Protection sociale du dirigeant : régime TNS ou salarié ?

Par Thomas Lailler, le 30/09/2019

Le protection sociale de l’entrepreneur est une question centrale de la création d’entreprise.
Le régime des non-salariés (régime TNS) a longtemps été présenté comme un régime moins protecteur que celui des salariés (régime salarié), notamment en matière de maladie ou de maternité.

Protection sociale du dirigeant : comparatif régime TNS & salarié

Désormais, les deux régimes tendent à s’aligner pour la protection des risques essentiels (maladie, maternité, retraite, prestations familiales), mais des différences persistent.

Mais que recouvrent précisément ces deux régimes ? Contre quels risques protègent-ils le dirigeant ? A quel prix ? Le BdD vous donne des éléments de réponse.

1. LE RÉGIME TNS

A qui s’adresse le régime TNS ?

Le régime TNS concerne les entrepreneurs exerçant une activité en entreprise individuelle, en EURL, les gérants majoritaires de  SARL, les associés de SNC.

Ce régime est également appelé régime social des indépendants (géré par la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI, anciennement RSI)).

Quelles sont les prestations sociales du régime TNS ?

/protection-sociale-du-dirigeantLes prestations sociales assurées par le régime des travailleurs non salariés portent sur :

  • L’assurance- maladie
  • La maternité et la paternité : depuis 2002, l’entrepreneur peut prendre un congé paternité à l’occasion de la naissance de son enfant et perçoit une indemnité, congé également ouvert aux conjoints collaborateurs
  • L’invalidité : une pension est versée à l’entrepreneur invalide et éventuellement à son conjoint et dont le taux varie en fonction de l’activité exercée
  • Le décès : les ayant-droits de l’entrepreneur touchent un capital
  • La retraite : l’assurance vieillesse comprend une retraite de base, obligatoire et une assurance complémentaire obligatoire pour les non-salariés professionnels libéraux, les non-salariés artisans et depuis 2003 sur la retraite pour les commerçants (des dispositifs facultatifs de retraite par capitalisation tels les « contrats Madelin », ou par répartition existent)
  • Les allocations familiales.
Remarque :
L’entrepreneur soumis au régime TNS n’est pas assuré au titre du régime obligatoire contre le risque d’accident du travail, de maladie professionnelle ou de chômage !

Combien coûtent les cotisations sociales du régime TNS (RSI , URSSAF, RAM, CIPAV, …) ?

Protection sociale du dirigeant : comparatif régime TNS et régime salariéLes cotisations versées aux régimes obligatoires de base et complémentaires (allocations familiales, maladie-maternité, invalidité-décès, vieillesse) sont intégralement déductibles du revenu professionnel.

Il en est de même des cotisations versées aux régimes de retraite de base et complémentaire pour le conjoint collaborateur et les sommes versées pour le rachat d’années d’études ou insuffisamment cotisées.

Le coût du régime TNS varie selon la prestation sociale, l’activité exercée et le revenu engrangé :

  • CSG-CRDS : 8 % du revenu professionnel imposable
  • Cotisations d’allocations familiales : 5, 25 % du revenu professionnel imposable
  • Cotisations maternité : 6, 5 % du revenu professionnel
  • Cotisations vieillesse : 0, 2 % du revenu professionnel dans la limite du plafond annuel  de la sécurité sociale (37 548 euros) (10, 1 % jusqu’à 31 548 euros puis 1, 85 % au-delà pour les professions libérales)
  • Prévoyance : 1, 10 % pour les commerçants, 1, 6 % pour les artisans (76, 228, 380 euros selon le régime choisi)
  • Cotisations forfaitaires de début d’activité : 3 357 euros pour un artisan, et 3 320 euros pour un commerçant, 4 718 euros pour un artisan en deuxième année civile d’activité, et 4 761 euros pour un commerçant en deuxième année civile d’activité
  • Cotisations minimales (dues même en l’absence de revenu) : voir notre article sur le montant des cotisations minimum,
  • Formation professionnelle : 94 euros pour les commerçants (et les professions libérales), 109 euros pour les artisans

Remarque :

Les auto-entrepreneurs bénéficient de cotisations spécifiques !

N’hésitez pas lire notre article sur l’auto-entreprise, vous y retrouverez les chiffres !

Remarque :
Si les cotisations sociales des TNS sont plus faibles que celles de dirigeant assimilé salarié (environ 45 % contre environ 72%), ils profitent d’un protection sociale plus faible. Voir notre comparatif à ce sujet.
Bon plan :
Il est toujours possible pour l’entrepreneur de compléter sa protection sociale en adhérant à un régime de prévoyance, de contracter une assurance retraite complémentaire, une assurance contre le risque de chômage, ou encore contre le risque d’accident du travail et de maladie professionnelle (contrats dit « Madelin).

2. LE RÉGIME SALARIÉ

Le régime social des dirigeants d’entreprise peut être soit celui des TNS soit le régime des salariés.

La forme juridique de l’entreprise et le niveau de participation des dirigeants conditionnent la nature du régime social des dirigeants de l’entreprise.

A qui s’adresse le régime Général ou Assimilé Salarié ?

Le régime général salarié concerne les entrepreneurs assimilés-salarié, à savoir :

  • Les gérants non associés d’EURL
  • Les gérants minoritaires ou égalitaires de SARL
  • Les présidents de SASU, de SAS et les directeurs généraux
  • Les présidents de conseil d’administration, PDG, président du conseil de surveillance et directeurs généraux de SA.

Remarque :

Pour déterminer la nature du statut social du dirigeant, il convient de prendre en compte la gérance dans son sens large. Cela signifie que la majorité (ou la minorité) prend en compte l’ensemble des gérants. Par ailleurs, la participation d’un gérant prend en compte sa participation personnelle ainsi que les éventuelles participations détenues par les membres de sa famille proche (épouse, enfants, …).

Ainsi, deux cogérants disposant chacun de 20% des parts sociales d’une entreprise et dont l’épouse et 2 enfants possèdent chacun 5% des parts de l’entreprise sont l’un et l’autre gérants majoritaires puisqu’ils possèdent ensemble 55% des parts sociales (20% + 20% + 3 x 5%). Ils sont donc TNS.

Quelles sont les prestations sociales du régime Assimilé Salarié ?

Le régime général offre les mêmes prestations sociales que le régime TNS, mais il garantie en plus le droit à la formation continue, l’assurance maladie professionnelle et accidents du travail.

combien coute la protection sociale du dirigeant ?

Combien coûtent les cotisations sociales du régime général ? *

  • CSG-CRDS : 8 %  de 98, 25 % du salaire
  • Cotisations d’allocations familiales : 5, 25 % du salaire
  • Cotisations maternité : 13, 55 % du revenu professionnel
  • Cotisations vieill
    esse : 15, 25 % jusqu’à 3 129 euros, puis 2% jusqu’à 12 516 euros
  • Prévoyance : 1, 5 % jusqu’à 3 129 euros
  • Cotisation accidents du travail : taux variant variable selon l’activité
  • Formation professionnelle : 0, 55 % du salaire

*les chiffres présentés sont de 2015 ils sont susceptibles d’évoluer au fil du temps.

Le régime général salarié de base est donc plus protecteur que le régime TNS de base, mais il est aussi plus coûteux.

L’entrepreneur a toujours la possibilité de compléter sa protection sociale pour bâtir un régime sur mesures.

3. RÉGIME TNS OU SALARIÉ : LES AVANTAGES ET LES INCONVÉNIENTS

Les avantages et les inconvénients du régime TNS

protection sociale du dirigeantLe régime TNS est moins coûteux en termes de cotisations (environ 30 à 40 % moins cher), et permet d’investir cette ressource supplémentaire soit dans l’entreprise (mise en réserve, R-D, redistribution…), soit dans des placements destinés, par exemple, à compléter la retraite de l’entrepreneur (épargne, immobilier, contrats « Madelin »).

La protection sociale de l’entrepreneur est ici très flexible, plus faible mais elle peut se faire à la carte. De plus, l’entrepreneur bénéficie de facilités de trésorerie grâce aux cotisations forfaitaires les deux premières années d’activité.

Les avantages et les inconvénients du régime salarié

Le régime de base est plus complet que le régime TNS, car il protège le bénéficiaire de tous les risques essentiels (sauf le chômage), la maladie professionnelle ou l’accident du travail. Le régime salarié prépare également une meilleure retraite. Son principal inconvénient est d’être plus coûteux, et de ne pas permettre à l’entrepreneur assimilé-salarié de construire aussi facilement une protection sociale sur mesures.

Le choix du statut TNS ou salarié n’est pas donc pas simple : il dépendra du projet élaboré, du statut juridique choisi, qui parfois imposera le régime social de l’entrepreneur, de ses attentes en termes de protection sociale.

Bon plan :
Si les droits à la retraite déjà acquis en qualité de salarié sont importants, opter pour le régime salarié peut être un choix judicieux pour continuer à cumuler ces droits et garantir une pension de retraite plus confortable.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 4.1/5. Total de 14 votes.
Chargement...

ACHETEZ NOTRE EBOOK

logo Legalstart

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Simple

Économisez sur vos démarches

Économique

Un accompagnement dans vos démarches

Rapide

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Thomas Lailler -