Devenir auto-entrepreneur : avantages et inconvénients

Par Thomas Lailler, le 12/09/2019

Le statut juridique de l’auto-entrepreneur connaît un vif succès, même si en pratique seule la moitié des auto-entrepreneurs sont économiquement actifs.
Ce succès est notamment dû à la simplicité du régime, notamment à la création de l’auto-entreprise, mais aussi sur le plan fiscal ou social.

Devenir auto-entrepreneur : avantages et inconvénients

Quels sont les avantages et les inconvénients du statut d’auto-entrepreneur ? Le Blog du Dirigeant vous guide.

1. Quels sont les inconvénients du statut d’auto-entrepreneur ?

L’auto-entrepreneur a une responsabilité indéfinie :

Autrement dit, le patrimoine de l’auto-entrepreneur n’est pas protégé des risques de l’activité qu’il exerce. Si vous n’assumez plus vos dettes professionnelles, vos créanciers pourront faire saisir des biens de votre patrimoine (comptes bancaires, véhicules, résidences etc.). Ce n’est pas le cas si vous exercez en EURL ou en SASU par exemple.

L’auto-entrepreneur n’est pas couvert contre le chômage :

Comme tout chef d’entreprise, l’auto-entrepreneur ne dispose pas d’une assurance chômage, sauf s’il contracte une assurance privée. En cas de maladie, l’auto-entrepreneur peut toucher des indemnités journalières s’il est affilié au RSI depuis au moins un an. Les frais médicaux sont remboursés. Les activités libérales n’ont droit à aucune indemnité.

Le statut d’auto-entrepreneur est limité à certains seuils de chiffre d’affaires :

Pour bénéficier du statut d’auto-entrepreneur, il faut respecter certains seuils en termes de chiffre d’affaires annuel :

  • 170 000 euros hors taxes pour les activités de vente de marchandise et de fourniture de logement
  • 70 000 euros hors taxes pour les activités de prestations de service.

Au-delà des ces seuils, l’auto-entreprise n’est plus possible, il faut alors exercer sous un autre statut : entreprise individuelle, EURL, SASU.

Certaines activités ne peuvent pas être exercées sous le statut d’auto-entrepreneur :

C’est le cas notamment pour les activités agricoles, les activités immobilières relevant de la TVA immobilière (agents immobiliers, marchandes de biens etc.), la location d’immeubles à usage professionnel etc.

Remarque :
La loi Artisanat, commerce et petite entreprise du 5 juin 2014, dite « loi Pinel », a ajouté au statut d’auto-entrepreneur de nouvelles obligations : obligation d’immatriculation, obligation de contracter une assurance professionnelle, justification d’une qualification professionnelle et stage préalable à l’installation pour les artisans etc. N’hésitez pas à lire notre article sur le sujet : Devenir auto-entrepreneur en 2015.

2 : Quels sont les avantages du statut d’auto-entrepreneur ?

Les formalités de déclaration d’activité sont simples :

Depuis le 1er janvier 2015, une inscription au RCS ou au RM est obligatoire. Néanmoins, devenir auto-entrepreneur nécessite moins de formalités que la création d’une société : il n’y a pas de statuts à rédiger, ni de publicités légales à effectuer etc.

Il suffit juste de déclarer son activité à l’aide d’un formulaire en ligne (formulaire P0). Un numéro SIRET sera attribué ensuite à l’auto-entrepreneur.

L’auto-entrepreneur bénéfice d’un régime fiscal simplifié :

L’auto-entrepreneur est soumis par principe au régime dit de « la micro-entreprise » (exonération de TVA, abattement forfaitaires pour frais professionnels en fonction de l’activité puis bénéfices imposés à l’IRPP), mais il peut opter pour le prélèvement fiscal libératoire sous certaines conditions (prélèvement forfaitaire de 1 à 2,2 % du chiffre d’affaires), ou pour le régime réel (imposition en fonction du bénéfice réalisé, et des charges réellement assumées).

L’auto-entrepreneur bénéficie d’un régime social simplifié :

L’auto-entrepreneur bénéficie du régime micro-social, avec versement de cotisations sociales en fonction du chiffre d’affaires réalisé et de l’activité exercée par l’auto-entrepreneur, à un taux réduit. En outre, lorsque l’auto-entrepreneur ne réalise aucun chiffre d’affaires, aucune cotisation sociale n’est due (contrairement à l’entreprise individuelle par exemple).

Les obligations comptables de l’auto-entrepreneur sont allégées :

L’auto-entrepreneur n’est pas soumis aux mêmes obligations que les sociétés : il n’a pas à établir de comptes annuels. Il doit cependant tenir un livre de recettes (enregistrement quotidien et chronologique des recettes encaissées) et un registre des achats s’il exerce une activité de vente de marchandises ou de fourniture de logements.

L’auto-entreprise est donc attractive, mais elle n’est pas adaptée à tous les projets. N’hésitez pas à nous contacter pour profiter de notre réseau d’experts, qui sauront vous conseiller en fonction de votre projet et de vos besoins !

Télécharger l'article en PDF

Vote: 4.8/5. Total de 13 votes.
Chargement...

ACHETEZ NOTRE EBOOK

logo Legalstart

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Simple

Économisez sur vos démarches

Économique

Un accompagnement dans vos démarches

Rapide

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Thomas Lailler -