Auto-entreprise : notre fiche pratique

Par Laurent Dufour, le 15/09/2021

Le succès de l’auto-entreprise est notamment dû à sa simplicité sur le plan de la création de l’auto-entreprise, mais aussi sur le plan fiscal et social.

fiche pratique comment créer son auto-entreprise

Si avant 2016, les termes d’auto-entreprise et de micro-entreprise étaient distincts, depuis cette date ils veulent dire la même chose. Le statut d’auto-entreprise a disparu pour se rattacher au régime de la micro-entreprise.

On gardera ce terme dans cette fiche pour désigner les entrepreneurs individuels qui ont opté pour la micro entreprise (micro social et micro fiscal). Cela facilitera la compréhension, toutefois rappelez-vous bien que le terme d’auto-entreprise n’a plus la signification juridique d’avant 2016.

Découvrez nos outils pour créer votre entreprise !

Les démarches pour créer votre auto-entreprise

Les conditions de création de l’auto-entreprise

Pour créer une auto-entreprise, il faut :

  • être un majeur ou mineur émancipé
  • avoir une adresse en France
  • pour les étrangers hors Union Européenne, il faut une carte de séjour temporaire autorisant l’ouverture d’une auto-entreprise en France

Il ne faut pas être un travailleur non salarié car ils ne peuvent pas cotiser deux fois à la même caisse sociale.

Une fois ces conditions remplies, vous pouvez créer une auto-entreprise soit comme activité principale, soit comme un complément d’un autre statut (salarié, étudiant, retraité…).

Cependant certaines activités sont interdites, par exemple : les activités agricoles relevant de la mutualité sociale agricole, les activités relevant de la TVA immobilière, les activités artistiques rémunérées par des droits d’auteurs, …

Certaines professions sont exclues également car elles sont soumises à une législation particulière ou nécessitent l’obtention d’un diplôme, comme : les métiers de construction, entretien et réparation de bâtiments , les métiers de fabrication de produits frais, les métiers de coiffure et de l’esthétique, …

Comment créer son auto-entreprise ?

La démarche est simple, vous pouvez effectuer la création directement en ligne sur le site de l’URSSAF : autoentrepreneur.urssaf. Cette formalité est gratuite, rapide et ne nécessite aucun apport de capital.

Toutefois, pour bénéficier du régime, il faut que votre chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas les seuils suivants :

  • 176 200 € HT pour les achats revente de marchandises, les ventes de denrées à consommer sur place et les prestations d’hébergement
  • 72 500 € HT pour les prestations de services commerciales ou artisanales et les professions libérales

Ensuite, une immatriculation est nécessaire pour les artisans au répertoire des métiers, et pour les commerçants au RCS. Pour les agents commerciaux, vous devez conclure un contrat de mandat avec un client avant de déclarer votre activité au greffe de tribunal de commerce et vous immatriculez au registre spécial des agents commerciaux.

Créer son auto-entreprise en ligne

Si la création d’une autoentreprise est gratuite, il peut être intéressant de se faire accompagner pour choisir les bonnes options.

Pour éviter les déconvenues et les interminable heures d’attentes au téléphone ou au guichet de l’administration, de nombreux créateurs choisissent de passer par une plateforme juridique. La démarche est un peu plus onéreuse mais plus sure, plus rapide et bien sûr plus simple.

Leader du marché

Les meilleurs sites pour créer sa SASU en ligne

Meilleur rapport Qualité/Prix

Les meilleurs sites pour créer sa SCI en ligne

Simple, rapide et efficace

Les meilleurs sites pour créer sa SARL en ligne

Accompagnement personnalisé

Les meilleurs sites pour créer son EURL en ligne

OFFRE ECO 9€ 49€
OFFRE STANDARD 69€ 59€ 99,25€ 79€
OFFRE PREMIUM 129€ 99€ 149,75€ 99€
AVIS CLIENTS /10 8,6
229 avis sur Avis Vérifié
9,2
1940 avis sur Trustpilot
9,4
572 avis sur Avis Vérifié
8,4
350 avis sur Avis Vérifié
PROMOTIONS LBdD
EN SAVOIR + SUR LES TARIFS Découvrir Découvrir Découvrir Découvrir

La responsabilité de l’auto-entrepreneur

L’auto-entrepreneur est responsable de son entreprise, il agit en son nom et pour son compte. Il n’y a pas de différence entre l’auto-entreprise et l’auto-entrepreneur, il s’agit de la même personne. Pour le patrimoine également, il n’y a pas deux patrimoines distincts, l’auto-entrepreneur est responsable indéfiniment. Les créanciers pourront aller chercher sur le patrimoine personnel de l’auto-entrepreneur en cas de dettes impayées.

Même s’il n’y a pas deux patrimoines, l’auto-entrepreneur doit quand même avoir un compte bancaire dédié à son activité. Ce n’est pas forcément un compte professionnel, cela peut être un compte personnel, mais il doit obligatoirement être dédié aux dépenses liées à l’activité.

Les auto-entreprises ayant un chiffre d’affaires inférieur à 10 000€ n’ont pas cette obligation.

 Intéressé par Axonaut ? Le Blog du Dirigeant vous offre 50% de réduction ! 

 

Le régime fiscal de l’auto-entreprise

La TVA

Le régime de l’auto-entreprise permet de ne pas déclarer de TVA, de ne pas la facturer mais de ne pas la récupérer non plus, on parle de franchise en base de TVA.

Pour bénéficier de cette franchise en base de TVA et effectuer des prix concurrentiels sur ses produits ou services, il ne faut pas dépasser ces seuils :

Activités Seuils de la franchise en base de TVA à ne pas dépasser
Seuils de base Seuils de tolérance
activité commerciale 85 800 € du CA HT 94 300€ du CA HT
prestations de services artisanales ou commerciales et activités libérales 34 400 du CA HT 36 500€ du CA  HT

Si l’auto-entrepreneur dépasse le seuil de tolérance, il deviendra redevable de la TVA, la franchise en base de TVA ne s’appliquera plus, dès le premier jour du mois de dépassement.

Si l’auto-entrepreneur dépasse le seuil de base mais ne dépasse pas le seuil de tolérance, la franchise en base de TVA s’appliquera. Cependant, s’il y a dépassement du seuil de base deux années à suivre, la franchise en base de TVA ne s’appliquera plus à partir du 1er janvier de l’année suivante.

Imposition et taxes annexes

Les auto-entrepreneurs sont soumis au prélèvement à la source pour les revenus professionnels et fonciers. Ils doivent payer leur impôt sous forme d’acomptes prélevés mensuellement ou trimestriellement par rapport à la déclaration du printemps de l’année précédente.

Si l’auto-entreprise a été créée en 2020, il n’y a pas eu de déclaration en 2019. Il faut :

  • soit attendre 2021 pour commencer à payer les premiers acomptes,
  • soit payer des acomptes dès le début en estimant le revenu pendant l’année,
  • soit opter pour le versement libératoire.

Avec l’imposition, diverses taxes sont également à payer :

  • La taxe pour frais de chambre consulaire qui permet le financement des chambres consulaires (CCI et CMA) pour les commerçants et artisans.
  • La cotisation foncière des entreprises (CFE), exonéré la première année, les auto-entrepreneurs devront remplir la déclaration 1447-C-SD pour les années suivantes.

Régime social de l’auto-entreprise

Le régime de l’auto-entreprise permet un régime social simplifié au niveau des calculs et le paiement des cotisations sociales. Elles sont proportionnelles au chiffre d’affaire et sont à payer mensuellement ou trimestriellement selon la périodicité choisie.

Activités Cotisations sociales sur le CA
les achats reventes de marchandises, les prestations d’hébergement et les fournitures de denrées 12,8 %
les autres prestations de services commerciales ou artisanales et pour les professions libérales 22 %

 

Certains auto-entrepreneurs peuvent bénéficier de l’ACRE qui est une exonération partielle des cotisations sociales. Pour en bénéficier il faut :

  • être demandeur d’emploi non indemnisé inscrit sur la liste des demandeurs d’emploi depuis plus de 6 mois ces 18 derniers mois
  • percevoir l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ou l’allocation de sécurisation professionnelle (ASP)
  • percevoir l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou le RSA
  • avoir entre 18 et 25 ans révolus
  • avoir moins de 30 ans non indemnisé(e) ou être reconnu(e) handicapé(e)
  • créer une entreprise implantée au sein d’une zone urbaine sensible (ZUS)
  • un chiffre d’affaires après abattement inférieur à 41 136€
Activités Cotisations sociales bénéficiant de l’ACRE à partir de 2020
Première année Deuxième année
les achats reventes de marchandises, les ventes de denrées à consommer sur place et les prestations d’hébergement 6,4 % 12,8 %
les prestations de service commerciale ou artisanale et les professions libérales 11 % 22 %
les activités de location de tourisme 3 % 4,5 %

 

Activités Cotisations sociales bénéficiant de l’ACRE avant 2020
1ère période 2e période 3e période 4e période
les achats reventes de marchandises, les ventes de denrées à consommer sur place et les prestations d’hébergement 3,2 % 9,6 % 11,6 % 12,8 %
les prestations de service commerciale ou artisanale et les professions libérales 5,5 % 16,5 % 19,8 % 22 %
 les activités de location de tourisme 2,9 % 3 % 4,5 % 4,5 %

La fin de l’auto-entreprise

Procédure de fermeture de l’auto-entreprise :

  • remplir le formulaire P4 CMB pour une activité commerciale ou artisanale, P2-P4 pour une activité libérale
  • déclarer une dernière fois le chiffre d’affaires
  • déclarer son revenu au service des impôts dans les 60 jours de la fermeture, s’il n’y a pas eu d’option pour le prélèvement libératoire de l’impôt

Il n’existe plus de délais de carence pour recréer une auto-entreprise après l’avoir fermé. Toutefois cela ne concerne pas les aides mises à disposition pour le lancement de l’auto-entreprise. En effet, l’ACRE a un délai de carence de 3 ans depuis la dernière obtention de cette aide avant de pouvoir en bénéficier de nouveau.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

TOP 5 DES OUTILS DE CREATION

Créer son entreprise en ligne

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Laurent Dufour

Fondateur du site Le Blog du Dirigeant. Diplômé d’un master en management (droit, finance, marketing et gestion) et ancien cadre dirigeant, Laurent Dufour conseille et accompagne les créateurs et les dirigeants pour créer, développer et gérer leur entreprise depuis 2010.