Comment créer son entreprise ? » Quel statut juridique pour quel projet d’entreprise ? » Création d’entreprise : Le statut juridique de la SAS » Changement de statut : Évitez de passer de SARL en SAS sans projection chiffrée !

Changement de statut : Évitez de passer de SARL en SAS sans projection chiffrée !

par | 2 commentaires

Nous assistons depuis quelques mois à une course effrénée vers le changement des statuts de SARL en SA ou SAS.
Depuis quelques mois, certains experts-comptables et conseillers financiers conseillent aux dirigeants de passer de SARL en SAS sans même prendre le temps de faire des projections financières.

Céder votre fonds de commerce : les outils

Changement de statut : Évitez de passer de SARL en SAS sans projection chiffrée !

Les raisons de ce changement de statut sont liées à la taxation des dividendes aux charges sociales RSI pour les SARL depuis le 1er janvier 2013. Cet argument se fonde sur des économies de court-terme mais peut au final désavantager le dirigeant.

Dirigeant : vous êtes à la manœuvre, avant de décider d’un quelconque changement, posez-vous les bonnes questions !!

Faut-il changer de statut et passer de SARL en SAS ?

Le régime de la SARL est plébiscité par tous les acteurs conseils des dirigeants d’entreprise depuis 1994, dès le vote concernant la loi Madelin, qui a corrigé un régime d’inégalité entre les salariés et les TNS (travailleurs non-salariés).

En effet, les cotisations facultatives de protection sociale concernant les salariés étaient déductibles du revenu imposable voire des charges sociales, alors que les TNS tous régimes confondus devaient payer ces mêmes protections de leurs deniers propres (aucun avantage ni fiscal ni social).

De nombreux experts-comptables mettaient alors en avant le statut du dirigeant gérant majoritaire (voir co-gérant majoritaire : lorsque les associés actifs additionnent leurs actions pour devenir ensemble majoritaire en collège) qui apportait de l’indépendance sociale et permettait de mieux assurer la personne du dirigeant et sa famille compte tenu des risques importants qu’il assume seul et qui engagent la protection patrimoniale de sa famille.

Dès lors, l’individualisation des préconisations sociales en tant que gérant majoritaire, a permis d’assurer une compensation des risques encourus par le dirigeant, par des protections spécifiques, personnalisés et conformes à ses besoins et ce, en franchise fiscale.

Aujourd’hui, de nombreux dirigeants passent de SARL en SAS pour éviter de payer des cotisations sociales. Remettre en cause ce principe, par le seul fait, que les dividendes des dirigeants de SARL sont taxés en social depuis le 1er janvier 2013, est une erreur fondamentale qui n’a pour seul objectif que d’échapper à cette taxation qui pourtant apporte son concours à la protection du dirigeant.

En effet, les conséquences de cette décision sont multiples et peuvent avoir des impacts importants sur le long terme. Il est par conséquent nécessaire de faire une étude globale de la situation sociale du dirigeant afin de baser la décision de passer de SARL en SAS sur une réflexion chiffrée, éclairée et globale.

Pour conclure sur ce sujet, et étayer mon propos, lorsque les dividendes n’étaient pas taxés je démontrais qu’il était plus intéressant de verser une prime de gérance en fin d’année plutôt que de se verser des dividendes. La différence nette après impôts était plus importante avec une prime de gérance avec un niveau de retraite plus important.

Nous pouvons prendre pour exemple deux co-gérants qui, suite au conseil de leur expert-comptable qui n’avait fait aucune simulation, devaient signer leur passage de SARL en SAS 3 jours après notre rendez-vous… Bien leur a pris de repousser cette décision qui au final leur aurait coûté plus cher pour une protection amoindrie pour eux et leur famille.

Nous développerons ce sujet avec des exemples chiffrés, lors d’un autre article spécifique, mais vous pouvez d’ores et déjà nous poser vos questions.

Passer de SARL en SAS : quelle protection sociale pour un gérant majoritaire ?

La protection du gérant majoritaire est personnalisée et conforme à ses seuls besoins, pas de collégialité, même pour un collège de co-gérants, chacun s’assure en fonction de ses besoins familiaux, en fonction de son âge, et en fonction de ses choix. La décision est individuelle.

Le socle de cotisations obligatoires donne la même protection que pour les salariés dirigeants, ou les professions indépendants en nom propre.

Seul le régime de retraite cadre n’existe pas, mais il est largement avantagé et remplacé par les contrats retraite Madelin par capitalisation.

Pour faire simple, les régimes de répartition dont bénéficient les présidents de SAS donnent un nombre de points acquis, qui se convertiront à l’âge de la retraite en valeur de points, en fonction du nombre de cotisants au moment où chacun prendra sa retraite. Autrement dit, les règles et les valeurs changent en fonction de ce dernier critère.

Les critères d’attribution des pensions de réversion (droit du mari ou de l’épouse survivant à bénéficier d’une partie de la retraite de son conjoint décédé) qui s’appliqueront au président de SAS sont elles aussi défavorables, limitée à 50 % en moyenne sur le régime complémentaire, sur le régime de base la réversion est conditionnée par le revenu du foyer au moment du décès.

A l’inverse, le régime de capitalisation Madelin réservé aux TNS, donne pour une majorité de contrats, une réversion à 100 % au conjoint survivant ou en cas de décès des deux parents, une possibilité de rentes viagères aux enfants durant les 15 ou 20 premières années. Certains contrats prévoient aussi la prise en charge de toutes les cotisations en cas d’arrêt d’activité pour accident ou maladie, de manière à garantir la retraite aux bénéficiaires quoi qu’il arrive.

Toutes les solutions sociales existent en dehors de la retraite, la garantie chômage volontaire, la complémentaire santé groupe, la prévoyance groupe, le PEE & PERCOO, la garantie croisée associé, la garantie homme clef, etc…

Lors d’un prochain article, nous reviendrons également en détail sur ces différents aspects de la protection sociale personnelle.

En conclusion

La SAS est une forme juridique qui dispose de nombreux avantages (tout comme la SARL), mais il n’est pas exact de dire qu’il est systématiquement plus avantageux d’être en SAS qu’en SARL ! Le dire ou le laisser penser est un raccourci qui peu amener un dirigeant à avoir une protection sociale inadaptée voir dans certains cas générer un surcoût.

Soyez vigilant avant de décider de passer de SARL en SAS, exigez de chiffrer un éventuel changement de statut, par une étude comparative précise et détaillée qui intègre :

  • les coûts comparés,
  • le chiffrage de vos droits comparés,
  • et votre situation fiscale personnelle.

Ainsi vous aurez l’assurance d’avoir pris la bonne décision puisqu’elle se sera fondée sur des éléments factuels et mesurés.

Monter son business plan

Partez du bon pied grâce à notre ebook

Monter son business plan

Partez du bon pied grâce à notre ebook

2 Commentaires

  1. Changement de statut : Évitez de passer de SARL en SAS sans projection chiffrée !

    Bonjour,
    je suis actuellement en SARL depuis 5 ans, hors je peux prétendre à mes droit retraite depuis le 1 septembre 2017 (carrière longue) je souhaite prendre ces droits, tout en continuant à travailler dans mon entreprise, mon comptable me dit que la solution est de passer de SARL à SAS, être président mais non salarié, et prendre que les dividendes compte tenu des résultats ! En faisant un calcul simple, j’économise le RSI et je ne retire plus de rémunération mensuelle, je précise que je suis imposé à l’IS.
    Pouvez-vous me donner votre avis, sur ce futur changement
    Merci par avance
    Cordialement

    Réponse
    • Changement de statut : Évitez de passer de SARL en SAS sans projection chiffrée !

      Bonjour,

      Chaque cas est particulier et nécessite une analyse en détail. Cependant pour de très nombreux dirigeants retraités il est plus intéressant de créer une SAS afin de devenir président non rémunéré et percevoir une rémunération sous forme de dividendes. En effet, en tant que retraité les charges sociales que vous verserez n’améliorent pas le niveau et la qualité votre protection sociale, il est donc souvent préférable de privilégier le versement des dividendes. Pour que votre changement de statut ne vous coûte pas trop cher vous pouvez passer par un site de statut en ligne, attention d’en prendre un avec qui vous pouvez discuter en ligne (certains internautes m’ont recommandé le site « agence-juridique.com » … Je vous laisse juger de leur qualité).

      Cordialement,
      L’équipe accompagnement des entrepreneurs LBdD

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Télécharger le PDF
Please wait...
créez votre entreprise

Inscrivez-vous à la newsletter !

Chaque semaine, des actus et des articles de fond

Merci ! Votre inscription a été prise en compte.