par Thomas Lailler, le 09/06/2020

107

Peu connu des dirigeants d’entreprises, le Groupement d’Intérêt Economique (GIE) n’est pas une société, ni même une association, au sens classique du terme.

Le Groupement d’Intérêt Economique (GIE)

En effet, c’est un statut juridique original permettant à des entreprises de se grouper tout en conservant leur individualité et leur autonomie (contrairement aux groupes de sociétés). Il existe parallèlement le Groupement Européen d’Intérêt Economique (GEIE), largement inspiré du GIE français.

Comment définir le GIE ? Comment créer un GIE ? Comment fonctionne-t-il ? Le Blog du Dirigeant répond à ces questions.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Comment définir le Groupement d’intérêt économique ?

2 ou plusieurs personnes physiques ou morales peuvent constituer entre elles un GIE pour une durée déterminée. Concrètement, le but du GIE est de faciliter l’activité économique de ses membres, d’améliorer ou d’accroître les résultats de cette activité.

Remarque :
Le GIE ne peut pas réaliser des bénéfices pour lui-même. Son activité est nécessairement rattachée à l’activité de ses membres et ne peut avoir qu’un caractère auxiliaire par rapport à celle-ci.

Le Groupement d’Intérêt Economique (GIE)Le GIE présente plusieurs avantages :

  • Il est souple dans sa création et son fonctionnement, et repose sur une large liberté contractuelle
  • Il n’a pas toujours de but lucratif
  • Il est fiscalement neutre (seuls le membres sont imposés, pas le GIE)
  • Il peut être constitué sans capital.

Comment créer un Groupement d’intérêt économique

Objet du GIE :

L’objet du GIE peut être commercial ou civil : activité commerciale, industrielle, agricole, artisanale, professions libérales… Il doit en tous les cas être rattaché avec l’activité de ses membres, en être le prolongement.

Remarque :
Le GIE ne peut pas créer d’activités nouvelles, non exercées par ses membres auparavant. Il faut dans ce cas créer une société. En outre, le GIE ne peut pas prendre à son compte toute l’activité de ses membres, sous peine de voir le GIE requalifier en justice de « société créée de fait »  (avec pour conséquences un redressement fiscal, social…).
Conseil LBdD :
Le contrat constituant le GIE doit définir avec précisions l’objet du groupement.  Cela permettra de délimiter les pouvoirs de l’administrateur du GIE vis-à-vis des tiers, et donc sa responsabilité et la solidarité de ses membres.

Exemples d’utilisation du GIE :

  • Création de services communs (informatique, comptabilité, transport, assistance technique…)
  • Actions commerciales communes (bureau d’exportation, centrale d’achats groupés, prospection commerciale, représentation sur les foires commerciales…)
  • Travaux d’études (bureau d’étude…).

Capital du GIE :

Le Groupement d’Intérêt Economique (GIE)Le GIE peut être constitué sans capital, chaque membre s’engageant dans le contrat à participer aux dépenses de fonctionnement par le versement de cotisations régulières, déductibles du revenu imposable. Le GIE peut être constitué avec un capital, avec des apports en nature, numéraire et/ou en industrie. Il peut d’ailleurs être constitué avec un capital variable.

Durée, dénomination et siège du Groupement d’intérêt économique :

Le GIE est nécessairement crée pour un durée déterminée, sans pour autant que la loi ait imposé une durée minimale ou maximale.
La dénomination du GIE est librement déterminée par ses membres dans le contrat constitutif.
Enfin le siège du GIE est lui aussi librement fixé par les membres.

Rédaction du contrat constitutif du GIE :

création d'entreprise et gieLe contrat constitutif du GIE doit être obligatoirement écrit, sous seing privé ou par acte notarié. Il doit être établi en autant d’exemplaires qu’il y a de membres, plus 4 originaux pour les formalités d’enregistrement, de dépôt au greffe et au siège du GIE.

Certaines mentions sont obligatoires :

  • Dénomination du GIE
  • Identification de chaque membre (nom, raison sociale, forme juridique, adresse de domicile personnel ou siège social, numéro RCS ou RM)
  • Objet et durée du GIE
  • Adresse du siège

D’autres mentions sont facultatives :

  • Administration du GIE (nomination des administrateurs avec leur pouvoir, conditions de révocation…)
  • Attribution préférentielle de voix
  • Répartition des bénéfices et mode de financement (cotisations ou compte courant)
  • Conditions d’exercice du contrôle de gestion et comptable du GIE
  • Conditions de liquidation et de répartition entre les membres du « boni de liquidation » (excédent d’actif)
  • Règlement intérieur…

Comment fonctionne le GIE ?

L’administration du GIE :

Le Groupement d’Intérêt Economique (GIE)Le GIE est administré par une ou plusieurs personnes, membres ou non. Le contrat constitutif ou l’assemblée des membres déterminent leurs attributions, leurs conditions de nomination, de durée, de rémunération, de cumul avec un contrat de travail, de révocation, de cessation des fonctions…

Les assemblées du GIE :

L’assemblée est obligatoirement réunie à la demande d’un quart au moins des membres du GIE. Elle peut prendre toutes les décisions dans les conditions librement déterminées par le contrat constitutif. A défaut de disposition particulière, les décisions sont prises à l’unanimité.

Le contrôle de la gestion et des comptes du GIE :

Le contrat constitutif ou l’assemblée des membres nomme un ou plusieurs contrôleurs, membres ou non du GIE (ils ne peuvent pas être administrateurs ou contrôleurs des comptes), fixe leur mission (attributions, durée, rémunération, pouvoirs, révocation…).

Lorsque le GIE émet des obligations ou compte plus de 100 salariés à la clôture de l’exercice, un commissaire aux comptes doit être nommé par l’assemblé ou le contrat constitutif du GIE.

Le régime fiscal et social du GIE :

créer son entreprise avec un gieLe GIE n’est pas soumis à l’IS, chaque membre est personnellement passible de l’IRPP  (personnes physiques) ou de l’IS (personnes morales), pour la part des bénéfices correspondant à ses droits (BIC pour une activité commerciale ou artisanale, BA pour une activité agricole, BNC pour une activité libérale). En outre, les pertes du GIE peuvent être imputées sur chaque membre.

En termes de régime social, les salariés non membres du GIE bénéficient du régime général de la Sécurité sociale, les administrateurs et les contrôleurs de gestion du régime TNS (RSI). Le membre du GIE qui exerce une activité salariée effective sera soumis au régime social correspondant à son activité principale.

Le GIE a donc pour avantages une grande souplesse de constitution et de fonctionnement, le tout à des coûts réduits (pas de capital minimum). Il permet de mettre en commun ses moyens, de faire des économies d’échelle et donc de favoriser le développement de son entreprise. En revanche, le GIE induit une responsabilité solidaire et indéfinie de ses membres, ce qui suppose au préalable une bonne entente et une confiance mutuelle.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 4.3/5. Total de 26 votes.
Chargement...

TOP 5 DES OUTILS DE CREATION

Créer son entreprise en ligne

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Thomas Lailler

Thomas Lailler

Thomas Lailler est avocat spécialisé en droit des sociétés. Il exerce son métier d'avocat en Droit bancaire / Droit commercial / Sûretés et voies d’exécution / Procédures collective. Il est chargé de travaux dirigés à l'université de Droit de Lille.


  • Chantal dit :

    Bonjour,

    L’ANC 2018-06 s’applique-t-il au GIE?

    je vous remercie,
    Bien cordialement

    Pas encore de votes.
    Chargement...
    • Wissem Loudjedi dit :

      Bonjour,

      Le champ d’application de ce règlement concerne toutes les personnes morales de droit privé à but non lucratif lorsqu’elles sont tenues d’établir des comptes annuels sous réserves de règles comptables spécifiques.

      Cordialement,
      L’équipe Créer son entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...
  • Stéphane dit :

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article. Voici une description de cas et 2 questions sur le GIE.

    3 prestataires A, B et C, entrepreneurs individuels (personnes physiques) facturent à un client commun leurs services. Pour les 3 il s’agit d’une prestation d’enseignement artistique. (Cela a de l’importance plus loin).

    Ces services sont complémentaires et systématiquement, il sera proposé à chaque nouveau client de faire appel aux 3 prestataires.

    Pour simplifier la facturation vis à vis de leurs futurs clients communs ils décident de constituer ensemble un GIE sous la dénomination .

    Ainsi, une seule facture est adressée au client, éditée par le GIE. En paiement des 3 prestations assurées par A, B et C, le client n’adresse plus ses chèques à A, B et C, mais à un seul bénéficiaire : le GIE.

    La recette parvient donc sur le compte bancaire du GIE.
    Puis chaque prestataire (A, B et C), en tant que membre du GIE, va effectuer un prélèvement personnel sur le compte bancaire du GIE, à la hauteur du montant qu’il aurait facturé pour sa prestation.

    Question #1 : Cette description comporte-t-elle une erreur de compréhension de la destination et du fonctionnement d’un GIE ? Autrement dit : le GIE permet-il de faire ce qui est précédemment décrit ?

    Question #2 : Considère-ton toujours que chaque personne physique A, B et C (qui exerce toujours en tant qu’entrepreneur individuel puisque c’est une spécificité du GIE) est rémunérée directement par le client ? Ou bien est-ce le GIE qui, en tant que personnalité morale, rémunère ses membres ?

    La réponse à cette question #2 permettrait de savoir si l’activité de chacun de ces prestataires A, B et C peut continuer d’entrer dans le champs d’application de l’exonération de TVA (expliquée dans la page web mentionnée ci-dessous) prévue dans le cadre d’une « prestation d’enseignement artistique dispensée par une personne physique qui est rémunérée directement par son élève ».

    https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F32231

    D’avance, un très grand merci pour vos lumières si vous pouvez répondre à ces questions !

    Pas encore de votes.
    Chargement...
    • Laurent Dufour dit :

      Bonjour,

      Merci pour l’intérêt que vous portez à notre site. Malheureusement il ne nous est pas possible de répondre à votre question qui nécessite une étude précise. L’idéal serait de contacter un juriste, un expert-comptable ou un avocat qui pourra étudier votre problématique en détail et vous aider dans vos recherches.

      Cordialement
      L’équipe créer son entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...
  • Nicolas di Michele dit :

    Est ce que dans le g.i.e nous sommes responsable des dettes jusqu’à notre patrimoine et si oui comment faire pour que cela n’atteigne pas notre patrimoine personnel?

    Pas encore de votes.
    Chargement...
    • Julien Hubert dit :

      Bonjour,
      Les membres au sein d’un GIE ont une responsabilité solidaire et indéfinie, ce qui veut dire que les membres sont responsables jusqu’à leur patrimoine personnel.
      Pour éviter que le patrimoine personnel soit exposer, il faut que le GIE soit capable de payer les dettes.
      N’étant pas juriste ou avocat nous ne pouvons pas apporter des conseils juridiques plus poussés. Toutefois, nous avons mis en place une aide pour bénéficier des conseils d’un avocat à un tarif très bas. Le lien suivant vous permettra de découvrir ces offres sans engagement, les prix sont fixes et bénéficient d’une remise grâce au code promo LBdD.

      https://www.leblogdudirigeant.com/link/contacter-un-avocat-commentaires/

      L’équipe créer son entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...
  • B dit :

    Bonjour, est ce possible de créer une GIE entre communes afin de mutualiser le matériel de chacun? cordialement

    Pas encore de votes.
    Chargement...
    • Laurent Dufour dit :

      Bonjour,

      Nous ne sommes malheureusement pas en mesure de vous aider pour cette question car ne connaissons pas le droit des administrations.

      Cordialement
      L’équipe créer son entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...
  • Louisa dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour toutes ces précieuses informations sur le GIE. Il est très difficile de se renseigner!!
    Je recherche depuis des mois des informations sur le GIE et je n’arrive pas à trouver une personnes physique spécialisée
    dans le domaine pour présenter notre projet et nous apporter des réponses claires.
    Vers quelle administration dois-je me tourner? La CCI me renvoie au greffe du tribunal qui me renvoie à la CCI…c’est une boucle stérile où personne ne semble capable de nous recevoir sur rdv et de nous conseiller.
    Nous voulons créer un GIE pour rassembler sous une même entité plusieurs artisans et artistes dans le but de faire des prestations de démonstration de savoir faire au public. Pas de vente, pas de commerce. Nous avons tous nos activité de nos côtés.
    Cordialement

    Pas encore de votes.
    Chargement...
    • Bonjour,
      Tout dépend de l’objet et des missions du GIE. Y aura-t-il des flux financiers, des charges ou dépenses … Pour ce qui est de la création du GIE, il peut être intéressant de passer par un expert-comptable ou un avocat. Ce dernier pourra vous aider à sécuriser juridiquement la participation de chacun des membres en étant attentif à aborder l’ensemble des questions importantes, en s’assurant que les missions soient correctement réparties et en prenant en charges les démarches de création. Si vous n’en connaissez pas, n’hésitez pas à revenir vers nous, nous vous aiderons à en trouver un adapté à vos besoins.
      Cordialement,
      L’équipe créer son entreprise

      Pas encore de votes.
      Chargement...
  • Alexis Casanova dit :

    Bonjour et merci pour cet article,
    J’ai lu sur un autres site spécialisé que le GIE n’est pas autorisé aux libéraux ou pour des activités de prestation de services. Est-ce le cas ? Nous sommes 4 micro-entrepreneurs spécialisés dans la communication et le coaching positionnement/image de marque qui aimeraient pouvoir travailler ensemble de manière ponctuelle.
    Merci par avance pour votre retour

    Pas encore de votes.
    Chargement...
    • Laurent Dufour dit :

      Bonjour,
      J’avoue ne pas avoir une réponse précise et documentée à votre question, il faudrait vous adresser auprès d’un expert-comptable qui vous aidera à trouver la reponse.
      Cordialement,
      L’équipe créer son entreprise

      Pas encore de votes.
      Chargement...
  • DELAINE dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord je vous remercie pour vos articles qui sont d’un bon support et très enrichissant. Je fais appel aujourd’hui à votre expertise car je n’ai pas réellement trouvé de réponse à mes interrogations. Je gère un Gie d’une plateforme de dématérialisation de commandes et factures mutualisés pour des sociétés du même domaine d’activité. Cette plateforme permet d’échanger avec les clients qui sont principalement les même pour tous les membres.
    J’ai une demande d’un des clients qui reçoit des factures dématérialisées des fournisseurs membres qui souhaiterait utiliser les services de la plateforme pour lui-même facturer ses propres clients.
    Chaque fournisseur membre a une part égale dans le GIE. Est-il possible d’accepter sa demande qui est techniquement possible sans que ce client soit actionnaire ?
    Puis je facturer un service sans toutefois que ce client soit membre ? Quel sont les risques ?
    Est-il possible de prévoir plusieurs typologies de membre ? ex : membre actionnaire, non actionnaire, … ?
    Dois je modifier les statuts en fonctions ?
    Je vous remercie pour votre aide et réponse.
    Bien cordialement,
    Aurélia

    Pas encore de votes.
    Chargement...
    • Laurent Dufour dit :

      Bonjour,
      Il faut regarder si cette demande est compatible avec l’objet du GIE. Il faudra ensuite que les membres étudient la situation et évaluent l’intérêt et la faisabilité.
      Cordialement,
      L’équipe création d’entreprise

      Pas encore de votes.
      Chargement...
  • Honoré dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour cette article qui est toujours d’actualité et toujours aussi pertinent.
    Nous avons eu la possibilité de travailler à deux auto-entrepreneurs sur un grand projet avec une grande entreprise et avons travaillés de manière complémentaire, chacun sur son domaine de compétence et à tour de rôle (deux micro-entreprises, deux facturation…). Nous souhaitons réitérer l’expérience avec d’autres entreprises du même secteur que la précédente expérience, raison pour laquelle nous avons opté pour la constitution d’un GIE, notamment pour la mutualisation de nos moyens de prospection commerciale(site internet, plaquettes commerciales…), et pour une comptabilité plus claire (avec facturation unique pour les futurs clients)
    Ma question concerne spécifiquement Le “Contrôle obligatoire des comptes et de la gestion”.
    Il est souvent mentionnée que la désignation d’un contrôleur des comptes et d’un contrôleur de gestion est organisée par le contrat constitutif et que le recours à un contrôleur des comptes est facultatif (si l’entreprise n’émet pas des obligation et si le GIE est composer d’entreprises qui comptent moins de cent salariés à la clôture d’un exercice)
    Qu’en est-il du contrôleur de gestion? est-il obligatoire d’en avoir un alors que nous ne sommes que deux microentreprises dans le futur GIE?
    En d’autres termes, vu que le GIE sera uniquement composé de deux microentreprises tenant déjà leurs compte, si cela est stipulé dans les statuts du GIE, sera-t-il possible de se mettre d’accord sur la gestion du GIE conformément au statut sans avoir recours ni à un contrôleur de compte ni à un contrôleur de gestion au vu de la taille du GIE?
    D’avance merci pour votre réponse et votre support.
    Bien cordialement,
    Honoré

    Pas encore de votes.
    Chargement...
    • Dufour Laurent dit :

      Bonjour,
      Nous ne sommes pas des experts du GIE, les informations que nous vous donnons sont donc à vérifier.
      Pour nous le contrôle des comptes est obligatoire. Ce contrôle doit être fait par un ou plusieurs commissaires aux comptes si le GIE émet des obligations ou compte au moins cent salariés à la clôture d’un exercice (ce qui ne semble pas être votre cas). En dehors de ces cas, il n’est pas obligatoire de faire appel à un commissaire aux comptes.
      Le contrôle de gestion est obligatoire dans tous les cas, il doit être fait obligatoirement par une personne physique qui ne peut pas être un administrateur du GIE. Si le groupement émet des obligations, le contrôleur doit être nommé par une assemblée.
      Cordialement,
      L’équipe : Comment créer son entreprise ?

      Pas encore de votes.
      Chargement...