Comment bénéficier de l’ACRE (anciennement ACCRE) en 2021 ?

Par Julien Hubert, le 15/12/2020

L’ACRE a subit deux réformes consécutives en 2 ans, en 2019 et en 2020. Elle reste une aide incontournable pour la création ou la reprise d’une entreprise. Doit-on attendre encore des changements pour cette année 2021 ?

ACRE en 2021

L’ACRE 2021 ne propose pas pour l’instant de changement par rapport au dispositif de 2020. Toutes les modifications qui ont été faites, continuent à s’appliquer. Même la refonte de l’ACRE des auto-entreprises, où les micro-entrepreneurs ont vu leur aide amoindrie considérablement, reste inchangée.

Qu’est ce que l’ACRE ?

L’ACRE (Aide aux créateurs et repreneurs d’entreprises) a remplacé l’ACCRE depuis le 1er janvier 2019. Cette aide permet d’avoir une exonération partielle sur les cotisations sociales du dirigeant pendant les 12 premiers mois d’activité.

Le dirigeant ne peut profiter de l’exonération partielle de ses cotisations sociales que si son revenu d’activité n’excède pas le plafond de la Sécurité Sociale qui varie chaque année. Le plafond n’est donc pas le même que celui de 2020.

Qui peut prétendre à l’ACRE en 2021 ?

Pas de changement notoire sur les bénéficiaires de l’ACRE depuis la réforme de 2020. Les bénéficiaires sont les suivants :

    • Être demandeur d’emploi non indemnisé inscrit sur la liste des demandeurs d’emploi depuis plus de 6 mois ces 18 derniers mois
    • Percevoir l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ou l’allocation de sécurisation professionnelle (ASP)
    • Percevoir l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou le RSA
    • Avoir entre 18 et 25 ans révolus
    • Avoir moins de 30 ans non indemnisé(e) ou être reconnu(e) handicapé(e)
    • Créer une entreprise implantée au sein d’une zone urbaine sensible (ZUS)

Comment bénéficier de l’ACRE en 2021 ?

La demande d’ACRE 2021 ne change pas, les démarches s’inspirent toujours de l’ACCRE.

Pour bénéficier de l’ACRE, il faut que la demande soit réalisée dans les 45 jours suivants la création de l’entreprise. Il faudra envoyer la requête sous la forme d’un dossier au Centre de Formalités des entreprises compétent. Pour savoir le CFE compétent à votre activité, vous pouvez vous référer au tableau se trouvant ci-dessous.

Ce dossier doit contenir plusieurs documents :

  • Le formulaire ACRE (Cerfa n°13584*02)
  • Le justificatif prouvant l’appartenance à l’une des catégories bénéficiaires de l’ACRE
  • Une copie du formulaire de déclaration d’entreprise au CFE.

L’URSSAF aura un mois pour vous répondre à compter de la date de l’envoi. Si aucune réponse ne vous est parvenue, vous pourrez bénéficier de l’exonération partielle.

Cependant, il y a toujours un délai de 3 ans à respecter pour déposer et bénéficier de nouveau à l’ACRE. Il faudra transmettre un justificatif qui montre que vous n’avez pas bénéficier de l’ACRE sur les 3 dernières années.

Le Centre de formalités des entreprises compétent en fonction de votre activité

Activité

CFE compétent

Activité commerciale

Chambre de commerce et d’industrie (CCI)

Activité artisanale

Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA)

·Société civile ou non commerciale

·Établissement public industriel et  commercial (EPIC)

·Agent commercial

·GIE

Greffe du tribunal de commerce ou du TGI statuant commercialement

Activité agricole

Chambre d’agriculture

·Profession libérale

·Artiste auteur à titre indépendant

·Vendeur à domicile indépendant, non inscrit au RCS ou au registre des agents commerciaux

URSSAF ou caisse générale de Sécurité Sociale

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Julien Hubert

Julien Hubert -

Julien est diplômé d’un master 1 en droit des affaires. Il se spécialise dans le domaine de la création d’entreprise.