Fiche pratique gestion commerciale : Le coût de revient

Par Laurent Dufour, le 04/09/2019

Un créateur d’entreprise a besoin de réaliser un prévisionnel financier, pour comprendre d’où proviendra la rentabilité (ou les pertes) de son entreprise.
Pour cela, il doit connaître le coût de revient de ses produits, ses prestations ou ses services. Le coût de revient lui permet de déterminer le prix de vente, la marge nette et le taux de marge des produits (prestations ou services) proposés à sa clientèle.

Fiche pratique gestion commerciale : Le coût de revient

Le coût de revient sert aussi au dirigeant d’une entreprise en plein développement. Il lui permet de rajuster son modèle économique à la réalité et d’analyser sa stratégie financière.

Mais comment se calcul un coût de revient et comment l’utiliser après l’avoir calculé ?

LE COÛT DE REVIENT

Le coût de revient reprend l’ensemble des dépenses liées à l’exploitation, qui sont nécessaires pour élaborer, produire, vendre et livrer (ou fournir) un produit, une prestation ou un service.

La différence entre prix e revient et coût de revient

Attention, il faut différencier le prix de revient du coût de revient.

Ce dernier est augmenté des frais liés à la logistique de livraison (stockage, livraison et transport, etc…).

Le coût de revient permet aussi de connaitre la marge nette du produit ou du service étudié :

MARGE NETTE = Chiffre d’Affaires HT – Coût de Revient HT

A quoi sert le coût de revient ? Quand l’utilise-t-on ?

Un coût de revient sert à connaitre la rentabilité d’un élément, il peut se calculer  par produit (prestation ou service), gamme de produit, famille de produit,… Mais aussi par unité de production, service, commercial,  ….

POURQUOI CALCULER LE COÛT DE REVIENT ?

Fiche pratique gestion commerciale : Le coût de revientQue vous créiez puis développiez une entreprise de production ou une société de prestation de services, connaitre votre coût de revient est indispensable pour gérer votre entreprise correctement.  Votre coût de revient vous sera utile en phase de création mais aussi tout au long de la vie de l’entreprise. le coût de revient est utile dans trois cas principaux :

  • Établir la tarification de vos produits et services.  Connaitre le coût de revient de vos prestation, de vos produits vous permet de faire des devis en connaissance de cause et de connaitre précisément vos marges de négociation. Une marge nette (ou un taux de marge) trop faible est un risque pour l’entreprise car il ne laisse pas de place à la négociation commerciale, aux imprévus (casse, retour, malfaçon, vol, …).
  • Connaître votre coût de revient vous permet de mieux comprendre la structure de coût de vos produits ou prestations ce qui vous aide à prendre les bonnes décisions d’investissement de recrutement (profil salaire, …). Connaitre vos coûts vous permet de maitriser la gestion de l’entreprise au lieu de la subir en partie…
  • Enfin, connaître vos coûts vous permet de travailler pour les réduire et ainsi améliorer votre compétitivité.  Connaître la composition d’un coût, c’est pouvoir orienter les démarches de réduction des charges qui le compose en ciblant immédiatement les principales dépenses …
Le coût de revient est bel et bien la première étape du créateur d’entreprise. Il permet d’anticiper son modèle économique dans un prévisionnel financier. Il servira ensuite sur le terrain et sera le premier ratio de gestion à suivre, tout au long de la vie de l’entreprise !

QU’EST CE QUI COMPOSE LE COÛT DE REVIENT ?

Le coût de revient comprend l’ensemble des charges d’exploitation de la société liées à un produit ou un service.

Les charges directes et indirectes

Fiche pratique gestion commerciale : Le coût de revient

Le coût de revient  comprend deux types de charges distinctes :

  • Les charges directes qui sont directement affectées au produit ou service étudié (matières premières, temps passé ou frais de livraison, …)
  • Les charges indirectes qui servent aussi à d’autres produits ou services de l’entreprise et qu’il faut donc affecter de la manière la plus juste possible (loyer, entretien, frais administratifs, …).

Lors de l’étude du coût de revient d’un produit (ou d’un service), toutes les charges de l’entreprise ne sont pas à affecter à ce produit, il faudra donc à la fois :

  • être attentif à bien attribuer l’ensemble des charges directes et indirectes
  • s’assurer que l’ensemble des coûts liés au produit (ou au service) ont été affectées et que la répartition a été bien faite.

Comment répartir les charges indirectes ?

Fiche pratique gestion commerciale : Le coût de revientPlusieurs clés de répartition peuvent être utilisées pour affecter les charges indirectes entre les différents produits ou services :

  • La répartition égalitaire
  • La répartition au temps passé
  • La répartition en fonction des quantités produites
  • La répartition en fonction du CA ou de la marge générée

Il est difficile de définir une règle générale qui permette de connaitre la clé de répartition à utiliser. L’important est de répartir les charges de la manière la plus juste possible afin de pouvoir travailler sur des coûts précis. Une fois la répartition terminée, il faut s’assurer que la somme des charges réparties correspondent bien à la totalité des charges du compte de résultat.

Quelles charges va-t-on prendre en compte ?

Fiche pratique gestion commerciale : Le coût de revient

Les charges reprises dans le coût de revient sont les charges d’exploitation. On les trouve notamment dans le compte de résultat :

  • Les coûts d’achat et d’approvisionnement
    • Matières premières, marchandises et consommables
    • Frais de livraison liés aux achats
  • Les coûts de production
    • Mains d’œuvre avec charges sociales et patronales,
    • Le loyer et les charges immobilières,
    • L’utilisation des machines et immobilisation (dotation aux amortissements, entretien préventif et curatif, …),
    • Les prestations internes et externes (informatique, assurance, honoraires, …),
  • Les dépenses de commercialisation et de distribution  (marketing, prospection, commerciaux, livraison, …)
  • Les coûts administratifs (services généraux, frais divers, impôts …).

Point particulier

Les charges exceptionnelles n’entrent pas dans le calcul du coût de revient, cependant certaines personnes intègrent les frais et intérêts bancaires liés à des investissements de production.

En phase de création d’entreprise, c’est à vous d’anticiper ces charges et de créer votre compte de résultat prévisionnel. En phase de développement d’entreprise, vous pourrez attendre la clôture des comptes pour analyser votre compte de résultat et ajuster vos calculs à vos prévisions.

COMMENT SE CALCUL DE COÛT DE REVIENT ?

Le coût de revient est la somme des coûts d’exploitation affectés à un produit ou un service :

Coût de revient = coûts d’achat et d’approvisionnement + coûts de production + coûts de commercialisation et distribution + coûts administratifs

Où trouver les informations pour faire le calcul du coût de revient ?

Fiche pratique gestion commerciale : Le coût de revientVotre Expert-comptable dispose d’une grande partie des éléments pour déterminer votre coût de revient global. En lui fournissant quelques éléments complémentaires vous pouvez lui demander de calculer votre coût de revient et de le suivre avec vous dans votre prévisionnel financier en phase de création d’entreprise, puis dans votre tableau de bord par exemple, en phase de développement.

Demandez à votre expert comptable de vous aider à déterminer vos coûts de revient et n’hésitez pas à discuter avec lui de la manière de les contenir ou les baisser, ainsi que de votre politique tarifaire.

Les points à retenir.

L’étude du coût de revient est un élément central pour une création puis une gestion optimale de son entreprise. Il permet d’apprécier la rentabilité de l’entreprise de manière générale mais aussi en allant dans le détail des différents produits, services ou familles de produits.  Il apporte une information importante aux créateurs et  dirigeants d’entreprise et intervient lors des décisions sur :

  • Le modèle économique optimal à développer en phase de création d’entreprise
  • L’étude des causes de la rentabilité de l’entreprise
  • Le cadrage (ou recadrage) de l’activité de l’entreprise sur certains secteurs, produits ou services
  • La plus-value apportée par un service complémentaire ou additionnel existant ou à l’étude,
  • La réduction des charges pour améliorer le résultat de l’entreprise,
  • La détermination des prix de vente et des marges par produit ou service.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 4.5/5. Total de 14 votes.
Chargement...

logo Legalstart

Legalstart, partenaire du Blog du Dirigeant, répond à tous vos besoins juridiques.

Rapidité des démarches

Économisez sur vos démarches

Un accompagnement dans vos démarches

Créer votre entreprise

Un changement d’adresse ? Une cession de part ?

Modifier vos statuts

Vous souhaitez protéger votre marque de potentiel concurrent ?

Déposez votre nom et votre logo pour plus d’assurance.

DÉPOSER VOTRE MARQUE

Newsletter


Laurent Dufour -


33 commentaires pour “Déterminer un coût de revient”

  1. ROSINE dit :

    Bonjour,
    Je suis en création d’entreprise (épicerie) et je me casse la tête sur le calcul du prix de revient par exemple d’un sachet de farine que j’achèterais à 0.57€ chez le fournisseur et en tenant compte d’un loyer à 900€/mois, de l’électricité à 90€/mois, des assurances à 60€/mois, de la location du TPE à 20€/mois, de l’eau à 30€/mois. La livraison étant gratuite à partir de 600€ d’achats et je je serai seule à travailler: exemple de 9h/jour et 6 jours /semaine. En espérant que tous les éléments puissent aider à faire le calcul.
    Merci d’avance.

    Pas encore de votes.
    Chargement...

    1. Dufour Laurent dit :

      Bonjour,
      Il est difficile de vous répondre car pour répartir vos charge fixes il faut établir une cl de répartition entre vos différentes produits. En effet cette clé est à personnaliser en fonction de votre projet. Par exemple si dans votre épicerie vous vendes 2 produits. Vous pouvez répartir vos charges fixes de manière égalitaire, il faut alors prendre le totale des charges fixes, puis en affecter 50% à chaque produit. Vous pouvez aussi les affecter en fonction de leur volume de vente si l’un fait 20% des ventes et l’autre 80%, vous pouvez utiliser cette clé de répartition. Vous pouvez aussi le faire en fonction du prix d’achat ou de vente si vous achetez votre farine 0.57 et l’huile d’olive 2.50 € cela peut aussi être une clé de répartition. Enfin vous pouvez faire une répartition mixte qui tient compte des différents critère et qui sera différents selon le type de charge (fixe ou semi fixe, …)votre clé peut être de dire.
      Si vous avez un expert-comptable, il doit, dans le cadre de sa mission de conseil vous aider (sans surcoût) dans votre démarche. Vous pouvez aussi passer par des personnes qui vous aideront. Si vous n’en connaissez pas nous pouvons vous aider à en trouver.
      Cordialement,
      L’équipe créer son entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...

  2. roland dit :

    Bonjour
    Je travaille dans le domaine informatique. J’achète un service(bande passante) chez un fournisseur et je le revend à plusieurs personnes. Sachant que pour une qualité optimale du service, je ne peux qu’avoir 40 clients sur mes équipements en un instant T. comment je peux calculer le coût de revient unitaire de chaque gamme de produit à partir de votre explication. Merci

    Pas encore de votes.
    Chargement...

    1. Dufour Laurent dit :

      Bonjour,
      Il est difficile de répondre sans mieux connaitre votre activité. J’imagine qu’il faudrait sans doute segmenter votre activité en fonction de vos typologies de produits, de lister et additionner l’ensemble des coûts liés à chaque produit puis diviser ce coût total par le nombre de client moyen de chaque produit.
      Si cela peut vous intéresser nous avons une partenaire qui fait du contrôle de gestion à temps partagé, elle pourrait peut être vous aider à établir vos coûts de revient, si cela vous intéresse n’hésitez pas à nous le faire savoir via notre page contact : https://www.leblogdudirigeant.com/qui-sommes-nous/#contact
      Cordialement,
      L’équipe accompagnement des entrepreneurs LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...

  3. AMAURY dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour votre article.
    Cependant je bloque un peu, comment calculer le prix de vente lorsque l’on a 12,000 articles et qu’il est difficile de calculer le cout de revient de chaque articles et sachant que sur les 12,000 articles il n’y en a peut-être que 1000 de vendus régulièrement, on pourrait donc se baser sur ces 1 000 articles mais si jamais d’autres hors de cette liste sont vendus… Sachant qu’en plus de ça il faut faire attention aux prix de la concurrence, vraiment difficile de déterminer tout cela.
    Estimer une marge moyenne et un objectif de chiffre à atteindre pour couvrir les charges annuels?
    En fait j’aimerais pouvoir calculer ma marge nette par produit afin d’augmenter un peu le prix, mais si j’inclus les frais de livraison/ la Main d’oeuvre etc je me retrouve avec des prix énormes en PV.
    Comment tout simplement reporter ses charges par produits afin de ne pas vendre à perte? Quand on a plus de 12000 produits… Et comment calculer le % de ces charges
    Merci par avance

    Pas encore de votes.
    Chargement...

    1. Dufour Laurent dit :

      Bonjour,
      C’est effectivement une démarche complexe. Votre difficulté provient du fait que la théorie n’est souvent pas simple à mettre en pratique. Cette mise en pratique est d’ailleurs différente pour chaque secteur mais aussi pour chacun. Pour parvenir à déterminer un prix de vente correcte, plusieurs pistes de réponses peuvent être étudiées :
      – commencer par s’intéresser aux ventes principales notamment grâce au principe de Pareto (les 20/80, c’est à dire les 20% des articles vendus réalisent 80% de votre CA); Il est donc important de vous assurer en priorité les tarifs de ces articles soient adaptés tant en terme de marge que de prix par rapport à vos concurrents, Vous vous occuperez des autres (par ordre d’importance) dans un second temps
      – vous pouvez ensuite regrouper vos articles par famille, étudier les coûts de revient et appliquer une politique tarifaire par famille. Au début vous créer quelques familles, puis vous affinez votre démarche en créant d’autres familles ou mieux des sous-familles et des sous-sous-familles qui auront chacune des particularités communes vous permettant d’appliquer une tarification adaptée
      – il faut aussi mettre en place une stratégie commerciale a adapter en fonction de votre activité et intégrer dans cette démarche le (dérive de vente, informations sur les avantages et inconvénient de chaque article, ….). Cette stratégie commerciale influencera votre politique tarifaire, elle doit vous permettre de répondre aux attentes de vos clients, de mettre en avant (et valoriser) la valeur ajoutée de votre entreprise et de vous différencier de vos concurrent (sur un marché qui existe et qui est suffisamment important pour vous faire vivre)
      – vous pouvez aussi différencier vos types de produits, y a t-il des produits d’appel (besoin et concurrence forte, des articles de niche (concurrence faible) des articles déclenchant des achats d’impulsion (petit prix forte marge), des produits saisonniers, des produits indispensables, ….
      – …
      Cette démarche est difficile à faire seul, votre rôle diffère selon la taille et le secteur d’activité de votre entreprise. pour la partie chiffrée, votre expert-comptable doit vous aider (sans surplus tarifaire) cela fait parti de son devoir d’accompagnement. S’il ne le fait pas changez-en ! pour ce qui est de la partie commerciale, c’est votre domaine, il faut travailler dessus, souvent en se faisant aider mais si ce n’est pas possible, il faut trader une ligne directrice, faire en sorte d’être rentable afin de dégager des moyens pour pouvoir y travailler par la suite.
      C’est un peu difficile d’en dire plus dans un commentaire,
      J’espère que cela vous aidera, n’hésitez pas à consulter les articles du blog, il y en a dans tous les domaines et si vous ne trouvez pas de réponse à votre question, dites le nous, nous prendrons le temps d’écrire un article (cela prend généralement quelques semaines)
      Cordialement,
      L’équipe création d’entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...

      1. AMAURY dit :

        Bonjour Laurent,
        Un très grand merci pour votre réponse, je vais essayer d’analyser tout cela !
        Effectivement j’étais parti sur l’analyse des 20/80 car sinon ça aurait été quasi impossible et surtout un travail immense (18 000 articles…).
        Il y a déjà des familles et sous-familles d’articles mais le problème c’est que dans ces familles et sous-familles chaque produit a son indice de concurrence sur le marché donc je peux pas réellement appliquer de coefficient à telle ou telle famille…
        Après oui d’un autre côté c’est à nous d’orienter nos clients vers les produits avec moins de concurrence et donc plus de marge.
        J’avais éventuellement envisagé de changer un peu nos tarifs, c’est à dire qu’actuellement nous utilisons 3 tarifs (en fonction du CA annuel du client ou l’estimation pour les nouveaux clients) et j’ai pensé a partir sur un tarif avec une meilleur marge générale, faire des prix marchés sur les produits récurrents que nous commandent nos clients et pour tout ce qui va être “extras” appliquer un tarif un peu plus élevé ce qui nous permettra de ré-augmenter un peu notre marge.

        Pas encore de votes.
        Chargement...

  4. Rita Raissa dit :

    Bonsoir, J’aurai deux questions: la premiere peut on prendre en compte dans le calcul du cout de revient d’une marchandise les frais de deplacement du dg pour aller acheter une marchandise autre que celle qui etait a l’origine de son deplacement? La deuxieme quelle est la consequence pour une entreprise de ne pas prendre tous les elements de charge dans le calcul du cout de revient? Merci!

    Pas encore de votes.
    Chargement...

    1. Clément Baudry dit :

      Bonjour,
      Selon nous il ne nous paraît pas possible de prendre en compte dans le prix de revient d’une marchandise X les frais de déplacement qui concernent l’achat d’une marchandise Y.
      Le risque, en cas de mauvais calcul du coût de revient, est de sous-estimer le coût de certains produits et d’en surestimer d’autres. Dès lors cela aura un impact sur votre rentabilité notamment.
      Cordialement,
      L’équipe Création d’Entreprises, LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...

  5. laura dit :

    Bonjour,
    Je crée une entreprise de location de matériel
    J’ai réussi à trouver une clé de répartition pour mes charges indirectes et les ai attribué à chacun de mes produits (le résultat varie donc en fonction du nombre de jours). Au final je retrouve :
    (x% des CI)*nombre de produits = 100%
    Si j’analyse bien ce résultat, cela veut dire que pour “rentabiliser ” mes charges indirectes, il faut que je loue TOUS mes produits tous les jours.
    Ma question : bien entendu louer l’intégralité de ce que je propose tous les jours de l’année va être compliqué, cela veut-il dire que pour chaque produit loué, il financera sa part de CI et que le reste de mes CI par jours sera financé par la marge ?
    Mais dans ce cas, si la marge finance mes CI, on ne peut parler de marge nette, puisque à celle-ci il faudra soustraire les parts non financées de mes “non ventes”.
    Aussi :
    je me creuse beaucoup la tête à savoir ce que je fais de mon salaire.
    Si je l’inclue dans mes charges indirects :
    ( (salaire mensuel / nombre de jour de travail) / nombre d’heure de travail réglementaire par jour ) * nombre d’heures de travail effectué pour une commande
    >> ce montant est élevé et le résultat est très impactant pour mes “petits” produits mis à la location (qui ne me coûtent pas cher à l’achat) car la majeur partie de mon temps sur une commande ira au trajet en voiture pour livrer et désinstaller.
    Ou bien je place mon salaire mensuel dans mes charges indirect, mais je peux difficilement le répartir à tous mes produits en fonction du temps passé à la commande, cela implique la même chose : je gagne quelques centimes à chaque commande et pour couvrir ces frais il me faudrait vendre TOUS les produits tous les jours.
    DONC le salaire doit-il être prélevé sur la marge effectuée ?
    En Charge direct j’ai aussi le même problème avec l’essence, qui revient cher pour les produits pas cher, et donne un résultat incohérent, je pense donc de plus en plus refuser toute commande en dessous d’un certain montant, mais je n’ai aucune idée de comment mettre ça en place dans le calcule de mes prix de vente pour tous mes produits ( au coûts de revient cher et pas cher)
    Je vous remercie d’avance pour votre retour

    Pas encore de votes.
    Chargement...

    1. Dufour Laurent dit :

      Bonjour,
      La main d’oeuvre est bien a affecter en charge indirecte, par contre comme vous le dites dans votre commentaire, il peut être compliqué d’appliquer strictement la répartition de certaines charges indirectes à chaque charge pour plusieurs raisons :
      – le poids de la répartition de la mains d’oeuvre qui peut être démesuré au regard du prix de location,
      – le nombre de charges indirecte qu’il faut intégrer dans la réflexion (et qu’il faudra mettre à jour au fur et à mesure).
      Ainsi il est sans doute préférable de regrouper l’ensemble des charges liées à la partie administrative de votre location, ce total constituera les frais de dossier de votre exploitation qui seront à répartir sur chaque location. Cette solution apporte notamment les avantages suivants (non exhaustif):
      – vous simplifier la démarche en globalisant la démarche de location pour un client (qui peut louer plusieurs articles),
      – la location d’un petit matériel qui seul ne parait pas rentable prend une autre dimension car il peut être loué avec d’autres éléments (c’est la vente additionnelle). Les petits matériels qui sont vendus seul sont soit non rentable et donc a éviter (sauf s’ils ont un intérêt stratégique, vous devriez dans ce cas les voir en location avec d’autres matériels) soit rentable de par la fréquence de la location (ils feront baisser votre coût administratif…).
      L’idéal est quand même de vous faire aider par un expert comptable qui vous aidera à identifier les points bloquants et à construire un business model rentable. Il pourront notamment se baser sur leur connaissance du fonctionnement de ce secteur économique grâce à leur expérience. Si vous en cherchez un de qualité et qui ne pratique pas des tarifs démesuré, n’hésitez as à nous contacter via notre page de contact ( https://www.leblogdudirigeant.com/ ) nous en connaissons un certain nombre avec qui nous pouvons vous mettre en relation.
      Cordialement,
      L’équipe création d’entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...

  6. Girault dit :

    Bonjour,
    Juste une petite question pour m’enlever un doute. La part des coût indirect (charges fixe) du coût de revient à l’unité dépend bien du volume de production/vente sur l’année.
    Etant actuellement dans ma première année de création d’entreprise, mes volumes de ventes sont plus faible que prévus, je n’ai pas atteint la rentabilité.
    Ainsi si je calcule mon coût de revient par rapport aux ventes de cette premières années, j’obtiens un coût plus bas que mon prix de vente (donc théoriquement une vente à perte). Dois je m’inquiétai de ceci est augmenter mon prix de vente (qui est déjà élevé pour le marché), ou bien dois -je me dire qu’en vendant plus l’année prochaine je diminuerai ma part de coût indirect et donc mon coût de vente?
    J’espère avoir été claire et merci d’avance pour votre réponse,
    Cordialement

    Pas encore de votes.
    Chargement...

    1. Laurent Dufour dit :

      Bonjour,
      Oui la part des charges fixes (on parlera plutôt de charges fixes que de coûts indirects) dans votre coût de revient va dépendre de votre volume de production. La charge fixe n’évoluant pas en fonction du volume produit (ou vendu), plus votre production (vos ventes) augmente moins sa part dans le coût de revient est importante. Si vous répartissez par exemple 100 € de charges fixes sur 10 unités, votre coût de revient augmentera de 10 €. Si vous les répartissez sur 100 unités votre coût fixe augmentera de 1 €. Plus votre volume de production (ou de vente) est élevé plus votre coût de revient est faible (en langage économique on parle alors d’économies d’échelles).
      Lorsque vous vendez un produit, il est nécessaire de faire de la marge afin de pouvoir développer l’entreprise. Votre prix de vente doit être égal à : prix de revient + marge. Si votre prix de revient est supérieur à votre prix de vente, votre marge est négative et vous perdez de l’argent à chaque vente. Il faut alors soit augmenter votre prix de vente soit réduire votre prix de revient ou faire les 2. C’est à vous de choisir l’augmentation du prix de vente peut être intéressante si vous parvenez à maintenir votre volume de ventes. Par contre, si votre volume de vente décroit fortement lorsque vous augmentez les prix, il sera préférable d’opter pour un travail sur votre prix de revient.
      Si vous avez d’autres questions ou si notre explication ne vous satisfait pas, n’hésitez pas à revenir vers nous.
      Bien cordialement.
      L’équipe création d’entreprise LBdD

      Pas encore de votes.
      Chargement...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *