Le régime micro-social simplifié

Par Sarah Jarwé, le 07/12/2021

2

Le régime micro-social simplifié permet de régler les cotisations sociales selon un taux variant en fonction du chiffre d’affaires. 

Il permet de simplifier la gestion de l’auto-entreprise en regroupant l’ensemble des charges sociales en un même prélèvement forfaitaire basé sur un pourcentage du chiffre d’affaires.

Le fonctionnement du regime micro-social simplifie

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Les caractéristiques du régime micro-social simplifié par rapport au régime de droit commun

Le régime micro-social comporte trois différences majeures :

  • Les cotisations sociales sont calculés sur le chiffre d’affaire non pas sur le bénéfice ;
  • Les cotisations sociales sont forfaitaires (en pourcentage du chiffre d’affaires) ;
  • Les cotisations sont payées mensuellement ou trimestriellement.

Qui peut bénéficier du régime micro-social simplifié ?

Les personnes qui peuvent bénéficier de ce régime micro-social simplifié sont :

  • les entrepreneurs individuels industriels, commerciaux, artisanaux ou libéraux qui appartiennent au régime fiscal de la micro-entreprise (ils doivent opter pour ce régime) ;
  • Tous les micro-entrepreneurs depuis le 1er janvier 2016 sont automatiquement soumis au régime ;
  • Les micro-entrepreneurs bénéficiant d’une dispense d’immatriculation au RCS ou RM relèvent nécessairement du régime micro-social simplifié.

Certaines activités sont exclues du régime micro-social : artiste-auteur, personnes exerçant une activité relevant du régime de la mutualité sociale agricole (MSA), les activités libérales ne relevant pas de la Sécurité Sociale – Indépendants ou de la Cipav sont exclues également de ce régime etc.

 Intéressé par Axonaut ? Le Blog du Dirigeant vous offre 50% de réduction ! 

 

Comment fonctionne le régime micro-social simplifié ?

Le montant des cotisations sociales sera calculé selon un pourcentage appliqué sur chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise. Ce taux de cotisation à appliquer varie en fonction de la nature de l’activité de l’entreprise.

L’entrepreneur doit déclarer son chiffre d’affaires de façon mensuelle ou trimestrielle (selon son choix) pour permettre le calcul des cotisations et contributions sociales. Il effectue cette option au moment de la déclaration d’activité.

Ainsi, à la fin de chaque mois ou chaque trimestre, l’entrepreneur effectue sa déclaration de chiffre d’affaires. Cette dernière peut se faire soit sur le site www.lautoentrepreneur.fr ou par courrier à l’URSSAF.

  • Lorsqu’il opte pour une déclaration mensuelle, l’entrepreneur devra faire sa déclaration au plus tard le dernier jour du mois suivant.
  • Lorsqu’il opte pour une déclaration trimestrielle, l’entrepreneur doit procéder à la déclaration  au bout de 3 mois civils après la création ou la reprise des activités de la société.

Pour sanctionner le chef d’entreprise qui ne déclare pas son chiffre d’affaires, le montant de ses cotisations est majoré de 15 % pour les déclarations trimestrielles et de 5 % pour les mensuelles.

Remarque : 

Si l’entrepreneur ne réalise pas de chiffre d’affaires sur une période donnée, il ne paie pas de cotisations sociales minimales. Il faudra toutefois déclarer les recettes (déclaration à zéro).

Quelles sont les cotisations du  régime micro-social simplifié ?

Pour le calcul du pourcentage, plusieurs cotisations sont prises en compte :

  • Assurance vieillesse des régimes de retraite de base et la complémentaire obligatoire ;
  • Allocation familiale ;
  • Contribution sociale généralisée (CSG) ;
  • Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) ;
  • Cotisation supplémentaire d’indemnités journalières ;
  • Invalidité décès (la contribution à la formation professionnelle doit être aussi prise en compte) ;
  • Assurance maladie-maternité.

Quels sont les taux de cotisations prévus pour le régime micro-social simplifié ?

Les taux applicables varient selon la nature de l’activité de l’entreprise. Ces taux pour l’année 2020 sont les suivants :

  • 12,8 % pour la vente de marchandises, objet, fourniture et denrées à emporter ou à consommer sur place (BIC ) ;
  • 12,8 % pour les services d’hébergement (BIC) à l’exception en principe des locations meublées ;
  • 22% pour les activités de prestation de services commerciales ou artisanales (BIC et BNC)
  • 22% pour les professions libérales non réglementées ;
  • 22% pour les professions libérales réglementées relevant de la CIPAV (BNC) ;
  • 22% pour les services de location d’habitations meublées ;
  • 6 % pour la location de logements meublés de tourisme.

Au titre de la formation professionnelle, certaines contributions s’ajoutent à ces différents taux. Cette contribution est fixée à :

  • 0,3% pour les activités artisanales ;
  • 0,2% pour les prestations de services et les activités libérales ;
  • 0,1% pour les activités commerciales.

Les taux de cotisations pour les bénéficiaires de l’ACRE

Si l’auto-entrepreneur ou le micro-entrepreuneur bénéficie de l’ACCRE, les taux appliqués sont diminuées.  Pour plus d’informations lire notre article : L’ACRE Pour Les Micro-Entreprises

La possibilité d’opter pour le paiement des cotisations minimales

Si vous réalisez un faible chiffre d’affaires et vous souhaitez bénéficier d’une meilleure protection sociale, vous pouvez choisir d’opter volontairement pour le paiement de cotisations minimales

L’auto-entrepreneur peut opter pour le paiement des cotisations minimales de sorte que le montant de celles-ci ne soit pas inférieur au montant minimal des cotisations de sécurité sociale suivantes :

  • Pour le cas des professionnels libéraux, il y a : les cotisations de la retraite de base, les cotisations de la retraite complémentaire, les cotisations d’invalidité-décès ;
  • Pour les commerçants et artisans, il s’agit des cotisations : d’indemnités journalières, de retraite de base, d’invalidité-décès, de retraite complémentaire.

Pour en bénéficier l’entrepreneur doit en faire la demande auprès de la Sécurité Sociale des Indépendants au plus tard le 31 décembre de l’année avant celle au cours de laquelle le régime sera appliqué.

Pour une nouvelle création, il devra formuler la demande impérativement à la fin du 3e mois après la création.

Quelle est la durée d’application du régime micro-social simplifié ?

Le régime micro-social est appliqué durant une année civile complète. Il est renouvelé dans le cadre de la reconduction du statut d’auto-entrepreneur.

Cependant le régime social cessera dans les cas suivants :

  • Si l’entrepreneur renonce au statut mais également s’il déclare un chiffre nul durant 24 mois ou 8 trimestres civils consécutifs ;
  • Si l’entrepreneur choisit l’option d’un régime réel d’imposition;
  • Lorsque le montant du chiffre d’affaires excède le plafond légalement prévu, le régime micro-social cesse en même temps que le statut d’auto-entrepreneur.

Les plafonds applicable depuis le 1er janvier 2020, et ce pour trois ans sont :

  • Activités libérales                          72 500 € HT
  • Prestations de services                 72 500 € HT
  • Activités commerciales                 176 200 € HT
  • Activités de logement                    176 200 € HT

Attention, en cas de création en cours d’année, le seuil est alors calculé au prorata temporis.

Quels sont les avantages du régime micro-social simplifié ?

  • Obligation comptable allégés : pas de bilan ni de comptes de résultats,
  • Exonération de la TVA,
  • En sachant avec exactitude ce que vous devez payer, vous êtes à l’abri des surprises désagréables, qui arrivent très souvent dans le cas du régime réel d’imposition,
  • Si vous dépassez le seuil du chiffre d’affaires autorisé par votre activité, vous pourrez continuer de bénéficier du régime micro social pendant une année supplémentaire, le temps pour vous de vous régulariser.

Malgré les avantages ce régime n’est pas adapté pour les entreprises souhaitant réaliser de gros investissements. Car, elles ne peuvent pas déduire la TVA de leurs ventes, encore moins la récupérer. Ainsi avec une limitation du seuil du chiffre d’affaire cela contraint l’entreprise à réduire ses ambitions.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

TOP 5 DES OUTILS DE CREATION

Créer son entreprise en ligne

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Sarah Jarwé

Sarah Jarwé est diplômée d’un Master en Droit des Affaires. Elle accompagne les entrepreneurs dans leurs problématiques juridiques afin de les aider à faire les meilleurs choix.


créer et gérer en ligne

2 commentaires pour “Régime micro-social simplifié”

  • Buffet dit :

    Bonjour.
    J’ai une question d’importance . Je suis retraité de la fonction publique depuis le 1er juillet de cette année à l’âge de 57 ans donc l’âge légal mais en «  droit anticipé de catégorie active » puisque j’étais sapeur pompier et que j’ai bénéficié de cinq années de bonification.J’ai créé une micro entreprise le 03/03/2021 en dératisation-désinsectisation et depuis ma retraite je subi un plafonnement de mon droit à revenus issus de ma micro de cette façon : droits à revenus = 1/3 de ma pension annuelle augmenté de 7200€. Le problème que je rencontre c’est que je suis en contact avec différentes sociétés ou syndics de copropriétés qui me donnent régulièrement du travail et je vois que je vais vite atteindre le plafond fixé et si je le dépasse , on me retire l’équivalent de ma pension donc autant dire que je travaille pour rien voir même je perd de l’argent en travaillant . Existe t il un moyen de contourner légalement cette règle et comment s’il vous plaît ? Merci à vous pour le moindre renseignement qui pourrait m’aider . Cordialement.

    Pas encore de votes.
    Chargement...

    • Laurent Dufour dit :

      Bonjour,

      J’avoue ne pas être très au fait de cette limitation. Toutefois, il me semble qu’elle se base sur le montant des revenus que vous percevez, en créant une SASU, vous pouvez sans doute éviter ce problème. Il suffit de ne pas vous rémunérer et de percevoir les bénéfices réalisés sous la forme de dividendes. Dans une société par actions comme la SASU, les dividendes sont assimilés à des revenus provenant de valeurs mobilières de placement (comme les actions d’un PEA par exemple). Ainsi vous faites “coup double” :
      – vous conservez une fiscalité faible puisque les dividendes sont soumis aux prélèvements sociaux (17,2%)
      – vous ne percevez pas des revenus, mais des dividendes qui sont fiscalement déclarés différemment.
      Seule petite ombre au tableau, il faut faire un suivi juridique et une comptabilité. Toutefois, il existe des solutions peu coûteuses. Voici quelques partenaires sérieux avec qui nous travaillons et qui vous proposeront des tarifs compétitifs pour un travail de qualité et reconnu (en utilisant les codes promo LBDD, vous profiterez de remises complémentaires) :
      – la société Legalstart : plateforme juridique en ligne qui peut se charger de votre création d’entreprise. Elle est leader du marché. Vous pourrez bénéficier d’un conseil juridique et de partenaires pour votre comptabilité. Voici le lien de l’article présentant notre avis sur ce site : https://www.leblogdudirigeant.com/notre-avis-sur-legalstart/

      – la société Légalplace qui se développe ces dernières années et offre elle aussi un service de qualité. Le service de comptabilité est un service intégré, c’est-à-dire que le cabinet comptable appartient à Legalplace. voici le lien de l’article présentant notre avis sur Legaplace : https://www.leblogdudirigeant.com/notre-avis-sur-legalplace/

      – la société Keobiz qui est un expert-comptable en ligne (nous avons de bons contacts, mais avons, à ce jour, moins de retours quant à la qualité de leurs services). Voici le lien de l’article présentant notre avis sur la société Keobiz : https://www.leblogdudirigeant.com/test-logiciel-comptabilite-keobiz/

      Enfin voici un lien vers notre tableau comparateur des plateformes juridiques avec lesquelles nous travaillons afin de profiter des meilleurs tarifs de création et d’un accompagnement de notre part en cas de besoin : https://www.leblogdudirigeant.com/tableau-comparateur-plateformes-creation-dentreprise/

      N’hésitez pas à reprendre contact avec nous si vous souhaitez que nous échangions sur votre problématique ou votre projet

      Cordialement,
      L’équipe créer son entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.