La créance client en entreprise

Par Marie Lusset, le 10/03/2022

Pour une entreprise, les créances clients, le suivi de la trésorerie et des factures est indispensable. Une bonne gestion d’entreprise consiste à savoir quelles factures ont été réglées, lesquelles sont encore en cours de règlement ou lesquelles ont vu leur délai prévu de règlement dépassé. Leur traitement au sein de l’entreprise varie en fonction de leur situation.

créance client entreprise

La définition de la créance client

Une créance client est une somme due à une entreprise par un client qui n’a pas encore été acquitté. Une créance client peut également être appelée « une créance d’exploitation ».

Au sein d’une entreprise, le terme de créance client représente ainsi l’ensemble des créances dues par les clients à l’entreprise.

Les créances client s’expliquent par le fait que la plupart du temps, les entreprises accordent un délai de paiement à leurs clients. C’est souvent le cas lorsque les entreprises interviennent dans le secteur du B2B. En effet, lorsque les entreprises agissent en B2C, il est plus rare que ces dernières offrent un délai de paiement à leur clientèle, même si cette hypothèse est possible, surtout lorsqu’il s’agit de grosses sommes.

La durée de paiement des clients peut varier, et s’étendre en fonction des entreprises jusqu’à 45 jours fin de mois ou alors à 60 jours à compter de la date ou la facture a été émise.

En l’absence de précisions entre les parties, un délai de 30 jours est considéré comme accordé au créancier par défaut.

La différence entre créance client et retard de paiement

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, la créance client n’est donc pas une situation anormale pour une entreprise, mais représente simplement la dette du client, en attente de règlement dans le délai qui lui a été imparti.

En revanche, lorsque le client ne s’acquitte pas du règlement dans le délai imparti, la créance client se transforme en retard de paiement, et la situation anormale pour l’entreprise débute alors. L’entreprise est alors dans son plein droit d’exiger le recouvrement de sa créance vis-à-vis de son client.

Lorsque la date du règlement de la créance est dépassée, sans que l’entreprise n’ait reçu le règlement, la créance s’est donc transformée en retard de paiement. Le retard de paiement est un phénomène très courant dans le monde des affaires, et on estime à 25% le nombre d’entreprises souffrantes dû à des retards de paiements. Il est donc essentiel au sein d’une entreprise de pouvoir suivre précisément et régulièrement l’état des créances et des retards afin de pouvoir relancer les clients dont la créance arrive à échéance suffisamment tôt pour ne pas souffrir de retard, ou connaitre et pouvoir repérer facilement et agir contre les clients n’ayant pas réglé leur créance dans le temps imparti.

L’impact de la créance client sur l’entreprise

Mais alors, et même si la créance client au sein d’une entreprise est une situation normale, la gestion des créances clients peut avoir plusieurs impacts non négligeables sur l’entreprise.

Elle implique dans un premier temps, un risque pour la trésorerie de cette dernière. La trésorerie de l’entreprise est le terme utilisé pour désigner les liquidités dont dispose l’entreprise pour fonctionner, pour assurer son fonctionnement au quotidien. Cet impact sur la trésorerie peut en fonction de son importance aboutir à mettre en danger le besoin en fonds de roulement de cette dernière.

Une créance client représente donc inévitablement de la trésorerie manquante pour l’entreprise créancière. De plus, les entreprises pour réaliser un service ou vendre un produit ont dû engager des frais, qui sont, dans l’attente du paiement client des investissements sans retours. La situation peut vite devenir compliquée pour une entreprise jeune ou ayant très peu de liquidités, si la situation se répète, surtout avec plusieurs clients importants.

Que faire si un client ne règle pas ?

Il n’est malheureusement pas rare que les clients ne s’acquittent pas en temps et en heure, voire pas du tout des sommes dues à l’entreprise. Dans cette hypothèse, les entreprises disposent de plusieurs options.

Les entreprises doivent tout d’abord engager une procédure à l’amiable à l’encontre de ce dernier. Il s’agit en pratique d’un courrier, mail ou appel téléphonique pour signifier au client que le délai pour payer est passé, et que l’entreprise est donc en attente du règlement. Dans cette hypothèse, il est recommandé de faire une demande amiable par voie postale, par le biais d’un courrier recommandé avec accusé de réception pour pouvoir garder une trace écrite et une chronologie de vos actions.

Si le rappel à l’amiable ne fonctionne pas, l’entreprise créancière dispose alors de la possibilité de faire appel à une société tierce pour que celle-ci se charge de récupérer les montants dus. La société tierce peut être une société d’affacturage ou une entreprise de recouvrement.

Le mécanisme de l’affacturage permet aux entreprises créancières, de vendre leurs créances à une autre entreprise pour que cette dernière se charge de récupérer les fonds. Cette solution peut être bénéfique pour l’entreprise créancière qui recouvre la trésorerie manquante de manière certaine et rapide. Cette solution a néanmoins un coût : l’entreprise d’affacturage prend généralement un pourcentage prédéfini de la facture vendue.

Si l’entreprise ne souhaite pas passer par l’affacturage, elle peut entamer une procédure de recouvrement, via une société tierce qui s’occupera du recouvrement de l’impayé pour cette dernière.

Pour les sociétés en difficulté, une dernière solution existe. Il est possible de demander à son établissement bancaire de faire preuve de compréhension face à un manque de trésorerie causé par les créances clients. En dernier recours, et lorsque l’entreprise ne dispose pas d’autres solutions, elle peut recourir à un emprunt bancaire pour permettre de récupérer de la trésorerie rapidement en attendant que l’entreprise paye ses dettes. De la même manière, certaines banques sont compréhensives des entreprises subissant de telles difficultés.

Comment calculer les créances clients ?

Dans un premier temps il est important de distinguer les créances clients, des factures non réglées. Comme évoqué précédemment, toutes les factures impayées ne constituent pas des créances clients, ce sont simplement les factures dont la date d’échéance est dépassée sans que l’entreprise ne soit parvenue à récupérer les fonds qui lui sont dus.

Afin de caractériser une créance client, trois critères doivent être réunis :

  • Le service ou le bien doit avoir été réellement fourni au client
  • La facture correspondante doit avoir été remise par le fournisseur au client
  • Le règlement de la créance ne doit pas encore avoir été effectué

Il faut également que le délai de paiement figure sur un document. Il peut etre indiqué dans la facture ou dans les conditions générales de ventes

Comment inscrire les créances clients comptablement ?

Les créances clients figurent à l’actif du bilan, en tant qu’immobilisations financières. Elles seront donc inscrites dans un premier temps au compte 411 qui correspond au compte client. Ce compte 411 sera ensuite créditer pour venir débiter le compte 416 qui est le compte correspondant aux clients douteux et litigieux.

Enfin, lorsque l’entreprise parvient à récupérer la somme due, le compte 416 sera débité au profit du compte de trésorerie.

Télécharger l'article en PDF

Vote: 5.0/5. Total de 2 votes.
Chargement...

En Savoir Plus

TOP 5 DES OUTILS DE CREATION

Créer son entreprise en ligne

Newsletter


Marie Lusset

Marie Lusset est diplômée d’un master en droit des affaires internationales et d'un master en management et développement des entreprises. Elle accompagne les porteurs de projet à créer leur entreprise et développer leur activité.