Ouvrir un bar, un restaurant : comment vendre de l'alcool ?

Par Laurent Dufour, le 09/07/2020

Vous avez décidé d’ouvrir un bar, ou d’ajouter un menu snack pour accompagner un apéritif ou grignoter sur le pouce dans votre débit de boissons. Certaines démarches administratives sont incontournables pour pouvoir proposer de l’alcool et de l’alimentation même basique.

Ouvrir un bar, un restaurant : les démarches pour proposer de l'alcool

Nous faisons le point sur ces autorisations à obtenir obligatoirement avant tout lancement de ce type d’activité.

Choix de la structure juridique et permis d’exploitation

Une structure juridique adaptée

Avant tout chose, vous devrez sélectionner le type de statut juridique pour fonder votre entreprise. Pour les débits de boisson et les restaurants, il est possible de choisir entre plusieurs types de structures. Cela dépend surtout du nombre d’associés qui seront joints au projet :

  • Vous êtes seul à gérer votre affaire, optez pour l’EURL.
  • Vous êtes plusieurs associés, choisissez une SARL.
  • Il y a aussi la possibilité de choisir l’entreprise individuelle, mais attention dans ce cas, votre patrimoine personnel est intimement lié à celui de votre entreprise. Mesurez les risques !

Obtenir le permis d’exploitation et la licence alcool

ouvir un bar ou un restaurant

Ce sont les éléments incontournables pour ouvrir votre établissement selon les normes en vigueur. Ces deux certificats, permis d’exploitation et licence alcool, garantissent que vous avez l’autorisation de servir des boissons et de la nourriture à votre clientèle, que vous respectez les normes sanitaires en vigueur et que vous connaissez les risques de l’état d’ébriété sur la voie publique.

Le permis d’exploitation

La loi exige depuis le 31 mars 2016 que tous les établissements proposant de la restauration ou faisant de l’hôtellerie détiennent ce permis d’exploitation. Il a été créé pour attirer l’attention des professionnels sur les règles et les obligations qui sont liées à l’exploitation de leur établissement.

Ce permis est aussi une façon de sensibiliser à l’impact de la consommation d’alcool. En tant que gérant d’un bar, vous êtes responsable en cas de consommation excessive d’un client, mais également si un mineur consomme de l’alcool dans votre établissement.

Ce permis vous invite aussi à lutter contre les nuisances sonores pour ne pas déranger votre voisinage. Vous devez obligatoirement obtenir ce permis d’exploitation pour ouvrir votre établissement. Il est délivré à l’issue d’une formation permis d’exploitation

La licence alcool

C’est la deuxième démarche à réaliser avant l’ouverture de votre bar si vous comptez servir de l’alcool. Il existe deux types de licences, à choisir selon le type de boissons que vous allez proposer à votre clientèle.

  • La licence III concerne les boissons comme le vin, la bière et les boissons qui ne dépassent pas les 18°
  • La licence IV concerne les boissons distillées comme le rhum, la vodka, la tequila, mais aussi tous les cocktails qui contiennent des alcools distillés ou fermentés.

Ces licences vous permettent de commercialiser de l’alcool durant les horaires d’ouverture autorisés par l’arrêté de la préfecture. En revanche, il faut impérativement que vos clients consomment l’alcool au sein de votre établissement, sur une table ou au bar.

Le respect des normes d’hygiène et de sécurité

Ces notions sont indispensables pour que vous puissiez ouvrir votre commerce, et en particulier lorsque l’on propose des boissons et snacks à consommer. Votre établissement doit se conformer aux normes d’hygiène et de sécurité. Il existe un protocole qu’il est obligatoire de connaître lorsqu’on est gérant d’un établissement de débit de boissons, c’est la démarche HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point). Il s’agit de l’ analyse des dangers et des points sanitaires critiques permettant de mieux les appréhender et les maîtriser.

autorisation pour vendre de l'alcool En appliquant des protocoles pensés en fonction de votre établissement, vous contrôlez plus facilement que l’hygiène est respectée et que vous proposez des produits garantissant la sécurité de vos clients. Même si vous ne mettez en vente que de petits snacks ou des planchas pour l’apéritif, vous devez vous assurer que tout est fait afin que vos produits soient conservés et préparés dans les bonnes conditions.

De même, les surfaces où vous préparez les plats doivent être régulièrement nettoyées, désinfectées et se trouver dans un état impeccable. En appliquant la démarche HACCP, vous évitez les risques d’intoxication alimentaire et passez haut la main les contrôles des services de l’hygiène et de la sécurité. C’est aussi l’assurance que vous travaillerez dans des conditions saines.

Notez que cette formation peut désormais se réaliser à distance, grâce au web.

L’exploitation d’une terrasse

C’est un véritable atout pour votre établissement : la terrasse est assaillie par les clients dès les premiers jours de beau temps. On aime y passer du temps et vous êtes certain d’accroître votre chiffre d’affaires. Mais pour exploiter une terrasse, vous devez demander l’autorisation de la mairie qui gère la ville où se trouve votre établissement. Il existe des règles précises d’exploitation de cet espace extérieur et vous devrez être très rigoureux pour conserver ce droit.

Les mairies sont assez tatillonnes quant aux dimensions de votre terrasse ainsi que des horaires où elle sera utilisée, qu’elle soit fermée ou ouverte. Et pour l’exploiter, vous devrez vous acquitter de droits de voirie. Cette taxe est appliquée en fonction de la taille de votre terrasse, de la fréquentation, mais aussi de l’exposition. Renseignez-vous auprès de votre mairie pour évaluer le prix de la redevance et l’inclure dans vos frais de fonctionnement.

La conception des playlists de votre établissement

Pour animer votre bar, vous aurez sûrement envie de mettre de la musique. Piochée sur internet ou diffusée depuis l’une des plateformes en streaming, vous devez savoir que pour faire passer une chanson dans votre établissement, vous devez impérativement obtenir l’autorisation de la SACEM. Cette Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique est garante de la bonne utilisation des créations des artistes.

Les musiques et chansons sont des œuvres qui sont soumises à des droits d’auteur : à chaque passage d’une chanson, l’artiste reçoit une rémunération pour sa création. Il est impossible d’utiliser une musique sans vous acquitter des droits d’auteur. Pour faciliter le calcul pour les établissements tels que bars musicaux ou restaurants, il existe une redevance annuelle qui vous sera demandée par la SACEM. Il est aussi possible de consulter les grilles tarifaires pour prendre la mesure de cette redevance.

L’ouverture d’un bar est une aventure passionnante. Mais pour qu’elle soit durable, il est important de réaliser les démarches qui attestent que vous ouvrez votre établissement en respectant vos obligations. Permis d’exploitation, licences d’alcool, démarche HACCP sont obligatoires et s’obtiennent en quelques jours de formation seulement !

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 1 vote.
Chargement...

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Laurent Dufour -


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *