Comment séduire un banquier avec son business plan ?

par | 2 commentaires

Le business plan regorge d’informations. Si toutes sont utiles pour obtenir un crédit, certaines sont perçues comme plus pertinentes que d’autres par les établissements bancaires.

 

Créer mon entreprise : Les outils

 

Comment séduire un banquier avec son business plan ?

En phase de création d’entreprise, quels sont ces éléments clés qui font la différence ?

Le blog du dirigeant décortique point par point le business plan destiné à votre banquier.

1 – La présentation des porteurs de projet

L’étape de présentation est importante. Les banques sont réputées pour aimer les chiffres… Que nenni ! Les expériences antérieures et les compétences des créateurs ont autant de poids qu’un prévisionnel parfait. Vous souhaitez ouvrir votre propre restaurant, mais vous ne disposez d’aucun diplôme dans le milieu ?

Mais peut-être avez-vous effectué un job d’été il y a 10 ans, en tant que serveur ou plongeur ? N’hésitez pas à le mettre en avant ! Qu’importe le niveau de poste ou sa durée, vous avez « touché » le métier, vous avez observé les moments de rush et la gestion des stocks. Le banquier veut s’assurer que vous savez à quoi vous attendre.

2 – L’étude de marché du business plan

Une bonne étude de marché se réalise en deux parties complémentaires. Il y a d’abord une étude sectorielle puis une étude du terrain. Les banques ont accès aux études de marché et connaissent l’état de santé de votre secteur.

Ils souhaitent avant tout vérifier que vous savez bien où vous mettez les pieds. Inutile de cacher les informations négatives ! Au contraire, montrez que vous connaissez les faiblesses de votre marché et trouvez la parade ! Quant à l’étude terrain, n’hésitez pas à mettre en avant votre questionnaire (savamment placé en annexe du business plan) et la méthode d’analyse utilisée.

À ce stade, il n’y a pas d’information plus pertinente qu’une autre. À vous de faire le tri ! Un petit résumé dans un paragraphe à part, en fin ou en début d’étude de marché prouvera au banquier votre capacité d’analyse et votre objectivité.

Le petit plus :

Fournir en annexe du business plan des lettres d’intention signées de la main de vos prospects.  Vos futurs clients indiquent ici qu’ils souhaitent consommer auprès de votre entreprise. Votre capacité à aller sur le terrain, à rencontrer vos prospects est mise en exergue. La lettre n’est pas un contrat officiel et n’engage pas les signataires.

Évidemment, les lettres d’intention ont plus de poids lorsque l’entreprise s’adresse à des clients professionnels. Dans le cas de particuliers, le banquier pourrait penser que vous avez fait signer toute votre famille et tous vos amis, plutôt qu’une clientèle « réelle ».

3 – La stratégie commerciale

Idem que pour l’étude de marché, à vous de détecter les éléments forts de votre stratégie commerciale. Un résumé sous forme de schéma montrant le fameux « mix marketing » est l’idéal, en complément de la rédaction complète de la stratégie.

Le mix marketing désigne un ensemble de décisions complémentaires, en adéquation avec le positionnement de l’entreprise.  La matrice est constituée de 4 volets, soit les « 4P » pour, en anglais, « price, product, promotion, place ». Votre schéma comprendra donc quatre cases résumant en quelques mots votre stratégie de prix, votre stratégie produit, votre stratégie de communication et votre stratégie de distribution.

4 – Le prévisionnel financier du business plan

Enfin ! Le banquier a quelques chiffres à se mettre sous la dent. Si la partie rédactionnelle compte, le prévisionnel financier doit être « parfait » au risque d’annihiler tous vos atouts énumérés antérieurement.

Vos « réserves » financières personnelles rassurent.  La banque, loin de vouloir vous piquer vos sous, veut s’assurer de votre capacité à rebondir financièrement si l’entreprise venait à défaillir.

Votre capacité d’apport est indispensable. La règle du « partage des risques » vous oblige à autofinancer vous-même une partie de vos besoins professionnels. Autrefois, le ratio tournait autour de 30 % d’apport personnel pour 70 % de crédit. Aujourd’hui, il frôle les 50-50.

Les banques n’assurent que très peu le financement des besoins en fonds de roulement. Achat du stock de départ, frais de communication, trésorerie au démarrage pour assurer les premières dépenses… Ces éléments seront pris en charge par des organismes complémentaires comme OSEO ou les plateformes d’initiatives locales. À vous de les inclure dans votre plan de financement !

Bon Plan :
Vous pouvez rencontrer en amont ces organismes complémentaires. Avec leur accord, sous réserve de l’obtention du crédit bancaire, votre business plan se verra renforcé.

Le compte de résultat prévisionnel, établi sur trois ans,  est le tableau central du prévisionnel financier.

Il doit montrer un chiffre d’affaires ambitieux, mais surtout justifié ! Votre objectif doit être en adéquation avec vos investissements et votre main-d’œuvre disponible, mais aussi avec les données du secteur. Peut-on réellement atteindre le chiffre d’affaires prévu dès la deuxième année alors que la concurrence réalise à peine cet objectif au bout de cinq ans d’existence ?

Restez réaliste !
Pensez-y ! Les sociétés ont l’obligation de publier leurs comptes annuels auprès du greffe du tribunal de commerce. Les données chiffrées de vos concurrents sont disponibles sur le site infogreffre.fr, à condition qu’ils soient immatriculés sous forme de société et qu’ils respectent la loi !

Les soldes intermédiaires de gestion, ces fameux ratios intermédiaires au compte de résultat prévisionnel, doivent se situer dans la moyenne de votre secteur d’activité.

Vous ne faites pas du bénévolat. La rémunération des dirigeants doit donc apparaître dans le prévisionnel financier. Peut-être avez-vous le coussin financier pour passer outre cet aspect durant le premier exercice comptable. L’objectif est bien de gagner votre vie avec votre entreprise. N’oubliez pas de vous inclure dans les charges sociales.

Calculez votre capacité d’auto financement (CAF) !  Ce petit ratio clé est le point déterminant de l’analyse bancaire. La CAF montre les ressources ; la richesse créée par l’entreprise à la fin de l’exercice comptable. Dans un compte de résultat prévisionnel, elle se calcule pour chaque année analysée, à savoir trois ans. Un business plan au top montre une CAF annuelle au moins égale à la moitié du capital de l’emprunt à rembourser dans l’année.

À vous d’identifier le chiffre d’affaires optimal ! Celui-ci devra dégager une CAF suffisante, être réaliste au vu des données du marché, mais aussi être en adéquation avec les capacités de production.

5 – Le volet juridique du business plan

Les aspects juridiques ne sont pas à négliger. Ajoutez un modèle de statuts complété à votre business plan si vous optez pour la forme sociétaire. Précisez le régime social des dirigeants en devenir ainsi que la répartition de leurs parts.

Nommez les experts qui travailleront à vos côtés (expert-comptable, juriste). Vous montrez ainsi votre capacité à vous entourer des bonnes personnes. Le banquier verra que vous ne négligerez ni votre comptabilité ni les règles juridiques et fiscales.

Oui ! Le business plan regorge d’informations pertinentes. L’analyste bancaire ne risque-t-il pas de passer à côté de ces petits plus qui feront la différence ? Travaillez vos chiffres avec des professionnels qui sauront les optimiser, soignez votre présentation, ajoutez des résumés et surtout, mettez-vous en avant !

Comment séduire un banquier avec son business plan ?

Newsletter

Comment séduire un banquier avec son business plan ?

2 Commentaires

  1. Comment séduire un banquier avec son business plan ?

    Un développement qui comme d’habitude est très bien structuré. Merci pour cette efficace pédagogie

    Réponse
    • Comment séduire un banquier avec son business plan ?

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire encourageant.

      Cordialement,
      L’équipe création d’entreprise LBdD

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Click here to get this post in PDF

Please wait...
créez votre entreprise

Inscrivez-vous à la newsletter !

Chaque semaine, des actus et des articles de fond

Merci ! Votre inscription a été prise en compte.